Accueil
Index général
Contacter le Webmaster
Note de copyright
Particularités & fonctionnement
Vous pouvez participer
Appel aux internautes
Liens
Dernières mises à jour
Le livre d'or
Qui suis-je ?
Mon matériel (chéri)
La page des débutants
Quelques cotes
Ma galerie photographique
Ma carte blanche
Le tableau d'honneur
Historique de l'appareil photographique
La grande histoire de Pentax®
Les appareils photographiques de l'Est
Quelques modes d'emploi introuvables
Un petit « cours » de photographie
L'alphabet russe
Les logos des marques
Des bricolages pour photographes
Les mauvais plans à éviter absolument
Les théories influençant la photographie
Les fiches techniques
Mise au point sur...
Les secrets d'une photographie
Les tests approfondis
Les tests improbables
Quid du M42 ?
La photo vue par la toute jeune génération
Faire ses débuts en photo argentique
Faire ses débuts en photo numérique
Analogique | Numérique - Une alternative
Manifeste pour la lenteur en photographie
Questions & tuyaux en photo numérique
Quel objectif pour reflex Pentax numérique ?
Un fantasme devenu possible ?
Les foires à la photo - Dénicher des occaz
Un petit tour au laboratoire
Un peu de labo numérique
Choisir son appareil photographique
Quel appareil pour quelle photo ?
Choisir son (ses) objectif (s)
Choisir son statif
Quels accessoires envisager ?
Utiliser / faire revivre les filtres
Vérifier son matériel
Que penser des Kiev et de ceux qui les modifient ?
Acheter un appareil soviétique ?
Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire !
Les lois d'une nouvelle expérience photographique
De l'acte photographique
Le grand match
Prendre soin de ses appareils photographiques
Où faire réviser/réparer son appareil photo ?
Composition : erreurs fréquentes à éviter plus conseils
Techniques photographiques évoluées
Programmer sa propre évolution photographique
Retrouver l'inspiration photographique
Créer un studio « professionnel » à moindre frais
Projets d'expérimentations
Expériences de paléophotographie
Parlons matériel (pas marque !)
Mes photographes préférés
Quid de la lomographie ?
Dernière minute
Questions / Réponses
1001 trucs à connaître
Et si on essayait de comprendre les photos ?
Et si on essayait l'originalité ?
Et si on s'essayait à la macrophotographie ?
Et si on s'essayait au panoramique ?
Et si on s'essayait à la trichromie ?
Et si on s'essayait à l'autochrome ?
Et si on s'essayait au noir et blanc créatif ?
Et si on se construisait un appareil sténopé ?
Et si on s'essayait au moyen format ?
Et si on s'essayait au grand format ?
Photographier sans lumière ?
Photographier avec un smartphone/une tablette
Photographier avec un compact bas de gamme
Ces petits trucs qui changent tout
La photographie itinérante
Les styles en photographie
La petite histoire d'une photographie
Devenir meilleur photographe
Équipement logiciel de qualité à bas prix !
Que peut-on attendre des logiciels photo ?
Divagations
Peut-on protéger ses créations ?
Le coin des polémiques
Votre labo numérique idéal
Hommage à FERNAND BIGNON
Lettre ouverte aux (futurs) argentistes
Les photographes sont tous C H A R L I E



 

J'ai déjà parlé dans une autre rubrique de laboratoire numérique mais, en écoutant ce qui se dit autour de moi, je me suis rendu compte qu'il y avait trop de difficultés, trop de questionnements et trop d'errances. Il fallait donc que je prenne position ! Vous me connaissez, il faut que je m'occupe de tout ! Mais que je m'occupe de tout sans faire comme tout le monde !...

Dans cette page je vais donc prendre position et vous proposer un labo numérique parfait (je pèse mes mots), complet (je pèse toujours mes mots) et... gratuit !... Bref, votre labo numérique idéal !...

Je ne suis pas éditeur de logiciel mais je pense être en mesure de vous donner des informations, sinon exhaustives, au moins indispensables pour vous permettre de traiter vos images numériques sans problème en me basant uniquement sur deux logiciels, probablement connus de tous, mais d'accès plus ou moins opaque pour nombre d'entre nous : RAWTherapee et The GIMP !...

Ces deux logiciels sont super puissants, je pense que je ne serai pas en mesure d'en faire le tour, surtout que je ne les utilise pas assez régulièrement pour être expert, mais je vous promets que tout ce que vous trouverez dans cette page sera simple et important, une sorte de minimum vital...

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Introduction Les outils
10 raisons de préférer GIMP à Photoshop Introduction


RAWTHERAPEE

RAWTherapee est, comme son nom l'indique, un logiciel de traitement des RAW que l'on appelle également un dématriceur. Ce logiciel est déjà assez ancien, il a énormément changé depuis ses débuts, au point que tous les modes d'emploi des versions précédentes ne servent plus à rien avec la dernière version !... Nous en sommes, à l'écriture de ces lignes, à la version 5.3 et il s'agit réellement d'une version adulte qui mérite bien de placer ce logiciel gratuit à côté de nombre de logiciels payants !!!

Vous pouvez télécharger légalement et gratuitement RAWTherapee 5.3 ici. Le site est en anglais mais ne présente aucune difficulté (je vais vous accompagner !) et, rassurez-vous, une fois installé, le logiciel sera en français !...

Sur la page de téléchargement, ne touchez à rien !... Laissez tout dans l'état et, selon votre système d'exploitation (macOS ou Windows) cliquez sur la flèche correspondante... C'est tout !...

Dans le répertoire d'enregistrement de l'installateur, vous n'avez plus qu'à double cliquer sur le fichier RawTherapee_5.3_ WinVista_64 (si vous travaillez sous Windows) et l'installation sera automatique...

INTRODUCTION

Ce n'est rien de dire qu'Adobe a accaparé le marché des logiciels d'image de photo et d'édition. Bien sûr, il y a de solides concurrents dans une bataille contre Adobe mais tous ces logiciels sont payants et pas forcément très accessibles... Tout le monde ne peut pas ou ne veut pas payer le loyer d'Adobe ou tout simplement utiliser les produits Adobe (je suis un peu de ceux là... j'ai horreur de ceux qui trustent le marché !). Tout le monde n'a pas le budget ni le besoin de logiciels photographiques professionnels haut de gamme. Heureusement, il existe une multitude de produits gratuits ou open source (j'en ai parlé dans la page labo numérique). Certains d'entre eux ont des caractéristiques qui peuvent rivalisent avec leurs homologues payants et peuvent devenir des outils très puissants pour qui prend le temps d'apprendre leur fonctionnement et leur philosophie. Dans ce paragraphe, nous allons jeter un premier coup d'œil rapide à l'un de ces programmes : RawTherapee. Ce n'est peut-être pas le meilleur, je n'en sais rien, je ne les ai pas tous testés, je n'en ai pas le temps, mais c'est certainement l'un des plus complets et l'un des meilleurs. Dans ce premier article, nous n'allons pas nous plonger dans la façon de l'utiliser, mais simplement donner un bref aperçu de ses capacités et de son interface. Dans les prochains articles, nous approfondirons avec des articles pratiques.

RawTherapee est principalement une puissante application de traitement d'image RAW non destructive c'est à dire que quoi que vous fassiez pour modifier votre image, le fichier RAW original ne sera affecté en rien. Il comporte également des fonctions de gestion d'image de base telles que le codage couleur, la classification et la recherche en fonction des paramètres. Il est gratuit, publié sous licence publique générale. Vous pouvez télécharger une version stable ou une version bêta (la bêta est potentiellement boguée)... donc téléchargez la version que je vous ai recommandée plus haut !

Jetons un coup d'œil à l'interface. En tant que logiciel libre, ne vous attendez à trouver une application aussi léchée que Lightroom ou CaptureOne... (bien que !) mais avec un peu de pratique, son interface se révèlera tout à fait logique et bien agencée. Comme les logiciels payants (pour ne pas dire "pro"), il est divisé en modules, appelés onglets. Il y a trois de ces onglets, un peu confus, rangés verticalement sur le côté gauche de l'écran à l'ouverture et quatre rangés verticalement sur le côté droit dans l'onglet « Navigateur de fichiers ».

RawTherapee en mode Onglet Editeur unique - Onglets verticaux, montrant :
1) Sections principales: Navigateur de fichiers (ouvert au démarrage), File d'attente, Éditeur et Préférences.
2) Panneaux utilisés pour naviguer vers des fichiers et des dossiers.
3) Vignettes du dossier actuellement ouvert.
4) Filtres pour limiter les vignettes à afficher (correspondent à certaines métadonnées ou à certains états).
5) Zoom sur les vignettes et infos.
6) Opérations rapides.
7) Sous-onglets du navigateur de fichiers :
- Filtre (actuellement ouvert),
- Inspecter (pour afficher un aperçu JPEG intégré en taille réelle),
- Édition par lot (pour appliquer un réglage à toutes les images sélectionnées)
- Exportation rapide (faible qualité et zappe certains outils - ne l'utilisez pas par défaut !).
8) Menu contextuel (vous utiliserez généralement ceci pour appliquer un profil de traitement à tous les fichiers sélectionnés).

Notez bien que les onglets en cours sont soulignés d'un trait bleu, c'est peu visible mais avec l'habitude c'est bien suffisant !



NAVIGATEUR DE FICHIERS :


NAVIGATEUR DE FICHIERS (dossier sélectionné) / sous rubrique FILTRER :


NAVIGATEUR DE FICHIERS (dossier sélectionné) / sous rubrique INSPECTER :

affichage de l'image sélectionnée à 100% dans le cadre de droite

NAVIGATEUR DE FICHIERS (dossier sélectionné) / sous rubrique ÉDITION PAR LOT :

il y a 1 milliard de paramètres, on fait défiler la contenu du cadre de droite avec la roulette de la souris

NAVIGATEUR DE FICHIERS (dossier sélectionné) / sous rubrique EXPORT. RAPIDE:


FILE D'ATTENTE


ÉDITEUR

il y a 1 milliard de paramètres, on fait défiler la contenu du cadre de droite avec la roulette de la souris

Si vous avez déjà travaillé avec CaptureOne ou Lightroom, vous remarquerez que RawTherapee ne réagit pas au doigt et à l'œil... on peut même dire qu'il est lent à la détente !... mais si vous n'avez pas pris de mauvaises habitudes, cela passera très bien... C'est un logiciel gratuit et participatif, je pense qu'il gère beaucoup moins bien les ressources de votre ordinateur... il est donc préférable, si vous êtes un excité de la souris, de posséder un processeur multi-cœurs rapide et pas mal de mémoire vive... Cela dit, c'est le module Explorateur de fichiers qui est le plus lent et d'autant plus que le répertoire contient beaucoup de photos... De même, pensez à économiser des ressources en fermant tous les autres programmes, vous accélèrerez notablement RawTherapee... S'il est si lent, pourquoi vous le proposer ? Simplement parce que les autres dématriceurs gratuits, à puissance identique, semblent ne pas faire mieux, du moins, ceux que j'ai essayés !... Je pourrais éventuellement, si vous le souhaitez vous en présenter d'autres, plus tard...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LES OUTILS

RawTherapee propose de nombreux outils. Chaque outil possède un ou plusieurs contrôles qu'il est possible de faire tourner, de déplacer ou de faire glisser pour entrainer une action.

Les outils sont situés dans l'onglet Éditeur, sur la droite de cette page. Ils sont répartis dans plusieurs rubriques :

Exposition

Exposition  
Bouton Niveaux auto
Bouton

Rognage%

Bouton Réinit.
Curseur Compensation d'exposition
Curseur Compensation hautes lumières
Curseur Seuil de compression des hautes lumières
Curseur Noir
Curseur Compression des ombres
Curseur Luminosité
Curseur Contraste
Curseur Saturation
Curseur Courbe tonale 1
Curseur Courbe tonale 2
Coche Ombres / Hautes lumières
Coche Compression tonale
Coche Retinex
Coche Filtre vignettage
Coche Filtre dégradé
Ajustements Lab  
Curseur Luminosité
Curseur Contraste
Curseur Chromaticité
Coche Éviter les dérives de teinte
Coche Restreindre LC aux tons rouges et peau
Coche Protection des tons rouges et chair
Coches Courbe L* / a* / b*
Coches LT / CT / TT
Coches CC / LC / CL
Coche Apparence de la couleur (CIECAM02)

Détail

Netteté  
Choix Méthode
Curseur Rayon
Déplacement Seuil
Curseur Quantité
Coche Améliorer seulement les bords
Coche Contrôle du halo
Bords  
Curseur Itérations
Curseur Quantité
Coche Luminance uniquement
Microcontraste  
Coche Matrice 3x3 au lieu de 5x5
Curseur Quantité
Curseur Uniformité
Réduction du bruit d'impulsion
Curseur Seuil
Réduction du bruit  
Choix Méthode
Choix Qualité
Choix Luminance
Choix Contrôle de luminance
Curseur Luminance
Curseur Niveau de détail de Luminance
Choix Chrominance
Choix Méthode
Curseur Chrominance - Maître
Curseur Chrominance Rouge / Vert
Curseur Chrominance Bleu / Jaune
Choix Courbe de Chrominance
Curseur Gamma
Choix Filtre Médian
Choix Méthode
Choix Type de médiane
Curseur Itérations
Aberration chromatique
Curseur Rayon
Curseur Seuil
Choix Courbe
Contraste par niveau de détail
Choix Traitement effectué
Curseur 0
Curseur 1
Curseur 2
Curseur 3
Curseur 4
Curseur 5
Curseur Seuil
Curseur Skin Hue (le traducteur a zappé ce titre !)
Curseur Protection / Ciblage des temps chair
Coche Réduire les artéfacts

Couleur

Balance des blancs  
Choix Méthode
Curseur Température
Curseur Teinte
Curseur Égaliseur Bleu / Rouge
Curseur Ajustement de la température BdB
Vibrance  
Curseur Tons saturés
Curseur Tons pastels
Sélection Seuil entre tons pastels/saturés
Coche Protéger les tons chair
Coche Éviter les dérives de teinte
Coche Lier Pastels et Saturés
Choix Tons chair
Mixage des canaux  
Curseur Rouge (RVB)
Curseur Vert (RVB)
Curseur Bleu (RVB)
Noir et Blanc  
Choix Méthode
Curseur Correction Gamme (RVB)
Choix Courbe Avant
Choix Courbe Après
Égaliseur TSV  
Choix Canal (T / S / V)
Simulateur de Film  
Curseur Force
Courbes RVB  
Coche Mode luminosité
Choix Canal (R / V / B)
Virage partiel  
Choix Méthode
Choix Couleur
Choix Chroma standard
Choix Opacité
Choix Saturation Protection Automatique
Curseur Saturation Protection Seuil
Curseur Saturation Protection Force
ICM  
Choix Profil d'entrée
Choix DCP Illuminant
Choix Profil de travail
Choix Profil de sortie
Choix Intention de rendu
Coche Compensation de point noir
Choix Gamma de sortie
Coche Manuel
Curseur Gamma
Curseur Pente (linéaire)

Ondelettes

Réglage des ondelettes
Curseur Force
Curseur Niveaux d'ondelettes
Choix Méthode de découpage
Choix Performance des bords
Choix Fond
Choix Procédé
Contraste
Choix Contraste - / Neutre / Contraste +
Curseur 1 (les plus fins)
Curseur 2
Curseur 3
Curseur 4
Curseur 5
Curseur 6
Curseur 7
Choix Appliquer à
Sélecteur Plage de luminance des hautes lumières
Curseur Niveau des hautes lumières
Sélecteur Plage de luminance des ombres
Curseur Niveau des ombres
Chroma
Choix Méthode de chrominance
Curseur 1 (les plus fins)
Curseur 2
Curseur 3
Curseur 4
Curseur 5
Curseur 6
Curseur 7
Virage
Choix Opacité Rouge-Vert
Choix Opacité Bleu-Jaune
Débruitage
Coche Lier à la Force de la Netteté des bords
Curseur Niveau 1
Curseur Niveau 2
Curseur Niveau 3
Curseur Niveau 4
Netteté des bords
Curseur Force
Curseur Rayon
Curseur Détail
Choix Premier niveau
Choix Méthode de contraste local
Choix Contraste local
Coche Détection des bords
Gamut
Coche Réduire les artéfacts dans les cieux bleus
Sélecteur Ton chair
Curseur Ciblage/protection des tons chair
Sélecteur Courbe
Coche Éviter les dérives de teintes
Image résiduelle
Curseur Ombres
Curseur Seuil des ombres
Curseur Hautes lumières
Curseur Seuil des hautes lumières
Curseur Contraste
Curseur Chroma
Choix Méthode de compression
Curseur Force de la compression
Curseur Compression gamma
Sélecteur Ton ciel
Curseur Ciblage / protection du ciel
Choix Courbe
Coche Virage partiel et Balance Couleur
Touche finale
Choix Balance du contraste
Coche Balance chroma
Choix Contraste local final
Choix Courbe de contraste 'Après'

Transformation

Recadrage
Saisie X
Saisie Y
Saisie L
Saisie H
Coche Ratio fixe
Choix Ratio
Choix Orientation
Choix Type de guide
Saisie PPI
Redimensionnement
Choix S'applique à
Choix Méthode
Choix Préciser
Saisie L
Saisie H
Netteté post-redimensionnement
Choix Méthode
Curseur Rayon
Curseur Quantité
Curseur Amortissement
Curseur Itérations
Objectif / Géométrie
Coche Remplir
Bouton Recadrage auto
Rotation
Curseur Degré
Bouton Choisir la ligne d'horizon
Perspective
Curseur Horizontale
Curseur Verticale
Profil de correction d'objectif
Sélection Aucun / Auto-matched correction / Manual correction (le traducteur a zappé)
Choix Appareil photo
Choix Objectif
Saisie LCP File (le traducteur a zappé)
Coche Correction de la distortion
Coche Correction du vignettage
Coche Correction de l'aberration. chromatique
Distorsion
Bouton Automatique
Curseur Quantité
Aberration chromatique
Curseur Rouge
Curseur Bleu
Correction vignettage
Curseur Quantité
Curseur Rayon
Curseur Force
Curseur Centre X
Curseur Centre Y

RAW

Capteur à matrice (détection automatique du type de capteur)
Dématriçage  
Choix Méthode
Curseur Itérations pour la suppression des fausses couleurs
Point Noir Raw  
Curseur Rouge
Curseur Vert
Curseur Bleu
Point Blanc Raw  
Curseur Correction du point blanc
Traitement pré-dématiçage
Coche Filtrer les pixels chauds
Coche Filtrer les pixels morts
Curseur Seuil
Trame noire  
Saisie Fichier
Coche Sélection automatique
Champ uniforme  
Saisie Fichier
Coche Sélection automatique
Choix Type de floutage
Curseur Rayon de floutage
Curseur Control de l'écrétage (le traducteur s'est perdu dans les langues !)

Métadonnées

EXIF Liste les données
IPTC Saisie des valeurs

Il existe également des outils situés sur une barre horizontale au dessus de l'image à développer :

Il s'agit de raccourcis des outils réels. Leur action est décrite dans une petite fenêtre lorsque la souris s'immobilise sur leur icône.

Qui a dit qu'un logiciel gratuit ne devait pas être puissant ? Qui a dit qu'un logiciel gratuit devait être incomplet ? Avec Rawtherapee, vous en avez plus qu'avec Adobe Camera Raw ou Lightroom ! Bon, tout cela est bien joli, mais il va falloir apprendre à se servir de tout cela !... On y vient, pas d'impatience !...

Juste une remarque qui peut avoir son importance : le nombre d'outils/fonctions/paramètres est tellement important qu'à moins de posséder un écran HD de la taille d'un mur, il sera impossible de tous les visualiser d'un coup. Donc les programmeurs de Rawtherapee ont prévu des ascenseurs verticaux de défilement mais il est également possible de se déplacer via la roulette de la souris ou avec les dispositifs équivalents des tablettes graphiques (tablettes haut de gamme, les premières gammes ne possèdent pas de dispositif de défilement, mais le stylet permet de "capturer" l'ascenseur). Un clic droit sur le titre d'un outil l'agrandit et réduit tous les autres outils du même onglet.

A gauche de la plupart des titres d'outils se trouve un bouton qui permet d'activer ou de désactiver l'outil correspondant. Activer ou désactiver un outil n'a pas toujours de sens donc, pour les outils indispensables, le bouton de désactivation est remplacé par un symbole triangle qui permet de développer ou réduire les paramètres de ces outils (pour gagner de la place à l'écran quand non utilisé). Une bonne idée de programmation : un clic droit sur un outil, développe cet outil et réduit tous les autres !...
Remarque : dans l'onglet Navigateur de fichiers si vous sélectionnez plusieurs photos, le bouton d'activation peut avoir un troisième état : à moitié activé ce qui signifie que l'outil en question n'est pas activé dans toutes les photos sélectionnées.

Outil désactivé

Outil activé

Outil demi-activé

Outil réduit

Outil développé

RÔLE DES OUTILS

Exposition

—> Outil Exposition

Bouton Niveaux Auto
Niveaux automatiques analyse l'histogramme, puis ajuste les contrôles de la section Exposition pour obtenir une image convenablement exposée. Il utilise uniquement les curseurs Compensation d'exposition, Compression hautes lumières, Seuil de compression des hautes lumières, Noir, Luminosité et Contraste. Gardez présent à l'esprit que les ajustements que Niveaux Auto propose représentent un excellent point de départ au travail à effectuer. Cette fonction donne d'excellents résultats pour des expositions "classiques", donc le résultat devrait être esthétiquement plaisant, mais comme le programme ne connaît pas les caractéristiques de l'image en cours de traitement, vos goûts ou vos attentes, ce ne sera pas toujours le cas. Auquel cas vous devrez ajuster les valeurs vous-même. Vous pouvez réinitialiser tous les curseurs dans la section Exposition en cliquant sur le bouton Réinitialiser. Les courbes de tonalité ne seront pas touchées.

Bouton Rognage%
Niveaux automatiques utilise la valeur Rognage% pour régler l'exposition. Ce nombre définit le pourcentage de pixels pouvant être coupés au point blanc et noir de l'histogramme brut. La valeur minimale est 0,00, la valeur maximale est 0,99. Plus les valeurs sont élevées, plus le contraste diminue.

Coche Reconstruction des hautes lumières
Fait apparaître une zone de choix de la méthode de reconstruction.

Utilisez Reconstruction des hautes lumières pour essayer de restaurer les hautes lumières surexposées (brulées) dans le fichier brut. Cette fonction tente de restaurer les valeurs écrêtées dans l'image brute en se basant sur le fait que les trois canaux d'un fichier brut ne crâment pas en même temps. Ainsi, une région écrêtée dans un canal peut être "devinée" à partir de la présence les données de l'un des autres canaux de couleur.

À l'aide de la méthode de propagation des couleurs, on peut également deviner les données tronquées en utilisant des données proches des canaux non écrêtés, le cas échéant. Rappelez-vous que cet outil est utilisé pour la reconstruction des hautes lumières écrêtées, alors que si vous voulez compresser des hautes lumières qui n'ont pas été écrêtées mais qui ont été tronquées en utilisant, par exemple, Compensation d'exposition, utilisez le curseur Compression des hautes lumières. Le bouton Niveaux automatiques activera automatiquement la Reconstruction des hautes lumières si nécessaire.

Quatre méthodes différentes de reconstruction des hautes lumières sont disponibles :
- Récupération de luminance
Les détails récupérés seront gris neutre. Des valeurs de Compression des hautes lumières inférieures à 100 sont recommandées dans la plupart des cas.
- Propagation des couleurs
C'est la méthode de récupération la plus puissante. En plus de restaurer la luminosité, Propagation des couleurs tente de restaurer les informations de couleur en «s'inspirant» de la couleur connue environnante dans la zone écrêtée. Cette méthode fonctionne mieux sur les petites zones surexposées, et peut faire des merveilles sur une peau surexposée. Sa faiblesse, parce qu'il y en a une, c'est qu'elle peut parfois produire des couleurs incorrectes, en fonction des éléments d'image entourant les points surexposés écrêtés, ou les couleurs peuvent reproduire des motifs indésirables. Cette méthode est très exigeante en calculs et prendra beaucoup plus de temps que les autres méthodes. Elle fonctionne bien même avec de très hautes valeurs de Compression des hautes lumières (moins de 500).
- CIELab
Réduit le canal de luminance et tente de restaurer les couleurs par la suite. Les valeurs de Compression des hautes lumières inférieures à 100 sont recommandées dans la plupart des cas.
- Mélange
Tente de «deviner» les canaux de couleur écrêtés en renseignant leurs valeurs à partir de la correspondance la plus proche à partir des zones de hautes lumières non écrêtées situées à proximité. Les valeurs de Compression des hautes lumières inférieures à 100 sont recommandées dans la plupart des cas.

Curseur Compensation d'exposition
Les valeurs du curseur de Compensation d'exposition sont des valeurs ISO. Cela signifie qu'une valeur de +1 équivaut à un diaph' de surexposition (+1 EV, valeur d'exposition, également appelée +1 LV, valeur de lumière). Si vous faites deux photos, une sans correction (EV = 0) et une sous-exposée d'un diaph' (EV = -1), vous pouvez faire correspondre les deux photos en réglant la Compensation d'exposition pour la photo surexposée à -1 ou pour la photo sous-exposée +1. Gardez un œil sur l'histogramme tout en déplaçant ce curseur. Le déplacer vers la droite déplace tout l'histogramme vers la droite. Cela signifie que ce curseur change le point noir (tout à gauche de l'histogramme) et le point blanc (tout à fait à droite). Si vous essayez de réduire l'exposition d'une photo qui contient un écrêtage, vous remarquerez que les zones découpées deviennent grises. L'activation de Reconstruction des hautes lumières empêchera dans une certaine mesure cet aspect gris en récupérant les informations de hautes lumières sur les autres canaux non-écrêtés.

Vous remarquerez vite que vous aurez presque toujours besoin d'une compensation d'exposition positive - comme si toutes vos photos étaient sous-exposées. Ne vous inquiétez pas, c'est normal. La plupart des boîtiers sous-exposent délibérément pour préserver les hautes lumières (j'en ai déjà parlé par ailleurs).

Curseur Compression des hautes lumières
Le curseur Compression des hautes lumières peut être utilisé pour récupérer les hautes lumières d'une photo par compression. Alors que l'outil Reconstruction des hautes lumières permet d'essayer de reconstituer les données manquantes dans le fichier brut en se basant sur le fait que les trois canaux d'un fichier brut ne se coupent pas en même temps et qu'une zone manquante (écrêtée) dans un canal peut être devinée à partir des données de l'un des autres canaux de couleur, l'outil Compression des hautes lumières ne fonctionne que sur les données présentes (qui n'ont pas été perdues de façon irréversible par écrâtage au moment de la prise de vue).

Si l'image d'origine n'a pas d'écrêtage, mais que vous l'avez écrêtée avec, par exemple, la Compensation d'exposition, vous pouvez utiliser Compression des hautes lumières pour compresser à nouveau ces régions écrêtées. De ce fait, cet outil fonctionne non seulement sur les fichiers RAW mais aussi sur les JPEG, TIFF etc.

Pour voir si votre photo contient des zones surexposées, cliquez sur l'icône indication de surexposition en haut à droite de la fenêtre d'image. Les zones surexposées apparaîtront en noir.

Pour que la compression des hautes lumières fonctionne au mieux, vous devez également activer Reconstruction des hautes lumières. Chacune des méthodes Reconstruction des hautes lumières a ses points forts et ses points faibles, comme expliqué ci-dessus. La propagation des couleurs est la méthode la plus susceptible de produire des résultats attrayants lorsque le curseur Reconstruction des hautes lumières est nettement supérieur à 100. Pour les autres méthodes, vous souhaiterez généralement garder le curseur Reconstruction des hautes lumières à 100 ou moins... vérifiez l'histogramme et l'aperçu. Avec une photo correctement compressée, l'histogramme touche les deux extrémités. Pour connaître la valeur Reconstruction des hautes lumières optimale, vous pouvez utiliser l'histogramme. Lorsque vous passez le curseur de la souris sur la zone surexposée, l'indicateur des valeurs de pixels (dans le panneau Navigateur -gauche de l'écran-, sous le petit aperçu) montre que la luminosité (L) est de 94,5 et l'histogramme indique que tous les canaux sont écrêtés. et le carré rouge dans le coin supérieur droit de l'histogramme signifie qu'il y a tellement de pixels de valeur maximale qu'ils sont hors-échelle.

Augmentez le curseur Compression des hautes lumières jusqu'à ce que les canaux rouge, vert et bleu de l'histogramme ne s'affichent plus contre l'extrémité droite de l'histogramme. Vous pouvez activer l'icône d'indication de surbrillance avant de déplacer le curseur Compression des hautes lumières. Une fois que les zones noires de l'indicateur disparaissent des parties claires que vous voulez compresser, vous pouvez vous arrêtez. N'augmentez plus le curseur Compression des hautes lumières, car maintenant les zones claires écrêtées commencent à devenir grises.

En règle générale, l'histogramme d'une image correctement développée devrait toucher les deux extrémités - l'extrémité noire et l'extrémité blanche. Si vous augmentez trop le curseur Compression des hautes lumières, les blancs deviennent gris car votre histogramme ne touche plus l'extrémité maximale. Des exemples de photos sur-compressées se repèrent facilement... elles sont tout simplement horribles ! Récupérez ce que vous pouvez, mais ce qui est écrêté est perdu et devrait rester blanc.

Il y a plusieurs façons de traiter les hautes lumières perdues, mais l'effet secondaire de toutes ces méthodes est qu'elles enlèvent également une partie de la brillance des photos... elles deviennent plus «plates» et «ennuyeuses». La compression est très utile mais avec modération... rappelez-vous que vous ne pouvez pas récupérer ce qui n'existe pas. Dès que vous remarquez que les zones blanches entièrement écrêtées deviennent grises, réduisez la compression jusqu'à ce que ces zones redeviennent blanches. Pour créer la meilleure sortie possible, fournissez toujours aux logiciels de post-traitement des bonnes images brutes... exposez-les convenablement dès la prise de vue !!! Je l'ai déjà dit des milliers de fois mais il faut le répéter !...

Curseur Seuil de compression des hautes lumières
Le curseur Seuil de compression des hautes lumières définit le point où le curseur Compression des hautes lumières commence à mettre en œuvre la compression. Une valeur de 0 signifie que le seuil est zéro : la compression des données se produit sur toute la gamme des tonalités. 100 définit le seuil à un diaph' en dessous du point blanc, de sorte que toutes les hautes lumières comprimées sont pressées sur la butée supérieure. En pratiques, plus de points de hautes lumière sont compressés lorsque ce curseur est réglé sur 0.

Curseur Noir
Utilisez-le pour définir le point noir. Le côté gauche de l'histogramme lorsque vous appuyez sur le curseur. Les valeurs supérieures à 0 rendront l'image plus sombre, les valeurs négatives éclairciront les zones d'ombre de la photo.

Curseur Compression des ombres
Le curseur Compression des ombres "atténue" l'effet du curseur Noir. La valeur maximale de 100 donne une image moins sombre. Ce curseur n'a d'effet que lorsque le curseur Noir est réglé sur une valeur autre que 0. L'utilisation pratique du curseur de Compression des ombres consiste à affiner l'intensité de l'ombre de l'image.

Curseur Luminosité
Ce curseur applique une courbe de tonalité pour augmenter ou diminuer les tonalités de la photo, ce qui donne une image plus ou moins claire. La même courbe de tonalité est appliquée séparément à chaque canal R, V et B. Le point noir et le point blanc conservent leurs positions.

Curseur Contraste
Ce curseur augmente ou réduit le contraste de la photo. Il applique une courbe de contraste centrée sur le niveau de luminance moyen. Les tonalités supérieures à la moyenne sont levées (baissées), tandis que les tonalités inférieures à la moyenne sont abaissées (levées). La même courbe de contraste est appliquée séparément à chaque canal R, V et B.

Curseur Saturation
Ce curseur rend la photo plus ou moins saturée. En termes plus techniques, il ajuste la saturation de l'image en appliquant un multiplicateur au niveau de saturation des pixels dans l'espace couleur TSL (Teinte / Saturation / Luminosité).

Courbe tonale
Ici vous pouvez construire vos propres courbes de tons. Ils fonctionnent sur les trois canaux R, V et B en même temps (vous ne pouvez donc pas travailler sur le canal R uniquement). Il existe deux courbes de tons, qui peuvent être conçues avec différents types de courbes, et appliquées dans plusieurs modes différents, tous expliqués ci-dessous.

Cliquer sur l'icône de la courbe cache la courbe de l'interface mais ne la désactive.

L'histogramme affiché en arrière-plan de la courbe montre les niveaux des données qui entrent dans la courbe à ce point du traitement. Vous remarquerez qu'il diffère de l'histogramme principal qui vous montre les niveaux de l'image finale, à la toute fin du traitement.

Bien que vous soyez libre d'utiliser une seule courbe tonale pour effectuer vos réglages, vous pouvez obtenir un contrôle tonal beaucoup plus fin si vous utilisez deux courbes à la fois. L'utilisation typique des deux courbes consiste à réduire les valeurs en utilisant la première courbe et à augmenter les valeurs en utilisant la seconde. Cela est similaire à la création d'une courbe en S dans une seule courbe, mais vous devriez être capable de faire des ajustements plus fins en utilisant les deux sans entrer trop vite dans la "zone de danger" où vos couleurs deviennent irréalistes.

Vous pouvez enregistrer une courbe sur le disque. Cliquez sur l'icône Enregistrer la courbe actuelle à côté du graphique et donnez-lui un nom. Utilisez l'icône Charger une courbe à partir du fichier pour appliquer cette courbe plus tard à un autre fichier. Utilisez le bouton Réinitialiser courbe en linéaire pour supprimer tous les points que vous avez créés et réinitialiser la courbe sur neutre / linéaire. Vous pouvez également Copier et Coller courbes de/vers le presse-papiers, ce qui est utile si vous voulez appliquer rapidement une courbe identique à plusieurs outils différents. Vous pouvez utiliser autant de points de contrôle dans une courbe que vous le souhaitez. Vous pouvez définir différentes courbes pour tous les types de courbes si vous le souhaitez, mais seule celle sélectionnée dans le menu déroulant sera appliquée à la photo. La courbe et l'histogramme sont toujours affichés dans l'espace couleur sRVB, quel que soit votre profil de travail ou de sortie. Cela signifie que les ombres sont agrandies et que les hautes lumières sont compressées pour mieux correspondre à la perception humaine.

Choix du type de courbe :

Courbe linéaire : Ceci représente l'image inchangée (ou linéaire), donc sans aucune courbe tonale appliquée. Cela désactive la courbe.

Courbe personnalisée : C'est un type de courbe classique, retrouvée dans de nombreux autres programmes. La partie gauche du graphique représente les tons les plus sombres, la partie droite représente les tons plus clairs de la photo. Cliquez sur la courbe pour marquer un point et faites-le glisser avec la souris pour modifier les tonalités. Faire glisser le point vers le bas rend l'image plus sombre, tandis que le pousser vers le haut le rend plus lumineux. La ligne diagonale en pointillés indique l'état linéaire ou inchangé de la photo. Appuyez sur la touche Contrôle et maintenez-la enfoncée pour ralentir le mouvement. Maintenez la touche Maj enfoncée pour accrocher le point aux éléments clés = valeur maximale, valeur minimale, valeur moyenne (c.-à-d. alignée sur la ligne pointillée diagonale ou horizontale), même valeur du point précédent, même valeur du point suivant et pour le contrôle Type de cage , la ligne passant par les points précédents et suivants. Supprimez un point de la courbe en le faisant glisser hors de la zone de l'éditeur. Le point en haut à droite représente les zones les plus claires de la photo. Faites glisser ce point verticalement vers le bas pour réduire la luminosité des hautes lumières. déplacez-le horizontalement vers la gauche pour éclaircir les zones claires, peut-être au prix d'une surexposition. Le point en bas à gauche représente les zones les plus sombres de la photo. Déplacez ce point horizontalement vers la droite pour rendre la photo plus sombre, peut-être au prix d'une certaine sous-exposition. Déplacez-le verticalement pour rendre les ombres plus légères. Retournez la ligne diagonale (de bas à gauche et de haut à droite en haut à gauche et en bas à droite) pour produire une image négative.

Une utilisation typique de la courbe personnalisée consiste à construire une courbe dite en S. Marquez trois points aux «coordonnées» (1,1), (2,2) et (3,3) respectivement. Faites glisser le point à (1,1) un peu plus bas et le point à (3,3) un peu plus haut. Votre image aura plus de punch. Si votre courbe en S est symétrique, c'est-à-dire si vous déplacez le point que vous avez d'abord placé à 1,1 de même valeur que celui que vous avez placé en 3,3 mais dans la direction opposée, l'effet sera identique à la manipulation du curseur Contraste.

Courbe paramétrique : Cette courbe présente quatre curseurs et trois points de contrôle. Les curseurs sont utilisés pour contrôler les hautes lumières, les lumières, les ombres et les noirs profonds. Déplacez la souris sur les quatre curseurs et une zone sombre sous la courbe vous indique quel curseur modifie la partie de la courbe. Déplacez le curseur Hautes lumières vers la gauche pour atténuer les hautes lumières, déplacez-le vers la droite pour les rendre plus lumineuses. Le curseur Clairs déplace les lumières mais pas les hautes lumières de la même manière, tout comme le curseur Ombres : le déplacer vers la droite éclaircit les tons sombres, le déplacer vers la gauche les assombrit. Le curseur Noirs fonctionne comme le curseur Ombres, mais uniquement sur les parties les plus sombres de la photo. Vous pouvez à nouveau construire la courbe en S stylisée mentionnée ci-dessus, bien que la courbe paramétrique vous donne moins de contrôle «extrême» sur la forme de la courbe. Cependant, ce mode a ses propres avantages, car les courbes peuvent être façonnées de manière bien contrôlée.

Notez que l'utilisation de ces curseurs peut avoir une profonde influence sur le contraste global de l'image. Utilisez, si nécessaire, les trois points de contrôle sous la courbe. Ils déterminent quel point de la courbe sera affecté lors du déplacement des curseurs. Déplacer le point de contrôle central vers la droite rend l'image plus sombre (la forme de la courbe change à nouveau, tout comme la zone sombre autour de la courbe), en la déplaçant vers la gauche rend l'image plus lumineuse. Déplacer le point de contrôle gauche vers la droite assombrit quelque peu les zones sombres, le déplacer vers la gauche les éclaircit, encore un peu. Déplacer le point de contrôle droit vers la droite rend les hautes lumières plus lumineuses, le déplacer vers la gauche assombrit les hautes lumières. Utiliser les boutons Réinitialiser à côté des curseurs pour réinitialiser les curseurs individuels, utilisez le même bouton en haut de la section de courbe de tonalité pour réinitialiser les quatre curseurs et les points de contrôle sur linéaire (zéro).

Cage de contrôle : À première vue, ce type de courbe ressemble beaucoup à la courbe personnalisée (voir plus haut), mais il existe quelques différences. Avec la courbe personnalisée, la courbe touche tous les points de contrôle. Ce n'est pas le cas avec la courbe Cage de contrôle. Cliquez quelque part sur la ligne et déplacez le point noir vers la gauche ou vers la droite. Maintenant, la courbe passe à proximité du point noir, mais ne le touche pas. Une autre différence est que la Cage de contrôle permet une section droite de la courbe, alors que vous ne pouvez pas le faire avec la Courbe personnalisée. La courbe Cage de contrôle a besoin d'au moins trois points pour cela (donc cinq au total).

Maintenez la touche Maj enfoncée tout en faisant glisser un point pour vous aider à créer facilement une ligne droite en accrochant le point à la ligne créée par le point précédent et suivant (affiché en rouge par l'outil Aligner sur). Maintenant, faites un nouveau point entre les deux plus à gauche et déplacez-le. Comme vous pouvez le voir, seule la partie du côté gauche se déplace, pas le reste de la courbe.

Le choix des modes courbe :

ÀChaque type de courbe possède un Mode Courbe. Vous trouverez un sélecteur de liste déroulante pour le choisir. Cela permet de choisir l'algorithme utilisé pour la courbe correspondante. Le mode courbe aura un effet important sur l'apparence des couleurs, en particulier si vous utilisez une courbe accentuant le contraste (courbe en S). Cela peut être utilisé pour un effet créatif, mais peut, dans certains cas ou styles, provoquer des changements de couleur indésirables selon le mode que vous choisissez. Choisissez un mode qui correspond à vos goûts et besoins spécifiques pour votre photo. En combinant deux courbes différentes dans les courbes de tons 1 et 2, vous pouvez affiner l'aspect.

Standard : C'est le mode le plus basique. Les valeurs de chaque canal RVB sont modifiées par la courbe avec la même méthode, c'est la même courbe qui est appliquée à tous les canaux. L'inconvénient de ce mode est que par exemple en considérant une courbe en S pour obtenir plus de contraste, une couleur orange avec une valeur élevée de rouge et vert et une faible valeur de bleu aura tendance à passer au jaune, car les composantes rouge et verte sont élevées, tandis que le bleu sera abaissé. En général, une courbe en S augmente la séparation des canaux et augmente ainsi la saturation, ce qui est un comportement similaire à la façon dont un film couleur réagit au contraste. Ceci, ajouté à la simplicité de mise en œuvre, a rendu le type de courbe populaire dans les convertisseurs RAW en général et est souvent la seule disponible dans les logiciels moins pointus.

Standard pondéré : Vous pouvez utiliser cette méthode pour limiter le décalage de couleur de la courbe standard, même si elle ne le supprime pas entièrement. En gardant l'exemple précédent, cette méthode relèvera le premier composant (rouge), et modifiera aussi linéairement la composante verte et bleue en les augmentant aussi. Nous nous retrouvons avec 3 valeurs (R, v et b) alors que nous n'avons traité que la composante rouge. Ce processus est ensuite effectué pour la composante verte et bleue, donc à la fin du processus, nous obtenons 9 valeurs (R, v, b / r, V, b / r, v, B). Les valeurs du même composant sont ensuite mélangées, ce qui produira la couleur résultante avec un décalage de couleur plus petit.

Similaire film : La courbe de type film fournit un résultat très similaire au type standard (augmentation de saturation forte avec contraste accru), mais la teinte RGB-TSL est maintenue constante, c'est-à-dire qu'il y a moins de problèmes de modification de couleur. Ce type de courbe a été conçu par Adobe le DNG et est donc celui utilisé par Adobe Camera Raw et Lightroom.

Mixage saturation valeur(luminosité) : Ce mode est généralement mieux adapté pour les prises de vue High-Key, mais peut également être utilisé pour créer des effets créatifs sur d'autres types de photos. La valeur moyenne des trois composantes est calculée, puis la courbe est appliquée à cette valeur, donnant un gain positif ou négatif. La couleur est convertie en sa représentation Teinte, Saturation et Liminosité, puis, si le gain est positif, le pixel cible linéairement la Luminosité = 1 et Saturation = 0, la Teinte est conservée. Si le gain est négatif, le pixel cible linéairement la Luminosité = 0, la saturation et la teinte sont conservées. Le résultat est très similaire à une courbe de luminance dans l'espace Lab (c'est-à-dire changer le contraste sans affecter la teinte ou la saturation). Pour les courbes augmentant le contraste, l'aspect sera typiquement légèrement désaturé. Ce n'est pas parce que la courbe désature les couleurs mais parce que dans la vision humaine le contraste et la saturation sont étroitement couplés, donc une image avec un contraste plus élevé nécessite une saturation plus élevée pour sembler être la même.

Luminance : Chaque composant du pixel est boosté par le même facteur de sorte que la couleur et la saturation restent stables, c'est-à-dire que le résultat est très fidèle à la couleur d'origine. Cependant, les courbes qui augmentent le contraste peuvent toujours conduire à une apparence légèrement désaturée pour la même raison que celle décrite pour le mode courbe de saturation et de mélange de luminosités. Si vous voulez contrer manuellement la désaturation, l'utilisation du curseur L * a * b * Chrominance est une façon plus neutre de la compenser que d'utiliser le curseur de saturation RVB. En dépit de l'histogramme R, V et B (fusionné) en arrière-plan de la courbe, la courbe fonctionne sur des valeurs de luminance, où Luminance relative Y = R * 0.2126729 + V * 0.7151521 + B * 0.0721750. D'abord la valeur de luminance relative d'un pixel est obtenue, puis la courbe est appliquée à cette valeur, le facteur de multiplication entre la luminance antérieure et postérieure est calculé, puis ce facteur est appliqué à chaque composante R, V et B. Ceci est différent des autres méthodes où la courbe est appliquée à chaque composant R, V et B séparément.

Perceptuel : Ce mode conservera l'apparence de la couleur d'origine en ce qui concerne la teinte et la saturation, c'est-à-dire que si vous appliquez par exemple une courbe en S, l'image sera plus contrastée, mais les teintes resteront les mêmes et l'image ne sera pas plus ou moins saturée que l'original. Il est particulièrement utile d'établir un contraste de base agréable sans déformer les couleurs fournies par un profil d'appareil photo qui n'applique pas de courbe. L'algorithme fonctionne de la façon suivante : il analyse la courbe pour obtenir une valeur de contraste, qui sert de base à la chrominance de l'échelle (saturation), de sorte que plus de contraste conduit à plus de saturation et vice versa. Comme le contraste et la saturation sont étroitement couplés dans la vision humaine, cette mise à l'échelle est nécessaire pour rendre la saturation constante. Il y a d'autres affinements tels que l'augmentation de la saturation plus dans les ombres, et moins pour les couleurs qui sont déjà fortement saturées, cela correspond aussi aux phénomènes de vision humaine si bien que les couleurs paraissent constantes. Dans les points de haute luminosité, proches du point blanc, l'algorithme les transforme en blanc (comme les courbes standard) moins fidèle à la couleur mais plus pratique pour la sortie réelle car la couleur la plus brillante du support de sortie (écran ou papier) est blanche. Cependant, gardez à l'esprit que le modèle perceptuel n'est pas parfait (et ne peut pas être parfait). Ceci est seulement une courbe, le contenu de l'image n'est pas analysé et aucun changement localisé n'est effectué. Cela signifie par exemple que pour une courbe en S, un grand ciel bleu plat (faible contraste local) peut apparaître légèrement plus saturé que l'original. Si vous voulez faire des comparaisons A / B ne pas comparer côte à côte car l'œil sera alors trahi par les deux niveaux de contraste vus simultanément et alors la saturation ne sera pas la même, mais à la place permuter et laisser l'œil s'adapter quelques secondes. Si vous souhaitez ajuster la saturation manuellement, il est généralement préférable d'utiliser le curseur Lab Chroma (et les courbes de chrominance). En raison des nombreux composants de l'algorithme, il est considérablement plus lent que les autres modes de courbe, donc le taux de rafraîchissement de l'image peut en souffrir.

—> Outil Ombres / Hautes lumières

Coche Masque haute précision
Afin de séparer les zones sombres des zones claires, un masque de luminosité (invisible pour l'utilisateur) est créé. Il y a deux algorithmes pour le faire : l'un brouille l'image, tandis que l'autre conserve des bords nets entre les zones claires et sombres. Aucun des deux n'est "meilleur", les deux ont leurs propres mérites. L'approche du masque flou peut mener à des halos, mais est rapide. Le masque net est lent, mais il ne provoque pas de halos, bien qu'il puisse provoquer des artefacts de bord lors d'une inspection minutieuse.

Curseur Hautes lumières
Le curseur Hautes lumières rend les parties les plus lumineuses de l'image moins lumineuses sans toucher les tons les plus sombres. Pour rendre l'effet plus fort, utilisez des valeurs plus élevées. Une valeur de 100 transformera les blancs en gris.

Curseur Amplitude tonale des hautes lumières
Ce curseur contrôle la force du curseur Hautes lumières. Des valeurs plus élevées donnent un effet plus fort. Une valeur de 100, combinée avec Hautes lumières à 100, transforme les blancs en gris moyen (à éviter !)

Curseur Ombres
Ce curseur débouche les ombres et applique un effet que l'on appelle parfois 'fill-light' (ou 'fill-flash') dans d'autres logiciels. Des valeurs plus élevées éclaircissent davantage les zones d'ombre.

Curseur Amplitude tonale des ombres
Ce curseur contrôle la force du curseur Ombres. Une valeur maximale de 100 donne un effet «ombres portées» le plus fort.

Curseur Contraste local
Le contraste local est un ajustement de contraste adaptatif en fonction du contraste dans une zone spécifiée. Il augmente le contraste dans les petites zones tout en conservant le contraste global (qui peut être réglé avec les curseurs de contraste dans Exposition ou Lab). L'image résultante sera plus "tridimensionnelle". Cette fonction est très utile lorsque vous avez une image brumeuse ou que vous prenez votre photo à travers une fenêtre. L'effet est quelque peu similaire à un masque flou avec un rayon élevé et une petite valeur. Un réglage entre 5 et 20 fonctionne le mieux pour la plupart des images.

Curseur Rayon
La valeur du curseur Rayon influence les curseurs Hautes lumières, Ombres et Contraste local . Plus le Rayon est grand, plus l'effet du Contraste local est fort. La zone d'efficacité des curseurs Hautes lumières et Ombres augmente également. Réglez les quatre premiers curseurs sur 100 et jouer avec Contraste Local peut créer des effets "lomographiques".

—> Outil Compression tonale

Les effets de cet outil sont visibles à tous les niveaux de zoom, cependant, en raison de la nature de l'algorithme, seul le zoom 1:1 (ou plus) correspond parfaitement à l'image enregistrée. Si vous faites un zoom arrière inférieur à 1:1, sachez que l'aperçu peut très bien ne pas correspondre à l'image enregistrée, en fonction des curseurs "Arrêt des bords" et "Échelle". Utilisez une fenêtre de détail (cliquez sur New-detail-window.png sous le panneau de prévisualisation principal) pour inspecter une partie de l'image, ou agrandissez l'aperçu principal à 100% (ou 1: 1) en cliquant sur .

L'outil Compression tonale peut être utilisé pour pousser les zones sombres en empêchant l'apparition de halos, et peut être utilisé pour faire ressortir ou supprimer des détails, pour rendre la photo plus nette ou plus douce. La Compression tonale ajuste le contraste global d'une image différemment du contraste local. Il est très utile pour réduire les contrastes à grande échelle tout en préservant (ou en augmentant) les contrastes à petite échelle.
Remarque: la Compression tonale nécessite beaucoup de mémoire (RAM) et nécessite beaucoup de ressources processeur.

Comment obtenir l'aperçu qui correspondre à l'image enregistrée : Les effets l'outil Compression tonale dépendent fortement de la taille de l'image d'entrée. Pour permettre l'aperçu rapide, RawTherapee alimente chaque outil avec l'image que vous voyez dans l'aperçu à la même résolution que l'aperçu, pas la résolution de l'original -énorme- (cependant, quand vous enregistrez une image, vous enregistrez l'original, c'est pourquoi l'enregistrement prend plus de temps). Le traitement d'une image 900x600 est beaucoup plus rapide que le traitement d'une image 7360x4912, par exemple. Les effets secondaires sont que l'aperçu agrandi peut ne pas correspondre à l'image enregistrée, en fonction des curseurs " Arrêt des bords " et " Échelle ". Les valeurs par défaut pour cet outil sont Arrêt des bords = 0.5 et Échelle = 0.10. Ces valeurs conduisent généralement à de bons résultats et un aperçu qui correspond assez étroitement à l'image enregistrée. Si vous souhaitez ajuster ces valeurs, vous devez traiter l'image complète chaque fois que vous les modifiez pour vous assurer que leurs effets sur la sortie sauvegardée correspondent à ce que vous aviez en tête. Une manière simplifier cette tâche est de définir un visualiseur d'image comme "éditeur externe", puis de cliquer sur le raccourci clavier Ctrl + e pour que RawTherapee traite l'image et l'affiche automatiquement dans votre visionneuse d'image. N'oubliez pas que si vous zoomez l'aperçu à 100%, il correspondra parfaitement à l'image enregistrée, quelles que soient les valeurs de curseur que vous utilisez.

Curseur Force
Il contrôle la force de l'effet global. Au fur et à mesure que vous augmentez la puissance, les ombres sont poussées et les hautes lumières sont légèrement abaissées de manière à préserver la luminance moyenne de l'image, empêchant ainsi un aspect délavé.

Curseur Gamma
Gamma déplace l'action de Compression tonale vers les ombres ou les hautes lumières.

Curseur Arrêt des bords
Ce paramètre affecte la sensibilité aux bords. Plus il est grand, plus il est probable qu'un changement d'éclairage soit considéré comme un "bord". Si la mise à zéro est appliquée, la Compression tonale aura un effet similaire à un masque flou.

Curseur Échelle
Ce contrôle donne un sens à la différence entre contraste "local" et contraste "global", plus il est grand, plus un détail doit être grand pour être boosté. Voir la remarque ci-dessus sur l'influence de ce paramètre sur l'aperçu par rapport à l'image enregistrée.

Curseur Itérations de la pondération
Dans certains cas, la mise en correspondance des tons peut donner un aspect caricatural et, dans de rares cas, des halos flous mais larges peuvent apparaître. Augmenter le nombre d'itérations de la pondération aidera à combattre certains de ces problèmes. Lorsqu'un nombre d'itérations de la pondération supérieur à zéro est utilisé, les meilleurs résultats seront obtenus si le paramètre d'Arrêt des bords est fixé à 1. Les artefacts dans les bords à fort contraste peuvent commencer à apparaître lorsque cette valeur est fixée à environ 1,8 ou plus.

—> Outil Rétinex

À SUIVRE TRÈS BIENTÔT


THE GIMP

Je ne vais pas m'étendre pour vous présenter THE GIMP, tout le monde en a entendu parler, né pour Linux, il a su s'imposer sur toutes les plateformes... Ainsi, avant de débuter THE GIMP en profondeur, voyons, en dix points (il y en a certainement plus !) en quoi THE GIMP est meilleur que Photoshop. Oui, oui, j'ai bien dit meilleur !

10 RAISONS DE PRÉFÉRER GIMP À PHOTOSHOP

La photographie numérique a changé la donne en nous offrant la possibilité de s'asseoir devant un écran d'ordinateur pour créer nos chefs-d'œuvre grâce à la post-production. Certains diront que cela permet la démocratisation de la création photo par rapport à l'argentique mais ce n'est pas si simple !... Il existe de nombreux logiciels pour éditer nos photos après les avoir prises, le plus connu étant Photoshop. Mais dans cette foule logicielle, il y a un rival à Photoshop, il s'appelle THE GIMP, un logiciel open source très similaire à Photoshop, et bien meilleur à bien des égards...

1) En commençant par le point le plus évident et peut-être même le plus important, THE GIMP est gratuit. Oui gratuit, sans frais, nada, walou, niets, zéro. Photoshop coûte près de 1000€ pour une seule licence ! Et, en plus, le vieil adage né avec le monde de l'internet, est mis à mal : « rien n'est plus cher que ce qui est gratuit ! » et bien non, avec THE GIMP, si c'est gratuit, c'est vraiment gratuit donc... c'est pour nous  !...

2) GIMP est non seulement gratuit à télécharger, à installer et à utiliser, mais les mises à jour sont gratuites ! Les mises à jour de Photoshop, qui ont lieu en moyenne tous les 12 à 18 mois, coûtent très cher, malgré le prix d'achat élevé du logiciel original !

3) THE GIMP exige une installation beaucoup plus petite (environ 20 fois moins) que Photoshop. Non seulement l'installation est beaucoup plus rapide, mais elle nécessite beaucoup moins d'espace de disque dur, ce qui en fait un logiciel d'édition d'image parfait pour les ordinateurs portables où l'espace sur le disque dur peut être très limité. En plus, un disque dur bien plein ralentit le système... ce n'est pas un avantage marginal de THE GIMP !...

4) Photoshop est extrêmement gourmand en ressources, il fonctionnera certainement sur du matériel ancien mais n'étant pas optimisé il sera très très lent. GIMP, par contre, est incroyablement rapide et stable. Il s'installera sur presque tous les matériels fonctionnant sous Mac, Windows ou même Unix !

5) GIMP est plus convivial. Photoshop a été créé pour être un logiciel destiné à l'édition graphique et photographique, et pas seulement à la retouche de photo numérique. Pour cette raison, il est bourré de fonctionnalités dont la plupart des photographies ne veulent pas ou n'ont pas besoin. La disposition physique de l'écran de GIMP est similaire à celle de Photoshop, mais elle est également personnalisable et flexible pour répondre à vos besoins.

6) L'architecture Open Source signifie que n'importe qui peut modifier le code de base et développer des plugins et de nouvelles fonctionnalités sans avoir besoin d'être approuvé par l'équipe de développement du logiciel. La plus folle liberté d'imagination est acceptée par THE GIMP...

7) Le traitement par lots par des actions automatisées est de loin supérieur dans THE GIMP. Parce que les photographes ont souvent besoin de faire des actions reproductibles à de grands groupes d'images, cette caractéristique à elle seule vaut son pesant d'or.

8) Il est possible d'ouvrir, de modifier et d'enregistrer le format de fichier PSD natif de Photoshop avec THE GIMP. Si vous devez modifier des images pour quelqu'un d'autre, cela n'a pas d'importance s'il a démarré le travail dans Photoshop que vous ne possédez pas car THE GIMP peut gérer le même format de fichier.

9) Pour ceux qui connaissent Photoshop, il est possible de répliquer l'apparence de Photoshop et de ses raccourcis clavier dans THE GIMP. Il existe plusieurs sites de tutoriels visant à skinner et réorganiser THE GIMP pour retrouver pleinement l'interface de Photoshop !!!

10) THE GIMP devient portable ! Comme si l'installation de GIMP n'était pas déjà assez petite, une version portable est disponible pour le charger sur une clé USB et l'emporter partout pour éditer des images sur n'importe quel ordinateur, n'importe où !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


INTRODUCTION

GIMP est en fait un acronyme et pas un nom de programme, cela signifie GNU Image Manipulation Program (Programme de manipulation d'image sous licence libre GNU), d'accord, cela n'a pas une importance capitale mais tout de même, il faut le savoir, surtout pour ce qui est de la licence libre !...

GIMP est un éditeur d'image trans-plateforme, disponible pour GNU/Linux, OS X, Windows et autres. C'est un logiciel libre et gratuit dont chacun peut modifier le code source et diffuser les modifications (mais bon, cela sort du cadre des compétences générale des photographes !). Comme Photoshop, GIMP propose des outils sophistiqués pour les photographes, les designers, les illustrateurs et tous ceux qui sont intéressés par le travail de l'image. Et, encore une fois, comme Photoshop, GIMP peut augmenter considérablement la productivité grâce à ses nombreuses options de customisation et un nombre impressionnant de plugins d'origines variées.

GIMP est téléchargeable ici. Le site est an anglais mais le programme peut s'installer en français !

Il existe une version portable de GIMP téléchargeable ici.

GIMP est très personnalisable, il permet de travailler dans une présentation multifenêtres ou sous la forme d'une interface unique. À chacun de choisir le mode de présentation dans lequel il se sent le plus à l'aise !...


Hors personnalisation, en configuration fenêtre unique, GIMP ressemble à cette capture d'écran. Rien de bien révolutionnaire me direz vous et c'est justement tout l'intérêt de la chose (!!!) personne ne risque d'être désorienté face à une interface exotique qu'il faudra apprendre avant de se lancer dans l'étude du logiciel même !...

Une barre de menu en haut, un groupe d'outils en haut à gauche surplombant la zone de configuration d'outil en bas à gauche, une zone multimodale en haut à droite représentant les calques ou les canaux ou les chemins des courbes ou la configuration des brosses ou la liste des annulations de l'historique et une zone de brosses, motifs ou dégradés en bas à droite. Et c'est tout mais tout y est et en accès direct simple et intuitif. Les fonctions les moins utilisées se retrouvant dans les menus.

Contrairement à mon article sur Rawtherapee, inutile ici de faire le tour des onglets et des outils... si ce n'est pas de la simplicité et de l'efficacité, je ne sais vraiment pas ce que cela pourrait être !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


 

 



Flag Counter
En savoir plus