Accueil
Index général
Contacter le Webmaster
Note de copyright
Particularités & fonctionnement
Vous pouvez participer
Appel aux internautes
Liens
Dernières mises à jour
Le livre d'or
Qui suis-je ?
Mon matériel (chéri)
La page des débutants
Quelques cotes
Ma galerie photographique
Ma carte blanche
Le tableau d'honneur
Historique de l'appareil photographique
La grande histoire de Pentax®
Les appareils photographiques de l'Est
Quelques modes d'emploi introuvables
Un petit « cours » de photographie
L'alphabet russe
Les logos des marques
Des bricolages pour photographes
Les mauvais plans à éviter absolument
Les théories influençant la photographie
Les fiches techniques
Mise au point sur...
Les secrets d'une photographie
Les tests approfondis
Les tests improbables
Quid du M42 ?
La photo vue par la toute jeune génération
Faire ses débuts en photo argentique
Faire ses débuts en photo numérique
Analogique | Numérique - Une alternative
Manifeste pour la lenteur en photographie
Questions & tuyaux en photo numérique
Quel objectif pour reflex Pentax numérique ?
Un fantasme devenu possible ?
Les foires à la photo - Dénicher des occaz
Un petit tour au laboratoire
Un peu de labo numérique
Choisir son appareil photographique
Quel appareil pour quelle photo ?
Choisir son (ses) objectif (s)
Choisir son statif
Quels accessoires envisager ?
Utiliser / faire revivre les filtres
Vérifier son matériel
Que penser des Kiev et de ceux qui les modifient ?
Acheter un appareil soviétique ?
Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire !
Les lois d'une nouvelle expérience photographique
De l'acte photographique
Le grand match
Prendre soin de ses appareils photographiques
Où faire réviser/réparer son appareil photo ?
Composition : erreurs fréquentes à éviter plus conseils
Techniques photographiques évoluées
Programmer sa propre évolution photographique
Retrouver l'inspiration photographique
Créer un studio « professionnel » à moindre frais
Projets d'expérimentations
Expériences de paléophotographie
Parlons matériel (pas marque !)
Mes photographes préférés
Quid de la lomographie ?
Dernière minute
Questions / Réponses
1001 trucs à connaître
Et si on essayait de comprendre les photos ?
Et si on essayait l'originalité ?
Et si on s'essayait à la macrophotographie ?
Et si on s'essayait au panoramique ?
Et si on s'essayait à la trichromie ?
Et si on s'essayait à l'autochrome ?
Et si on s'essayait au noir et blanc créatif ?
Et si on se construisait un appareil sténopé ?
Et si on s'essayait au moyen format ?
Et si on s'essayait au grand format ?
Photographier sans lumière ?
Photographier avec un smartphone/une tablette
Photographier avec un compact bas de gamme
Ces petits trucs qui changent tout
La photographie itinérante
Les styles en photographie
La petite histoire d'une photographie
Devenir meilleur photographe
Équipement logiciel de qualité à bas prix !
Que peut-on attendre des logiciels photo ?
Divagations
Peut-on protéger ses créations ?
Le coin des polémiques
Votre labo numérique idéal
Hommage à FERNAND BIGNON
Lettre ouverte aux (futurs) argentistes
Les photographes sont tous C H A R L I E



 

Dans cette partie du site (www.thydelor.eu) je vous propose des tests un peu particuliers de matériel.

Comme déjà précisé par ailleurs, j'aime bien mélanger les genres... Il reste qu'il semblerait qu'une de mes activités ne soit pas très répandue dans le monde des photographes amateurs : monter des objectifs anciens sur des boîtiers récents. Dans ce sens, il m'arrive fréquemment de monter des objectifs prévus pour un format sur un boîtier d'un autre format ! Le plus « monstrueux » étant de monter mes optiques soviétiques (prévues pour le moyen format) sur un de mes boîtiers numériques PENTAX® (format APS-C). Cela ne m'a jamais effleuré l'esprit mais il est vrai qu'on est en droit de se poser des questions sur le bien fondé de cette « dérive » en matière de qualité du résultat... et idem pour les vieux objectifs petit format.

Je vais donc publier ici les tests effectués. TOUS les tests d'objectifs ci-dessous ont été effectués sur le PENTAX® K10D, mais auraient pu être faits sur tout autre PENTAX® numérique. Les résultats peuvent varier d'un capteur numérique à l'autre, donc d'un appareil à l'autre. C'est pourquoi j'ai choisi un appareil d'âge moyen (le PENTAX® *istDS, le plus ancien en ma possession, ne présente -bizarrement- aucun problème d'aberration chromatique, quel que soit l'objectif, le PENTAX® Km, plus récent, semble se comporter de la même manière que le PENTAX® K10D. Quand j'aurai le PENTAX® K5D, je referai les tests et les publierai s'ils diffèrent...

Bien sûr, je ne me contenterai pas de tester mes objectifs « exotiques », cette page sera ouverte à tous les tests que j'estimerai intéressants pour les amateurs photo...

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Les adaptateurs

Protocole de test

Le KIEV ARSENAL ZODIAK-8 30mm f/3.5

Le KIEV ARSENAL MIR-26V 45mm f/3.5

Le KIEV ARSENAL VOLNA-3 80mm f/2.8

Le KIEV ARSENAL KALEINAR-3V 150mm f/2.8

Le KIEV ARSENAL JUPITER-36B 250mm f/3.5

Le KIEV ARSENAL RUBINAR 500mm f/8.0

Le KIEV ARSENAL VOLNA-3 80mm f/2.8 (modèle ARAX)

Le KMZ HELIOS 135mm f/2.8

Le PENTAX SMC Auto Macro Zoom 35~105mm f/3.5

Le REVUENON Zoom 70~220mm f/4
 


LES ADAPTATEURS


ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Dans cette page, je testerai des objectifs qui seront montés sur des boîtiers qui ne sont pas sensés les recevoir ! Dans ce cas, l'utilisation d'adaptateurs sera indispensable !...

Il est important de noter que les adaptateurs ne permettent généralement que le montage des objectifs sur le boîtier (et bien sûr leur utilisation). Ils ne sont que rarement en mesure de tirer partie des capacités de l'électronique du boîtier (si ce dernier en est pourvu, bien sûr !). Il sera donc nécessaire de travailler en mode « manuel » ou « automatique à priorité ouverture ».

Il existe 2 grands types d'adaptateurs, en fonction de la distance qui sépare la lentille proximale de l'objectif de la surface sensible du boîtier (film ou capteur numérique) :

  • si la distance surface sensible-lentille proximale prévue pour le boîtier receveur est inférieure à celle du boîtier pour lequel a été prévu l'objectif, l'adaptateur sera un simple « tuyau » qui augmentera cette distance et qui portera (c'est préférable) un système de fixation (vis ou baïonnette) compatible avec le boîtier receveur. Ce type d'adaptateur est généralement peu cher, malgré la grande précision nécessaire pour sa fabrication.
  • si la distance surface sensible-lentille proximale prévue pour le boîtier receveur est supérieure à celle du boîtier pour lequel a été prévu l'objectif, l'adaptateur sera beaucoup plus complexe puisqu'il devra, outre s'adapter au système de fixation, diminuer la distance réelle séparant la surface sensible de la lentille proximale. Cela ne pouvant se faire que par l'intermédiaire d'un système optique. Dans ce cas, l'adaptateur sera très cher et en plus, il induira une baisse de la luminosité de l'objectif. Si le système optique n'est pas de grande qualité, il remettra également en cause les qualités de l'objectif « détourné »... En plus, il est souvent impossible de trouver ce type d'adaptateur !...

Dans un premier temps je ne ferai que tester les objectifs que je possède sur le Pentax K10 D (pour des raisons de facilité de publication, je n'aurai pas besoin de passer par le développement puis le scannage des films). Dans ma collection, je possède 5 types d'objectifs:

  • des objectifs pour compacts 24x36 : inutilisables sur les Pentax reflex car la distance surface sensible-lentille proximale est beaucoup trop longue sur les reflex.
  • des objectifs moyen-format pour lesquels il n'existe pas d'adaptateurs.
  • des objectifs petit-format pour lesquels il n'existe pas d'adaptateur.
  • des objectifs moyen-format pour lesquels il existe des adaptateurs pour Pentax.
  • des objectifs petit-format pour lesquels il existe des adaptateurs pour Pentax.

Il est bien évident que je ne pourrai tester ici que les objectifs qui disposent d'adaptateur ou de monture compatible !

ADAPTATEURS permettant le montage des objectifs à baïonnette PENTACON-6 sur Pentax :

Les reflex Pentax « modernes », numériques compris, ont l'énorme avantage d'accepter TOUS les objectifs Pentax et compatibles qui ont été construits depuis l'invention de la monture M42 à vis jusqu'à l'invention de la monture à baïonnette K ! Cela est très intéressant ! Arsenal, qui propose des objectifs à monture Kiev60 et Kiev88CM (Pentacon 6, Exacta66 etc) ainsi que des objectifs à monture Saliut et Kiev88 (ce sont les mêmes objectifs mais avec deux montures différentes) propose également des adaptateurs permettant de fixer ces objectifs sur des montures Pentax M42 (à vis) ou sur des montures Pentax K.

Arsenal, devenu, Arsat a fermé ses portes fin 2009 et il devient très difficile de trouver ces adaptateurs signés Arsat...

Heureusement, de nombreux constructeurs indépendants se sont emparés de la « niche » et il est possible d'en trouver assez facilement sur Internet. Tous ne sont pas forcément de la même qualité mais après tout, ce n'est pas très compliqué à fabriquer, ils doivent certainement tous se valoir... (en fait je n'en sais trop rien, mon adaptateur est un P6 > K signé Arsenal)

Si vous avez plus facilement accès à un adaptateur P6 > M42 qu'à un adaptateur P 6 > K, il vous faudra en plus, un adaptateur M42 > K (voir plus loin)

ADAPTATEURS permettant le montage des objectifs à vis Pentax M42 sur Pentax baïonnette K :

Les reflex Pentax « modernes », numériques compris, ont l'énorme avantage d'accepter TOUS les objectifs Pentax et compatibles qui ont été construits depuis l'invention de la monture M42 à vis jusqu'à l'invention de la monture à baïonnette K ! Cela est très intéressant ! La monture Pentax M42 a été la « norme » à suivre pendant longtemps, ce qui fait que de très nombreuses marques se sont « emparées » de cette monture pour leur propre matériel... Il en a été de même pour la monture K (là les adaptateurs sont inutiles) ! Autant dire que le nombre d'objectifs disponibles est impressionnant !...

Il existe 2 types d'adaptateurs M42 > K. Ils sont tous deux présentés ci-contre:

  • L'adaptateur à collerette (en haut) : je ne sais pas pourquoi il a bien pu être fabriqué ! Soit, il permet d'adapter des objectifs M42 sur un appareil à monture K, mais, aussi fine soit-elle, la collerette empêche la mise au point à l'infini !!! Votre objectif M42 sera limité à l'utilisation en macro !...
  • L'adaptateur sans collerette (en bas) qui s'intègre totalement dans la monture K. Lui, au contraire, permet la mise au point à l'infini !...

Aussi, au moment d'acheter, méfiez-vous ! N'allez pas vous tromper  !...

Vous pourrez trouver ces adaptateurs, par exemple (il y en a sûrement d'autres !!!) :

Adaptateurs M42 > K sans collerette : ici

Tous Adaptateurs : ici ou ici

Voir ici pour l'UTILISATION sur un Appareil Photo Numérique PENTAX®

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


KIEV ARSENAL ZODIAK-8 (КИЕВ АРСЕНАЛ ЗОДИАК-8) 30mm f/3.5


ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

ATTENTION : ce test n'a absolument pas pour but de stimuler qui que ce soit à acquérir cet objectif pour l'utiliser sur son reflex numérique ! D'autant que depuis la fermeture d'ARSAT, son prix a explosé, même en occasion !... Ce test se contente de donner de la matière pour se faire une idée de ce que cette optique peut valoir sur un APS-C. Si on l'utilise déjà sur un (ou plusieurs) appareil moyen format, peut-être que ce test vous donnera envie de monter cet objectif sur votre numérique...

PRÉSENTATION :

Zodiak-8 30mm/f:3.5 original avec monture Saliut/Kiev88

Formule optique du Zodiak-8

Mission :
Super Grand Angle, Moyen Format 60x60mm (~20mm en équivalent 24x36)

Montures :
- Saliut, Kiev 88
- Pentacon Six, Kiev 60, Kiev 6C, Kiev88 CM, Exacta 66 (etc)

Focale : 30mm
Ouverture Maximale : f/3.5
Angle de vue : 180°
Échelle de mise au point : de 30cm à l'infini
Diaphragme : Couplé automatiquement sur les boîtiers originaux
Levier test profondeur de champ : Non
Échelle de profondeur de champ : Oui
Taille du filtre : 38mm (en arrière)*
Construction : 10 éléments en 6 groupes
Résolution centre/bord : 60/14 paires de lignes/mm
Dimensions, (Diamètre x Longueur) : 110 x 97mm
Poids : 1,000kg

Traitement des lentilles : Multicouches

* A noter : une particularité importante : le Zodiak-8 est livré avec 4 filtres, un UV et 3 colorés. Le filtre se monte sur la face proximale de l'objectif et entre donc dans la formule optique !!! Si vous oubliez de placer un filtre, vous serez incapables de faire le point !... Si vous envisagez d'acheter un Zodiak-8 d'occasion, veillez bien à ce que ce dernier soit effectivement équipé d'au moins 1 filtre monté (un UV de préférence, les autres filtres étant réservés à la photo argentique noir et blanc)

Les amateurs de vieux matériel diront que le Zodiak-8 ressemble étrangement au Carl Zeiss Distagon 30mm... Il est vrai que tout le monde pense que les soviétiques ne savaient que copier ! En réalité, la ressemblance est quasiment obligatoire vu la construction, mais la formule optique est totalement différente ! (faites des recherches sur internet -ou ailleurs- et vous verrez que j'ai raison... Je n'en dirai pas plus, le sujet, ici, est le Zodiak-8 !...)

La version « export » (à gauche). Après la chute du bloc soviétique, ARSENAL/KIEV s'est appelé ARSAT et le Zodiak-8 a été rebaptisé « ARSAT 30mm/f:3.5 » (c'est tout de même moins joli, mais bon)... A noter que la seule différence entre les premiers Zodiak-8 et les derniers se situe au niveau du traitement des lentilles, inexistant au début, simple couche ensuite, multicouches enfin... Mon exemplaire date de 2000.

Aspect du Zodiak-8 sur le PENTAX K10D (avec sa poignée grip) :

De profil on voit l'adaptateur entre le K10 et le Zodiak-8. Notez la pièce de 1€ à côté du pare soleil (fixe).

De face, j'ai du faire une photo en légère plongée pour être en mesure de voir un bout du K10. Notez la pièce de 1€ devant

TESTS :

Il faut noter que toutes les images ci-dessous sont des images brutes de boîtier. La seule modification est la traduction des PEF en JPEG et la compression pour le web. La seule image corrigée (pour prouver que c'est possible) est celle touchant à la déformation (correction précisée dans la remarque). Toutes les images ci-dessous ont été faites à pleine ouverture (f/3.5) sauf les tests de vignetage où le diaphragme est précisé.

1) vignetage

f/3.5 (si aucun vignetage ici, les autres ouvertures sont superflues mais il faut que le test soit le même pour tous !)

f/4.0

f/5.6

f/8

f/11

f/16

f/22

Non disponible sur cet objectif

Puisque le Zodiak-8 est un objectif conçu pour le moyen format, il a été prévu pour couvrir une surface sensible de 60x60mm (à peine moins). Autant dire que la surface du capteur APS-C du K10 D est ridicule en comparaison ! Il était donc certain qu'aucun vignetage ne viendrait troubler notre champ. J'ai fait le test pour être complet, mais il me semble que le résultat ne surprendra personne !...

2) Déformation

Déformation importante MAIS souvenez-vous du protocole de test : la distance sujet/objectif est très faible !... (NB la bande bleue en haut de l'image est due à une vitesse trop élevée)

La correction de base fournie par le logiciel Pentax est salvatrice. Notez l'apparition d'une petite aberration chromatique à gauche ! qui pourra être corrigée sans problème. (J'aurais pu essayer le redressement sous Photoshop mais ce n'est pas le sujet ici !)

Dans la « vraie vie », pour peu que le sujet soit parallèle au capteur numérique, la déformation est nulle...

Toujours dans la « vraie vie », si le sujet n'est plus du tout parallèle au capteur numérique (angle horizontal + angle vertical), une déformation modérée (tout à fait acceptable) réapparaît aux bords de l'image. N'oublions pas que 30mm en 60x60 correspond grosso-modo à 10mm en APS-C ...

Notez que l'autofocus ne fonctionne pas sur cette « trame » trop peu contrastée, mais point d'autofocus avec le Zodiak-8. Le résultat est sans surprise : déformation dans les angles de l'image (crop 100% angle supérieur gauche). Je rappelle que la visée est TRÈS proche d'où l'exagération de la déformation (voir plus haut). Malgré tout, cette déformation est assez modérée

Comme déjà démontré plus haut, au centre de l'image (crop 100%), la déformation est nulle !...

3) Aberration chromatique

Au centre de l'image (crop 100%) : aucune aberration chromatique.

Sur les bords (crop 100% bord supérieur gauche) l'aberration existe mais est très minime (tout à fait négligeable).

Ce résultat peut être trompeur puisque tiré depuis l'écran de l'ordinateur, en sera-t-il de même dans la nature, avec un contraste autrement plus puissant ? Essayons :

Image globale d'où est tiré le crop 100% ci-contre (localisé par le rectangle rouge).

Sur le bord extrême (crop 100%) on voit une aberration chromatique assez minime (à peine plus visible que sur le test de l'écran informatique) qui serait presque acceptable dans l'état et qui, de toute façon, sera facilement corrigée par n'importe quel logiciel de correction d'image.

Image globale d'où est tiré le crop 100% ci-contre (localisé par le rectangle rouge).

Au centre de l'image, aucune aberration chromatique n'est à déplorer (ce qui rejoint le test de l'écran d'ordinateur).

4) Résolution de l'objectif

Voici la mire ISO 12233 (réduite) telle que recueillie par l'objectif (déformation comprise), je vais apporter des crops 100% de différentes zones:

Crop 100% dans un coin (ici supérieur gauche). Il faut ne pas tenir compte de la déformation, seulement de la résolution.

Crop 100% de l'extrémité supérieure de la partie centrale.

Crop 100% du centre de l'image.

Toujours sans surprise (vue la différence du taille qu'il existe entre un négatif 60x60 et un capteur APS-C), on s'aperçoit que la résolution est très homogène sur toute la surface de l'image. ATTENTION toutefois, les images ci-dessus étant optimisées pour le web, elles ne sont pas vraiment ni très fines ni très pointues ! Cela n'empêche pas de tirer des conclusions sur l'homogénéité de la résolution même si à l'œil cela paraît « pauvre ».

5) Restitution des couleurs

Voici la mire couleur (réduite) telle que recueillie par l'objectif (déformation comprise), je vais apporter des crops 100% de différentes zones :

Le rendu des couleurs pastelles est parfait avec un petit bémol toutefois pour les bleus ...

Dans les couleurs très claires, la ségrégation n'est pas vraiment au rendez-vous. Est-ce l'objectif ? Est-ce le boîtier ? Est-ce l'écran d'ordinateur ? Est-ce le test ? quoi qu'il en soit je conserve le système !

Quant aux couleurs foncées, c'est encore pire !... Encore une fois, est-ce dû à l'objectif ? Est-ce dû au boîtier ? Est-ce dû à l'écran d'ordinateur ? Est-ce dû à mon protocole de test ? On en saura plus lors des tests dans la « vraie vie »... Qu'importe, l'uniformité des tests passe par ce biais...

Bien sûr, je n'ai souligné ici que les problèmes ! Les autres zones sont nickel-chrome !...

En cette période de l'année, il a été facile de trouver un sujet présentant toute une gamme de couleurs (des plus claires aux plus foncées, en passant par une infinité de dégradés). Conclusion, je ne retrouve pas les manques soulignés plus haut ! Peut-être que mes exigences de test sont trop ambitieuses... Bref, au quotidien, pas de problème !

6) Flare (désolé je n'ai pas d'équivalent français en un seul mot !)

Ce test n'est effectué qu'en extérieur, en lumière artificielle, il me faudrait utiliser un super projecteur que je ne possède pas...

Voici, en réduction, l'image d'origine : un superbe contre jour avec le soleil plein cadre encerclé par des nuages. La zone jaune correspond à la zone de « flare » dont un crop 100% est affiché à droite.

Sur le crop 100% on voit clairement le « flare » qui, somme toute est plus que discret !... Aucune répétition en d'autres endroits de l'image. Bien que l'optique soit composée de 6 groupes de lentilles, on ne repère que 3 taches. Les 3 autres sortent probablement de la surface couverte par l'APS-C du K10 D... Encore plutôt un bon point pour l'utilisation de ces objectifs « géants » sur un APS-C.

7) Flou d'arrière plan (bokeh) et profondeur de champ

Le Zodiak-8 étant primitivement conçu pour être un ultra grand angle pour le moyen format, il est logique qu'il offre une profondeur de champ maximale ! En théorie, si on utilise la règle de l'hyperfocale (décrite dans la rubrique « Les fiches techniques » sur ce site), on peut estimer que le Zodiak-8 permet une netteté de :

Si vous regardez la bague de mise au point, les distances sont exprimées sur une échelle de :

0,3m - 0,35m - 0,4m - 0,5m - 0,7m - 1,0m - 2,0m - infini !...

En fait, avec une hyperfocale à environs 1,70m, il permet, à f/11, une profondeur de champs de 85cm à l'infini...

à f/22, on peut compter une profondeur de champs de 0,4m à l'infini...
à f/3.5 on peut compter une profondeur de champs de 2,10m à l'infini...

Pour tester ces valeurs théoriques, je vais faire une photo à pleine ouverture (f/3.5) :

- bague de mise au point : sur infini
- citron : à 25cm de l'objectif
- mur que pierres : à 2,00m de l'objectif
- fond : à 8,0m de l'objectif

Mon citronnier en pot à 25cm est hors focale, le mur de pierre à 2,0m n'est pas tout à fait net, tout le reste bien net (notez que les feuilles mortes, à peine plus loins que le mur de pierres, sont nettes)... le tout à pleine ouverture et mise au point effectuée à l'infini. Donc mes estimations théoriques se vérifient, à pleine ouverture le Zodiak-8 permet une profondeur de champ de 2,10m (environs) à l'infini.

Pour le bokeh final ;) je ne donnerai que 2 exemples d'images

a) Via le protocole de test :

b) Dans la « vraie vie » avec une distance très importante entre le sujet et l'arrière plan :

Je n'ai pas l'intention de tirer une conclusion sur la qualité du bokeh de cet objectif puisqu'il ne s'agit que d'une question de goût personnel, chacun se fera son opinion ! Bien sûr, il y a moyen de modifier la forme du bokeh (voir ici par exemple) mais cela sort du cadre de mes tests. Un autre point important à garder en tête : le format APS-C, relativement petit, offre un bokeh, globalement moins « soft » que le plein format (24x36).

8) Résultat sur une prise de vue à distance minimale

Chez DPReview (que tout le monde connaît) ils testent les boîtiers en « proxiphotographie » ou en « macrophotographie ». Il pourrait être intéressent d'en faire de même pour les objectifs !

Réduction de l'image originale (avec les déformations) d'un extrait d'un cours de neurophysiologie de la douleur que j'ai donné il y a peu...

Crop 100% où on distingue facilement la trame RVB et la belle reproduction des lettres. Je souligne à nouveau que les couleurs « parasites » autour des lettres ne sont pas dues à des aberrations chromatiques de l'objectif mais à la technique utilisée par Windows pour lisser les caractères à l'écran...

9) Influence de l'objectif sur l'autofocus du K10 D

Certains objectifs peuvent « tromper » l'autofocus du boîtier soit dans le sens d'un « back focus », soit dans le sens d'un « front focus ». Il est donc intéressent de faire le test.

Le Zodiak-8 ne peut en aucun cas tirer partie de l'autofocus du K10 D... Donc, bien sûr, la mise au point a été manuelle... Par contre, pour effectuer cette mise au point, je n'ai tenu aucun compte de l'image formée sur le dépoli, j'ai simplement attendu le signal sonore et l'illumination de l'hexagone vert du viseur (preuves que pour le K10 D la mise au point était bonne).

Comme déjà expliqué dans le paragraphe sur le protocole de test, on voit que l'autofocus du K10 D n'est pas du tout influencé par le Zodiak-8.

L'image ci-dessus devrait éviter de faire ce test de confirmation mais il faut que le protocole de test soit respecté donc voici le test de front/back focus.

Crop 100% et rotation 90° à droite de la ligne de test. Sans surprise la mise au point est au « quart de poil ». Notez que les petits « nuages » sont dus à la compression JPEG pour le web...

10) Utilisation du flash intégré au K10 D avec le Zodiak-8

Vu la taille du Zodiak-8, on aurait pu se douter que le flash intégré était inutilisable ! Mais en réalité c'est moins pire que je ne le craignais ! (la photo est nulle OK, mais c'est une simple démo)

CONCLUSION :

Le Zodiak-8 est un objectif énorme et lourd pour une focale fixe sub-normale. Il a été conçu pour être un fish-eye 180° pour le moyen format. Il n'a strictement rien à faire sur un K10 D, et pourtant... mon expérience passée et les tests que je vous propose ici prouvent que c'est un objectif exceptionnel en 60x60... mais aussi très bon en APS-C ! Bien sûr on ne pourra inciter personne à se le procurer pour le laisser à demeure sur son K10 D, mais quitte à en profiter en moyen format, c'est un excellent objet avec lequel compter dans son équipement Pentax Numérique APS-C...

Ma conclusion (propre et qui n'engage QUE moi !) : « Я люблю этот объектив » (J'aime cet objectif)

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


KIEV ARSENAL MIR-26V (КИЕВ АРСЕНАЛ MИP-26B) 45mm f/3.5


ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

ATTENTION : ce test n'a absolument pas pour but de stimuler qui que ce soit à acquérir cet objectif pour l'utiliser sur son reflex numérique ! D'autant que depuis la fermeture d'ARSAT, son prix a explosé, même en occasion !... Ce test se contente de donner de la matière pour se faire une idée de ce que cette optique peut valoir sur un APS-C. Si on l'utilise déjà sur un (ou plusieurs) appareil moyen format, peut-être que ce test vous donnera envie de monter cet objectif sur votre numérique...

PRÉSENTATION

MIR-26V (en monture Pentacon 6)

Formule optique du MIR-26V

Mission :
Grand Angle, Moyen Format 60x60mm (~30mm en équivalent 24x36)

Montures :
- Saliut, Kiev 88
- Pentacon Six, Kiev 60, Kiev 6C, Kiev 88CM, Exacta 66 (etc)

Focale : 45mm
Ouverture Maximale : f/3.5
Angle de vue : 83 °
Échelle de mise au point : de 49cm à l'infini
Diaphragme : Couplé automatiquement sur les boîtiers originaux
Levier test profondeur de champ : Non
Échelle de profondeur de champ : Oui
Taille du filtre : 82mm
Construction : 8 éléments en 7 groupes
Résolution centre/bord : 45/16 paires de lignes/mm
Dimensions, (Diamètre x Longueur) : 86 x 96,5mm
Poids : 0,650kg

Traitement des lentilles : Multicouches

Comme le Zodiak-8 (ci-dessus), il y a plusieurs « générations » de MIR-26, la seule différence, là aussi, tient au traitement des lentilles : aucun au début puis simple couche puis multicouches. Mon exemplaire date de 1987 et bénéficie déjà du traitement multicouches.

Après l'éclatement du bloc soviétique, le MIR-26 a été rebaptisé ARSAT 45mm f/3.5 (c'est tout de même moins joli, mais bon !)

Aspect du MIR-26 sur le PENTAX K10D (avec sa poignée grip) :

De profil on voit l'adaptateur entre le K10 et le MIR-26. Notez la pièce de 1€ à côté du grip du K10 D.

De face, contrairement au Zodiak-8, avec le MIR-26 on voit le K10. Notez la pièce de 1€ sous l'objectif.

TESTS :

Il faut noter que toutes les images ci-dessous sont des images brutes de boîtier. La seule modification est la traduction des PEF en JPEG et la compression pour le web. Toutes les images ci-dessous ont été faites à pleine ouverture (f/3.5) sauf les tests de vignetage où le diaphragme est précisé.

1) vignetage

f/3.5 (si aucun vignetage ici, les autres ouvertures sont superflues mais il faut que le test soit le même pour tous !)

f/4.0

f/5.6

f/8

f/11

f/16

f/22

Non disponible sur cet objectif

Puisque le MIR-26 est un objectif conçu pour le moyen format, il a été prévu pour couvrir une surface sensible de 60x60mm (à peine moins). Autant dire que la surface du capteur APS-C du K10 D est ridicule en comparaison ! Il était donc certain qu'aucun vignetage ne viendrait troubler notre champ. J'ai fait le test pour être complet, mais il me semble que le résultat ne surprendra personne !...

2) Déformation

 

 

Déformation inexistante. Souvenez-vous du protocole de test: la distance sujet/objectif est très faible !... Cela dit, le MIR-26, en APS-C, est un petit téléobjectif (~70mm), cela explique pour beaucoup l'absence de déformation !...

Dans la « vraie vie », comme dans le test, la déformation est nulle...

Toujours dans la « vraie vie », si le sujet n'est plus du tout parallèle au capteur numérique (angle horizontal + angle vertical), cela n'entraîne pas de déformation non plus...

Notez que l'autofocus ne fonctionne pas sur cette « trame » trop peu contrastée. Le résultat est sans surprise : pas de déformation dans les angles de l'image (crop 100% angle supérieur gauche).

Comme déjà démontré plus haut, et dans la mesure où on trouve aucune déformations sur les bords, au centre de l'image (crop 100%), la déformation est également nulle !...

3) Aberration chromatique

Au centre de l'image (crop 100%) : aucune aberration chromatique.

Sur les bords (crop 100% bord inférieur gauche) l'aberration existe mais est tout à fait négligeable.

Ce résultat peut être trompeur puisque tiré depuis l'écran de l'ordinateur, en sera-t-il de même dans la nature, avec un contraste autrement plus puissant ? Essayons :

Image globale d'où est tiré le crop 100% ci-contre (localisé par le rectangle rouge).

Sur le bord extrême (crop 100%) on voit une aberration chromatique très minime (à peine plus visible que sur le test de l'écran informatique) acceptable dans l'état (voire négligeable) et qui, de toute façon, sera facilement corrigé par n'importe quel logiciel de correction d'image.

Image globale d'où est tiré le crop 100% ci-contre (localisé par le rectangle rouge).

Au centre de l'image, aucune aberration chromatique n'est à déplorer (ce qui rejoint le test de l'écran d'ordinateur). N.B. sur l'image compressée, on voit des zones vaguement rouges mais il s'agit des zones hors focale, rien à voir avec une AC !

4) Résolution de l'objectif

Voici la mire ISO 12233 (réduite) telle que recueillie par l'objectif, je vais apporter des crops 100% de différentes zones :

Crop 100% dans un coin (ici inférieur gauche). Il faut ne pas tenir compte du léger flou dû à la compression du JPEG.

Crop 100% de l'extrémité supérieure de la partie centrale.

Crop 100% du centre de l'image.

Toujours sans surprise (vue la différence du taille qu'il existe entre un négatif 60x60 et un capteur APS-C), on s'aperçoit que la résolution est très homogène sur toute la surface de l'image. ATTENTION toutefois, les images ci-dessus étant optimisées pour le web, elles ne sont pas vraiment ni très fines ni très pointues ! Cela n'empêche pas de tirer des conclusions sur l'homogénéité de la résolution même si à l'œil cela paraît « pauvre ».

5) Restitution des couleurs

Voici la mire couleur (réduite) telle que recueillie par l'objectif (déformation comprise), je vais apporter des crops 100% de différentes zones :

Le rendu des couleurs pastelles est parfait avec un petit bémol toutefois pour les bleus ...

Dans les couleurs très claires, la ségrégation n'est pas vraiment au rendez-vous. Est-ce l'objectif ? Est-ce le boîtier ? Est-ce l'écran d'ordinateur ? Est-ce le test ? quoi qu'il en soit je conserve le système !

Quant aux couleurs foncées, c'est encore pire !... Encore une fois, est-ce dû à l'objectif ? Est-ce dû au boîtier ? Est-ce dû à l'écran d'ordinateur ? Est-ce dû à mon protocole de test ? On en saura plus lors des tests dans la « vraie vie »... Qu'importe, l'uniformité des tests passe par ce biais...

Bien sûr, je n'ai souligné ici que les problèmes ! Les autres zones sont nickel-chrome !...

Je vais essayer de garder la même image que pour le test du Zodiak-8 (c'est fou ce que la nature peut changer en quelques jours - et encore j'ai du attendre la fonte des neiges pour trouver un peu de couleurs sombres !) pour trouver un sujet présentant toute une gamme de couleurs (des plus claires aux plus foncées, en passant par une infinité de dégradés). Conclusion, je ne retrouve pas les manques soulignés plus haut ! Peut-être que mes exigences de test sont trop ambitieuses... Bref, au quotidien, pas de problème !

6) Flare (désolé je n'ai pas d'équivalent français en un seul mot !)

Ce test n'est effectué qu'en extérieur, en lumière artificielle, il me faudrait utiliser un super projecteur que je ne possède pas...

Voici, en réduction, l'image d'origine : un superbe contre jour avec le soleil plein cadre. Les zones jaunes correspondent aux zones de «flare».

Le nombre de zones de « flare » est si important qu'il n'est pas possible de montrer ici des crops 100%. La réduction de l'image originale suffit à montrer clairement le « flare ». Bien sûr, le flare est assez important mais les conditions de prise de vue sont assez exceptionnelles... Nous retrouvons ici beaucoup plus de flare qu'avec le Zodiak-8 !... Mon exemplaire de MIR-26 étant plus vieux que mon exemplaire de Zodiak-8, il se peut que le traitement multicouches soit moins efficace (ou moins bien fait par les soviétiques)...
L'utilisation d'un pare soleil est obligatoire !...

7) Flou d'arrière plan (bokeh) et profondeur de champ

Le MIR-26 étant primitivement conçu pour être un grand angle pour le moyen format, il est logique qu'il offre une grande profondeur de champ ! En théorie, si on utilise la règle de l'hyperfocale (décrite dans la rubrique «Les fiches techniques» sur ce site), on peut estimer que le MIR-26 permet une netteté de :

Si vous regardez la bague de mise au point, les distances sont exprimées sur une échelle de :

0,5m - 0,6m - 0,8m - 1,0m - 1,5m - 2,5m - infini.

En fait, avec une hyperfocale à environs 1,40m, il permet, à f/11, une profondeur de champs de 75cm à l'infini...

à f/22, on peut compter une profondeur de champs de 0,42m à l'infini...
à f/3.5 on peut compter une profondeur de champs de 2,40m à l'infini...

Pour tester ces valeurs théoriques, je vais faire une photo à pleine ouverture (f/3.5) :

- bague de mise au point : sur infini
- chambranle (à droite): à 25cm de l'objectif
- mur que pierres : à 2,30m de l'objectif
- fond : à 8,0m de l'objectif

Le chambranle à 25cm est hors focale, le mur de pierre à 2,30m n'est pas tout à fait net, tout le reste est bien net (notez que la limite neigeuse en haut de la marche, à peine plus loins que le mur de pierres, est nette)... le tout à pleine ouverture et mise au point effectuée à l'infini. Donc mes estimations théoriques se vérifient, à pleine ouverture le MIR-26 permet une profondeur de champ de 2,40m (environs) à l'infini.

Pour le bokeh final ;) je ne donnerai que 2 exemples d'images (les mêmes que pour le Zodiak-8, dans la mesure du possible)

a) Via le protocole de test :

b) Dans la « vraie vie » avec une distance très importante entre le sujet et l'arrière plan :

Je n'ai pas l'intention de tirer une conclusion sur la qualité du bokeh de cet objectif puisqu'il ne s'agit que d'une question de goût personnel, chacun se fera son opinion !

8) Résultat sur une prise de vue à distance minimale

Chez DPReview (que tout le monde connaît) ils testent les boîtiers en « proxiphotographie » ou en « macrophotographie ». Il pourrait être intéressent d'en faire de même pour les objectifs !

Réduction de l'image originale d'un extrait d'un cours de neurophysiologie de la douleur que j'ai donné il y a peu...

Crop 100% où on distingue facilement la trame RVB et la belle reproduction des lettres. Je souligne à nouveau que les couleurs «parasites» autour des lettres ne sont pas dues à des aberrations chromatiques de l'objectif mais à la technique utilisée par Windows pour lisser les caractères à l'écran...

9) Influence de l'objectif sur l'autofocus du K10 D

Certains objectifs peuvent «tromper» l'autofocus du boîtier soit dans le sens d'un «back focus», soit dans le sens d'un «front focus». Il est donc intéressent de faire le test.

Le MIR-26 ne peut en aucun cas tirer partie de l'autofocus du K10 D... Donc, bien sûr, la mise au point a été manuelle... Par contre, pour effectuer cette mise au point, je n'ai tenu aucun compte de l'image formée sur le dépoli, j'ai simplement attendu le signal sonore et l'illumination de l'hexagone vert du viseur (preuves que pour le K10 D la mise au point était bonne).

Comme déjà expliqué dans le paragraphe sur le protocole de test, on voit que l'autofocus du K10 D n'est pas du tout influencé par le MIR-26.

L'image ci-dessus devrait éviter de faire ce test de confirmation mais il faut que le protocole de test soit respecté donc voici le test de front/back focus.

Crop 100% et rotation 90° à droite de la ligne de test. Sans surprise la mise au point est au « quart de poil ». Notez que les petits « nuages » sont dus à la compression JPEG pour le web...

10) Utilisation du flash intégré au K10 D avec le MIR-26

Vu la taille du MIR-26, on aurait pu se douter que le flash intégré était inutilisable ! Mais en réalité NON, c'est tout à fait utilisable ! (la photo est nulle OK, mais c'est une simple démo)

CONCLUSION :

Le MIR-26 est un objectif assez gros et moyennement lourd pour une focale fixe (petit téléobjectif ~70mm). Il a été conçu pour être un grand angle pour le moyen format. Il n'a strictement rien à faire sur un K10 D, et pourtant... mon expérience passée et les tests que je vous propose ici prouvent que c'est un objectif exceptionnel en 60x60... mais aussi très bon en APS-C ! Bien sûr on ne pourra inciter personne à se le procurer pour le laisser à demeure sur son K10 D, mais quitte à en profiter en moyen format, c'est un bel objet avec lequel compter dans son équipement Pentax Numérique APS-C... Un peu « court » pour le portrait, mais pouvant éventuellement convenir.

Ma conclusion (propre et qui n'engage QUE moi !) : « Я люблю этот объектив » (J'aime cet objectif)

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page



KIEV ARSENAL VOLNA-3 (КИЕВ АРСЕНАЛ ВОЛНА-3) 82mm f/2.8


ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

ATTENTION : ce test n'a absolument pas pour but de stimuler qui que ce soit à acquérir cet objectif pour l'utiliser sur son reflex numérique ! D'autant que depuis la fermeture d'ARSAT, son prix a explosé, même en occasion !... Ce test se contente de donner de la matière pour se faire une idée de ce que cette optique peut valoir sur un APS-C. Si on l'utilise déjà sur un (ou plusieurs) appareil moyen format, peut-être que ce test vous donnera envie de monter cet objectif sur votre numérique...

PRÉSENTATION :

VOLNA-3 80mm/f:2.8

Formule optique du VOLNA-3

Mission :
Normal en Moyen Format 60x60mm (~50mm en équivalent 24x36)

Montures :
- Saliut, Kiev 88
- Pentacon Six, Kiev 60, Kiev 6C, Kiev88 CM, Exacta 66 (etc)

Focale : 80mm
Ouverture Maximale : f/2.8
Angle de vue : 45 °
Échelle de mise au point : de 60cm à l'infini
Diaphragme : Couplé automatiquement sur les boîtiers originaux
Levier test profondeur de champ : Oui
Échelle de profondeur de champ : Oui
Taille du filtre : 62mm
Construction : 6 éléments en 5 groupes
Résolution centre/bord : 50/20 paires de lignes/mm
Dimensions, (Diamètre x Longueur) : 76 x 57mm
Poids : 340g

Traitement des lentilles : Multicouches

 

 

 

Aspect du Volna-3 sur le PENTAX K10D (avec sa poignée grip) :

De profil on voit l'adaptateur entre le K10 et le Volna-3. Notez la pièce de 1€ à côté du pare soleil (fixe).

De face, j'ai du faire une photo en légère plongée pour être en mesure de voir un bout du K10. Notez la pièce de 1€ devant

TESTS :

Il faut noter que toutes les images ci-dessous sont des images brutes de boîtier. La seule modification est la traduction des PEF en JPEG et la compression pour le web. La seule image corrigée (pour prouver que c'est possible) est celle touchant à la déformation (correction précisée dans la remarque). Toutes les images ci-dessous ont été faites à pleine ouverture (f/2.8) sauf les tests de vignetage où le diaphragme est précisé.

1) vignetage

f/2.8 (si aucun vignetage ici, les autres ouvertures sont superflues mais il faut que le test soit le même pour tous !)

f/4.0

f/5.6

f/8

f/11

f/16

f/22

Non disponible sur cet objectif

Puisque le Volna-3 est un objectif conçu pour le moyen format, il a été prévu pour couvrir une surface sensible de 60x60mm (à peine moins). Autant dire que la surface du capteur APS-C du K10 D est ridicule en comparaison ! Il était donc certain qu'aucun vignetage ne viendrait troubler notre champ. J'ai fait le test pour être complet, mais il me semble que le résultat ne surprendra personne !...

2) Déformation

 

Déformation inexistante. Souvenez-vous du protocole de test: la distance sujet/objectif est très faible !... Cela dit, le VOLNA-3, en APS-C, est un téléobjectif (~120mm), cela explique pour beaucoup l'absence de déformation !...

Dans la « vraie vie », la déformation est nulle...

Toujours dans la « vraie vie », si le sujet n'est plus du tout parallèle au capteur numérique (angle horizontal + angle vertical), aucune déformation n'apparaît. N'oublions pas que 80mm en 60x60 correspond grosso-modo à 120mm en APS-C ...

Notez que l'autofocus ne fonctionne pas sur cette « trame » trop peu contrastée, mais point d'autofocus avec le VOLNA-3. Le résultat est sans surprise : aucune déformation dans les angles de l'image (crop 100% angle supérieur gauche).

Comme déjà démontré plus haut, au centre de l'image (crop 100%), la déformation est nulle !...

3) Aberration chromatique

Au centre de l'image (crop 100%) : aberration chromatique modérée, facilement corrigée.

Sur les bords (crop 100% bord inférieur gauche) l'aberration existe mais est plus présente (tout à fait récupérable).

Ce résultat peut être trompeur puisque tiré depuis l'écran de l'ordinateur, en sera-t-il de même dans la nature, avec un contraste autrement plus puissant ? Essayons :

Image globale d'où est tiré le crop 100% ci-contre (localisé par le rectangle rouge).

Sur le bord extrême (crop 100%) on voit une aberration chromatique assez minime (bien moins visible que sur le test de l'écran informatique) qui serait presque acceptable dans l'état et qui, de toute façon, sera facilement corrigée par n'importe quel logiciel de correction d'image.

Image globale d'où est tiré le crop 100% ci-contre (localisé par le rectangle rouge).

Au centre de l'image, aucune aberration chromatique n'est à déplorer (ce qui contredit encore une fois le test de l'écran d'ordinateur).

4) Résolution de l'objectif

Voici la mire ISO 12233 (réduite) telle que recueillie par l'objectif, je vais apporter des crops 100% de différentes zones:

Crop 100% dans un coin (ici supérieur gauche). Bien sûr les pixels de l'écran masquent beaucoup la résolution...

Crop 100% de l'extrémité supérieure de la partie centrale.

Crop 100% du centre de l'image.

Toujours sans surprise (vue la différence du taille qu'il existe entre un négatif 60x60 et un capteur APS-C), on s'aperçoit que la résolution est très homogène sur toute la surface de l'image. ATTENTION toutefois, les images ci-dessus étant optimisées pour le web, elles ne sont pas vraiment ni très fines ni très pointues ! Cela n'empêche pas de tirer des conclusions sur l'homogénéité de la résolution même si à l'œil cela paraît « pauvre ».

5) Restitution des couleurs

Voici la mire couleur (réduite) telle que recueillie par l'objectif (déformation comprise), je vais apporter des crops 100% de différentes zones :

Le rendu des couleurs pastelles

Dans les couleurs très claires,

Quant aux couleurs foncées,

En cette période de l'année, il a été facile de trouver un sujet présentant toute une gamme de couleurs (des plus claires aux plus foncées, en passant par une infinité de dégradés). Conclusion,

6) Flare (désolé je n'ai pas d'équivalent français en un seul mot !)

Ce test n'est effectué qu'en extérieur, en lumière artificielle, il me faudrait utiliser un super projecteur que je ne possède pas...

Voici, en réduction, l'image d'origine : un superbe contre jour avec le soleil plein cadre encerclé par des nuages. La zone jaune correspond à la zone de « flare » dont un crop 100% est affiché à droite.

Sur le crop 100% on voit

7) Flou d'arrière plan (bokeh) et profondeur de champ

Le Volna-3 étant primitivement conçu pour être un objectif normal pour le moyen format, il est logique qu'il offre une profondeur de champ moyenne. En théorie, si on utilise la règle de l'hyperfocale (décrite dans la rubrique « Les fiches techniques » sur ce site), on peut estimer que le Volna-3 permet une netteté de :

Si vous regardez la bague de mise au point, les distances sont exprimées sur une échelle de :



En fait, avec une hyperfocale à environs m, il permet, à f/11, une profondeur de champs de cm à l'infini...

à f/22, on peut compter une profondeur de champs de m à l'infini...
à f/2.8 on peut compter une profondeur de champs de m à l'infini...

Pour tester ces valeurs théoriques, je vais faire une photo à pleine ouverture (f/2.8) :

- bague de mise au point : sur infini
-
-
-

.

Pour le bokeh final ;) je ne donnerai que 2 exemples d'images

a) Via le protocole de test :

b) Dans la « vraie vie » avec une distance très importante entre le sujet et l'arrière plan :

Je n'ai pas l'intention de tirer une conclusion sur la qualité du bokeh de cet objectif puisqu'il ne s'agit que d'une question de goût personnel, chacun se fera son opinion ! Bien sûr, il y a moyen de modifier la forme du bokeh (voir ici par exemple) mais cela sort du cadre de mes tests. Un autre point important à garder en tête : le format APS-C, relativement petit offre un bokeh, globalement moins « soft » que le plein format (24x36).

8) Résultat sur une prise de vue à distance minimale

Chez DPReview (que tout le monde connaît) ils testent les boîtiers en « proxiphotographie » ou en « macrophotographie ». Il pourrait être intéressent d'en faire de même pour les objectifs !

Réduction de l'image originale (avec les déformations) d'un extrait d'un cours de neurophysiologie de la douleur que j'ai donné il y a peu...

Crop 100% où on distingue facilement la trame RVB et la belle reproduction des lettres. Je souligne à nouveau que les couleurs « parasites » autour des lettres ne sont pas dues à des aberrations chromatiques de l'objectif mais à la technique utilisée par Windows pour lisser les caractères à l'écran...

9) Influence de l'objectif sur l'autofocus du K10 D

Certains objectifs peuvent « tromper » l'autofocus du boîtier soit dans le sens d'un « back focus », soit dans le sens d'un « front focus ». Il est donc intéressent de faire le test.

Le Volna-3 ne peut en aucun cas tirer partie de l'autofocus du K10 D... Donc, bien sûr, la mise au point a été manuelle... Par contre, pour effectuer cette mise au point, je n'ai tenu aucun compte de l'image formée sur le dépoli, j'ai simplement attendu le signal sonore et l'illumination de l'hexagone vert du viseur (preuves que pour le K10 D la mise au point était bonne).

Comme déjà expliqué dans le paragraphe sur le protocole de test, on voit que l'autofocus du K10 D n'est pas du tout influencé par le Volna-3.

L'image ci-dessus devrait éviter de faire ce test de confirmation mais il faut que le protocole de test soit respecté donc voici le test de front/back focus.

Crop 100% et rotation 90° à droite de la ligne de test. ...

10) Utilisation du flash intégré au K10 D avec le Volna-3

Vu la taille du Volna-3, (la photo est nulle OK, mais c'est une simple démo)

CONCLUSION :

Le Volna-3 est un objectif ...

Quels que soient les résultats de ce test, il faut noter que le Volna-3 n'est pas franchement utilisable sur un Pentax K-10, en effet, le Volna-3 est un objectif "automatique" qui n'est utilisable qu'à pleine ouverture dès lors qu'il est monté sur un boîtier non équipé d'une interface Pentacon-6 !... Les tests ont pu avoir lieu uniquement grâce à la présence d'un test de profondeur de champ intégré dans l'objectif... Cela fonctionne très bien MAIS, dans la vie de tous les jours ce n'est franchement pas pratique !...

Ma conclusion (propre et qui n'engage QUE moi !), malgré tout : « Я люблю этот объектив » (J'aime cet objectif)

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page



Flag Counter
En savoir plus