Accueil
Index général
Contacter le Webmaster
Note de copyright
Particularités & fonctionnement
Vous pouvez participer
Appel aux internautes
Liens
Dernières mises à jour
Le livre d'or
Qui suis-je ?
Mon matériel (chéri)
La page des débutants
Quelques cotes
Ma galerie photographique
Ma carte blanche
Le tableau d'honneur
Historique de l'appareil photographique
La grande histoire de Pentax®
Les appareils photographiques de l'Est
Quelques modes d'emploi introuvables
Un petit « cours » de photographie
L'alphabet russe
Les logos des marques
Des bricolages pour photographes
Les mauvais plans à éviter absolument
Les théories influençant la photographie
Les fiches techniques
Mise au point sur...
Les secrets d'une photographie
Les tests approfondis
Les tests improbables
Quid du M42 ?
La photo vue par la toute jeune génération
Faire ses débuts en photo argentique
Faire ses débuts en photo numérique
Analogique | Numérique - Une alternative
Manifeste pour la lenteur en photographie
Questions & tuyaux en photo numérique
Quel objectif pour reflex Pentax numérique ?
Un fantasme devenu possible ?
Les foires à la photo - Dénicher des occaz
Un petit tour au laboratoire
Un peu de labo numérique
Choisir son appareil photographique
Quel appareil pour quelle photo ?
Choisir son (ses) objectif (s)
Choisir son statif
Quels accessoires envisager ?
Utiliser / faire revivre les filtres
Vérifier son matériel
Que penser des Kiev et de ceux qui les modifient ?
Acheter un appareil soviétique ?
Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire !
Les lois d'une nouvelle expérience photographique
De l'acte photographique
Le grand match
Prendre soin de ses appareils photographiques
Où faire réviser/réparer son appareil photo ?
Composition : erreurs fréquentes à éviter plus conseils
Techniques photographiques évoluées
Programmer sa propre évolution photographique
Retrouver l'inspiration photographique
Créer un studio « professionnel » à moindre frais
Projets d'expérimentations
Expériences de paléophotographie
Parlons matériel (pas marque !)
Mes photographes préférés
Quid de la lomographie ?
Dernière minute
Questions / Réponses
1001 trucs à connaître
Et si on essayait de comprendre les photos ?
Et si on essayait l'originalité ?
Et si on s'essayait à la macrophotographie ?
Et si on s'essayait au panoramique ?
Et si on s'essayait à la trichromie ?
Et si on s'essayait à l'autochrome ?
Et si on s'essayait au noir et blanc créatif ?
Et si on se construisait un appareil sténopé ?
Et si on s'essayait au moyen format ?
Et si on s'essayait au grand format ?
Photographier sans lumière ?
Photographier avec un smartphone/une tablette
Photographier avec un compact bas de gamme
Ces petits trucs qui changent tout
La photographie itinérante
Les styles en photographie
La petite histoire d'une photographie
Devenir meilleur photographe
Équipement logiciel de qualité à bas prix !
Que peut-on attendre des logiciels photo ?
Divagations
Peut-on protéger ses créations ?
Le coin des polémiques
Votre labo numérique idéal
Hommage à FERNAND BIGNON
Lettre ouverte aux (futurs) argentistes
Les photographes sont tous C H A R L I E



 

Dans cette partie du site « www.thydelor.eu » je vais vous exposer mes expérimentations -que j'espère fructueuses- visant à me permettre de faire de la photo comme dans les temps très anciens (eh oui, le XIXè siècle ça fait déjà 200 ans !!!)

Il est vrai que si ce sujet m'interpelle depuis déjà quelques temps, il n'a rien de très original (!!!) de nombreux autres sites en parlent et probablement mieux que je ne le ferai ici moi-même... Par contre, j'ai l'intention d'envisager la chose sous un angle tout à fait nouveau que je n'ai encore vu nulle part ailleurs...

Quand je parle de paléophotographie (le terme est peut-être un peu exagéré... bien que...) je fais allusion au temps où la photographie ne s'envisageait que par l'emploi de chambres photographiques grand format.

Cela peut sembler très intéressant de tout faire « comme au bon vieux temps », à savoir acheter une chambre photographique grand format de l'époque (ça se trouve sans trop de problème mais à quel prix), monter un laboratoire qui permet de gérer les feuilles grand format si possible sur le terrain -il s'agissait de tentes photographiques- (c'est possible mais c'est cher et peu pratique), fabriquer ses films (c'est très possible), fabriquer ses positifs avec les techniques de l'époque (c'est aussi très possible) etc...

Seulement, avant d'en arriver là, il faut pouvoir être certain de :
- maîtriser la technique de chaque étape
- pouvoir aimer suffisamment les procédés pour accepter d'investir (c'est bien le mot) en argent et en temps avant de se lancer dans ce processus lent et difficile...

J'ai donc décidé de commencer par le « plus simple » : la fabrication des positifs. Bien sûr, il s'agit de l'étape finale du processus... cela ne semble pas très logique... mais suivez mon raisonnement :
- je possède un appareil photographique (en fait plusieurs !!! -voir ici)
- je sais travailler mes films, tant de manière académique que de manière alternative « bio » (voir ici)
- je ne sais pas encore si je saurais fabriquer mes films
- je ne sais pas encore si ce procédé m'apportera tout ce que j'espère
- je ne sais pas encore si je trouverai facilement tout le matériel de prise de vue et de développement d'époque
DONC : je vais « mixer » XIXè et XXè siècle (voire XXIè !) dans un premier temps. Si j'y trouve un véritable plaisir, il sera possible, dans un deuxième temps, de « m'attaquer » à un autre volet...

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Fabrication d'un agrandisseur pour la paléophotographie  


FABRICATION D'UN AGRANDISSEUR POUR LA PALÉOPHOTOGRAPHIE

Le problème, puisqu'il y en a un : pour utiliser les anciennes techniques de création de positif, il faut disposer d'un négatif grand format ! Et je n'ai pas encore les moyens d'en créer... DONC, je vais utiliser des négatifs moyen et petit format (et pourquoi pas des « négatifs numériques »). Pour ce faire, il me faudra disposer d'un agrandisseur. C'est la première étape.

Si, au XXè siècle, l'exposition des supports analogiques (film et papier photo) s'effectuait avec de la lumière blanche (lumière du jour), au XIXè siècle, il fallait utiliser la lumière ultraviolette. Bien sûr, ils utilisaient la lumière du soleil mais seul le spectre ultraviolet faisait le travail... Ce qui explique en partie les temps de pose très longs. Si je vous raconte cela, c'est qu'un agrandisseur à UV (ultraviolet) n'existe pas, il va falloir le créer de toutes pièces, en gardant à l'esprit les impératifs techniques et de sécurité inhérents à l'utilisation de ces rayonnements UV invisibles à l'œil...

1°) Les UV (A, B ou C) ont la fâcheuse idée de ne pas traverser le verre (à moins que ce dernier soit extrêmement fin). Un agrandisseur classique contient, entre autre un diffuseur en verre, un, deux ou trois condenseurs en verre, un presse film composé de deux plaques de verre, et... un objectif composé de plusieurs lentilles en verre... Résultat des courses : si on remplace la lumière blanche par de la lumière UV dans le compartiment supérieur de l'agrandisseur classique, à sa sortie, on ne récupérera plus que la fine bande de lumière violette (visible) qui accompagne les UV en sortie d'ampoule UV... donc efficacité NULLE.

2°) Les UV ont des longueurs d'onde très différentes de la lumière visible. Ce qui veut dire que si vous effectuez une mise au point parfaite en lumière blanche, cette mise au point sera faussée à la seconde où vous remplacerez la lumière blanche par de la lumière UV...

3°) Les UV possèdent une propriété anti-biologique : action mutagène (cancérigène), création de radicaux libres toxiques, destruction de la rétine etc... Une irradiation UV n'est donc pas souhaitable... surtout que les ampoules UV sont plus puissantes que le soleil puisque plus proches de nous...

DONC il faudra prévoir un matériel opaque aux UV : métal, bois, carton, verre épais, pierre, ciment etc... mais qui soit facile à travailler et pas trop lourd... Ce qui exclue, pour la majorité d'entre nous, beaucoup de possibilités. Quel que soit le matériau choisi, il faudra limiter au maximum les fuites de radiations... sauf au niveau de l'objectif puisqu'il faut bien impressionner son papier !... N'allez pas crier au danger trop vite !!! Une boite en plastique, pour peu qu'elle soit couverte d'une bonne couche de peinture noire ne posera pas de problème... il ne s'agit que de radiations lumineuses après tout !... Le carton est également une possibilité intéressante mais il faudra tenir compte de la chaleur émise par l'ampoule électrique, il ne s'agirait pas de mettre le feu au laboratoire !!!

Principe de fabrication

Pour fabriquer notre agrandisseur il faudra prévoir :
- Une barre verticale qui permettra de régler l'agrandissement et, accessoirement, de maintenir l'agrandisseur en l'air
- Une planche support pour permettre la stabilité de l'ensemble
- Une boite à lumière
- Un presse film pour la planéité du négatif
- Un « soufflet » pour la mise au point
- Un objectif

Miraculeux non ? On dirait, à s'y méprendre, qu'il s'agit d'un agrandisseur du commerce !...

Je ne vous le fait pas dire... Si vous pouvez trouver pour peu cher un agrandisseur du commerce auquel vous retirerez tous les éléments en verre, vous pourrez vous dispenser des 9/10 des bricolages que je vous proposerai.

Particularités de notre bricolage

1°) Si on veut (comme moi) utiliser plusieurs tailles de négatifs, il serait bon de prévoir un presse film -dépourvu de plaque en verre- de taille permettant d'insérer les négatifs les plus grands (60x90mm) avec utilisation de « masques » pour les tailles inférieures

2°) La fabrication d'un soufflet n'est pas impossible mais pas très simple non plus... je proposerai un système tout aussi efficace mais très simple à faire (même si moins joli)

3°) Le boîte à lumière devra contenir une ampoule UV (logique non ?) qui n'émettra qu'une très petite bande de lumière visible dans les violets. Cette particularité de l'ampoule nous empêchera d'effectuer la mise au point (manque de lumière). Il faudra donc prévoir d'installer 2 ampoules dans la boite à lumière : une ampoule UV pour exposer notre positif et une ampoule blanche pour effectuer la mise au point. Cette deuxième ampoule (blanche) permettra également d'utiliser notre agrandisseur bricolé comme un agrandisseur du commerce, pour des films et des papiers actuels, avec, pourquoi pas l'ajout d'un élément permettant d'ajouter des filtres multigrades (mais cela sort du cadre de la paléophotographie).

4°) Dans la mesure où notre agrandisseur devra permettre l'emploi de plusieurs formats de film, il sera nécessaire de s'équiper de plusieurs objectifs (en lumière blanche uniquement) : un 50mm pour le 24x36, un 75mm pour le 45x60, un 80mm pour le 60x60, un 90mm pour le 60x70, un 100mm pour le 60x80 et un 110mm pour le 60x90. Et pourquoi pas un zoom ? Ce serait plus simple et on en trouve pour pas cher un peu partout sur internet en occasion (un ø42 à vis des années 50~70 par exemple). Mais puisque primitivement on veut travailler en UV, il faudrait trouver des objectifs avec lentilles en plastique... et ça c'est beaucoup plus difficile !!! OK pour un 50mm, peut être également pour un 80mm mais pour les autres.... Alors, il nous reste la possibilité de ne pas utiliser d'objectif du tout !!! Un petit sténopé fera très bien l'affaire... Sa focale variera avec allongement du soufflet, sa profondeur de champ infinie évitera les problèmes de différence de mise au point entre la lumière blanche et la lumière UV, même si son diaphragme sera très petit et nécessitera une exposition un peu plus longue...

5°) Logiquement, sur le trajet de la lumière, il serait nécessaire d'insérer un diffuseur. D'une part, deux feuilles de papier calque peuvent largement faire l'affaire, d'autre part, nombre d'agrandisseurs assez anciens (soviétiques entre autre) étaient livrés avec une ampoule opaline et sans diffuseur et... fonctionnaient parfaitement... donc, dans la mesure où toutes les ampoules actuelles sont opalines, on se passera de diffuseur...

6°) La barre d'agrandissement pourra très bien ne pas reposer sur un support... si on l'équipe d'un système de fixation par pince sur un côté de table...

7°) Il faudra prévoir un système d'allumage de l'ampoule UV très éloigné de l'agrandisseur (ou un interrupteur à retardement) qui nous permettra d'effectuer l'exposition sans aucun risque pour nos yeux puisqu'on aura quitté le labo...

Réalisation de l'agrandisseur UV

Selon le matériau que vous souhaitez utiliser, la mise en œuvre de la fabrication va varier ! Je vais envisager 3 cas de figures bien différents, vous allez bien vous retrouver dans l'un d'eux, mais, bien sûr, vous allez pouvoir adapter les plans !...

1°) Agrandisseur UV en carton
Oui, c'est très possible ! Pas cher, facile à travailler, léger, il n'a que des avantages ! Sans compter que vous pourrez très bien vous faire la main avec ça et décider de faire mieux plus tard (au besoin)...

La boite à lumière peut très bien être constituée d'une simple boite à chaussure !
— Percez 2 trous sur un des petits côtés pour fixer les ampoules (une de lumière blanche, l'autre de lumière UV).
— Sur l'autre petit côté, percez un trou carré > 70mm de large et > à 100mm de long. C'est sur ce trou que viendra se fixer le presse film (principe décrit plus loin).
— Couvrez l'intérieur de la boite de chaussure de papier d'aluminium (en respectant les trous !!!).
— Installez les deux ampoules.
— Collez le couvercle de la boite et renforcez les bords avec du scotch noir.
— Sous le presse film, fixez le soufflet (principe décrit plus loin).
— Encore dessous, fixez le sténopé (principe décrit plus loin).
— Peindre l'extérieur de la boite. Ce n'est pas indispensable mais c'est plus joli...

2°) Agrandisseur UV en plastique
A moins de savoir travailler le plastique, il faudra se contenter d'emballages ou d'objets moulés en plastique pour fabriquer votre agrandisseur UV. Prix de revient modique à nul.

Pour cet exemple je vais partir de conteneurs à objets tranchants à ma disposition sur mon lieu de travail, mais n'importe quel objet moulé en plastique fera l'affaire...
— Percez 2 trous sur un des petits côtés pour fixer les ampoules (une de lumière blanche, l'autre de lumière UV).
— Sur l'autre petit côté, percez un trou carré > 70mm de large et > à 100mm de long. C'est sur ce trou que viendra se fixer le presse film (principe décrit plus loin).
— Couvrez l'intérieur de la boite papier d'aluminium (en respectant les trous !!!) ou peindre l'intérieur en blanc brillant ou mieux, avec une bombe de peinture aluminisée brillante.
— Installez les deux ampoules.
— Collez le conteneur et renforcez les bords avec du scotch noir.
— Sous le presse film, fixez le soufflet (principe décrit plus loin).
— Encore dessous, fixez le sténopé (principe décrit plus loin).
— Peindre l'extérieur de la boite. Cette fois c'est indispensable !!! Préférez le noir et n'hésitez pas à appliquer plusieurs couches... Vérifiez l'opacité en allumant la lumière blanche... Il ne doit même plus apparaître de translucidité !... Ici, contrairement au carton, c'est une question de sécurité en plus d'une question d'esthétique...

-image d'illustration à venir-

3°) Agrandisseur UV en bois
Tout le monde a la possibilité de travailler le contre plaqué. Des 3 types, c'est probablement le meilleur (définitif ?). Prix de revient le plus élevé (bien que très accessible !!!).

C'est celui-là que je vais construire, après tout, autant partir au plus complexe tout de suite, si je m'en sors bien, peut-être qu'un jour je pourrai aussi fabriquer une chambre grand format !... zullen wij well zien...

Voici le plan de coupe de mes éléments de contre plaqué :

J'ajouterai des photos lors de la fabrication réelle de l'agrandisseur UV.

4°) fabrication du presse film
La seule difficulté de la réalisation du presse film : les bords du trou qui doivent bloquer le passage des rayons lumineux doivent être très fins faute de quoi il y aura des pertes importantes de lumières sur les bords du négatif et créer au final un véritable vignetage sur notre positif...

J'ajouterai des photos lors de la fabrication réelle de l'agrandisseur UV.

5°) fabrication du soufflet
Fabriquer un soufflet est relativement simple mais très long et très minutieux ! Pour ce bricolage, qui, au passage, n'a pas besoin d'être très esthétique -il ne sortira pas de la chambre noire-, je vais conserver le principe du soufflet mais sans passer des heures à mesurer, découper les lattes, encoller l'ensemble, plier les éléments etc... Il existe des sites qui expliquent parfaitement comment créer un vrai beau soufflet dans les règles de l'art [...] ce ne sera pas mon propos ici !...

Si je pars du principe qu'un soufflet n'est rien de plus qu'un manchon de n'importe quelle matière opaque qui peut avoir une longueur réglable, il suffit de fabriquer un manchon assez long (plus long que ce qu'il devrait être en théorie) et de réduire mécaniquement sa longueur au besoin. Cela est tout à fait envisageable sauf qu'il existe un risque de masquer au moins partiellement le passage de la lumière lorsqu'on réduit la longueur du manchon... Pour éviter cet écueil, rien de plus simple : placer au milieu un écarteur externe rigide qui obligera le manchon à s'écraser sur l'extérieur et pas dans le champ lumineux !!!

J'ajouterai des photos lors de la fabrication réelle de l'agrandisseur UV.

6°) fabrication du sténopé
J'en ai déjà parlé ici... La seule différence sera de placer ce sténopé sur un « porte objectif » pour ainsi pouvoir utiliser l'agrandisseur aussi bien avec un objectif normal (en lumière blanche) qu'avec le sténopé (en lumière UV comme en lumière blanche -pourquoi pas-)

7°) fabrication de la barre d'agrandissement et de la fixation de l'agrandisseur
J'en traiterai plus tard, je vais déjà commencer le début du travail...

 

A TRÈS BIENTÔT !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


Flag Counter
En savoir plus