Accueil
Index général
Contacter le Webmaster
Note de copyright
Particularités & fonctionnement
Vous pouvez participer
Appel aux internautes
Liens
Dernières mises à jour
Le livre d'or
Qui suis-je ?
Mon matériel (chéri)
La page des débutants
Quelques cotes
Ma galerie photographique
Ma carte blanche
Le tableau d'honneur
Historique de l'appareil photographique
La grande histoire de Pentax®
Les appareils photographiques de l'Est
Quelques modes d'emploi introuvables
Un petit « cours » de photographie
L'alphabet russe
Les logos des marques
Des bricolages pour photographes
Les mauvais plans à éviter absolument
Les théories influençant la photographie
Les fiches techniques
Mise au point sur...
Les secrets d'une photographie
Les tests approfondis
Les tests improbables
Quid du M42 ?
La photo vue par la toute jeune génération
Faire ses débuts en photo argentique
Faire ses débuts en photo numérique
Analogique | Numérique - Une alternative
Questions & tuyaux en photo numérique
Quel objectif pour reflex Pentax numérique ?
Un fantasme devenu possible ?
Les foires à la photo - Dénicher des occaz
Un petit tour au laboratoire
Un peu de labo numérique
Choisir son appareil photographique
Quel appareil pour quelle photo ?
Choisir son (ses) objectif (s)
Choisir son statif
Quels accessoires envisager ?
Utiliser / faire revivre les filtres
Vérifier son matériel
Que penser des Kiev et de ceux qui les modifient ?
Acheter un appareil soviétique ?
Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire !
Les lois d'une nouvelle expérience photographique
De l'acte photographique
Le grand match
Prendre soin de ses appareils photographiques
Où faire réviser/réparer son appareil photo ?
Composition : erreurs fréquentes à éviter plus conseils
Techniques photographiques évoluées
Programmer sa propre évolution photographique
Retrouver l'inspiration photographique
Créer un studio « professionnel » à moindre frais
Projets d'expérimentations
Expériences de paléophotographie
Parlons matériel (pas marque !)
Mes photographes préférés
Quid de la lomographie ?
Dernière minute
Questions / Réponses
1001 trucs à connaître
Et si on essayait de comprendre les photos ?
Et si on essayait l'originalité ?
Et si on s'essayait à la macrophotographie ?
Et si on s'essayait au paysage ?
Et si on s'essayait au panoramique ?
Et si on s'essayait à la trichromie ?
Et si on s'essayait à l'autochrome ?
Et si on s'essayait au noir et blanc créatif ?
Et si on se construisait un appareil sténopé ?
Et si on s'essayait au moyen format ?
Et si on s'essayait au grand format ?
Et si on se lançait ?
Photographier sans lumière ?
Photographier avec un smartphone/une tablette
Photographier avec un compact bas de gamme
Ces petits trucs qui changent tout
La photographie itinérante
Les styles en photographie
La petite histoire d'une photographie
Devenir meilleur photographe
Équipement logiciel de qualité à bas prix !
Que peut-on attendre des logiciels photo ?
Divagations
Peut-on protéger ses créations ?
Le coin des polémiques
Votre labo numérique idéal
Compétences photographiques
Apprendre à voir
Tout, tout, tout, sur l'exposition...
Le summum de la vie d'une photo: l'expo photo
Photographier avec...
Hommage à FERNAND BIGNON
Lettre ouverte aux (futurs) argentistes
Vous témoignez
Les photographes sont tous C H A R L I E

DÉBUTER EN DOUCEUR

Question :
[...] j'ai 12 ans et je n'ai pas beaucoup d'argent. J'aime bien photographier avec mon téléphone et je prend beaucoup de photos avec mais j'aimerai un vrai appareil photo pas cher pour faire mieux. Quoi choisir pour ne pas me tromper ? Pouvez vous m'aidé ? [...]

Réponse :
En fait, la réponse se trouve quasiment dans ta question (je peux te tutoyer je pense)... tu dis ne pas avoir beaucoup d'argent. Malheureusement pour toi, le marché du matériel photo a réussi à faire exploser les prix et les choix restants sont assez limités.

Avant tout, si tu possèdes un smartphone, vu le prix de ce matériel, si tu as de quoi te payer un autre smartphone, tu as devant toit un choix quasi-infini ! N'ayant pas précisé la somme que tu peux dépenser, je vais essayer de passer toutes les possibilités en revue.

1) tu n'as pas la somme te permettant d'acheter un smartphone actuel
Il te faudra choisir entre :
→ Un compact bas de gamme à petit capteur. Le choix est plus que limité de nos jours puisque même dans cette catégorie on trouve des appareils "très" chers. Parmi les pas chers, tu trouveras du matériel qui ne te permettra pas de faire beaucoup plus —ou mieux— qu'avec un smartphone ! Bien sûr tu auras accès à un choix —limité— de modes de prise de vues que ne propose pas le smartphone. J'ai écrit quelques articles sur la façon d'utiliser au mieux ce genre de matériel... mais pour une valeur de ~100€ tu risques d'être déçu du résultat. Si, toutefois, tu choisissais cette voie, avant d'acheter, attends un jour où le ciel est bien bleu et pur. Faits une image contenant une voiture ou une maison et une partie de ciel. Regarde l'image et recherche la couleur du ciel : s'il est blanc ou bleu délavé, abandonne ce modèle, si la voiture ou la maison est trop sombre, abandonne aussi ce modèle. Sinon, il est envisageable.
→ Un bridge à petit capteur. Bien que les prix aient également décollé, tu as encore un choix assez large. Pour 2 ou 3x le prix d'un compact bas de gamme à petit capteur, tu auras accès à des modes de prise de vues beaucoup plus proches de ce que l'on attend d'un appareil photo avec, en plus, un zoom beaucoup plus puissant. Cela dit, le capteur ne sera probablement pas beaucoup plus qualitatif que celui du compact bas de gamme à petit capteur. Il faudra faire le même test que précédemment. Si le résultat te convient, saches que tu pourras faire tout ce que tu pourras souhaiter faire en photo, même choisir entre des photos au format JPEG et RAW !...
→ Le matériel d'occasion. Là, le choix est quasiment infini, par contre, j'en ai aussi parlé dans un article, les tarifs en occasion sont toujours supérieurs à ce que vaut vraiment le produit ! En plus, on n'est jamais à l'abri d'une mauvaise surprise ! N'achète jamais sur internet ou par correspondance ! Faits toi accompagner par quelqu'un qui s'y connait avant d'acheter... les mauvais plans sont légion !...
→ Le matériel argentique. Ce serait une excellente idée dans la mesure où, pour le prix d'un compact bas de gamme à petit capteur, tu pourrais t'offrir un excellent reflex et un objectif ! Malheureusement, je pense qu'à ton âge tu as d'autres choses à faire qu'apprendre la photo sur film !... Ce n'est pas que ce soit compliqué, mais, trouver un labo pour développer n'est pas très simple et apprendre à développer du noir et blanc prend trop de temps, ça te dégoûterait ! Tu pourras prévoir cette voie dans quelques années, aujourd'hui, je ne pense pas qu'il serait judicieux de te le conseiller !...
→ Conclusion : le plus raisonnable, à mon avis, serait d'économiser encore un peu. Continue à utiliser ton smartphone, apprend la composition, fais des tests de composition... tu auras déjà bien avancé. Quand tu auras assez d'argent, il ne te restera plus qu'à apprendre l'exposition. Si tu es pressé, cherche du côté d'un bridge.

2) tu as la somme te permettant d'acheter un smartphone actuel
Là tu auras l'embarras du choix ! Bridge de grande qualité, COI (attention, très chers en haut de gamme), reflex débutant... tout quoi. Puisque tu veux mon conseil, pas d'hésitation, va pour un reflex "débutant". Relis mes articles traitant du choix de son matériel, en insistant surtout sur l'ergonomie !... Si tu trouves ton bonheur, tu auras du super matériel pour moins que ce qui te sera demandé pour un smartphone 12 (quelle que soit sa marque !) et il t'accompagnera dans ton évolution photographique très longtemps (voire toujours)...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


UTILISATION D'UNE BOBINE 120 À LA PLACE D'UNE BOBINE 620

Question :
[...] Vous dites qu'en découpant la collerette d'une bobine 120, on peut l'utiliser à la place d'une bobine 620. Mais le diamètre de l'axe de la bobine 120 est beaucoup plus gros que l'axe de la bobine 620. Ce n'est pas un problème ? [...]

Réponse :

En effet, le diamètre de l'axe de la bobine 120 est beaucoup plus important que celui de la bobine 620 ! Donc, en effet, découper la collerette —et diminuer un peu son épaisseur— permet d'insérer la bobine 120 dans la chambre des boîtiers prévus pour recevoir une bobine 620... il s'agit uniquement d'une adaptation mécanique...

Cette adaptation mécanique permet donc :
→ d'insérer une bobine 120 dans un boîtier 620 pour monter un film 120 sur une bobine 620 si vous n'en possédez qu'une (technique décrite dans la page des bricolages, chercher ici)
→ d'utiliser une bobine 120 dans un boîtier 620 sans passer par la technique de montage du film 120 sur une bobine 620. MAIS, effectivement, dans ce cas, le diamètre de l'axe va poser un problème à la prise de vue dans certains cas...
☻ Si le boîtier 620 est à avancement et armement simultanés, via levier d'armement —ou manivelle d'armement ou bouton d'armement—, un tour de bobine 120 correspondra à l'avancement d'une longueur de film très supérieure à un tour de bobine 620 donc gaspillage de film et diminution du nombre de vues par film ! En plus, l'espacement entre les vues ne sera pas constant sur tout le film.
☻ Si le boîtier 620 est à avancement et armement séparés, le problème n'existera plus puisque vous avancerez le film sous contrôle de la vue (jusqu'à placer un numéro face à une fenêtre).

Tout cela relève donc uniquement du bricolage ! Le mieux serait de posséder 1 (ou plus) bobine 620 (vide) et d'y enrouler un film 120. Si votre boîtier est à avancement et armement séparés, la différence de diamètre n'a aucune importance, si votre boîtier est à avancement et armement simultanés et que vous ne possédez pas de bobine 620 vide, c'est —uniquement— à vous de décider si c'est plus intéressant de gaspiller un peu de film mais utiliser le boîtier OU de ne pas utiliser le boîtier !...

Si vous vous sentez doué en bricolage (et très chanceux !) vous pouvez essayer de limer l'axe d'une bobine 120 pour lui donner le diamètre d'une bobine 620... mais vu la forme du moulage je suis certain que c'est impossible !... Il y a (très) longtemps, il existait des bobines 120 "pleines" (uniquement percées d'une fine fente pour insertion de l'amorce) que l'on pouvait limer sans problème... mais ça fait un bail que je n'en ai plus vu !...

Cela dit, si vous faites le tour des vide-greniers, il y a ~100% de chance de trouver un vieux boîtier 620 en bakélite qui contiendra une bobine 620 vide et qui vous coûtera (ou pourra être marchandé pour) 1€ !... Ne cherchez pas de bobine 620 sur internet ou dans les foires photo (!!!), elles vous coûteront 10x le prix !!!

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LE FABULEUX DESTIN D'AMÉLIE POULAIN

Question :
[...] Je ne sais pas si vous l'avez vu mais hier j'ai vu chez un ami le film "le fabuleux destin d'Amélie Poulain". Je n'ai pas aimé mais j'ai adoré les couleurs des images. Pouvez-vous me dire comment on obtient de tels effets ? [...]

Réponse :

Oui, j'ai vu ce film à plusieurs reprises —car contrairement à vous, j'ai adoré—... en effet, le moins que l'on puisse dire c'est que c'est un film très clivant, on l'adore ou on le déteste... alors que le sujet traité ne devrait pas aboutir à de tels excès... bref, la question n'est pas là !

Effectivement, les images sont superbes, cette chaleur —et cette "intimité"— transmise par les couleurs à dominante chaude ne peut pas laisser indifférent (à mon avis).

Par contre, pour répondre à votre question, ce sera une autre paire de manches ! Ce film date des années 2000~2001 (si je ne me trompe pas !) donc il a pu être tourné en numérique ou en argentique. Je n'en ai aucune idée... et pourtant cela a toute son importance !... Donc je ne pourrai vous donner que des hypothèses et, d'emblée, je n'en vois que deux principales —peut-être trois ou quatre— (il y en a peut-être d'autres).

1ère hypothèse —la moins probable— :
Le film a été tourné en argentique sur pellicule lumière du jour et tous les plans ont été tournés avec de forts éclairages tungstène sans correction des dominantes (par filtration). Cela permet d'obtenir des couleurs chaudes allant du rouge au jaune en passant par l'orange, l'ambre, etc...

2ème hypothèse —très probable— :
Le film a été tourné en argentique OU en numérique et l'objectif de la caméra portait un filtre coloré, soit ambre, soit orange, soit jaune, soit "réchauffant". Et vous obtenez ce genre de dominante colorée.

Voilà les filtres les plus probables.
Reste à définir leur intensité

3ème hypothèse —très probable— :
Le film a été tourné en numérique et le réalisateur a volontairement réglé la balance des blancs de son boîtier sur une mauvaise valeur (plus froide que la réalité), ce qui permet d'obtenir ce genre de dominante colorée. J'en ai parlé dans un de mes articles (chercher ici).

4ème hypothèse —peu probable— :
Le film a été tourné en numérique et le réalisateur a volontairement fait post-traiter ses images en appliquant un filtre coloré pour obtenir ce genre de dominante colorée. Je ne donnerai pas de technique, chaque logiciel est spécifique...

Voilà tout ce que je peux vous en dire... si cela vous plait tant —et je vous comprends—, vous n'avez plus qu'à essayer de reproduire cet effet dans vos photos en suivant mes quatre hypothèses :

1) pellicule lumière du jour et éclairage par ampoules classiques (non LED, avec filament !)
2) emprunter ou acheter des filtres colorés à placer devant votre objectif
3) réglez votre balance des blancs à une valeur Kelvin élevée
4) utiliser Photoshop ou autre logiciel de post-traitement

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


DÉCOURAGEMENT

Question :
[...] J'ai lu dans votre site que les échecs étaient une bonne chose pour devenir un bon photographe. Voilà 3 mois que je me suis offert un super reflex Nikon 7500 et je n'ai encore obtenue aucune image qui me satisfait ! Je commence à me décourager... mes échecs ne me stimulent pas vraiment ! Qu'en dites-vous ? [...]

Réponse :

Voilà une question à entrées multiples que je trouve très intéressante (c'est un peu pour cela que j'ai décidé d'y répondre sur la page "publique" et pas uniquement en privé)... je pense en effet que vous n'êtes pas la seule à avoir le même ressenti !...

Une réponse à l'emporte-pièce à ce genre de question risquant d'être contre-productive, il me faut envisager chaque pan séparément...

1) en effet, je répète souvent qu'il est très important/intéressant d'échouer dans ses photos, que c'est une fantastique école pour au moins trois points :
→ rechercher ce qui ne fonctionne pas pour essayer d'améliorer progressivement chaque problème, un après l'autre —puisqu'une image qui ne fonctionne pas contient souvent plusieurs problèmes !—. N'essayez pas d'accélérer les choses en vous attaquant de front à toutes les difficultés !...
→ découvrir ce que l'on ne sait pas (encore) faire pour savoir quel sujet approfondir tant d'un point de vue technique que théorique. Il faut souvent étudier plusieurs fois le même sujet (éventuellement sous des angles différents) pour réussir à entrevoir une porte de sortie...
→ multiplier les tentatives de création de la même photo (ou du même sujet) pour voir son évolution.
→ apprendre à ne pas prendre le melon.

2) voilà trois mois que vous essayez de faire "de la bonne photo"... Franchement, que sont trois mois ? Qui, croyez-vous, est capable de devenir un maître en trois mois ? Je ne suis vraiment pas une référence mais voilà plus de 40 ans que je pratique la photographie, voilà plus de 40 ans que j'apprends et approfondis mes connaissances, voilà plus de 40 ans que je suis insatisfait de mes productions !... Certes, je ne puis me permettre d'y investir trop de temps, la photo n'est pas mon activité principale, mais regardez le nombre de personnes qui font de la photo leur activité principale —voir exclusive— et qui, après des années, ne sont toujours pas satisfaites de leur production, même si, en tant que professionnels, en vivent !... Ne soyez donc pas trop impatiente...

3) vous aussi êtes tombée dans le piège du matériel... Pensez-vous franchement qu'en achetant un D7500, un D850 ou même un D6, votre photographie serait meilleure qu'avec un vieil appareil photo numérique datant de 1990~2000 ? Qu'un vieil appareil photo argentique datant de 1950 ? Je l'ai souvent répété, le matériel doit toujours être la 5ème roue du carrosse !!!... La bonne photographie ne trouve son origine que dans l'esprit et les compétences du photographe !...

4) vous dites que vous n'êtes pas satisfaite par vos images... cela veut-il dire qu'elles sont nulles ? Certainement pas ! Peut-être que vous placez la barre un peu trop haut !... Gardez les pieds sur terre et avancez toujours progressivement, étape par étape et conservez vos photos, classez-les par ordre de création pour visualiser vos progrès !...

5) le découragement nait —très souvent— d'un manque d'investissement...Tout étudiant (et pas uniquement en photo !) a des périodes de passage à vide, il ne travaille pas autant ni aussi bien qu'il le devrait et, comme par hasard, c'est dans ces moments qu'il se décourage (!) car dans ses moments de productivité, même cassé de fatigue, il ne baisse pas les bras... il est très motivé.

Mao Tse Dong disait « [...] aller de défaite en défaite jusqu'à la victoire finale ». Certes, quand on est à la tête d'une armée aussi nombreuse que la totalité de la population européenne, les défaites —et les pertes— ne sont pas des freins à la victoire finale, mais l'idée n'est pas inintéressante... les défaites ne sont que des étapes qui ne préjugent en rien de l'issue d'une entreprise, quelle qu'elle soit !... Ne regardez pas vos échecs comme des barrières, ne regardez que le but que vous vous êtes fixé, le temps et le travail feront le reste...

Vous vouliez savoir ce que j'en pensais, voilà qui est fait, calmez votre impatience, arrêtez votre course au matériel, bannissez tout perfectionnisme, engagez-vous à fond, apprenez, testez, recommencez... et la réussite sera au bout du chemin... Et, puisque vous me faites l'honneur de lire mon site, cherchez bien, vous y trouverez tout —et plus— pour parvenir à vos fins...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


COULEURS ANARCHIQUES

Question :
[...] Je dois avouer ne pas être très copain avec la science mais là j'ai besoin de vous pour éclaircir un mystère qui me désespère. Quand j'ai fini de travailler mes photos (sur photoshop), le les enregistres et quand je les ré-ouvres dans un autre programme, diaporama et navigateur, les couleurs sont bisarres, pas du tout comme je les avaient avant l'enregistrement pouvez-vous m'aider ? [...]

Réponse :

Oui, en effet, si la photographie n'est pas vraiment une activité scientifique, même en tant qu'amateur, on est rapidement confronté à des problèmes que seule la science peut expliquer... mais pas de panique (!!!) inutile de préparer un doctorat de physique pour s'en sortir !... Un minimum de technique de base peut suffire pour contourner ces problèmes...

Dans votre cas, la réponse devrait se contenter d'une remarque du type « laissez tomber Photoshop, c'est trop gros et trop pointu (!), un logiciel "de base" ne vous exposerait pas à ce genre de problème ! ». C'est tout à fait vrai, mais puisque le mal est fait (vous avez investi dans l'achat de Photoshop), on va s'attaquer ponctuellement à votre problème.

Comme je l'ai déjà expliqué à plusieurs reprises, dans la chaine de production des images, il faut tenir compte des espaces colorimétriques (ou espaces couleur). Je vous conseillerai de relire, plusieurs fois si nécessaire, ce que j'ai pu en dire (ici).

Les espaces colorimétriques sont conçus pour vous permettre de voir le nombre maximum de couleurs sur différents appareils (et différents supports imprimés). Les ordinateurs (entre autre) travaillent principalement dans l'espace colorimétrique sRVB (ce n'est plus tout à fait vrai depuis l'apparition des moniteurs capables d'afficher 100% Adobe RVB voire ProPhoto RVB mais sRVB est toujours la norme que la plupart des logiciels utilisent par défaut).

Si vos couleurs sont codées en Adobe RVB ou en ProPhoto RVB, lorsqu'un logiciel incapable de gérer cet espace couleur tente de les afficher en sRVB, il décode les couleurs de manière incorrecte. Les vraies couleurs sont toujours là, le logiciel ne sait tout simplement pas comment les montrer !... Puisque sRGB est un espace colorimétrique (relativement) petit pour l'édition, souvent, les photographes éditent leurs images dans des espaces colorimétriques plus larges (comme Adobe RVB ou ProPhoto RVB) afin de conserver le maximum de couleurs et de détails possibles avant d'enregistrer leur travail.

Supposons que votre boîtier soit configuré pour capturer vos images dans l'espace Adobe RVB et que vous ouvrez vos images dans un logiciel incapable de reproduire les couleurs qui sortent de la zone couverte par le sRVB, il ne pourra pas voir toutes les couleurs des profils larges, mais elles seront toujours bien présentes et vous pouvez en ramener une partie dans un domaine visible. MAIS si vous exportez votre image Adobe RVB dans l'espace sRVB, vous perdrez toutes les couleurs supplémentaires, même si vous rouvrez cette image dans Photoshop, vous aurez des couleurs différentes !!!...

Votre problème survient lorsque vous ouvrez vos images en Adobe RVB dans un logiciel capable de gérer cet espace colorimétrique, que vous les travaillez et que vous ne convertissez pas vos modifications (faites dans Adobe RVB ou ProPhoto RVB) vers un profil inférieur approprié (généralement sRVB) lors de l'exportation.

Les espaces colorimétriques sont également souvent la raison pour laquelle vos impressions dans une borne —voire une imprimante domestique— peuvent ne plus ressembler aux photos affichées sur votre moniteur, même si votre écran est parfaitement calibré et même si la borne est parfaitement calibrée !...

Si vous ne vous sentez pas trop pour vous lancer dans de tels mamaillages, ce que je comprends très bien —on peut vouloir faire de la photo sans s'arracher les cheveux—, je vous conseillerai de fouiller dans les menus de votre boîtier, de paramétrer l'espace couleur sur sRVB, quand vous les travaillerez, Photoshop utilisera le sRVB, enregistrera en sRVB et le problème disparaitra... certes, au prix d'une petite limitation en matière d'édition, mais qui ne freinera jamais un non professionnel !!!

Maintenant, si vous voulez travailler de manière plus pointue, vous pouvez demander à Photoshop de se charger de la traduction de votre travail sur l'image Adobe RVB en sRVB, cela vous permettra de récupérer une image la plus proche possible —elle ne sera jamais strictement identique— de votre travail original. Je vous renvoie vers le mode d'emploi de Photoshop pour la procédure... en fait vous avez le choix, selon votre version de Photoshop :
- Menu Exporter comme et cocher la case convertir en sRVB
Menu Enregistrer sous et cocher la case sRVB (profil ICC)

Vous voyez, on peut avoir besoin de la science pour comprendre mais on peut s'en passer pour éviter les problèmes.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


BOÎTIER ARGENTIQUE, OUI, MAIS RARE...

Question :
[...] Voilà un certain temps que je souhaite m'essayer à la photographie argentique et vous n'êtes pas totalement étranger à cette envie. J'ai lu tous vos articles traitant du matériel photographique argentique et j'avoue n'avoir rien trouvé de ce que j'attendais. Non pas que vos propos soient inintéressants, mais quitte à acheter du matériel argentique, quitte à payer un peu plus cher, j'aimerais orienter mes recherches vers du matériel rare. Pouvez-vous m'aider ? [...]

Réponse :

Certes, mes dires au sujet du matériel argentique ne se voulaient pas élitistes... mes lecteurs étant principalement des amateurs classiques. Je comprends toutefois votre envie de rareté, cela peut être très stimulant ! Cependant, le problème est double : d'abord, ce qui est rare est cher —parfois très cher— et vous dites vouloir payer un peu plus cher, ensuite il faudrait définir la rareté (matériel très ancien avec peu de survivants ou matériel récent ayant été fabriqué/vendu en très petite quantité) !

La liste du matériel ancien avec très peu de survivants est impressionnante mais les tarifs le sont tout autant, on peut allégrement dépasser les 10.000€ —ce qui ne collera certainement pas beaucoup à la notion de un peu plus cher—. Je ne vais donc pas vous parler des Leica zéro et autres joyaux de la couronne argentique !

La liste du matériel récent fabriqué/vendu en très petite quantité est déjà plus limitée, mais n'espérez pas en trouver qui n'ont été construits qu'à 10 exemplaires —ou moins— tout en arborant des tarifs raisonnables !...

En plus, si j'ai bien compris le sens de votre question, vous souhaitez utiliser ce matériel, il ne faudra donc pas se perdre dans des choses qui vous dégoûteront de la pratique argentique. Je vais donc faire pour vous un tri drastique qui permettra de réunir tous vos critères, tri si drastique qu'il se limitera à 2 boîtiers (en fait 4 mais avec 3 cousins). Le nombre d'exemplaires vendu était tel que, aujourd'hui, l'immense majorité des gens ignore jusqu'à leur existence (ce n'est pas le cas des fondus de photo depuis les années 1970~80). Le plus drôle c'est que ces deux boîtiers sont aux deux extrémités de l'échelle !... Découvrons ce choix.

→ Si je vous dis Minox 35, vous penserez micro boîtier bien que plein format 24x36, connu pour la qualité de fabrication —surtout si Made in Germany— et la qualité des optiques... mais vendus à des millions d'exemplaires (il en existe toute une gamme ayant le même aspect extérieur). Mais, si je vous dis maintenant Minox 35 GT-X, vous afficherez certainement une moue d'étonnement... il y en a eu moins de 1.000 exemplaires dans le monde ! Je ne vais pas vous faire l'article, vous pourrez trouver ses caractéristiques sur internet, mais, né en 1997 (si, si !), c'est un boîtier moderne qui vous comblera certainement si vous aimez le matériel compact (et, dans ce cas particulier, ultra-compact !). Sa cote actuelle varie de ~600 à ~700€ pour un exemplaire en parfait état (esthétique et fonctionnel) et de ~250 à ~300€ pour un exemplaire fonctionnel mais à l'esthétique usé. C'est franchement un super boîtier, que j'aurais bien adopté si je ne préférais pas le matériel plus gros et plus lourd. Vous pouvez en trouver des moins chers sur internet mais vous savez ce que je pense de l'achat de matériel photo d'occasion sur internet !...

→ Diamétralement opposé au Minox, je vous propose de vous intéresser à la famille Rolleiflex SL. Pourquoi diamétralement opposé au Minox ? Pour plusieurs raisons :
•grande taille
•poids lourd
•3 boîtiers cousins (même aspect) dont le nombre cumulé d'exemplaires est inférieur à 10.000 pour le monde entier (par rapport aux millions de Minox 35 de même aspect)...

Ce drôle de boîtier est de type moyen format cubique mais qui utilise... des films 24x36 !!! Hormis le film, il propose toutes les caractéristiques du boîtier moyen format cubique (chercher ici)... avantages et inconvénients...
Les 3 cousins sont :
•le Rolleiflex SL 2000F qui date de 1981 et vendu à moins de 5.000 exemplaires. On le trouve aujourd'hui pour ~700 à ~800€ pour un exemplaire en parfait état (esthétique et fonctionnel) et de ~260 à ~300€ pour un exemplaire fonctionnel mais à l'esthétique usé.
•le Rolleiflex SL 3001 qui date de 1985 et vendu à moins de 2.000 exemplaires. On le trouve aujourd'hui pour ~1.100 à ~1.200€ pour un exemplaire en parfait état (esthétique et fonctionnel) et de ~440 à ~500€ pour un exemplaire fonctionnel mais à l'esthétique usé.
•le Rolleiflex SL 3003 qui date de 1985 et vendu à moins de 3.000 exemplaires. On le trouve aujourd'hui pour ~1.100 à ~1.200€ pour un exemplaire en parfait état (esthétique et fonctionnel) et de ~420 à ~480€ pour un exemplaire fonctionnel mais à l'esthétique usé.
Vous pouvez en trouver des moins chers sur internet mais vous savez ce que je pense de l'achat de matériel photo d'occasion sur internet !...
Je ne vais pas vous faire l'article, vous pourrez trouver leurs caractéristiques sur internet. Il est toutefois intéressant de noter que le parent pauvre qu'était le 3001 se retrouve être le plus rare et donc surcoté par rapport au 3003 !...
Pourquoi sont-ils si rares ? Parce qu'ils ne correspondaient pas du tout aux besoins de l'époque —bien qu'en avance sur bien des points— et parce que leur tarif était astronomique ! On a également parlé de problèmes de fiabilité mais, avec du recul, je me demande si ce n'était pas une légende urbaine pour casser la marque haut de gamme. Leur plus gros défaut, à mon humble avis, est la manipulation d'un boîtier moyen format cubique sans pouvoir bénéficier de l'onctuosité des images offerte par les films moyen format.
Aujourd'hui, posséder et utiliser de telles bêtes vous place immédiatement en marge de la masse... Vous aurez un boîtier quasiment inconnu, vous apprendrez la manipulation d'un moyen format (si vous craquez un jour), disposerez de possibilités évoluées, d'optiques haut de gamme pour un prix relativement accessible.
___
Voilà mes propositions qui sont, je pense, un bon compromis pour répondre à vos attentes.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LA PHOTO LA PLUS POPULAIRE

Question :
[...] Quelle est à votre avis LA photo la plus populaire du monde ? [...]

Réponse :

Ouuuffffff, quelle question !... Je n'en ai franchement aucune idée !... Encore faudrait-il définir ce qu'est une photo populaire ! La photo qui s'est vendue le plus cher ? La photo de chat la plus nulle —et qui a recueilli le plus de likes, puisqu'il s'agit certainement de la même— ?

J'aurais bien envie de dire qu'il s'agit de la première vraie photo, celle de Nicéphore Niepce (en haut de toutes mes pages)... mais je ne suis pas certain qu'hors du cercle des amoureux de photographie tout le monde la connaisse...

Puisque vous m'avez lancé un défi, à vue de nez, je dirais que la photo la plus populaire est probablement celle qui a été vue (sinon regardée) par le plus grand nombre... il s'agirait donc probablement de celle-ci :

Je n'en dirai pas plus allez lire ceci et cela.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


L'ÉCRAN LCD DE MON APPAREIL ME RACONTE N'IMPORTE QUOI !

Question :
[...] Je pense que j'adorerais la photographie numérique, mais elle fait naitre en moi l'une de mes plus grandes frustrations !!! Lorsque j'utilise mon appareil, je vérifie à quoi ressemblent les images sur l'écran arrière et elles sont toujours fantastiques, mais arrivé à la maison quand je les télécharge sur mon ordinateur, elles sont assez moyennes, généralement de légèrement floues à carrément floues... Pouvez-vous me conseiller avant qu'il me vienne l'envie de fracasser mon appareil contre un mur ? [...]

Réponse :

NON NE LE FRACASSEZ PAS ! Voilà mon premier conseil ! Pas de panique ce ne sera pas le dernier ☺!!!

Avant tout, vous ne m'avez pas dit le type d'appareil frustrateur, il y a certainement une différence de taille entre un compact de poche et un reflex ! Ensuite, vous ne m'avez pas dit si vous avez essayé de rechercher l'origine du flou... Flou de mise au point ? Flou de bougé ? On peut imaginer un problème de calage de l'autofocus, mais on peut également imaginer des temps de pose trop longs... Nous y reviendrons dans un instant.

Cela dit, vous n'êtes pas seul à connaitre ce problème, en fait, tout le monde en a souffert et en souffre encore de temps en temps. Le problème tient au fait que sur un petit écran LCD à l'arrière de votre appareil photo, les images ont tendance à paraitre très nettes car les défauts des images sont tous compressés pour tenir sur la petite surface de l'écran LCD et sont donc beaucoup plus petits et ne peuvent pas être vus. Si vous aviez connu les débuts de la photo numérique grand public avec des écrans de 3cm de large, même si les images étaient plus petites que celles d'aujourd'hui, je pense que vous n'auriez plus un seul cheveu !!! Lorsque vous utilisez un écran plus grand, les défauts des images deviennent beaucoup plus clairs/évidents, mais la taille des images grandissant beaucoup plus vite que la taille de l'écran, ce n'est pas beaucoup plus simple aujourd'hui.

Partant de ce constat, le conseil le plus évident serait de prendre l'habitude de vérifier vos photos sur l'écran LCD mais pas uniquement comme vous les affiche automatiquement l'appareil photo mais en zoomant. La plupart des appareils photo numériques vous permettent de lire vos photos en mode « aperçu », de zoomer et d'analyser uniquement certaines parties de vos images. Consultez le mode d'emploi de votre appareil photo pour savoir comment le faire. MAIS, parce qu'il y a un mais, vous trouvez dans quasiment toutes mes pages —et dans les pages des sites sérieux— le conseil de ne pas regarder l'écran LCD après chaque déclenchement au risque de ne jamais évoluer et au risque de manquer énormément d'occasions de faire une bonne image... Donc on entre dans ce que l'on appelle fort justement un cercle vicieux !!!

Alors que faire ? That's the question ! Ma façon de voir les choses va exactement à contre-courant !... Pensez au temps de l'argentique —du temps d'avant 1990—. À l'époque, point d'autofocus, point d'assistance ni avant ni après le déclenchement (sauf automatismes d'exposition nés dans les années 1980). C'est cette façon de travailler que je conseille, même en numérique. Comment s'y prendre ? C'est très simple !
1) testez et calibrez votre autofocus (chercher ici)
2) apprenez à comprendre et à superviser votre posemètre (chercher ici)
3) prenez l'habitude de vérifier à quelle vitesse et à quel diaphragme vous êtes sur le point de déclencher
4) testez la stabilité de votre bras en faisant une même photo à des temps de pose de plus en plus long pour voir (sur l'écran de l'ordinateur en taille réelle) à partir de quelle vitesse votre bras ne permet plus d'obtenir une image nette et faites en sorte de n'utiliser que des vitesses supérieures ou utilisez un trépied si des vitesses lentes sont indispensables...

Quand vous aurez fait tout cela, vous aurez une totale confiance en votre boîtier et vous saurez exactement à quoi ressemblera votre photo à la seconde où vous enfoncerez le bouton du déclencheur... donc, inutile de regarder l'écran LCD en dehors de la revue de la collection de photos capturées lors de votre shooting à la recherche d'une image qui complèterait bien votre séance de prise de vues et que vous n'avez pas pensé à faire...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


MON LOGICIEL LE PLUS UTILISÉ

Question :
[...] Sur votre page d'accueil vous nous montrez que vous utilisez (utilisiez ?) un nombre impressionnant de logiciels ! J'aimerais bien posséder une telle logithèque mais je n'en ai ni les moyens ni le temps pour apprendre à les utiliser tous ! Aussi, permettez-moi de vous demander lequel a votre préférence, lequel utilisez-vous le plus ou le plus souvent ? [...]

Réponse :

Avant tout, ne vous flagellez pas, je n'ai, moi non plus, ni les moyens de les posséder tous, ni le temps pour apprendre à les utiliser tous comme ils le mériteraient ! Toute cette logithèque, comme vous dites, est tout de même principalement constituée de logiciels en test (téléchargeables gratuitement et fonctionnels pour une durée limitée) que je ne peux plus utiliser, viennent ensuite les logiciels fournis en bundle avec certains matériels, que j'ai testés mais que je n'utilise pas forcément, puis les logiciels gratuits que je n'ai pas forcément conservés et enfin quelques logiciels commerciaux que j'utilise plus ou moins... Donc, sans être crésus, vous pouvez facilement posséder la même logithèque que moi !!!

Donc ma logithèque réelle se "réduit" à :
— Capture One® (commercial mais pas dernière version !)
— GIMP (gratuit)
— Darktable (gratuit)
— Photoshop® (commercial)
— PaintShop Pro 5® pour Windows 3 (gratuit avant disparition)
— Epson Scan® (bundle)
— Vuescan® (commercial)

Comme vous pouvez le constater, il y a là de nombreux doublons... en effet, en fonction de ce que je cherche à faire, je choisis systématiquement le logiciel le plus simple qui me permet d'arriver à mes fins...

Ensuite, le meilleur des logiciels n'est pas forcément celui qui vous offre le plus de possibilités mais celui que vous utilisez le mieux et le plus intuitivement...

Mais pour répondre à votre question, il faut que je fasse une différence en fonction du format de fichier que je souhaite travailler, voici donc le classement pour chaque format :
→ RAW
1) Capture One®
2) Darktable
3) Photoshop® (CameraRaw en fait)

→ JPEG/TIFF
1) PaintShop Pro 5® pour Windows 3
2) GIMP ex-aequo avec Photoshop® selon la difficulté du travail

→ Numérisation
1) Epson Scan® ex-aequo Vuescan® selon la difficulté du travail

Donc, comme je le répète à longueur de pages, je ne suis vraiment pas une référence puisque je pourrais très bien me contenter de deux logiciels : Darktable et PaintShop Pro 5® (pour Windows 3)... tous deux gratuits ! Cela prouve donc qu'un investissement important n'est vraiment pas indispensable !!! Bien sûr, PaintShop Pro 5® est introuvable aujourd'hui, idem pour les versions suivantes (avant le rachat de Jasc par Corel, les suivants sont des logiciels commerciaux !), mais vu l'âge de ce logiciel, vous pourrez facilement trouver sur internet un "petit" logiciel gratuit qui sera en mesure de faire mieux que lui (!!!), je pense à Paint.net par exemple, mais ce n'est pas le seul !!!

Le grand avantage de PaintShop Pro 5® est sa facilité d'utilisation associée à sa puissance ! En tant que logiciel abandonné gratuitement, mon exemplaire n'était pas accompagné d'un mode d'emploi (!), mais cela n'a jamais été un frein !!! Croyez-moi, il en ira de même pour le "petit" logiciel gratuit que vous choisirez parmi ceux présents sur internet...

Darktable, lui, est très puissant mais n'est pas franchement très simple à utiliser, heureusement qu'il est accompagné d'un mode d'emploi (300 pages !) et qu'il est possible de trouver plein de didacticiels sur internet...

Voilà, vous avez la réponse que je suis en mesure de vous donner. N'essayez pas de m'imiter, je ne suis pas un exemple à suivre... le secret (qui n'est plus un secret pour personne) est de tester un maximum de logiciels et vous trouverez certainement celui qui colle le mieux à votre façon d'envisager le travail de vos images... vous pourrez probablement préférer Rawtherapee à Darktable (ou un autre encore) tout en restant dans la même gamme de puissance et ce n'est qu'un exemple, il en va de même quel que soit le logiciel, cher ou gratuit, professionnel ou non. N'oubliez jamais qu'un logiciel n'est qu'un outil, au même titre qu'un appareil photographique... et qu'ai-je souligné dans mes articles traitant du choix d'un boîtier ? Qu'il faut porter une attention particulière à son ergonomie... si un boîtier ne colle pas à votre morphologie, il aura beau être le meilleur de tous les temps, il sera nul pour vous ! Si un logiciel ne colle pas à votre façon de gérer votre flux de travail, il aura beau être le meilleur de tous les temps, il sera nul pour vous !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


QU'EST-CE QU'UN BON PHOTOGRAPHE ?

Question :
[...] J'ai découvert votre site il y a peu de temps et il y a beaucoup trop de choses à lire ! Je ne serai jamais capable de tout lire !... J'y ai tout de même déjà appris beaucoup de choses et j'ai lu avec intérêt votre page expliquant comment devenir meilleur photographe mais je n'y ai pas trouvé ce qu'était un bon photographe. Quel est votre avis ? [...]

Réponse :

Je dois avouer que cette question me désarçonne... en effet, en tant qu'amateur, je suis plus intéressé par la croissance des connaissances et des résultats... je pense sincèrement que je ne serai jamais un bon photographe...

Un bon photographe est-il un photographe riche ? Un bon photographe est-il un photographe reconnu ? Un bon photographe est-il un photographe publié dans des revues prestigieuses ? Un bon photographe est-il un photographe discret qui ne sera encensé qu'après sa mort ? Un bon photographe est-il un photographe très prolifique (ou au contraire très rare) ?

En fait, c'est peut-être tout cela à la fois ou peut-être rien de tout cela ! En réalité, je n'en sais rien ! Qui le sait ? Par contre je sais parfaitement ce qu'est un meilleur photographe quand je me compare à lui/elle ! Et, finalement, en y réfléchissant bien, il suffit de très peu de chose pour être meilleur photographe que moi et peut-être même très peu de chose pour être un bon photographe tout court !

Permettez-moi de vous raconter une petite histoire (vraie et vécue par... moi !) qui vous décrira ce que je considère être un bon photographe amateur.

Il y a une vingtaine d'années, je suis allé assister à un spectacle de musique qui avait lieu dans un stade de football. La scène était installée sur la pelouse et les spectateurs logés dans les tribunes à une bonne trentaine de mètres (au mieux)... Devant moi se trouvait une personne qui, dès l'entrée du groupe sur scène, a commencé à shooter comme un forcené tout ce qui pouvait se passer sur scène avec un petit compact numérique de poche.

Au bout de 5 minutes j'en ai eu marre de voir tous ses coups de flashes qui attiraient mon œil loin du spectacle ! Machinalement, sans vraiment le vouloir, je regardais sur le petit écran de son appareil le résultat de son travail → la tête des spectateurs de la rangée de devant brûlés par la surexposition du flash et une petite tache lumineuse floue (mise au point sur les têtes) et sous-exposée en arrière-plan et du noir partout ailleurs... Hourra me suis-je dit, avec des résultats pareils, cette personne va bien finir par arrêter son manège !... Et, en moins de temps qu'il n'en faut pour y penser, ce fut fait ! Elle a coupé son flash, a zoomé au maximum et a même poussé le zoom de façon à bénéficier du zoom numérique. Allez savoir pourquoi, je ne pouvais pas m'empêcher de regarder son écran arrière pour évaluer ses résultats → une scène bien plus visible mais tellement floue (dû au bougé) et tellement pixélisée (zoom numérique) que je me suis dit, ça y est, cette fois la séance photo va s'arrêter !... Eh bien non ! Ce mec a décidé de changer de place avec son amie/compagne/épouse de façon à se trouver à côté de la rampe de l'escalier de la tribune et, en prenant appui sur cette rampe, le shooting a repris ! Rebelote, il fallait que je regarde en coin... Il avait fait un zoom arrière de façon à désactiver son zoom numérique... La scène était maintenant plus petite mais acceptable, les cadrages très aléatoires mais les images propres. Cette fois-ci ça va se terminer me suis-je dit... Eh bien non... Je ne sais pas combien de cartes mémoires et combien de batteries il avait emporté mais il n'a pas arrêté de prendre des photos tant que l'artiste était présent sur scène !!! Je crois que sur le milliard d'images qu'il a capturées il n'y en avait pas une seule qui méritait d'être gardée, j'ai ainsi pensé que j'étais largement capable de faire beaucoup mieux, qu'il aurait mieux fait de ne pas jouer à cela, qu'il devait être très frustré !...

Après le concert, ma compagne et moi sommes allés boire une mousse et j'allais me moquer de ce piètre photographe quand... avant que le premier mot ne sorte de ma bouche, je me suis ravisé ! Ce mec était un bon photographe, ou, au moins, bien meilleur photographe que moi !!!...

♦il était muni de plusieurs cartes mémoire et de plusieurs batteries
♦il a vite compris que le flash était plus limitant qu'efficace, il apprenait sur le tas !
♦il a vite compris que le zoom numérique était un gadget inutile, il apprenait sur le tas !
♦il a vite compris que s'il voulait une image nette il devait tirer profit de son environnement, il apprenait sur le tas !
♦ses images étaient toutes nulles mais...

...il est venu avec son appareil photo, moi pas !...

Ne pensais-vous pas que c'était un bon photographe ? Il était prévoyant, il a appris beaucoup de choses en une seule soirée et surtout, surtout, il avait son appareil photo avec lui !!! Il est rentré chez lui avec de mauvaises images, moi, je suis rentré chez moi avec... des souvenirs et une petite aigreur en bouche... pourquoi n'ai-je pas fait comme lui ? J'aurais pu emporter un appareil pour faire quelques images, il y en aurait peut-être eu une ou deux très utilisables...

Bon, cela dit, je n'emporte jamais mon matériel quand je me rends à un endroit où je préfère pouvoir me concentrer sur une chose qui m'intéresse ou qui m'apporte du plaisir... le mélange des genres n'est pas mon truc... quand je fais de la photo, je fais de la photo, point. Mais ce n'est pas une excuse !!!

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


THÉORIE DES COULEURS, QUID DE LA MISE EN APPLICATION ?

Question :
[...] Je dois être très bête, j'ai dû relire vos articles sur les couleurs à plusieurs reprises avant de comprendre —je crois—. Il me reste un gros problème : si j'ai bien compris l'intérêt des couleurs complémentaires, dans la mesure où je ne fais que de la photo en extérieur, je n'ai aucun moyen de créer une image avec de telles complémentaires ! La mise en application de la théorie des couleurs n'est donc possible qu'en "studio" lors de la création artificielle de ses sujets ! Qu'en pensez-vous, ou plutôt, croyez-vous que je me trompe ? [...]

Réponse :

Je pourrais vous dire que oui, vous vous trompez, mais cela ne serait pas très constructif ! Je préfère sortir au jardin avec mon smartphone (désolé pour la qualité discutable de l'image) et vous montrer ce qu'une minute (trajet aller-retour et transfert sur l'ordi compris) peut donner :

Sur une de mes haies a poussé —sans intervention humaine— une vigne vierge. Certes en été ce n'est pas magique mais en automne, avec une belle lumière latérale, même avec un capteur aussi nul que celui qui équipe mon vieux smartphone, j'obtiens un "belle" image tirant profit des couleurs complémentaires (vert/rouge) !

Comme je le répète à longueur d'articles, faire de la photographie demande d'acquérir des connaissances théoriques, certes, mais exige surtout d'entrainer son œil à voir le monde !... Vous avez donc déjà parcouru une bonne moitié du chemin, reste à "digérer" vos connaissances et à regarder autour de vous, partout et tout le temps, vous pourrez trouver exactement ce que vous cherchez à faire ! Les couleurs complémentaires se trouvent partout ! Dans votre "studio" où vous pouvez absolument tout gérer, certes, mais dans la nature et même en ville, vous pouvez y avoir accès sans difficulté ! Relisez mes articles traitant d'entrainer son œil et sa vision, cela vous évitera de nombreuses "frustrations".

Sortez, comme d'habitude, ouvrez-vous à votre environnement et vous vous surprendrez à créer des choses merveilleuses que vous pensiez impossibles...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


PRENDRE, FAIRE OU FABRIQUER DES PHOTOS ?

Question :
[...] Je possède pas photoshop, peut-être un jour je l'acheterai (acheter photoshop ? ☺ "a-che-ter" photoshop ? ☺ merci dieu d'avoir inventé internet) mais en attendant, ca fait deux ans que je suis dans la photo et j'ai appris à prendre des photos et pas à les faire et finalement c'est mieux comme ça, j'aime mieux comme ça. Quand je pense au vieux dicton "tu ne dois pas prendre une photo, tu dois la faire", c'est complètement con non ? [...]

Réponse :

Je dois avouer une chose avant de réagir à votre "question". Je l'ai découverte alors que j'étais en pleine réunion de photographes amateurs. Tout mon entourage, outré, vous a envoyé tous les noms d'oiseaux possibles... pour conclure qu'il faut boycotter ce genre d'amateur... Je pensais que le contenu de mes articles (ainsi que le contenu de mes discussions réelles) éviterait des réactions aussi tranchées... mais visiblement non, donc j'ai décidé de ne rien boycotter du tout et de répondre...

D'abord et avant tout, je tiens à critiquer vertement la légèreté avec laquelle vous piétinez les droits de propriété intellectuelle ! J'ai déjà beaucoup parlé de cet esprit et de ce que je pensais de ces voleurs, je n'y reviendrai pas. Je rappelle simplement que jamais je n'ai stimulé qui que ce soit à ce genre d'extrémité et que je désapprouve avec la plus grande fermeté ce genre d'action inexcusable... Vous n'êtes pas obligé de voler Photoshop pour retravailler vos images (!!!) il existe suffisamment de logiciels puissants et gratuits pour ne détrousser personne (j'en parle beaucoup dans mes pages !)...

Ensuite, concernant le « vieux dicton », il ne s'agissait que d'un excellent conseil d'Ansel Adams ! Qui a été merveilleusement complété par Robert Heinecken qui disait qu'il y a un monde entre prendre une photo et faire une photo... Donnez un smartphone à un animal quelconque et, le hasard aidant, il prendra une photo. Donnez un smartphone à n'importe qui et il prendra une photo... Faire une photo consiste en un processus complexe qui commence par une idée qui se transforme en concept, qui évolue en message et qui trouve sa finalité dans une image... On est loin du fait de taper sur l'écran tactile d'un téléphone ou d'enfoncer un bouton !... Qu'est-ce que Photoshop vient faire ici ? Crée-t-il l'idée ? Le concept ? Le message ? L'image ? Non, rien de tout cela !... Les logiciels permettent de compléter (ou finaliser) une photo, rien de plus !... Et encore, ils ne sont jamais indispensables...

Cela fait deux ans que vous appuyez au hasard sur le bouton déclencheur d'un appareil photo ? Il est vrai que cela fait de vous un expert de l'art photographique (!) que vos connaissances vous permettent d'en apprendre à Ansel Adams (!) que votre génie vous autorise à le traiter de "con" (!)... Mon pauvre "ami" ! Vous n'avez rien compris ! Je suis même prêt à parier que vos deux ans de production d'images vous autorisent à donner un avis —éclairé— sur la pandémie actuelle, sa gestion et son vaccin !... 

Je ne suis pas là pour juger, je ne suis pas là pour convertir qui que ce soit (d'ailleurs je sais qu'il est inutile d'essayer de convertir les génies auto-proclamés)... vous avez vos certitudes, grand bien vous fasse.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


AMÉLIORER MES STATISTIQUES DE VISITES ?

Pas de question aujourd'hui mais une réponse à une remarque intéressante :

Remarque :
[...] Je visite régulièrement votre site avec beaucoup d'intérêt mais j'ai regardé vos statistiques de visites qui me semblent décevantes ! Savez-vous qu'il est très facile d'augmenter artificiellement les chiffres et même le nombre de pays visiteurs ! Je me tiens à votre disposition si cela vous intéresse [...]

Réponse :

Je suis très heureux de savoir que des lecteurs reviennent visiter mon site régulièrement avec un intérêt renouvelé. Je vous suis reconnaissant de vouloir améliorer mes statistiques de visites mais il me faut souligner quelques points que je considère très importants. Je fais des statistiques uniquement pour mon plaisir et non dans un but d'efficience. Je suis heureux de savoir dans quels pays se trouvent mes nouveaux visiteurs. Je suis heureux de savoir combien de visiteurs visitent mes articles. Peu m'importe que ces chiffres explosent, je n'y gagnerais rien.

Je ne doute pas qu'il soit possible d'augmenter artificiellement ces chiffres —et je ne doute pas que nombreux sont les sites qui utilisent ce genre de techniques— mais cela serait, à mes yeux, non seulement inutile mais très frustrant ! Certes les chiffres seraient impressionnants mais que me resterait-il du plaisir ? Combien de vrais visiteurs seront comptabilisés ? Combien de pays apparaitront dans mes statistiques alors qu'ils seront collectionnés sans qu'aucun visiteur de ces lieux ne m'ait jamais rejoint ?

Poussé au maximum, je préfèrerais recueillir un seul nouveau vrai visiteur par jour qu'un million de faux. Je préfèrerais une mappemonde très blanche avec des pays validés qu'une mappemonde totalement rouge qui ne me montrerait plus rien de la réalité. Je préfèrerais une seule vraie visite par jour qu'un million de fausses visites...

Aussi, je vous remercie pour votre fidélité, je vous remercie pour votre sollicitude, je vous remercie pour votre proposition, mais je vais décliner votre offre. Savoir que vous visitez mon site m'apporte beaucoup plus de satisfaction qu'un nombre impressionnant de fausses visites qui feraient faussement croire que mon site est plus que ce qu'il est... L'esprit club de mes pages ne peut se baser que sur la confiance et l'échange, l'artificialisation, quelle qu'elle soit, n'y trouve pas sa place.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LES DIFFÉRENTS CADRAGES DE PORTRAITS ?

Question :
[...] Je visite votre site à la recherche d'éléments me permettant d'améliorer mes portraits et plus particulièrement les cadrages classiquement admis pour cet exercice et je n'ai rien trouvé. Ai-je mal cherché ? Vu la masse d'informations regroupées dans votre site, c'est probable... Aussi je me permets de vous solliciter directement, pourriez-vous m'aider ? [...]

Réponse :

Je peux, en effet, affirmer que vous avez mal cherché (voir ici —entre autre—) mais, à votre décharge, je n'ai pas encore traité du portrait, sujet compliqué dans la mesure où l'obtention d'autorisation de publication n'est pas évidente au vu des détournements fréquents des images présentes sur internet... Le sujet du portrait est toujours présent sous mon coude et devrait voir le jour —bientôt ?— dès que je pourrai vous montrer des exemples. En attendant, je vous résumerai les différents cadrages « classiques » du portrait avec un petit schéma :

Bien sûr, je vous donne rendez-vous pour découvrir mon article approfondi sur le portrait (chercher ici pour vérifier sa publication)...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page

 


 




 

Flag Counter

En savoir plus