Accueil
Index général
Contacter le Webmaster
Note de copyright
Particularités & fonctionnement
Vous pouvez participer
Appel aux internautes
Liens
Dernières mises à jour
Le livre d'or
Qui suis-je ?
Mon matériel (chéri)
La page des débutants
Quelques cotes
Ma galerie photographique
Ma carte blanche
Le tableau d'honneur
Historique de l'appareil photographique
La grande histoire de Pentax®
Les appareils photographiques de l'Est
Quelques modes d'emploi introuvables
Un petit « cours » de photographie
L'alphabet russe
Les logos des marques
Des bricolages pour photographes
Les mauvais plans à éviter absolument
Les théories influençant la photographie
Les fiches techniques
Mise au point sur...
Les secrets d'une photographie
Les tests approfondis
Les tests improbables
Quid du M42 ?
La photo vue par la toute jeune génération
Faire ses débuts en photo argentique
Faire ses débuts en photo numérique
Analogique | Numérique - Une alternative
Manifeste pour la lenteur en photographie
Questions & tuyaux en photo numérique
Quel objectif pour reflex Pentax numérique ?
Un fantasme devenu possible ?
Les foires à la photo - Dénicher des occaz
Un petit tour au laboratoire
Un peu de labo numérique
Choisir son appareil photographique
Quel appareil pour quelle photo ?
Choisir son (ses) objectif (s)
Choisir son statif
Quels accessoires envisager ?
Utiliser / faire revivre les filtres
Vérifier son matériel
Que penser des Kiev et de ceux qui les modifient ?
Acheter un appareil soviétique ?
Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire !
Les lois d'une nouvelle expérience photographique
De l'acte photographique
Le grand match
Prendre soin de ses appareils photographiques
Où faire réviser/réparer son appareil photo ?
Composition : erreurs fréquentes à éviter plus conseils
Techniques photographiques évoluées
Programmer sa propre évolution photographique
Retrouver l'inspiration photographique
Créer un studio « professionnel » à moindre frais
Projets d'expérimentations
Expériences de paléophotographie
Parlons matériel (pas marque !)
Mes photographes préférés
Quid de la lomographie ?
Dernière minute
Questions / Réponses
1001 trucs à connaître
Et si on essayait de comprendre les photos ?
Et si on essayait l'originalité ?
Et si on s'essayait à la macrophotographie ?
Et si on s'essayait au panoramique ?
Et si on s'essayait à la trichromie ?
Et si on s'essayait à l'autochrome ?
Et si on s'essayait au noir et blanc créatif ?
Et si on se construisait un appareil sténopé ?
Et si on s'essayait au moyen format ?
Et si on s'essayait au grand format ?
Photographier sans lumière ?
Photographier avec un smartphone/une tablette
Photographier avec un compact bas de gamme
Ces petits trucs qui changent tout
La photographie itinérante
Les styles en photographie
La petite histoire d'une photographie
Devenir meilleur photographe
Équipement logiciel de qualité à bas prix !
Que peut-on attendre des logiciels photo ?
Divagations
Peut-on protéger ses créations ?
Le coin des polémiques
Votre labo numérique idéal
Hommage à FERNAND BIGNON
Lettre ouverte aux (futurs) argentistes
Les photographes sont tous C H A R L I E

 

J’ai répété à plusieurs endroits de mon site ce que je pensais des filtres (de certains du moins), j’ai décidé de rassembler dans cette page tout ce qu’il faut savoir au sujet des filtres, que ce soit en photo argentique ou en photo numérique. Cette page n’est pas faite pour vous pousser à acheter des filtres, au contraire, elle a vu le jour pour que vous sachiez quoi penser et quoi faire si, un jour, vous souhaitez acheter de tels accessoires…

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Introduction Les matériaux utilisés
Les philosophies proposées Un premier conseil de choix
Les filtres colorés Les filtres neutres
Les filtres spéciaux Les filtres « faits maison »
Filtres et exposition Filtres et qualité d'image
Nettoyage des filtres Les principales marques de filtres
Utilisation des filtres Trucs et astuces
En marge des filtres  


INTRODUCTION

Je ne me conterai pas ici de lister les différents filtres, je me permettrai de donner un avis au sujet de leur intérêt réel en photographie. En effet, vu leur prix de vente, autant ne pas acheter des accessoires inutiles !... Voici donc le code que j’ai décidé d’utiliser :

Code (logo)
Signification
Utilisable en photographie argentique monochrome - intérêt du filtre : nul
Utilisable en photographie argentique monochrome - intérêt du filtre : moyen
Utilisable en photographie argentique monochrome - intérêt du filtre : réel
Utilisable en photographie argentique couleur - intérêt du filtre : nul
Utilisable en photographie argentique couleur - intérêt du filtre : moyen
Utilisable en photographie argentique couleur - intérêt du filtre : réel
Utilisable en photographie numérique - intérêt du filtre : nul
Utilisable en photographie numérique - intérêt du filtre : moyen
Utilisable en photographie numérique - intérêt du filtre : réel

Je pense que mon code est très simple à comprendre :
Le fond est granuleux et monochrome : photo argentique noir et blanc
Le fond est granuleux et coloré : photo argentique couleur
Les lettres sont pixélisées : photo numérique
Chiffres : plus il est grand et plus le filtre peut être utile

NOTA BENE :
Bien que certains logiciels permettent de se passer de certains filtres, on ne peut pas changer totalement l'exposition d'une image faite. Le format RAW est souple mais ce qui a été carrément sous exposé ou surexposé est bel et bien perdu, ce qui a été un peu trop sous exposé sera de qualité médiocre une fois récupéré, ce qui a été un peu surexposé reste perdu. Donc pour capturer en une seule exposition une scène à fort contraste, certains filtres (les filtres gris et/ou dégradés) restent certainement la meilleure solution. D'autres filtres peuvent être d'une utilisation plus simple que leur équivalence informatique, mais puisque l'équivalence existe, je ne les considèrerai pas comme intéressants. Donc, d'une manière générale, je ne noterai pas ces filtres avec une grande valeur en numérique !...

ATTENTION : quoi que vous puissiez lire ou entendre, aucun filtre n'est indispensable ! Tout, en photographie, peut être fait et obtenu sans l'assistance d'aucun accessoire (d'où le nom accessoire !). Il n'y a rien de magique ici, on parle bien de filtre et pas de philtre !!!

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LES MATÉRIAUX UTILISÉS

Si on parle de composition, on peut différencier 3 types de filtres :

—> les filtres en verre :
Ce sont les filtres les plus solides et les plus stables dans le temps. Mais quand je dis « plus solide » cela ne veut pas dire qu’ils sont incassables, loin de là !... Mais ces filtres sont également les plus chers, et de loin !... Leur qualité optique est au top.

—> les filtres en résine :
Ces filtres sont plus fragiles que les filtres en verre et un peu moins stables dans le temps. Leur qualité optique est quasiment aussi bonne que celle des filtres en verre (l’industrie a fait d’énormes progrès !) mais leur prix est beaucoup plus abordable !...

—> les filtres en polyester :
Ces filtres sont très peu chers mais sont les plus fragiles et les moins stables dans le temps. Leur qualité optique est également bien inférieure, ce qui fait qu’ils ne sont pas à conseiller si vous utilisez de bons objectifs. Si votre parc d’objectif est qualitativement très moyen, un peu plus ou un peu moins de perte de qualité ne changera pas grand chose…

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LES PHILOSOPHIES PROPOSÉES

Si on parle d’utilisation, on peut différencier 2 types de filtres :

—> Les filtres à visser sur le pas de vis frontal de l’objectif :
Ces filtres sont relativement longs à mettre en place, ils sont assez chers et présentent trois énormes défauts : vous n’avez d’autre choix que de les centrer sur la lentille frontale de l’objectif donc certains effets seront impossibles ; si vous voulez utiliser plusieurs filtres en même temps, vous avez des risques de vignettage et, en plus, ils ne seront adaptables que sur un seul diamètre d’objectif, ce qui vous obligera à constituer un parc d’objectifs ayant tous le même diamètre (!!!) ou bien à acheter ces filtres dans le plus grand diamètre possible et d’acheter des adaptateurs de diamètre (la solution est intéressante) ou bien d’acheter un filtre dans chaque diamètre correspondant à vos objectifs (cette solution est nulle car trop chère !). Par contre, ces filtres permettent (pour certains) l’utilisation d’un pare soleil, ce qui est appréciable.

—> Les filtres à installer dans un porte filtre qui, lui, sera fixé à l’avant de l’objectif par l’intermédiaire d’une bague à visser sur l’objectif :
Ces filtres sont encore plus longs à installer mais beaucoup plus rapides à changer puisqu’ils coulissent simplement dans le porte filtre. Ils sont moins chers que les filtres à visser puisqu’ils ne portent ni bague ni pas de vis, ces éléments dépendant du porte filtre. Ils présentent par contre deux qualités appréciables : ils sont carrés ou rectangulaires et, dans la mesure où ils coulissent dans le porte filtre, ils peuvent être décentrés par rapport à l’axe optique de l’objectif, ce qui permet d’imaginer des effets impossibles avec les filtres ronds à visser !... En plus, les risques de vignettage sont réduits. Par contre, l’utilisation du pare soleil est impossible, il faudra rechercher un accessoire à adapter au porte filtre pour servir de compendium, avec risque de vignettage cette fois.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


UN PREMIER CONSEIL DE CHOIX

À la lumière de ce que je vous ai déjà expliqué, je me permettrais un conseil quant au choix de vos filtres (si vous en possédez déjà, poursuivez dans la lignée de ce que vous possédez déjà !) !

Bien sûr, je ne suis pas vous, je ne connais ni votre position professionnelle ni votre patrimoine !... Donc je vous donnerai ma façon de voir pour constituer une collection de filtres qui soit la meilleure possible pour le meilleur prix !

Bien sûr, si votre budget est illimité, préférez les filtres en verre. Sinon, pas d'hésitation : les filtres en résine sont relativement accessibles pour une qualité qui ne prête pas le flanc à la critique ! Dans la mesure du possible, évitez les filtres polyester.

Chacun voit midi à sa porte, mais d'une manière générale, pour une utilisation plus universelle et plus « créative », la solution du système de filtre carré (ou rectangulaire) avec un porte filtre universel me semble de loin le plus adapté à la photographie d'aujourd'hui !... Et, ce qui ne gâche rien, s'avère le moins cher à la longue, si vous souhaitez utiliser plusieurs filtres ou plusieurs objectifs de diamètre différent.

Quelle que soit la marque que vous choisirez, ne vous leurrez pas (!!!) il y aura une tentative de récupération du maximum d'argent possible (!!!). Ceci est particulièrement évident avec le prix de la bague servant à fixer le porte filtre sur l'objectif !... Il est, et de très loin, bien plus intéressant d'acheter votre matériel de façon à ce qu'il s'adapte à votre objectif de plus grand diamètre (et un tout petit peu plus) et d'acheter sur internet (ou ailleurs !) des bagues réductrices chinoises d'excellente qualité pour adapter le fixateur de porte filtre sur vos objectifs de diamètre inférieur !... En guise d'exemple, j'ai acheté une collection de 10 adaptateurs chinois pour le même prix qu'un seul système de fixation du porte filtre à l'objectif !... Mais, au moment du choix de vos bagues d'adaptation, n'allez pas vous tromper ! Allez voir ici ce qu'il vaut mieux faire.

Donc, vous achetez le (ou les filtres) que vous souhaitez (si possible en format carré ou rectangulaire avec le porte filtre, puisque cela vous permettra d'augmenter votre "collection" de filtres avec le temps tout en gardant un seul et unique porte filtre...) + le porte filtre (qui n'est franchement pas cher puisque ce n'est qu'un bout de plastique !!!) + une bague de porte filtre correspondant au plus grand diamètre des objectifs que vous possédez + un adaptateur chinois pour chaque diamètre d'objectif en votre possession ce qui vous permettra d'adapter la bague du porte filtre à tous vos objectifs... Cela semble bien compliqué, mais en fait vous aurez plus de matériel, plus de possibilités et... pour moins cher !... Valable, non ?

Et puis, demandez-vous si vous avez vraiment besoin d'utiliser vos filtres avec tous vos objectifs !... Si vous possédez plusieurs objectifs de diamètres différents, ils ne seront pas tous forcément intéressants au moment d'utiliser des filtres !... Et si, comme par hasard, les objectifs les moins intéressants pour l'utilisation des filtres étaient justement ceux qui présentaient le plus grand diamètre ? En laissant de côté certains objectifs, on pourra choisir un porte filtre plus petit, des filtres plus petits, moins de convertisseurs de diamètre... et tout cela fera méchamment baisser la facture finale !!! Sachez qu'en (très) grand angle, les filtres posent souvent des problèmes... et bien, figurez-vous que justement les objectifs de (très) grand angle sont également très souvent les objectifs au plus grand diamètre !... Personnellement, même si je ne suis pas une référence, je m'interdis d'utiliser des filtres avec des objectifs de focale inférieure à 20mm (et encore, souvent 35mm devrait être la limite) !... réfléchissez et comptez !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LES FILTRES COLORÉS

LE FILTRE JAUNE

Le filtre jaune arrête le bleu et permet de contraster (un peu) les nuages en assombrissant (un peu) le ciel bleu. Il permet d’atténuer légèrement le voile atmosphérique. En portrait, il permet d’éclaircir la peau et les cheveux blonds tout en atténuant les taches de rousseur.

On peut aussi trouver des filtres jaunes de correction de couleurs créés pour supprimer une dominante de couleur d’une photo à la prise de vue. Ces filtres n’ajoutent pas de couleur mais retranchent le violet (la couleur opposée).

Ne présente aucun intérêt en numérique puisque son effet est facilement créé par n'importe quel logiciel de traitement d'image, quant à l'équilibre des couleurs, on utilise la balance des blancs ou les dérawtiseurs.

Afin d'éviter les questions, je vais vous donner un exemple du rôle du filtre jaune en photo couleur (et en N&B) : intérêt modéré (à possible) en couleur à mon goût (il est tout de même mieux en noir et blanc !) mais à chacun de voir... NB : son rôle de correction de couleurs est, lui, indéniable !...


sans filtre

filtre jaune

sans filtre

filtre jaune

Remarque : je ne me suis pas trop cassé la tête, les images N&B ne sont que des transformations informatiques en niveaux de gris des images couleur filtrées...

Vous pourrez également lire cet article ici.

LE FILTRE ORANGE

Le filtre orange présente les mêmes avantages que le filtre jaune mais ses effets sont beaucoup plus marqués. Le filtre orange assombrit fortement le bleu tout en éclaircissant le rouge et le jaune. Il permet de faire ressortir la texture de la pierre. Il permet également par l’assombrissement du ciel d’accentuer les nuages. Il réduit fortement le voile atmosphérique et élimine la brume. Il est souvent utilisé pour les paysages distants au téléobjectif.

Mais il existe aussi des filtres oranges de conversion qui permettent de donner aux paysages les couleurs d’automne en plein hiver. En portrait, ils apporteront une touche d’intimité. Il existe 3 types de filtres de correction orange 85A, 85B, 85C.

On a également des filtres oranges de correction qui réchauffent et corrigent la lumière ambiante en milieu de journée redonnant aux photos leurs couleurs naturelles. En portrait, ils permettent de donner un hâle de bronzage. Il existe 3 types de filtres de correction orange : 81A, 81B, 81C

Ne présente aucun intérêt en numérique puisque son effet est facilement créé par n'importe quel logiciel de traitement d'image, quant à l'équilibre des couleurs, on utilise la balance des blancs ou les dérawtiseurs.

Afin d'éviter les questions, je vais vous donner un exemple du rôle du filtre orange en photo couleur (et en N&B) : intérêt possible en couleur à mon goût (il est tout de même mieux en noir et blanc !) mais à chacun de voir... NB : son rôle de correction de couleurs est, lui, indéniable !...


sans filtre

filtre orange

sans filtre

filtre jaune

Remarque : je ne me suis pas trop cassé la tête, les images N&B ne sont que des transformations informatiques en niveaux de gris des images couleur filtrées...

Vous pourrez également lire cet article ici.

LE FILTRE ROUGE

Le filtre rouge présente les mêmes avantages que le filtre orange mais ses effets sont beaucoup plus marqués. Le filtre rouge absorbe les radiations depuis l’UV jusque dans le orange. Il restitue seulement la lumière rouge et permet de donner aux images un caractère dramatique en rendant le ciel presque noir (selon la profondeur du bleu !). Les nuages deviennent plus brillants. Le voile atmosphérique est très fortement atténué. Il peut également être utilisé pour la photo infra rouge.

Il existe également des filtres rouges de correction qui réchauffent et corrigent la lumière ambiante au milieu de la journée redonnant aux photos leurs couleurs naturelles. En portrait, ils permettent de créer un hâle de bronzage. Il existe 3 types de filtres rouges de correction : KR3, KR6, KR12.

Hormis le cadre de la photo infra rouge, ne présente aucun intérêt en numérique puisque son effet est facilement créé par n'importe quel logiciel de traitement d'image, quant à l'équilibre des couleurs, on utilise la balance des blancs ou les dérawtiseurs.

Afin d'éviter les questions, je vais vous donner un exemple du rôle du filtre rouge en photo couleur (et en N&B) : intérêt modéré en couleur à mon goût (il est tout de même mieux en noir et blanc !) mais à chacun de voir... NB : son rôle de correction de couleurs est, lui, indéniable !...


sans filtre

filtre rouge

sans filtre

filtre rouge

Remarque : je ne me suis pas trop cassé la tête, les images N&B ne sont que des transformations informatiques en niveaux de gris des images couleur filtrées...

Vous pourrez également lire cet article ici.

LE FILTRE INFRA ROUGE

Le filtre infra rouge permet de photographier un sujet en ne laissant passer (théoriquement) que le spectre lumineux supérieur à 720 nanomètres (spectre invisible à l’œil humain) et ainsi réaliser des photos très spéciales en "fausses couleurs". En réalité, il laisse généralement passer un peu de rouge (si étudié pour l'infra rouge proche). Pour les filtres IR plus lointains, qui ne laissent passer que les IR, on n'obtiendra plus que des images monochromes, même sur un film couleur ou un capteur numérique. Pour utiliser ce genre de filtre, la scène devra être très ensoleillée. En plus, il faut que la surface sensible (film ou capteur numérique) soit sensible aux infra rouges : films spéciaux, capteurs sensibles ou modifiés.

Vous pourrez lire également cet article ici.

LE FILTRE VERT

Le filtre vert assombrit les rouges et adoucit les verts. En noir et blanc, il améliore la différenciation des plans dans l’image en créant des nuances de gris impossibles à obtenir. En portrait, il permet d’assombrir légèrement la couleur de la peau et des lèvres. En paysage, il accentue le contraste entre le ciel et les nuages. En utilisation couleur, il réduit le spectre de la lumière du jour à sa composante verte. On l’utilise pour les paysages aux teintes foncées, il illumine la verdure et donne un rendu plus contrasté.

On peut aussi trouver des filtres verts de correction de couleurs créés pour supprimer une dominante de couleur d’une photo à la prise de vue. Ces filtres n’ajoutent pas de couleur mais retranchent le rouge (la couleur opposée).

Ne présente aucun intérêt en numérique puisque son effet est facilement créé par n'importe quel logiciel de traitement d'image, quant à l'équilibre des couleurs, on utilise la balance des blancs ou les dérawtiseurs.

Afin d'éviter les questions, je vais vous donner un exemple du rôle du filtre vert en photo couleur (et en N&B) : intérêt possible en couleur à mon goût (il est tout de même mieux en noir et blanc !) mais à chacun de voir... NB : son rôle de correction de couleurs est, lui, indéniable !...


sans filtre

filtre vert

sans filtre

filtre vert

Remarque : je ne me suis pas trop cassé la tête, les images N&B ne sont que des transformations informatiques en niveaux de gris des images couleur filtrées...

Vous pourrez également lire cet article ici.

LE FILTRE JAUNE/VERT

Le filtre jaune-vert intensifie les couleurs dans les verts (nature, plan d’eau…). Il est très utilisé pour le portrait en lumière artificielle en intérieur comme en extérieur. Il adoucit les tons chair et rehausse le teint. En paysage, il accentue le contraste entre le ciel et les nuages. Utilisé avec un filtre polarisant, il permet d’augmenter le contraste et le piqué.

NB: plutôt qu'acheter un filtre jaune/vert, on peut superposer un filtre vert et un filtre jaune.

Ne présente aucun intérêt en numérique puisque son effet est facilement créé par n'importe que logiciel de traitement d'image.

LE FILTRE BLEU/VERT

Le filtre bleu-vert (ou cyan) permet d’équilibrer la lumière en augmentant la température de couleur vers les nuances froides. En paysage on l’utilisera pour modifier la brume sans supprimer les verts, ou encore pour supprimer les tons chauds d’un coucher de soleil.

On peut aussi trouver des filtres cyan de correction de couleurs créés pour supprimer une dominante de couleur d’une photo à la prise de vue. Ces filtres n’ajoutent pas de couleur mais retranchent le rouge/orange (la couleur opposée).

NB: plutôt qu'acheter un filtre bleu/vert, on peut superposer un filtre bleu et un filtre vert.

Ne présente aucun intérêt en numérique puisque son effet est facilement créé par n'importe quel logiciel de traitement d'image, quant à l'équilibre des couleurs, on utilise la balance des blancs ou les dérawtiseurs.

LE FILTRE SÉPIA

Le filtre sépia donne une coloration Sépia pour retrouver le caractère des photos d’autrefois. Il aura un meilleur rendu sur les couleurs neutres.

Ne présente aucun intérêt en photo argentique noir et blanc, incapable qu'il est de reproduire autre chose que du gris, il faut effectuer un virage au tirage. Ne présente aucun intérêt en numérique puisque son effet est facilement créé par n'importe quel logiciel de traitement d'image.

LE FILTRE BLEU

Le filtre bleu est rarement utilisé en photographie noir et blanc, et c'est un tort à mon avis... Il est vrai qu'il assombrit la plupart des couleurs et qu'il réduit les contrastes de l'image mais crée une atmosphère douce, mélancolique, calme, apaisante, presque vintage dans certains cas, surtout si utilisé avec des films à grains. En plus, contrairement aux autres, le filtre bleu augmente l'apparence de brume ou de brouillard, le rendant très intéressant en photographie automnale ou hivernale, voire très tôt au petit matin humide. En portrait il met en valeur le rouge à lèvre mais marque les défauts de la peau en accentuant les tons chairs, évite les yeux bleus trop foncés en lumière artificielle.

Mais il existe des filtres bleus de conversion qui suppriment ou atténuent les tonalités fortement orangées dues aux lampes tungstène ou halogène. Ils augmentent la température des couleurs pour rendre les bleus plus clairs et assombrir les rouges. Ils permettent de modifier l’éclairage plat et uniforme d’un flash en un éclairage d’ambiance intimiste aux ombres modelées sans que les teintes soient altérées. Ils peuvent également être utilisés en paysage pour créer la « nuit américaine » bien connue au cinéma. En argentique couleur, on les utilisera avec des films lumière du jour pour faire des photos en lumière artificielle. Il existe 3 types de filtres bleus de conversion 80A, 80B, 80C.

On a également des filtres bleus de correction qui permettent de refroidir les tons chauds et de rétablir l’équilibre des couleurs naturelles lorsque la lumière du jour prend des tonalités orangées peu avant le lever ou le coucher du soleil. Ils peuvent être utilisés en portrait mais il faut faire attention à ne pas altérer les tons chair. Il existe 3 types de filtres bleus de correction : 82A, 82B, 82C.

Ne présente aucun intérêt en numérique puisque son effet est facilement créé par n'importe quel logiciel de traitement d'image, quant à l'équilibre des couleurs, on utilise la balance des blancs ou les dérawtiseurs.

Afin d'éviter les questions, je vais vous donner un exemple du rôle du filtre bleu en photo couleur (et en N&B) : intérêt en couleur à mon goût (et même en N&B contrairement à ce que disent nombre d'auteurs !) mais à chacun de voir... NB : son rôle de correction de couleur, lui, est indéniable...


sans filtre

filtre bleu

sans filtre

filtre bleu

Remarque : je ne me suis pas trop cassé la tête, les images N&B ne sont que des transformations informatiques en niveaux de gris des images couleur filtrées...

Vous pourrez également lire cet article ici.

LE FILTRE SKYLIGHT

J'ai longtemps hésité à le placer parmi les filtres colorés mais puisqu'il est légèrement (presque imperceptiblement) coloré, je le classerai ici. Il est de couleur ambrée ou rosée. Il a toutes les qualités du filtre UV (voir plus bas) et procure un léger réchauffement des couleurs, favorable pour les photographies de portrait ou les prises de vues à la lumière du jour à l'ombre et au flash. Il atténue les dominantes bleutées dans les zones d’ombre.

Ne présente quasiment aucun intérêt en argentique monochrome puisque ses effets sont trop subtils. Ne présente aucun intérêt en numérique puisqu'on utilise la balance des blancs ou les dérawtiseurs.

LES AUTRES FILTRES COLORÉS

On peut trouver des filtres de correction de couleurs créés pour supprimer une dominante de couleur d’une photo à la prise de vue. Ces filtres n’ajoutent pas de couleur mais retranchent la couleur opposée. Il existe 6 teintes différentes (bleu, rouge, vert, jaune, magenta et cyan) et pour chaque teinte, il existe des filtres de densité différente.

Cyan CC05 700 – CC10 701 – CC20 703 – CC30 705 – CC40 707 – CC50 709 - Cyan 05 – 10 – 20 – 40 - Magenta CC05 710 – CC10 711 – CC20 713 – CC30 715– CC40 717 – CC50 719 - Magenta 05 – 10 – 20 – 40 - Jaune CC05 720 – CC10 721 – CC20 723– CC30 725 – CC40 727 – CC50 729 - Jaune 05 – 10 – 20 – 40 - Rouge 05 – 10 – 20 – 40 - Vert 05 – 10 – 20 – 40 - Bleu 05 – 10 – 20 – 40.

En plus, il existe une multitude de filtres de toutes les couleurs possibles, des roses, des bruns des tabac etc, etc, vous pouvez vous amuser à chercher les listes sur les sites des fabricants ou sur les listes des revendeurs de matériel photographique. Si ces filtres ont permis de grandes images en leur temps (au début de la vente de ces filtres), leur effet est pour le moins éventé aujourd'hui... aussi, réfléchissez y à deux fois avant de vous lancer dans leur achat !...

Ne présente aucun intérêt en numérique puisqu'on utilise la balance des blancs ou les dérawtiseurs.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LES FILTRES NEUTRES

LE FILTRE PROTECTEUR

Il sert uniquement à protéger l'objectif des rayures et de la poussière. Certains fabricants ajoutent des traitements antireflets ou contre le vignetage (à prouver).

J'en ai déjà parlé dans une autre page, ce filtre ne fait pas l'unanimité : certains disent (et j'adhère à cette vision) qu'en cas de choc, si ce filtre se brise, la lentille frontale de l'objectif ne sera pas protégée et que le meilleur moyen d'éviter les rayures c'est de laisser le pare soleil en place et de prendre soin de son matériel. Pour ce qui est de la poussière, une bonne poire et un chiffon microfibres feront largement le travail pour un prix sans commune mesure (!!!). Donc, personnellement (j'ai peut-être tort), je classerai ce filtre parmi les inutiles !... Mais en plus de 35 ans de photographie, n'ayant jamais eu à déplorer le moindre problème, sans jamais avoir possédé ce filtre, je pense ne pas me tromper !...

LE FILTRE ULTRA VIOLET (UV)

J'ai longtemps hésité à le placer parmi les filtres neutres puisqu'en réalité, dans la mesure où il bloque les UV, il permet de limiter (voire supprimer) le voile atmosphérique. En contre partie, ce filtre est incolore et ne modifie donc pas les couleurs des photos donc il est bien un filtre neutre...

Son efficacité n'étant pas franchement probante à mon avis, je le classe également parmi les inutiles, mais à un degré moindre que le filtre protecteur, mais tout de même... ATTENTION TOUTEFOIS : en bord de mer et en haute montagne il peut être intéressant !....

Il est commun de dire qu'il permet également de protéger l'optique des rayures et de la poussière, voyez ce que j'ai dit à ce sujet ci-dessus, au sujet du filtre protecteur...

LE FILTRE POLARISANT

J'ai également longtemps hésité à le placer parmi les filtres neutres puisqu'en réalité, dans la mesure où il bloque les réflexions des sujets non métalliques ainsi que certains rayons lumineux polarisés par l'atmosphère, il permet d’augmenter la saturation des couleurs avec plus de contraste et de clarté. Il agit principalement sur les couleurs bleues et vertes sans modifier les autres couleurs. Donc il n'est pas franchement neutre mais il est incolore... donc il est difficilement classable et après tout il est aussi bien ici que dans une rubrique où il serait le seul représentant !...

Dans la mesure où il arrête une partie de la lumière, il faut être conscient qu'il sacrifie de 1 à 3 diaphragmes...

À noter que pour intensifier au mieux le bleu du ciel, il doit être utilisé selon un axe horizontal de 90° par rapport au soleil et que pour agir au mieux sur les reflets de l'eau, il doit être utilisé selon un axe vertical d'environs 40°.

Il existe 2 types de filtres polarisants :

—> le filtre polarisant linéaire qui est destiné aux appareils à mise au point manuelle. Il est beaucoup moins cher que l'autre type de polarisant mais ne servira qu'en photographie argentique avec des systèmes de l'époque où l'autofocus n'existait pas. Sur des reflex autofocus, ce filtre peut provoquer des erreurs de mise au point et/ou des erreurs de mesure d’exposition puisque sur quasiment tous les réflex autofocus on trouve un miroir semi-transparent qui agit déjà comme un polarisant linéaire, rajoutez un deuxième polarisant linéaire et vous bloquez une bonne part de la lumière entrante... d'où mesures inefficaces...
—> le filtre polarisant circulaire qui est destiné à tous les appareils, aux appareils équipés d’un autofocus ou non (!) donc même adapté aux appareils modernes et même numériques.

Afin d'éviter les questions, je vais vous donner un exemple du rôle du filtre polarisant en photo couleur et en N&B : intérêt indéniable à mon goût...


sans filtre

filtre polarisant

sans filtre

filtre polarisant

Remarque : je ne me suis pas trop cassé la tête, les images N&B ne sont que des transformations informatiques en niveaux de gris des images couleur filtrées...

LE FILTRE GRIS NEUTRE (ou densité neutre)

J'ai également beaucoup hésité à le classer ici puisqu'il est coloré... en gris. En réalité il n'est pas gris mais neutre... mais 30 ans d'abus de langage laissent des traces... Mais puisqu'il s'agit d'un gris neutre, il ne modifiera pas (théoriquement) les couleurs de l'image, donc... c'est un filtre neutre.

Ce filtre permet de réduire l’intensité de la lumière reçue par l’appareil sans jouer ni sur le diaphragme, ni sur la vitesse ni sur la balance des blancs. Il permet d’obtenir des résultats normalement impossibles. Il a 2 fonctions principales :
- rendre possible les prises de vue à vitesse lente en plein jour.
- diminuer la profondeur de champ en permettant l’utilisation de grandes ouvertures même sous un grand soleil.

Dans toutes les marques, on les retrouve sous l’appellation "ND" suivi d’un chiffre qui déterminera le niveau de gris. Plus le chiffre est grand, plus le gris est foncé.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LES FILTRES SPÉCIAUX

Ce que j'appelle filtres spéciaux regroupe 2 grands types de filtres :

— l'adaptation de filtres décrits plus haut pour des applications particulières.
— des filtres totalement originaux qui peuvent apporter des effets très particuliers. Ils sont également dénommés « créatifs » (mais vous connaissez déjà ma façon de penser à ce sujet ), alors que la créativité est celle du photographe et que jamais, au grand jamais, placer un filtre devant un caillou n'a été et ne sera jamais faire preuve de créativité !!!

LES FILTRES SPÉCIAUX ADAPTÉS

LE FILTRE GRIS NEUTRE (ou densité neutre) VARIABLE

Comme son nom l'indique, c'est un filtre qui permet de simuler plusieurs gradations (de gris) neutre en un seul filtre. Outres le fait de remplacer plusieurs filtres de gradations croissantes, ce filtre permet souvent des écarts de gradation extrêmes du type ND 2 ~ ND 400.

Bien sûr, comme toujours, il a des avantages et des inconvénients, à chacun de juger pour son cas personnel, s'il s'agit d'un filtre qui mérite l'investissement, puisqu'il est tout de même assez cher !... En plus, il est capital de se demander si une telle gamme de gradation est indispensable pour votre travail photographique personnel. Il faut noter que tous les filtres gris neutre variables ne présentent pas la même gamme de gradation.

Avantages :
- un filtre unique à gérer et à transporter
- même s'il est possible de recréer les fortes gradations en associant plusieurs filtres ND (les gradations se multiplient quand on additionne les filtres ND 2 + ND 4 = ND 8 et pas ND 6 !!!), le NDV (gris neutre variable) permet des gradations extrêmes.
- plusieurs gradations sont obtenues sans superposer plusieurs filtres donc absence de risque de vignetage et diminution du risque de dégradation de la qualité des images.

Inconvénients :
- tarif important
- uniformité de la gradation non garantie sur toute la gamme de gradations. En utilisation sur des grands angles (surtout en numérique sur des petits capteurs -moins fréquent en full frame-) ou dans les hautes gradations (quel que soit le format), on peut décrire l'apparition d'un « X » de gradation différente en travers de l'image !
- la neutralité colorimétrique n'est pas garantie pour les fortes gradations (dérive colorimétrique magenta). Cette dérive peut se retrouver quelle que soit la qualité du filtre. Certaines dérives colorimétriques sont uniformes donc faciles à corriger sous l'agrandisseur ou en post traitement numérique, mais sur les filtres les moins qualitatifs, cette dérive n'est pas uniforme, donc la correction à postériori est impossible !...

LE FILTRE GRIS NEUTRE (ou densité neutre) « CENTRE ND »

Comme son nom l'indique, c'est un filtre qui a un effet dégradé du centre vers les bords avec une différence de 1 diaphragme entre les deux extrémités (gris au centre / transparent en périphérie). Il permet de compenser la perte de luminosité en périphérie des objectifs (vignetage) typique pour tous les objectifs et plus particulièrement pour les appareils grand format montés d'un objectif grand angle.

Ne présente aucun intérêt en numérique, on peut facilement simuler cet effet via logiciel de post traitement (d'ailleurs il s'agit généralement d'une fonction appliquée automatiquement sans demander l'avis de l'utilisateur, ce dernier devant recréer un vignetage si son but était d'en avoir un !).

LE FILTRE GRIS NEUTRE (ou densité neutre) « HALF ND »

Comme son nom l'indique, c'est un filtre dont la moitié est gris neutre et l’autre moitié est transparente.

Si l'idée est alléchante, je classerai personnellement ce filtre parmi les filtres inutiles !... La différence de gradation est trop importante et trop brutale, donc très difficile voire impossible à mettre en œuvre...

LE FILTRE GRIS NEUTRE (ou densité neutre) « DÉGRADÉ »

Comme son nom l'indique, c'est un filtre gris neutre dont la gradation est progressive, passant du gris le plus foncé (selon le choix de gradation maxi) progressivement vers le transparent. Il existe sous plusieurs variations de progressivité : passage brutal d'une gradation à la suivante, passage moyen ou progressivité continue. C'est en fait une version TRÈS améliorée du half ND (voir ci-dessus).

Ne présente aucun intérêt en numérique, son effet peut facilement être simulé par n'importe quel logiciel de traitement d'image !...

LE FILTRE COLORÉ « DÉGRADÉ »

Comme son nom l'indique, c'est un filtre qui reprend la philosophie du filtre gris neutre dégradé (voir ci-dessus) mais avec un gris remplacé par toutes les couleurs possibles et imaginables !... Ce type de filtre a eu son heure de gloire à sa sortie sur le marché mais s'il a donné naissance à d'excellentes images, cet effet est quelque peu éventé aujourd'hui... À vous de voir s'il peut vous apporter quelque chose !...

Ne présente aucun intérêt en noir et blanc ! Ne présente aucun intérêt en numérique, son effet peut facilement être simulé par n'importe quel logiciel de traitement d'image !...

LES FILTRES ORIGINAUX (dits « créatifs »)

Comme vous le savez déjà, j'ai horreur de ces filtres « créatifs » puisqu'ils n'apportent rien à mon avis, au contraire, ils ne font qu'enfermer l'amateur dans la banalité en pensant que l'effet à lui seul fera la photo alors qu'il n'en est rien !... J'irai même jusqu'à dire qu'une bonne photo pourra perdre tout son intérêt du simple fait de l'utilisation de ces filtres... Je précise cela puisque ma notation sera toujours sévère (intérêt : nul !), mais libre à vous de penser différemment...

Il en existe toutefois quelques uns qui peuvent présenter un petit intérêt, je commencerai par ceux-là.

LE FILTRE « FLOU ARTISTIQUE »

Comme son nom l'indique, il crée un effet de flou plus ou moins marqué selon la gradation choisie.

LE FILTRE « FLOU ARTISTIQUE PARTIEL »

Comme son nom l'indique, il crée un effet de flou plus ou moins marqué selon la gradation choisie comme celui décrit plus haut mais conserve un centre transparent de façon à limiter le flou à la périphérie de l'image (souvent appelé center spot). Il existe également en version colorée pour ajouter une dominante colorée à la zone floue (dans ce cas, aucun intérêt en noir et blanc !).

LE FILTRE « ÉTOILÉ »

Comme son nom l'indique, il crée un effet étoilé sur toutes les zones de haute lumière ponctiformes. Le nombre de branches des étoiles dépend de la gradation du filtre.

TOUS LES AUTRES *

* la description de ces filtres est partiellement tirée des catalogues des fabricants

Il y en a tellement qu'il me sera impossible de tous les lister !!! Il y en a certainement des nouveaux chaque jour !!! Et, à mon avis, ne serviront qu'une seule fois si vous les achetez !!!

— Le filtre « Dream » se présente sous la forme de petites lentilles circulaires qui créent une seconde image autour d’une image centrale inaltérée. Cette seconde image apparaît comme un halo plus ou moins net en fonction de la focale, du diaphragme et de l’arrière plan.
— Le filtre « Arc en ciel » qui colle un arc en ciel sur votre image.
— Le filtre Multi-images permet de reproduire le même sujet en plusieurs images identiques. Un effet années 1970 en fait !...
— Le filtre multi-parallèle permet de donner du « mouvement » à des objets immobiles ou fragmenter une photo en tranches parallèles.
— Le filtre « Speed » permet de donner au sujet de la vitesse alors que ce dernier est à l’arrêt, donnant ainsi une impression de filé. Les ombres, lumières et couleurs vont être étalées en longues bandes horizontales comme des visions fugitives. 
— Le filtre « Super speed » est constitué d’un demi-prisme concave et d’une partie évidée qui conserve l’image intacte. Il va mettre des statues ou des sportifs en mouvement. En position basse, c’est le filtre des décollages, et en position haute le filtre des chutes vertigineuses. Il allonge les formes et laisse un sillage derrière chaque couleur.
— Le filtre « Mirage » constitué d’un miroir qui réfléchit les sujets et les paysages. En fonction de l’inclinaison du miroir, les résultats sont différents (reflet du sujet choisi, reflet du ciel donnant une impression de paysage suspendu, image double analogue aux figures des jeux de cartes en portrait…).
— Le filtre « Radial Zoom » à partir d’un centre net, ce filtre diffuse les couleurs et les lumières sous forme de rayonnement vers la périphérie de l’image (l’effet star treck).
— Le filtre Varicolor selon sa couleur, va apporter une note dominante à assortir au sujet choisi. Par rotation, les reflets verticaux et horizontaux se teinteront de couleurs différentes selon l’angle choisi. Par une rotation supplémentaire, la couleur des reflets s’inverse.
— Le filtre « Fog » grâce à ce filtre, la photo est entièrement recouverte d’un voile blanc afin de recréer l’impression de brume ou de brouillard.
— Le filtre « Windmill » effet de tourbillon autour du centre
— Le filtre double-exposition qui permet de multiplier par deux un sujet unique. Constitué d’un cache noir qui n’obture que la moitié de la surface avant de l’objectif, il permet ainsi deux expositions successives. En fait très difficile à utiliser (au niveau du centrage ! C'est du vécu !) il est préférable d'effectuer des montages sous l'agrandisseur ou dans un logiciel des traitement d'image.
— Le filtre « Halo » effet de rayon à partir d’un point situé au bord de l’image.
— Le filtre « Split-Field » composé d’une moitié normale et d’une moitié où l’on a l’effet d’une lentille additionnelle (close-up). On peut ainsi prendre deux sujets, l’un proche, l’autre lointain, en même temps. Mais le résultat est très artificiel !...
— etc, etc, etc... allez voir les catalogues des fabricants...

LES FILTRES INTÉGRÉS

Ici je ne donnerai aucune notation sur l'intérêt (ou non) de ces filtres puisqu'ils sont intégrés dans une quantité croissante de boîtiers. En fait ce ne sont pas des filtres à proprement parler, ce sont des filtres logiciels qui s'appliquent en interne (dans le boîtier) aux images déjà capturées. Selon le boîtier et selon la marque du boîtier, ces filtres sont plus ou moins nombreux, plus ou moins pratiques, plus ou moins intéressants... donc il me sera impossible de les envisager et de les commenter. Puisque je parle de filtres, il me fallait leur consacrer quelques lignes... c'est fait, c'est tout ce que j'en dirai...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LES FILTRES « FAIT MAISON »

Tous les filtres, quel que soit leur rôle, quelle que soit leur matière ou leur marque ont tous UN point commun : leur prix élevé (plus ou moins comme expliqué en début de page). De ce fait, il devient intéressant de se demander si la fabrication personnelle de filtre est envisageable !...

Le seul problème auquel le bricoleur sera confronté lors de la fabrication d'un filtre sera la (très) mauvaise qualité optique du matériel auquel il aura accès !... Donc, à quelques exceptions près, il devra faire le deuil de la qualité finale de la photo (voir plus loin) en utilisant ses propres filtres.

Ceci mis à part, la fabrication de filtres n'aura de limite que la limite de l'imagination de chacun. L'internet est plein d'exemples de filtres « maison » que l'on pourra essayer si on pense pouvoir en tirer quelque chose d'intéressant. Moi-même, dans mes pages, je vous ai proposé quelques idées de filtres.

Parlons du filtre :
— ND 1000 qui n'est pas franchement gris neutre (!!!) mais qui fonctionne parfaitement à condition de suivre son mode d'emploi (voir ici et ici)
— InfraRouge qui fonctionne relativement bien avec les objectifs de faible diamètre (voir ici)
— Soft focus qui fonctionne très bien alors qu'il est gratuit et remplace avantageusement un filtre flou artistique « center spot » (voir ici)

Mais il y a également :
— Flou artistique, un filtre gratuit connu depuis toujours en photo argentique, qui consiste à tendre un bas nylon (de différentes couleurs éventuellement) sur la face avant de son objectif pour des portraits au top.
— Bokeh, un simple bout de carton dans lequel on découpe une forme et qui donnera à toutes les zones claires floues la forme découpée dans le carton (il doit y avoir 1 million de sites internet qui expliquent ce même filtre -oui, il y a beaucoup de plagiat sur internet !-)
— Colorés en utilisant simplement des plastiques de couleur qui enveloppent des bombons. Bien, cette technique est envisageable mais c'est celle qui donnera la plus mauvaise qualité d'image finale.
— Vignetage en découpant dans un bout de carton un cercle de diamètre inférieur au diamètre de l'objectif.
— Tout ce à quoi vous pourriez penser. Dans ce cas, expliquez-moi votre idée (voir ici), je la publierai sur mes pages sous votre propre nom bien sûr !

On peut tout imaginer :
— un simple morceau de plastique transparent (suffisamment grand pour couvrir un peu plus que la surface de la lentille frontale de votre objectif) sur lequel vous griffonnez grossièrement des zones avec des feutres colorés et vous avez un filtre à effet, gratuit et... parfois très intéressant !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


FILTRES ET EXPOSITION

Vous vous doutez bien que le simple fait d'ajouter une surface colorée ou dense sur le chemin de la lumière qui pénètre votre objectif va inévitablement modifier les paramètres d'exposition.

Si vous utilisez un appareil moderne avec détermination automatique (ou semi-automatique, ou manuelle assistée d'ailleurs) à travers l'objectif (dite mesure TTL), le problème ne se posera pas vraiment. Par contre, si vous utilisez un appareil ancien avec une mesure de lumière séparée de l'objectif, si vous utilisez un posemètre à main, voire si vous déterminez l'exposition au pifomètre (type sunny-16), la détermination des paramètres d'exposition sera un peu plus pointue... mais non impossible !... beaucoup moins pratique !... certes !... mais possible !...

TECHNIQUE DE DÉTERMINATION DE L'EXPOSITION

Avec un posemètre TTL :
Si vous utilisez des filtres translucides, c'est à dire si vous pouvez encore voir votre scène dans le viseur (ce qui exclue l'utilisation des filtres Infra Rouge et les filtres ND de forte gradation), vous pouvez vous fier au posemètre, il vous guidera comme d'habitude, voire il déterminera automatiquement les paramètres d'exposition comme d'habitude. Mais rien ne vous empêchera d'utiliser la bonne vieille technique manuelle (décrite plus bas). Pour les filtres très opaques (ND de forte gradation, filtre IR...), vous n'aurez pas d'autre choix que d'utiliser la méthode manuelle, certes un peu simplifiée, mais tout de même : il faudra cadrer votre sujet, effectuer la mesure TTL de l'exposition en absence de filtre, mettre le filtre en place et appliquer manuellement les corrections à apporter.

Avec un posemètre non TTL :
Vous avez ici deux possibilités, quel que soit le filtre utilisé. Soit vous placez le filtre devant la cellule du posemètre (et pas devant l'objectif !). Mémoriser les valeurs, et régler manuellement les paramètres d'exposition sur votre objectif et votre boîtier. Ou bien vous effectuez une mesure sans filtre et vous modifiez manuellement les corrections nécessaires.

Avec un posemètre à main :
La technique est la même qu'avec un posemètre non TTL...

Avec une évaluation pifométrique :
Vous évaluez, comme d'habitude, votre exposition puis vous appliquez manuellement la correction spécifique au filtre.

Effectuer la correction manuellement :
C'est très simple en fait. Chaque filtre est affecté d'un facteur de correction à ajouter à la mesure du posemètre effectuée hors présence du filtre. Le seul problème, c'est qu'en fonction de la marque ou de l'origine du filtre, la notation du facteur de correction varie ! Je vais vous résumer ces différentes notations :

Facteur d'atténuation X
(Cokin, Hoya, B+W, etc)
Densité optique
(Lee, Singh-Ray, Hitech, Tiffen, Formatt , etc)
Diaphragme
Transmission de lumière
2x
0.3
1
50%
4x
0.6
2
25%
8x
0.9
3
12,5%
16x
1.2
4
6,25%
32x
1.5
5
3,12%
64x
1.8
6
1,56%
128x
2.1
7
0,78%
256x
2.4
8
0,39%
(400x)
(2.6)
(8 + 2/3)
(0,25%)
512x
2.7
9
0,19
1024x
(souvent noté 1000x)
3.0
10
0,1%

Bon, tout cela est bien joli, mais comment s'en servir ? Pour calculer rapidement la vitesse d’obturation ou l’ouverture à modifier après l’installation du filtre, il faut diviser la valeur de départ mesurée par le posemètre (ou la pifométrie) par le facteur d’atténuation (soit la 1ère colonne). Par exemple, si vous avez mesuré un couple vitesse/diaphragme de 1/1000 de seconde pour f/16 avant la mise en place du filtre, une fois le filtre installé (s'il s'agit d'un filtre 2x), le couple vitesse/diaphragme à utiliser pour obtenir la même exposition sera 1/500 de seconde pour f/16 (puisque 1000/2 = 500 !). Pour fixer les idées, avec un filtre de densité 1.8, le couple vitesse/diaphragme pour obtenir la même exposition sera de 1/15 de seconde pour f/16 (puisqu'une densité de 1.8 correspond à un facteur d'atténuation de 64x et que 1000/64 = 15(,625). Simple non ?

Bon, une petite parenthèse pour les matheux, afin d'éviter les questions, pour passer d'une notation à l'autre, on applique les formules suivantes :
— Transmission de lumière (en %) = 100 / facteur d’atténuation.
Exemple pour un filtre avec un facteur d'atténuation de 8x : 100 / 8 = 12,5% de transmission de lumière.
— Densité optique = – log (Transmission de la lumière)
Exemple de valeur de transmission de la lumière pour un filtre 400x : il a donc une transmission de 0,25% DONC une densité optique de -log(0,0025) = -2.602
Fin de la parenthèse.


Vous pourrez découvrir ici un tableau de valeurs de correction que j'avais créé pour les filtres gris neutres, mais si vous remplacez le terme NDx par le terme Xx ou si vous vous limitez à tenir compte du nombre de diaphragmes vous pourrez généraliser le tableau à tous les filtres (de 2x à 1048576x ou de 1 à 20 diaphragmes)... Vous pourrez également lire l'article ici qui peut être complémentaire...

Bon, tout cela peut sembler très théorique voire très compliqué MAIS dans la vraie vie c'est très simple : chaque filtre porte gravé soit son facteur d'atténuation, soit sa densité optique. De là, vous devrez déterminer le nombre de diaphragmes correspondants (grâce au tableau ci-dessus). Vous réglez votre appareil au couple vitesse/diaphragme mesuré au posemètre (ou au pifomètre) puis soit vous réduisez la vitesse d'autant de crans que de nombre de diaphragmes correspondant à la gravure du filtre, soit vous ouvrez votre diaphragme (diminuez la valeur f/) d'autant de crans que de nombre de diaphragmes correspondants à la gravure du filtre. ET PUIS C'EST TOUT... ce n'est pas la mer à boire, il y a des plus idiots que nous qui y sont arrivés !...

TUYAU : bon, je vous accorde que sur le terrain c'est un peu ennuyeux de calculer/réfléchir comme cela ! Ce que je peux vous proposer : marquez vos filtres avec le nombre de diaphragmes correspondant à la correction d'exposition. Sur le terrain, il ne vous restera plus qu'à tourner vos bagues et vos molettes d'autant de crans que le nombre que vous aurez inscrit sur vos filtres !!!...

Désolé, je ne puis pas être plus précis puisque les valeurs de corrections sont spécifiques à chaque filtre (!!!) et en fonction de sa gradation, mais sachez simplement qu'en moyenne :

Filtre
Correction
Diaphragme
Jaune
2x
1
Jaune/vert
2,5x
1 + 1/3
Vert
4x
2
Orange
2,5x
1 + 1/3
Rouge
8x
3
Bleu
1,4x
1/2
Polarisant
2x à 8x
1 à 3

ATTENTION : ces valeurs sont données pour info car elles ne tiennent pas compte de la gradation de chaque couleur de filtre !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


FILTRES ET QUALITÉ D'IMAGE

Il faut garder à l'esprit que ce type d'accessoire vient s'ajouter à votre objectif et donc peut avoir des effets indésirables :
— perte de micro contraste
— baisse de piqué
— virage colorimétrique non souhaité (pour les filtres à effets colorés, ceci étant recherché, ce n'est plus un inconvénient !...)
— perte de luminosité non souhaitée (pour les filtres ND, ceci étant recherché, ce n'est plus un inconvénient !...)
— vignetage
— etc...

Bien sûr, ces effets indésirables sont d'autant plus fréquents avec des filtres de moins bonne qualité MAIS il faut également se souvenir que si la multiplication de filtres pour une même image (par exemple un polarisant + un rouge + un ND dégradé) peut permettre des effets intéressants, elle augmente de manière importante les effets indésirables !... Une addition de facteurs de risque entraine une multiplication des complications !...

Dans la mesure où certaines optiques peuvent coûter plusieurs centaines (voire milliers) d'euros, il serait dommage de gâcher le rendu final des images simplement en ajoutant des filtres et à fortiori par simple soucis d'économie lors de l'achat d'un filtre de mauvaise qualité. Il faut donc rester logique et cohérent ... la qualité de l'équipement optique doit commander le choix des filtres !... Un parc d'objectifs à 50€ pièce peut largement se contenter de filtres bas de gamme, acheter des filtres haut de gamme serait du gaspillage, mais un parc d'objectif à 1500€ pièce ne pardonnera jamais une mauvaise qualité de filtres !...

Et même si tous ces problèmes devaient survenir, ils seraient difficiles à repérer à l'œil nu et de toute manière ils seraient moins catastrophiques que les défauts qu'ils corrigent !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


NETTOYAGE DES FILTRES

Quel que soit le filtre, quelle que soit la matière qui le compose, un filtre est très fragile et surtout très sensible aux rayures !... Les filtres en verre résistent toutefois plus aux rayures que les autres mais les mêmes précautions s'imposent !...

Le nettoyage des filtres doit être envisagé de la même manière que le nettoyage de la lentille frontale des objectifs ! Les règles principales sont :

— le nettoyage doit se faire sur un filtre sec (!!!)
— le nettoyage ne peut être envisagé qu'en absence de corps étranger dur (!!!)

Matériel à prévoir :

— une poire soufflante de grande puissance. Personnellement j'utilise une poire à lavements que l'on trouve en pharmacie ou parapharmacie. Il existe des poires spéciales photo avec des poils de soie au bout : mais je ne les aime pas du tout !... les poils dissipent les capacités de souffle et risquent de déplacer les corps étrangers sur la surface du filtre, entrainant des rayures !...
— un chiffon en microfibres.

Technique de nettoyage :

— si le filtre est humide, laissez le sécher tranquillement, ne l'essuyez surtout pas !... On peut imaginer que l'humidité fixe des corps étrangers durs sur le filtre... essuyer l'humidité reviendrait donc à rayer le filtre, donc à le détruire !...
— une fois sec, souffler plusieurs fois à l'aide de la poire pour faire s'envoler tous les corps étrangers potentiellement dangereux même si invisibles !... Insister sur le pourtour des filtres circulaires montés puisque ces poussières (ou sable ou autre) se camouflent parfaitement à la limite du filtre et de la monture...
— quand vous serez sûr que tout corps étranger a disparu, utilisez un chiffon microfibre pour nettoyer le filtre. Ce nettoyage doit se faire de manière circulaire du centre vers la périphérie et sur les deux faces du filtre. Que le filtre soit circulaire, carré ou rectangulaire, la même technique est de mise (même si sur les bords c'est moins évident avec les filtres à angles !)
— cela peut être pratique de poser son filtre sur du papier essuie-tout bien doux pour effectuer ce nettoyage.
— si le filtre a été mouillé par de l'eau de mer, avant d'effectuer le nettoyage proposé ci-dessus, rincez le filtre à l'eau douce de manière à enlever toute trace de sel avant de débuter le nettoyage... l'eau de mer renferme 35g de sel au litre (!!!) et le sel, une fois l'eau évaporée, c'est très dur, ça peut rayer !!!...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LES PRINCIPALES MARQUES DE FILTRES

Même si cela semble incroyable, à l'heure du numérique qui n'a quasiment besoin d'aucun filtre, il existe énormément de fabricants de filtres !... A tel point qu'on ne peut certainement pas tous les connaitre !...

Je ferai donc l'impasse totale sur les marques chinoises (ou autres) qui se sont spécialisées dans la contrefaçon pour me focaliser sur les marques les plus connues. ATTENTION : ne comptez pas sur moi pour vous dire qu'une telle est meilleure qu'une autre... en fait je n'en sais trop rien... et il y a certainement des différences en fonction des gammes au sein de chaque marque* !...

Donc voici la liste des marques qui me viennent spontanément (par ordre alphabétique !) :
- B&W
- Carl Ziess
- Cokin
- Hama
- Héliopan
- Hitech
- Kenko
- LEE Filters
- Rodenstock
- Starblitz
- Tiffen
- et il y a également les fabricants d'appareils photo et d'optique (Canon, Nikon, Sony, Pentax, etc…) qui proposent des filtres mais à des pris souvent sur évalués.

* Je me permettrai toutefois une remarque, puisque cela m'agace au plus haut point !!!. La marque Cokin, qui a tout de même inventé le système du porte filtre -copié par quasiment tous les autres- propose une énorme collection de filtres de qualité très convenable (pour ne pas dire très bonne !) à un prix très abordable. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi elle est tellement décriée de par le web ! Parce qu'il s'agit d'une marque française ? Parce qu'il existe avec les filtres le même syndrome CaNiSo qui existe avec les boîtiers ? Parce que leurs filtres sont peut-être un peu moins qualitatifs que les concurrents 3 à 10 fois plus chers ? Je n'en sais rien (mais je pencherais bien pour le syndrome CaNiSo !), mais pour en avoir essayé quelques uns, et pour en posséder quelques uns pour le noir et blanc (et même un IR proche), j'affirme qu'ils rendent d'énormes services pour un prix dérisoire et qu'il est injuste de démolir cette marque comme on peut le lire de-ci de-là... Si vous souhaitez vous lancer dans les filtres et que vos moyens vous fait trop hésiter... allez pour Cokin, vous ne serez pas déçu, même si d'autres font peut être mieux et beaucoup plus cher !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


UTILISATION DES FILTRES

Je vous ai déjà parlé plus haut de la compensation de l'exposition lors de l'utilisation de filtres qui « consomment » de la lumière (en fait quasiment tous !), je n'y reviendrai pas. Je vous ai également parlé des effets négatifs de certains filtres (en fait presque tous !), je n'y reviendrai pas non plus. Concernant les filtres colorés, il n'y a pas grand chose à ajouter, tout est dit dans leur descriptif. Par contre, il y a deux types de filtres qui méritent qu'on s'y arrête un peu plus longuement !... Ce n'est pas qu'ils soient particulièrement difficiles à utiliser mais certains points doivent être précisés (à mon avis !).

LES FILTRES NEUTRES

LES FILTRES GRIS NEUTRE

OK, je sais, ils ne sont pas gris, ils sont de densité neutre (!...), est-ce que cela change franchement la face du monde ?

Pour rappel, le filtre ND (je risque parfois de taper NG, désolé !) est un accessoire qui permet de diminuer le flux de lumière entrant par l'objectif afin d'augmenter les temps d'exposition OU à vitesse constante, de pouvoir utiliser des ouvertures de diaphragme beaucoup plus importantes (pour la faible profondeur de champ) même en plein jour et même en plein soleil et même en plein mois d'août !... L'allongement du temps de pose permet quelques fantaisies comme de transformer un petit ruisseau en surface laiteuse, de transformer une cascade en véritable rideau, de faire disparaître les touristes qui s'obstinent à faire le pied de grue devant le monument que vous souhaitez photographier, etc, etc... C'est en effet assez drôle de constater que parmi les amateurs, une immense majorité pense filtre ND = vitesse lente et... quasiment personne ne pense ND = petite profondeur de champ (!!!???!!!) mais bon, pour ce qui est de l'utilisation, cela ne changera rien !...

Il existe plusieurs gradations de filtres ND :
- ND 2 avec un temps de pose x2 puisque perte de 1 diaphragme
- ND 4 avec un temps de pose x4 puisque perte de 2 diaphragmes
- ND 8 avec un temps de pose x8 puisque perte de 3 diaphragmes
- ND 400 avec un temps de pose x400 puisque perte de 8,66 diaphragmes
- ND 1000 avec un temps de pose x1024 puisque perte de 10 diaphragmes
Je vous ai répété cela juste pour mémoire, bien sûr

MATÉRIEL NÉCESSAIRE À LA RÉALISATION D'UNE POSE LONGUE EN PLEIN JOUR
- un boîtier capable de travailler en manuel (!!!)
- un objectif portant un pas de vis autour de sa lentille frontale pour fixer le filtre ou le système de porte filtre (l'immense majorité !)
- un trépied (certainement l'élément principal !)
- une télécommande filaire ou IR pour déclenchement sans risque de bougé (sinon, utilisez le retardateur !)
- un filtre ND (bien sûr !)

LA TECHNIQUE DE LA POSE LONGUE
Attention, je ne parlerai que de la pose longue, donc pour des gradations ND d'au moins ND 8 (et encore ce n'est pas franchement de la pose longue à ce niveau mais ça commence à y ressembler !). Pour les gradations inférieures, il n'est pas question de pose longue mais simplement de correction de luminosité !...

La technique peut sembler repoussante car très compliquée alors qu'avec un minimum de méthode, c'est aussi simple qu'un coup de fil !.... Voyons donc cela ensemble...

1) La première étape est la plus difficile (!!!) : trouver un sujet photographique qui pourra tirer profit d'une pose longue. S'il s'agit d'un portrait ou d'une course automobile, passez à autre chose vous n'obtiendrez que du flou !... Par contre, une cascade, un jet d'eau, un ciel très nuageux par grand vent, ça c'est idéal !...

2) Fixer le boîtier sur le trépied. Effectuer le cadrage et clamper les zones mobiles du trépied de façon à ce que rien ne bouge. Pensez à lester le trépied en cas de sol meuble (sable...) ou par grand vent. Vous pouvez effectuer une mise au point automatique mais débrancher l'autofocus dès que le point est fait et ne plus toucher à la bague de mise au point... Vous pouvez effectuer une mesure d'exposition automatique mais passer immédiatement en manuel et reporter les valeurs mesurées. Ces précautions deviennent plus importantes à mesure que la gradation augmente, en effet un ND 400, et à fortiori un ND 1000 va tellement assombrir le viseur que composer avec le filtre en place va devenir de très difficile à impossible ! De même, l'autofocus sera dans les choux avec un ND 400 ou ND 1000 et je ne parle même pas de la mesure d'exposition !!!...

3) Maintenant seulement on met le filtre en place ! Attention à ne pas trop enfoncer l'extrémité de l'objectif... cela risquerait de modifier la mise au point avec certains objectifs particulièrement souples...

4) Connaissant la gradation du filtre, il faut corriger l'exposition à savoir 8 à 9 diaphragmes pour un ND 400 et 10 diaphragmes pour un ND 1000. Attention, on parle toujours en diaphragmes mais il s'agi bien de moduler la vitesse (!!!) sachant qu'une valeur de diaphragme entière = une valeur de vitesse entière (revoyez au besoin ici). Pour généraliser la correction, reportez-vous au paragraphe précédent. Un rappel ? OK ! Temps de pose avec filtre = temps de pose sans filtre x facteur de correction (sans toucher à la valeur du diaphragme !!!) Soit pour un ND 400 si on a 1/125 de seconde sans filtre, il faudra, avec le filtre une vitesse de 1/125 x 400 = 3,2 secondes (3 secondes ça ira aussi !).

NOTA BENE : les appareils ne permettent généralement pas des poses supérieures à 30 secondes. Si la luminosité sans filtre est faible, les 30" seront vite atteintes !... Dans ce cas il faudra régler l'appareil en mode « B » qui est un mode manuel avec une ouverture qui durera aussi longtemps que l'on maintiendra le doigt sur le déclencheur. Si votre boîtier n'est pas équipé de mode « B », allez voir dans les réglages de vitesses... après 30" on découvre... un mode « B » !!!

5) Utiliser la télécommande de façon à éviter tout bougé lors de l'appui sur le bouton déclencheur. Si vous ne possédez pas de télécommande, utilisez le retardateur, ça fera le même effet, et, ne vous offusquez pas des quelques secondes de perdues, une scène furtive ne se prêtera jamais à une pose longue !... Si votre boîtier le permet, et malheureusement ce n'est pas toujours le cas, utilisez la levée anticipée du miroir (sur un reflex) cela évitera également tout flou de bougé !...

LES FILTRES DÉGRADÉS GRIS NEUTRES & COLORÉS

OK, ils ne sont pas plus gris que les précédents !...
Il ne faut pas rêver... à moins d'acheter un moyen format numérique ou de faire de la photo argentique (et encore ce ne sera pas suffisant !) dans de très nombreux cas, la plage dynamique des surfaces sensibles ne permettra jamais de transcrire la réalité du monde qui nous entoure... il y aura toujours une association de zones trop claires à côté de zones trop sombres... et 9 fois sur 10, le problème vient de la différence de luminosité qu'il existe entre le ciel et le sol... il ne reste plus que le HDR, mais c'est rapidement artificiel, voire laid... mais les filtres dégradés gris neutres peuvent nous venir en aide !...

MATÉRIEL NÉCESSAIRE À LA RÉALISATION D'UN ÉQUILIBRAGE DE LUMINOSITÉS
- un appareil à visée reflex à l'exclusion de tout autre. Sauf en numérique où il est possible de viser en Live View, ce qui permettra le même résultat !...
- un objectif portant un pas de vis autour de sa lentille frontale pour fixer le filtre ou le système de porte filtre (l'immense majorité !)
- un trépied (recommandé même si pas indispensable !)
- une télécommande filaire ou IR pour déclenchement sans risque de bougé (sinon, utilisez le retardateur !) cet élément n'est pas indispensable non plus, vu la gradation maximale du filtre.
- un filtre GND (bien sûr !)

NOTA BENE : je parle ici des GND mais la manipulation est la même avec les dégradés colorés (une très vaste gamme de couleurs est disponible !)

LA TECHNIQUE D'ÉQUILIBRAGE DES LUMINOSITÉS
1) Si ce n'est pas déjà fait, fixer le porte filtre sur le pas de vis de l'objectif. C'est plus facile à faire avant de fixer le boîtier sur le trépied !...

2) Fixer le boîtier sur le trépied. Même si le trépied n'est pas indispensable, c'est un allié intéressant ! Effectuer le cadrage.

3) Placez le filtre dans le porte filtre. Le but du jeu étant de déplacer le filtre verticalement de façon à choisir la gradation maximale à placer devant la zone trop claire... le principe étant de n'obscurcir que la zone trop claire (le ciel par exemple). J'avoue qu'ici on touche à la limite de l'intérêt de ce filtre : si, par exemple, la flèche d'une cathédrale se découpe sur le ciel, elle aussi sera assombrie alors qu'on ne le souhaite pas... on n'a donc que 3 choix : brûler le ciel, sous exposer la flèche, assombrir la flèche en même temps que le ciel...

4) Maintenant faites votre photo comme s'il n'y avait aucun filtre... La présence d'une partie plus sombre n'a pas d'incidence sur la mesure (sauf en mesure spot bien sûr !) de l'exposition ni sur l'autofocus, vous conserverez tous les automatismes de votre matériel. Seul le temps d'obturation et/ou le diaphragme sera(ont) modifié(s) puisque le ciel sera assombri par le filtre.

LE FILTRE POLARISANT

Comme son nom l'indique, ce filtre va bloquer les rayons lumineux polarisés. Cela va entrainer des effets très intéressants en photo de paysage (mais pas seulement !). Il permet de renforcer le contraste et la saturation des couleurs : le ciel devient plus bleu, l’herbe et le feuillage des arbres deviennent plus verts, les nuages ressortent mieux, etc. Mais ce n’est pas tout, le filtre polarisant a une autre particularité intéressante : il élimine les reflets de la plupart des surfaces (sauf métalliques). Si vous photographiez une surface aquatique, par exemple, vous n’avez plus à vous soucier des reflets disgracieux, l'eau devient totalement transparente...

MATÉRIEL NÉCESSAIRE
- un boîtier à visée reflex à l'exclusion de tout autre (ou un boîtier numérique pour visée en Live view).
- un filtre polarisant
- c'est tout

TECHNIQUE
Simplissime, c'est presque comme s'il n'y avait pas de filtre !...

1) installer le filtre sur le pas de vis frontal de l'objectif

2) composer l'image dans le viseur

3) faire tourner le filtre polarisant en visualisant en temps réel son effet dans le viseur

4) il consommera un peu de luminosité mais pas plus qu'il ne troublera la visée, il ne troublera l'autofocus ou la détermination de l'exposition !...

Cela sort quelque peu de la technique mais sachez (je l'ai déjà dit plus haut) que pour obtenir son effet maximum, il faut que l'axe de visée forme un angle horizontal de 90° par rapport à la source lumineuse. Pour ses effets sur l'eau, prévoir un angle vertical d'environs 40°. En plus, il sera d'autant plus efficace que le temps sera beau, par temps couvert il sera totalement sans effet (et c'est logique !)

LE FILTRE INFRA ROUGE

J'en ai déjà parlé par ailleurs, lisez donc cet article ici.

LES AUTRES FILTRES

ne présentent aucune particularité d'utilisation.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


TRUCS ET ASTUCES

Juste deux mots ici pour vous donner quelques astuces acquises par l'expérience... Peut être rien de transcendant pour certains, mais si on ne le sait pas... comme dirait l'autre ...

— il est beaucoup plus simple de visser le filtre ou le porte filtre sur l'objectif avant de monter l'optique sur le boîtier.
— si vous utilisez des filtres dégradés colorés sur porte filtre, rien ne vous empêche d'en utiliser deux de couleurs différentes pour une même image de façon à obtenir deux types de dégradés de deux couleurs lorsque les deux filtres sont montés en quinconce (par exemple un dégradé bleu en haut pour le ciel et un dégradé brun en bas pour la terre).
— généralement, le ciel est plus lumineux que le sol de 3 diaphragmes = un filtre ND 8 (GND 8) est idéal
— généralement, une réflexion est moins lumineuse que le ciel de 2 diaphragmes = un filtre ND 4 (GND 4) est idéal pour équilibrer des réflexions.
— si vous voulez équilibrer un contraste de 5 diaphragmes, laissez tomber la photo ce jour là ou attendez un peu... la lumière n'est pas bonne !...
— ce n'est pas parce qu'un filtre dégradé est prévu pour avoir la zone la plus dense en haut que vous ne pouvez pas le monter tête en bas ou à 90°, il permet ainsi d'autres effets intéressants.
— éviter l'emploi de filtres polarisants avec les objectifs à (très) grand angle, l'effet ne sera pas homogène et très laid...
— si vous utilisez un système de filtres non montés, c'est à dire des filtres carrés ou rectangulaires à utiliser avec un porte filtres, essayez, dans la mesure du possible, même sur le terrain, de les manipuler avec des gants en coton.

C'est tout pour le moment, j'en rajouterai dès que je penserai à quelque chose où sur simple demande ici.

Vous pourrez également lire l'article consacré aux filtres ici.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


EN MARGE DES FILTRES

Nous avons vu qu'il existe des filtres colorés de toute sorte. Nous avons surtout insisté sur les filtres colorés pour la photo noir et blanc, maintenant j'insisterai plus sur leur rôle en photographie couleur.

Si vous utilisez votre appareil sans filtrage, vous obtiendrez des images en couleurs réelles (pour peu que la balance des blancs soit bien réglée !). Certes, c'est globalement ce que l'on demande à un appareil photo MAIS, hors photojournalisme, il peut être très intéressant d'exposer plus que l'image dans l'image !... Certes, ajouter des odeurs et autres mouvements dans une photo serait bien, mais cela n'est pas encore possible (!!!) par contre, pourquoi ne pas transmettre la température du lieu dans une photo ? Impossible ? Pas du tout ! N'avez-vous jamais ressenti une impression de chaleur et de sécheresse (ou au contraire une impression de froid) en regardant certains films au cinéma ? Bien sûr, les vêtements des acteurs participent à cette impression, mais pas uniquement !...

Avant de poursuivre, vous savez tous qu'il existe ce que l'on appelle des couleurs chaudes et des couleurs froides. Je vais donc vous montrer un petit concentré de ces différentes couleurs :

Donc, voilà où je voulais en venir : si vous utilisez un filtre coloré pour représenter une scène, quelle qu'elle soit, vous serez capable d'engendrer une impression de température chez le spectateur de vos images...

Une étendue neigeuse ou un glacier seront beaucoup plus froids s'ils contiennent des reflets bleutés, un champ paraîtra subir la chaleur et la sécheresse si l'atmosphère générale est jaune, plus de chaleur (et un peu moins de sécheresse) avec des reflets orangés ou rouges !... Qui aurait l'idée d'ajouter des reflets bleus ou verts à une scène désertique ? Qui aurait l'idée d'ajouter des reflets rouges à une représentation de l'Éverest ? Regardez donc ces séries à deux balles qui inondent les chaines de télévision : vous ne trouverez plus aucune image aux couleurs réelles... elles seront toutes oranges si l'action se déroule au sud, elles seront toutes bleues si l'action se déroule au nord !...

Mais on peut encore aller beaucoup plus loin, en influençant directement la psychologie du spectateur de nos images ! En effet, les couleurs chaudes et plus particulièrement les rouges clairs et les oranges ont une tendance à vous donner la pèche (à vous donner de l'énergie), alors que les couleurs froides auront plutôt tendance à vous calmer, à vous apaiser !...

Vous voulez pousser le raisonnement encore plus loin ? La photo noir et blanc peut également transmettre des impressions de température : le noir et le gris foncé auront le rôle des couleurs froides, les gris clairs et les blancs plutôt un rôle chaud...

N'amputez pas votre créativité en faisant l'impasse sur la filtration dans ce but de transmission thermique... même si cette filtration peut être effectuée à postériori, en post traitement numérique, les deux moyens (post traitement et filtre physique) sont très complémentaires !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


Flag Counter
En savoir plus