Accueil
Index général
Contacter le Webmaster
Note de copyright
Particularités & fonctionnement
Vous pouvez participer
Appel aux internautes
Liens
Dernières mises à jour
Le livre d'or
Qui suis-je ?
Mon matériel (chéri)
La page des débutants
Quelques cotes
Ma galerie photographique
Ma carte blanche
Le tableau d'honneur
Historique de l'appareil photographique
La grande histoire de Pentax®
Les appareils photographiques de l'Est
Quelques modes d'emploi introuvables
Un petit « cours » de photographie
L'alphabet russe
Les logos des marques
Des bricolages pour photographes
Les mauvais plans à éviter absolument
Les théories influençant la photographie
Les fiches techniques
Mise au point sur...
Les secrets d'une photographie
Les tests approfondis
Les tests improbables
Quid du M42 ?
La photo vue par la toute jeune génération
Faire ses débuts en photo argentique
Faire ses débuts en photo numérique
Analogique | Numérique - Une alternative
Manifeste pour la lenteur en photographie
Questions & tuyaux en photo numérique
Quel objectif pour reflex Pentax numérique ?
Un fantasme devenu possible ?
Les foires à la photo - Dénicher des occaz
Un petit tour au laboratoire
Un peu de labo numérique
Choisir son appareil photographique
Quel appareil pour quelle photo ?
Choisir son (ses) objectif (s)
Choisir son statif
Quels accessoires envisager ?
Utiliser / faire revivre les filtres
Vérifier son matériel
Que penser des Kiev et de ceux qui les modifient ?
Acheter un appareil soviétique ?
Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire !
Les lois d'une nouvelle expérience photographique
De l'acte photographique
Le grand match
Prendre soin de ses appareils photographiques
Où faire réviser/réparer son appareil photo ?
Composition : erreurs fréquentes à éviter plus conseils
Techniques photographiques évoluées
Programmer sa propre évolution photographique
Retrouver l'inspiration photographique
Créer un studio « professionnel » à moindre frais
Projets d'expérimentations
Expériences de paléophotographie
Parlons matériel (pas marque !)
Mes photographes préférés
Quid de la lomographie ?
Dernière minute
Questions / Réponses
1001 trucs à connaître
Et si on essayait de comprendre les photos ?
Et si on essayait l'originalité ?
Et si on s'essayait à la macrophotographie ?
Et si on s'essayait au panoramique ?
Et si on s'essayait à la trichromie ?
Et si on s'essayait à l'autochrome ?
Et si on s'essayait au noir et blanc créatif ?
Et si on se construisait un appareil sténopé ?
Et si on s'essayait au moyen format ?
Et si on s'essayait au grand format ?
Photographier sans lumière ?
Photographier avec un smartphone/une tablette
Photographier avec un compact bas de gamme
Ces petits trucs qui changent tout
La photographie itinérante
Les styles en photographie
La petite histoire d'une photographie
Devenir meilleur photographe
Équipement logiciel de qualité à bas prix !
Que peut-on attendre des logiciels photo ?
Divagations
Peut-on protéger ses créations ?
Le coin des polémiques
Hommage à FERNAND BIGNON
Lettre ouverte aux (futurs) argentistes
Les photographes sont tous C H A R L I E



 

Dans cette rubrique du site (www.thydelor.eu) je vais vous livrer les secrets que cache une photo. Il n’est pas question de discuter du fait que cette photo est belle ou non, intéressante ou non ! Simplement expliquer ce qui a fait qu’elle existe ! Souvent, des petits secrets peuvent ouvrir de grands horizons aux passionnés et créatifs que sont les photographes, même amateurs…

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Matériel et Technique
Présentation / Symbolique
 
Un super objectif macro Pas de jugement hâtif  
Un pas vers le pictorialisme    

 

MATÉRIEL et TECHNIQUE

 
UN SUPER OBJECTIF MACRO
 
ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu
D'abord, voici la photo « résultat » :

Commentaire et historique :

  • Au premier coup d’œil on s’aperçoit qu’il s’agit d’une photo dite « proxiphotographie » (ce n’est pas vraiment de la « macrophotographie » mais on s’y approche). Comme toute image en proxi ou macrophotographie, on voit aisément la très faible profondeur de champ (surtout repérable sur le coude de la branche). On constate également que la photo a été prise en lumière naturelle puisque le fond n’est pas noir. Jusque là, rien de bien extraordinaire me direz vous avec raison !
  • Si c’était tout ce que j’avais à dire je n’aurais pas créé cette section, vous vous en doutez ! Alors voilà le secret de cette photo :

Pour faire de la proxiphotographie (et encore plus de la macrophotographie) il faut investir, au mieux dans des bagues allonges ou un soufflet, au pire dans un objectif macro au rapport 1:1 (ou plus). Dans tous les cas, cela demande un certain investissement ! Un jour, j’ai récupéré (gratuitement) un vieux Chaïca 2 (appareil soviétique –voir la rubrique « les appareils photographiques de l’Est ») en assez mauvais état, suffisamment mauvais pour ne pas pouvoir le « retaper »… J’allais tout mettre à la benne quand une petite voix m’a soufflé « garde donc l’objectif, on ne sait jamais ! ». Ce que je fis. Bien sûr ce n’était pas la pointe de l’optique mondiale (ni même soviétique) qui équipait les Chaïca mais je pensais que ce « cul de bouteille » pourrait me fournir une image bien douce… Si vous avez parcouru ma rubrique des « appareils de l’Est », vous avez découvert que le Chaïca était un 1/2 format (18x24). Qu’importe ! Monté sur un appareil de format supérieur je n’arriverais jamais à faire la mise au point à l’infini mais pour la « macro » c’est tout à fait envisageable !...

Ce qui fut envisagé fut fait : mon Pentax K10 D a perdu (temporairement) son optique d’origine et j’ai simplement posé l’objectif du Chaïca devant le trou laissé béant sur le boîtier (il est impossible de fixer cet objectif sur le K10D !), je me suis approché de mon sujet et voilà une photo « macro » à un prix défiant toute concurrence…

Bien sûr, il y a un vignetage, c’est inévitable puisque la couverture de champ est fonction du format !... mais, ça peut avoir son charme… Sinon, le recadrage est facile quand il s’agit d’un fichier informatique !...

Maintenant, vous aimez ou vous n’aimez pas la photo, c’est votre choix mais avouez que le tuyau est de première et si vous pensez faire mieux, je vous encourage vivement à suivre le chemin tracé ici !... Vous pourrez trouver des exemples d'utilisation de cet objectif dans ma galerie.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


UN PAS VERS LE PICTORIALISME

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Cet article n'intéressera certainement pas tout le monde bien qu'il ne soit pas dénué d'intérêt... Prenez-en connaissance malgré tout, même si vous n'êtes pas intéressé par ce type d'expérience.

Lorsque j'ai décidé de tenter l'expérience du pictorialisme avec du matériel numérique, j'ai, tout naturellement, commencé par rechercher des techniques qui pourraient servir la cause de ce style de photographie. Puisqu'il il est toujours préférable de « se faire les dents » avant de se lancer réellement, j'ai choisi un sujet sans intérêt (comme c'était souvent le cas chez les pictorialistes) pour essayer d'en faire quelque chose d'esthétique. Voici ce que donne mon premier essai "concluant". Vous pourrez trouver ici quelques techniques aboutissant aux effets pictorialistes. Je pense que d'autres tests donneront de bien meilleurs résultats, mais c'est un bon début, ... , c'est pourquoi je vous le livre ici tel quel avec, bien sûr, les explications qui s'y rattachent...



Que voyons-nous ? Pas grand chose ? C'est un peu le but ! Mais comment obtenir cet effet est bien plus important que le contenu réel de l'image...

Si on ne voit pas grand chose, il semble évident qu'il s'agit d'un immeuble en construction (ou en rénovation puisque la cheminée est déjà en place), une probable baraque de chantier, un peu plus loin un banal pavillon d'habitation et tout au fond, quelque chose qui ressemble à un arbre. On devine que cette image a été prise en hiver, on dirait que tout est recouvert d'une fine couche de neige, peut-être même que la neige tombe encore un peu. On doit être à la tombée de la nuit, voire en pleine nuit. Voilà pour le sujet, sans intérêt je vous l'avais dit !

Pour ce qui est de la construction de l'image, que voyons-nous ? Cette partie est déjà beaucoup plus intéressante pour nous (dans le cadre de cette rubrique). L'objectif utilisé n'est vraiment pas très "piqué", cela fait partie des pré-requis pour le pictorialisme, l'image est limite floue. On remarque également un vignetage assez important (cela aussi fait partie du jeu !), mais, chose bizarre, le vignetage se concentre sur la partie gauche de l'image, la partie droite en est exempte ! (???). On remarque surtout un grain très prononcé, limite pointilliste (voilà le mot clé ! on est en plein dans le pictorialisme !). En fouillant un peu, on remarquera une profondeur de champ très importante, le fond n'est pas plus flou que l'avant plan...

Comment j'ai donc bien pu obtenir cette image numérique « à la mode années 1900 » ? C'est exactement ce que je vais vous livrer maintenant...

1) je voulais une image limite floue et une grande profondeur de champ (les pictorialistes qui voulaient faire croire à de la peinture plutôt qu'à de la photographie, jouaient beaucoup sur la profondeur de champ). Cela limitait le choix de l'objectif à un seul : l'absence d'objectif !!! J'ai donc créé un sténopé mais avec un trou bien plus petit que la théorie le préconiserait... D'1/3 de mm théorique je me suis contenté d'une ouverture d'1/4 de mm...

2) je voulais un vignetage et je trouvais sympa de "dérouter" le lecteur de l'image (ça aussi relève de la philosophie du pictorialisme) en plaçant le vignetage d'un seul côté de l'image... Par quel "miracle" cela a-t-il été possible ? Si vous regardez dans ma rubrique "bricolage" ma technique de création de sténopé, vous comprendrez aisément qu'en plaçant le sténopé à la limite du trou creusé dans le bouchon de boîtier j'obtiendrai un vignetage prononcé d'un seul côté de l'image !...

3) je voulais un effet "pointilliste", mais, bien sûr, il n'était pas question de demander à Photoshop de faire le travail (!!!) Il aurait pu le faire sans souci mais cela ne présente aucun intérêt pour quelqu'un qui, comme moi, préfère la photographie au travail sur l'ordinateur !... Non, si on veut du grain, il suffit, et c'est exactement ce que j'ai fait, choisir un reflex ancien (ici un Pentax Km) et régler la sensibilité ISO à 3200 (c'était énorme à l'époque !...). Bien sûr, avec un appareil plus moderne, il suffirait d'utiliser la sensibilité ISO maximum permise par le boîtier pour obtenir le même résultat (n'allez pas me faire croire que 100.000 ISO sur un boîtier actuel donne de meilleurs résultats que 3200 ISO sur un Km !...). Cela m'a permis d'obtenir tout le grain que je souhaitais et même quelques petits points colorés (des artéfacts bien sûr) qui sont du meilleur effet pour ce que je souhaitais faire !...

Et voilà, ... , c'est tout, ..., ce n'est pas grand chose, peut-être, mais la voie de la création d'images pictorialistes en numérique est ouverte, allez visiter ma galerie, dès que j'aurais obtenu de bonnes images de ce style je les publierai pour voir ce qu'on peut faire avec quelques bonnes idées...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


PRÉSENTATION / SYMBOLIQUE


PAS DE JUGEMENT HÂTIF

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Nota Bene : cet article n'aura un réel intérêt que si votre écran est bien calibré

Je tiens à traiter aujourd'hui un aspect trop mal connu des photographes amateurs : la présentation et la symbolique que l'auteur de l'image veut proposer à ses spectateurs. J'ai intitulé cet article « Pas de jugement hâtif » parce qu'il faut toujours se laisser un moment de réflexion avant d'émettre un jugement de valeur devant une image qui semble techniquement « hors » des normes admises...

Pour illustrer le sujet, je vais vous proposer une photo tirée de ma galerie. Cette photo (que j'aime beaucoup) n'a pas franchement été comprise par tout le monde et trouve donc tout à fait sa place dans cet article :

Avant toute chose, commençons par la critiquer de la manière que je ne recommande justement pas dans cet article :
—> Elle est sous-exposée
—> Le contraste entre la fenêtre et le reste est trop important
—> L'œil est trop attiré par la fenêtre, du coup on ne voit pas ce qui se trouve dans la partie inférieure
—> La fenêtre semble être le point fort de l'image, du coup il est très mal positionné dans la composition
—> En un mot comme en cent, cette photo est complètement ratée et sans intérêt...

Est-ce bien certain ? Cette photo est une image numérique, donc il aurait été très simple de modifier l'exposition en post-traitement. C'est exactement ce que je vais faire maintenant...

Ah, voilà, cette fois elle est mieux exposée, on pourrait encore espérer plus, mais bon, de ce côté là ça peut aller... Pourquoi ne l'a-t-il pas fait avant présentation dans la galerie ?

Essayons à nouveau la critique « classique » :
—> Bon, il s'agit d'une cage d'escalier dans un bâtiment apparemment en ruine, le sol est jonché de débris, la peinture murale est décrépite, les marches vermoulues, la boite électrique éventrée
—> Je ne trouve pas le point fort de l'image
—> L'image est plate et sans grand intérêt
—> En un mot comme en cent, cette photo est complètement ratée et sans intérêt...

Voilà !!! Exactement !!! Vous avez compris !!! Si on utilise les critères « classiques » de la critique photographique (celle que les amateurs ont tendance à utiliser à cause du formatage des différents ouvrages destinés aux amateurs justement...), on arrive à la même conclusion : « En un mot comme en cent, cette photo est complètement ratée et sans intérêt... ». Pas une seule seconde on s'est interrogé pour essayer de voir si cette image, si simple en apparence, ne cachait pas quelque chose de plus profond, un message subliminal, une symbolique qui a poussé l'auteur à la présenter dans sa version « sous exposée »...

C'est exactement le réflexe que devrait acquérir tout amateur : à la seconde où sa critique est faite, prendre une pause et se questionner... Pourquoi une image si "plate" a-t-elle pu attirer l'intérêt de son auteur ? Pourquoi n'a-t-il pas essayé de la mettre en valeur ? Qu'a-t-il voulu me dire en me la montrant ainsi ?

Je ne vais pas vous donner l'explication de mon image, chacun doit essayer de trouver ce que cette image raconte à son propre subconscient, à sa propre sensibilité... Mais imaginez la noirceur dans laquelle est englué le spectateur... Imaginez la peur de l'inconnu devant ces marches d'escalier vermoulues et mal éclairées... Imaginez le symbole de cette fenêtre ouverte sur la vie (l'arbre) et la lumière, pourquoi pas la chaleur voire l'espoir. N'y serait-il pas question d'une élévation spirituelle ? La deuxième partie de l'escalier semble mieux éclairée et sécurisée, cela n'inciterait-il pas à une invitation à l'escalade ? Et cette dalle de béton qui coupe la deuxième partie de l'escalier ainsi que le haut de la fenêtre est-elle présente sur la photo par hasard (ou par maladresse) ou bien évoque-t-elle un frein métaphysique ? Et ce cadrage, fenêtre placée au beau milieu de l'axe vertical de l'image, est-ce une méconnaissance du nombre d'or de la part de l'auteur... ou serait-ce volontaire ? Cette localisation ne serait-elle pas plutôt la clé qui permettrait de comprendre le trouble qu'a éprouvé le photographe devant cette scène ?

Voilà, je vais m'arrêter là, à vous d'essayer d'analyser en profondeur cette image. Vous êtes tout à fait en droit de ne pas l'aimer... Après des heures d'analyse (j'exagère !), vous serez tout à fait en droit de conclure « En un mot comme en cent, cette photo est complètement ratée et sans intérêt... », mais, au moins, vous aurez des arguments pour la détester, ne serait-ce que dire « je ne comprends pas le message que l'auteur a voulu transmettre avec cette image »...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


Flag Counter
En savoir plus