Accueil
Index général
Contacter le Webmaster
Note de copyright
Particularités & fonctionnement
Vous pouvez participer
Appel aux internautes
Liens
Dernières mises à jour
Le livre d'or
Qui suis-je ?
Mon matériel (chéri)
La page des débutants
Quelques cotes
Ma galerie photographique
Ma carte blanche
Le tableau d'honneur
Historique de l'appareil photographique
La grande histoire de Pentax®
Les appareils photographiques de l'Est
Quelques modes d'emploi introuvables
Un petit « cours » de photographie
L'alphabet russe
Les logos des marques
Des bricolages pour photographes
Les mauvais plans à éviter absolument
Les théories influençant la photographie
Les fiches techniques
Mise au point sur...
Les secrets d'une photographie
Les tests approfondis
Les tests improbables
Quid du M42 ?
La photo vue par la toute jeune génération
Faire ses débuts en photo argentique
Faire ses débuts en photo numérique
Analogique | Numérique - Une alternative
Manifeste pour la lenteur en photographie
Questions & tuyaux en photo numérique
Quel objectif pour reflex Pentax numérique ?
Un fantasme devenu possible ?
Les foires à la photo - Dénicher des occaz
Un petit tour au laboratoire
Un peu de labo numérique
Choisir son appareil photographique
Quel appareil pour quelle photo ?
Choisir son (ses) objectif (s)
Choisir son statif
Quels accessoires envisager ?
Utiliser / faire revivre les filtres
Vérifier son matériel
Que penser des Kiev et de ceux qui les modifient ?
Acheter un appareil soviétique ?
Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire !
Les lois d'une nouvelle expérience photographique
De l'acte photographique
Le grand match
Prendre soin de ses appareils photographiques
Où faire réviser/réparer son appareil photo ?
Composition : erreurs fréquentes à éviter
plus conseils
Techniques photographiques évoluées
Programmer sa propre évolution photographique
Retrouver l'inspiration photographique
Créer un studio « professionnel » à moindre frais
Projets d'expérimentations
Expériences de paléophotographie
Parlons matériel (pas marque !)
Mes photographes préférés
Quid de la lomographie ?
Dernière minute
Questions / Réponses
1001 trucs à connaître
Et si on essayait de comprendre les photos ?
Et si on essayait l'originalité ?
Et si on s'essayait à la macrophotographie ?
Et si on s'essayait au panoramique ?
Et si on s'essayait à la trichromie ?
Et si on s'essayait à l'autochrome ?
Et si on s'essayait au noir et blanc créatif ?
Et si on se construisait un appareil sténopé ?
Et si on s'essayait au moyen format ?
Et si on s'essayait au grand format ?
Photographier sans lumière ?
Photographier avec un smartphone/une tablette
Photographier avec un compact bas de gamme
Ces petits trucs qui changent tout
La photographie itinérante
Les styles en photographie
La petite histoire d'une photographie
Devenir meilleur photographe
Équipement logiciel de qualité à bas prix !
Que peut-on attendre des logiciels photo ?
Divagations
Peut-on protéger ses créations ?
Le coin des polémiques
Votre labo numérique idéal
Compétences photographiques
Apprendre à voir
Tout, tout, tout, sur l'exposition...
Hommage à FERNAND BIGNON
Lettre ouverte aux (futurs) argentistes
Les photographes sont tous C H A R L I E

Quoi que l'on en dise, chez la majorité des photographes amateurs, l'appareil photo sort de son étui en même temps que le short ou la mini-jupe sortent de l'armoire. Voilà que l'été est de retour donc c'est le meilleur moment de rappeler quelques points importants pour vous permettre de créer de bonnes images durant vos vacances à venir... Je vous ai donc concocté pour cette page des images présentant certaines des erreurs les plus fréquentes qu'il faut pourtant éviter... et quelques conseils qu'il peut être judicieux d'appliquer pour fabriquer pas uniquement des belles photos de vacances mais de bonnes photographies tout court...

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.


ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu
Attention au cadrage ! Attention au message !
Attention à la différence œil/photo ! Attention à la profondeur de champ !
Ne dédaignez pas le post-traitement ! Le cadrage raconte une histoire...
Attention aux éléments perturbateurs !  


ATTENTION AU CADRAGE !

Tout le monde le sait, c'est écrit partout (dans ce site aussi), cela fait des décennies que cela est répété par tous les clubs, tous les formateurs, et... au moment de déclencher, est-ce l'excitation de la création de l'image, le manque d'habitude du boîtier qui ne sort qu'un trimestre par an ? Toujours est-il que ce sont ces erreurs de cadrage qui tuent la majorité des photographies d'amateur !

Voici quelques exemples avec les explications qui vont bien :

Que vouliez-vous montrer en créant cette photo ? La porte d'entrée de ce château fort avec le pont qui enjambe les douves ? La porte est bien placée au 1/3 gauche de l'image mais dans ce cas, vous avez cadré trop large !... Quelle idée de décapiter le toit ? Il aurait fallu soit donner un petit coup de zoom avant pour ne présenter que la porte (à condition d'avoir un zoom puisqu'il semble difficile de s'avancer davantage sans se mouiller les pieds !) soit donner un petit coup de zoom arrière ou reculer de quelques pas pour conserver la tour dans son intégralité, toit complet inclus !... Et pourquoi ne pas avoir considéré le point de vue en cadrage vertical ? Les larges toits et grand murs nus des bâtiments latéraux n'ont que peu d'intérêt... on pourrait aisément découper dans la masse à ce niveau en conservant les informations du pont, des douves et de la tour avec son toit !... Sans cette chirurgie délabrante, l'image aurait été intéressante et agréable, qu'est-elle devenue ? Une candidate de plus à la corbeille du système d'exploitation.

Autre problème fréquent :

Mais qu'est-ce que vous nous montrez là ? Je suppose que c'est une vue de bord de mer... Heureusement que la tache blanche du haut ressemble un peu à un voilier et heureusement que le coin inférieur droit ressemble un peu à de l'écume (même si floue !). Et il y a cette masse grise (et floue) au premier plan !... Bref une image franchement nulle !... Elle est plate, elle ne raconte rien, elle est parasitée par des détails sans intérêt !... Supposons que vous n'aviez vraiment pas le choix de faire autrement... Qui pouvait vous interdire un léger recadrage ? Ce n'aurait pas été un crime de lèse-majesté ! La preuve :

Je ne dis pas que sous cette forme la photo est devenue géniale (!!!) mais, au moins, elle est présentable !... Il n'y a plus d'élément perturbateur, les vaguelettes et le voilier (reconnaissable de toute manière !) montrent bien qu'il s'agit d'une photo maritime... quel intérêt de savoir que vous êtes sur le bord de cette mer ? Ici, vous pouvez parler le la solitude du marin, surtout que vous aurez pris soin de recadrer en plaçant le voilier sur le 1er tiers de la photo (même si le bateau aurait été mieux un peu plus bas, sur le tiers supérieur du cadre) !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


ATTENTION AU MESSAGE !

À ce sujet, rien de nouveau sous le soleil non plus, tout le monde le sait et pourtant, combien de fois doit-on répéter la même chose ? Un bon cadrage c'est bien mais cela ne suffit pas !

Voici quelques exemples avec les explications qui vont bien :

Le cadrage n'est pas mauvais en soi (la ligne d'horizon ne coupe pas l'image en son centre) mais c'est tout ce que l'on peut dire de cette image !... C'est vraiment peu, avouez-le !!! Mais que voit-on sur cette photo ? Rien... nous sommes bien d'accord ! Le ciel est beau, et alors ? Il est minoritaire sur la photo, ce n'est donc pas le sujet. Le pays est vallonné, bon et alors ? Le pays est bien vert, certes et alors ? Le pays est peu peuplé (il n'y a qu'un petit village dans cet océan de verdure, c'est bien et puis ? Il y a même un joli petit lac dans la forêt, ah parce que cette tache noire c'est de l'eau ? Bref, j'ai beau chercher... j'ai beau échafauder des hypothèses, je ne comprends pas ce que veut me raconter cette image... Je fais beaucoup d'effort, ça me gonfle rapidement, j'abandonne, l'image est totalement loupée... son seul avenir envisageable est ... la corbeille de votre système d'exploitation. Heureusement que j'ai la possibilité de créer des images numériques car cela me coûterait cher de faire du n'importe quoi en argentique juste pour l'exemple !!!.

Autre problème du même ordre :

Que vouliez-vous montrer ? Ce merveilleux mur normand (ou breton) ? Vous avez cadré trop large on se demande ce que fait toute cette herbe et le fond, en haut à droite, c'est le ciel (on est sur un pic rocheux d'altitude) ? C'est la mer (on est moins haut) ? On n'en sait rien ! Il pouvait être intéressant de comparer la rudesse minérale avec la douceur végétale, dans ce cas il aurait fallu cadrer plus serré et se débarrasser de ce bout de ciel (ou de mer)... après tout, en cadrant plus de mur on faisait disparaitre ce bleu inutile et on aurait bien mieux vu la structure de ce mur extraordinaire !... Et si vraiment, vous voulez utiliser cette image (parce que vous ne pouvez pas en refaire une autre), le recadrage est là pour vous sauver la mise :

Vous n'en avez pas fait une photographie géniale... mais avouez qu'elle est bien meilleure comme cela !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


ATTENTION À LA DIFFÉRENCE ŒIL/PHOTO !

Rien de nouveau sous le soleil, ici non plus, tout le monde le sait et pourtant, combien de fois devra-t-on répéter la même chose ? Un bon cadrage, un bon message, c'est très bien mais cela ne suffit pas !

Voici quelques exemples avec les explications qui vont bien :

À moins de bien connaître et de mettre parfaitement en œuvre les techniques d'exposition, il faut se souvenir qu'une image extraordinaire pour l'œil peut très bien ne rien donner en photographie... la latitude de pose est tellement limitée en photographie par rapport à l'œil !... Ici, un enchevêtrement de troncs était très agréable avec cet éclairage en clair-obscur... seulement voilà, la photo ne sait pas faire ça et les automatismes d'exposition encore moins !... Photo loupée !...

Vous avez entendu qu'utiliser un cadre « naturel » dans une image pouvait apporter une force supplémentaire à une photo. Vous vous promenez dans un château fort quand votre œil est attiré par ce trou pour arbalestrier. « Superbe effet ! » vous dites-vous... seulement voilà, ce que votre œil a vu, votre appareil photo ne le verra pas !... Avec l'œil vous voyez net l'avant plan (le cadre) et l'arrière-plan, sur la photo, l'avant plan est flou et l'arrière-plan aussi, en plus, si l'œil a pu comprendre la scène entrevue dans le trou, le spectateur de la photo ne le pourra jamais !... Photo loupée !... Dommage, surtout qu'en étant un tout petit peu moins gourmand (à condition de posséder un minimum de technique d'exposition) vous auriez pu, dans ce même château fort vous contenter de cela :

Le cadre est superbe, le mur flou (inévitable) mais suffisamment net pour voir qu'il s'agit d'un mur de la même constitution que celui que l'on voit au fond de la cour. On apprend comment sont fait les murs, comment sont encadrées les portes (arc supérieur) et en plus, grâce au fond, que les murs ne sont pas monochromes !... Photo réussie (même si on a le droit de ne pas l'aimer !)

Jouer avec les réflexions est un exercice intéressant qui attire de nombreux amateurs, malheureusement, qui dit réflexion ne dit pas réussite à tous les coups !... Il est des cas, comme dans l'exemple que je vous présente ci-dessus, où l'exercice est très difficile voire impossible !... La photo ci-dessus avait tout pour être intéressante (sauf l'exposition que je n'ai pas cherché à peaufiner dans la mesure où je savais que le résultat ne serait pas acceptable !) : l'horizon n'est pas centré, la partie mise en valeur (plus grande surface) est la réflexion, les nuages créaient un superbe ciel, à l'œil la scène était superbe et pourtant, en photographie, l'ensemble est délavé, brouillon, quasiment flou (en apparence seulement, en réalité tout est net !), bref le résultat est nul !... Pourtant, à l'œil, elle était très prometteuse !...

Dans cet autre exemple, par contre, la réflexion donne une profondeur mythique supplémentaire à l'image, pourtant, les conditions de prise de vue étaient les mêmes mais les éléments bien marqués (pieux) dirigent le regard empêchant de le perdre dans des zones non ou mal définies !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


ATTENTION À LA PROFONDEUR DE CHAMP !

À force d'entendre et de lire partout que jouer avec la profondeur de champ donne des effets extraordinaires aux images (effets 3D entre autres), tous les amateurs s'y essaient à corps perdu, sans appréhender pour autant les impératifs ! D'abord, il n'est possible de jouer avec la profondeur de champ que si on possède un objectif « rapide » c'est à dire qui permet une ouverture relative importante (on peut commencer à obtenir des résultats intéressants à partif de f/2.8 -plus ouvert c'est encore mieux-), et, il faut une surface importante de support sensible. Plus le format est grand et plus le jeu de la profondeur de champ est important... En numérique, les petits capteurs des compacts bas de gamme n'offriront aucune possibilité de jeu de profondeur de champ, un format APS-C offrira cette possibilité avec un objectif « rapide » et un plein format avec un objectif moins rapide !...

Sur cette photo issue d'un appareil numérique compact à très petit capteur, on constate que toute la surface de l'image est nette, quasiment de 0 à l'infini. Notez bien que cette propriété n'est pas dépourvue d'intérêt dans certains cas (et inaccessible aux boîtiers de format supérieur !) mais cet avantage sort du cadre de ce paragraphe.

Avec un boîtier APS-C et un objectif rapide -f/2.8- (et une courte distance de mise au point) voilà ce que l'on peut obtenir : une explication totale d'un mur de pierres. En avant plan, très net, on peut voir la structure intime des pierres ainsi que les attaques du temps sur elles, en arrière-plan, flou mais lisible, on peut comprendre la structure du mur. Certes, vous me direz qu'avec un petit capteur (où tout serait net) on pourrait également retrouver ces explications MAIS puisque tout sera net, on aura une image « plate » alors qu'ici, il s'agit presque d'une image « 3D » !...

Pouvoir jouer sur cet effet « 3D » est une excellente chose mais encore faut-il bien comprendre l'effet et ne pas faire n'importe quoi !... Voici des exemples « extrêmes » pour vous faire prendre conscience que cette possibilité d'amélioration (effet « 3D ») peut aboutir à une image sans intérêt :

L'effet « 3D » est ici très évident (!!!) mais que montre cette photo ? Des petites fleurs jaunes ainsi qu'une queue de lièvre et... des tas de taches, rien de plus !... On est loin de l'histoire de la végétalisation des dunes de bord de mer !!! Et pourtant c'était le sujet... il faut vraiment deviner que les taches blanches sont des vagues, que les taches sombres sont des queues de lièvre hors focale !... En plus du fait que cette photo ne nous apprend rien, elle n'est franchement pas belle !... En fait, elle est nulle !...

En modifiant (à peine) le plan de mise au point, avec la même profondeur de champ (très courte), la même photo (à peine décalée) prend une toute autre allure ! On voit que les queues de lièvre vivent sous le vent et qu'il existe également des petites fleurs jaunes (floues mais très explicites !) on en arrive même à accepter les taches d'arrière-plan en supposant qu'il s'agit d'écume ou de nuages, mais cela n'a plus aucune importance, on a notre effet « 3D », notre image est assez plaisante, aucun effort ne nous est demandé pour en tirer du « plaisir »...

Mais on peut décider de faire exactement l'inverse en déplaçant de manière importante le plan de netteté (avec toujours la même faible profondeur de champ !). Maintenant on voit qu'il s'agit de la mer et que, sur la plage, on trouve quelque chose de végétal... on ne sait plus du tout de quoi il s'agit, mais on raconte une toute autre histoire, on conserve notre effet « 3D », l'image est « agréable » et elle nous raconte une histoire diamétralement différente de la précédente... uniquement en changeant le plan de mise au point, en conservant une grande ouverture de diaphragme (la même pour les 3 images), une même composition (à un faible décalage près)...

Et voilà un autre exemple d'effet « 3D » réussi. Personnellement je préfère les faibles profondeurs de champ aux profondeurs de champ infinies, mais c'est mon choix, vous pouvez penser exactement le contraire !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page
NE DÉDAIGNEZ PAS LE POST-TRAITEMENT !

J'entends déjà vociférer au fond de la salle « mais que vient faire le post-traitement dans cette page traitant des erreurs de composition ? »... Pas de panique, vous allez tout de suite comprendre !...

Contrairement à un peintre, un photographe est prisonnier de la réalité, il a bien quelques outils à sa disposition pour contourner certains problèmes mais il est des cas où le meilleur photographe ne pourra strictement rien faire pour sauver une image... Rien ? Pas tout à fait !... Il lui reste le post-traitement. Très souvent, dans le cas précis de cet article, le photographe argentiste aura beaucoup de travail, le numériste, lui, verra sa tâche très simplifiée !...

Pour illustrer le type de problème, comme toujours, je vous ai trouvé un superbe exemple :

Il n'est pas joli ce joueur d'orgue de barbarie ? Mais pourquoi l'avoir collé horizontalement au milieu de l'image et verticalement en bas ? Et pourquoi avoir décapité la roue de son orgue ? Si vous vous étiez baissé un tout petit peu, vous auriez pu conserver son instrument entier, vous auriez pu placer la tête du musicien sur le tiers supérieur en coupant ce grand mur qui n'apporte pas énormément à l'image !... Si vous vous étiez déplacé d'un pas à gauche et effectué une légère rotation à droite, vous auriez placé votre personnage sur le tiers gauche de l'image ce qui aurait fait disparaitre le portail sans intérêt et surtout ce qui se trouve de l'autre côté et qui est perturbateur... Rassurez-vous, à part la roue qui sera difficilement récupérable (mais pas impossible), que ce soit sous l'agrandisseur ou sur un ordinateur, en quelques secondes, vous pourriez obtenir cela :

C'est tout de même un peu mieux, non ? Dommage pour la roue, mais bon, ce n'est pas trop catastrophique ! Seulement voilà, quand je vous disais que le photographe est prisonnier de la réalité : quelle idée a eu ce musicien de se placer à côté de ce panneau super intéressant ? Et quelle idée a-t-il eu de se coller contre le mur ? Le panneau toilettes et le fouillis engendré par la netteté du mur avec ces lianes derrière votre sujet gâchent un peu le plaisir... Bien sûr, même avec un objectif ouvert à f/1.2, il y a peu de chance que vous puissiez estomper ce mur et ce panneau... Donc, passage au laboratoire (ou à l'ordinateur) et en quelques secondes (beaucoup plus en argentique !) :

Eh, eh, on avance !... C'est déjà beaucoup mieux !... Reste ce satané mur !... Et tant que nous y sommes, c'est bien dommage que le visage du musicien soit sous exposé... Retour au laboratoire (ou à l'ordinateur) et en quelques secondes (beaucoup plus en argentique !) :

Voilà qui est beaucoup mieux ! Ok, je n'ai pas peaufiné le travail, le flou est un peu bâclé mais vous voyez l'idée ? En tout et pour tout, j'ai mis moins de deux minutes pour partir de la première image à la dernière (réduction de poids et transfert compris !). J'aurais pu faire encore beaucoup mieux si j'avais tiré la photo en RAW, mais on ne parle pas de labo numérique ici, on parle de composition !... Le même travail en argentique était tout aussi possible, il m'aurait certainement réclamé deux heures, mais, quand on aime, on ne compte pas, correct ?

Donc, démonstration est faite : dans la recherche de la composition parfaite, le post-traitement, systématiquement indispensable, en argentique comme en numérique, peut très bien devenir votre allié !... Ne le dédaignez pas !!!...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page
LE CADRAGE RACONTE UNE HISTOIRE...

Vous entendez à longueur d'articles sur toutes les publications papier et internet qu'il faut essayer de raconter une histoire dans ses photos. Très bien, « mais comment faire ? » dites-vous. Je vous ai déjà donné des pistes, mais pour un débutant, sachez que travailler le cadrage peut très bien être suffisant pour atteindre son but ! Et puis, le cadrage est certainement la recette la plus simple pour créer une histoire sans ses photos ! Je vais vous faire une petite démonstration à partir d'une photo mal cadrée qui ne dit rien et de la recadrer rapidement pour qu'elle devienne signifiante !

Voici donc l'image originale, spécialement créée pour être nulle :

On pourrait dire que la composition n'est pas mauvaise en soi. La photo nous donne une impression de profondeur grâce aux alignements de piquets et aux barbelés qui impriment un chemin vers le fond. La limite terre/ciel est déportée vers le haut précisant que le sujet de la photo n'est pas le ciel, donc l'histoire se situe sur la terre. On a un avant plan et un arrière-plan, c'est pas mal. On a des jeux d'ombre et de lumière, c'est bien. On a deux masses qui se font face (vache - couple femme+chien). Mais c'est guère tout ! Que nous montre cette photo ? Une scène champêtre sans grand intérêt (et je suis gentil !). Quel est le sujet ? On ne le sait pas très bien... La femme ? Le chien ? La vache ? Pour raconter une histoire, cela commence mal !...

Je vous proposerai donc de ne rien changer, d'ailleurs je vais reprendre exactement la même image, mais nous allons quelque peu la découper grâce à l'informatique. Bien sûr, dans la vraie vie, il aurait été préférable de s'avancer vers les personnages et de tourner un peu sur soi-même...

Voilà le résultat que je vous propose :

Je n'ai touché à rien (!), le ciel est toujours minoritaire (un peu plus que sur l'original, mais cela est assez secondaire), j'ai conservé la profondeur dans l'image, j'ai conservé un premier plan et un arrière-plan (même si l'élément de premier plan n'est plus vraiment le même, mais cela est totalement secondaire), j'ai conservé les jeux d'ombre et de lumière (mais cela est également secondaire). Par contre, le simple recadrage a mis en évidence les deux masses (que l'on ne faisait que deviner sur l'image originale) et cela fait toute la différence ! La masse de gauche (la vache) et la masse de droite (femme + chien) maintenant s'équilibrent et s'opposent car situées idéalement de part et d'autre du centre de l'image (sur les lignes de force verticales -règle des tiers- on trouve la tête de la vache et celle de la femme). Une ligne de force (règle des tiers) passe par l'œil de la femme et celui de la vache, il se produit donc quelque chose à ce niveau... Le regard des protagonistes créent une lutte psychologique. En plus, le regard du spectateur de la scène fait un va-et-vient incessant d'une masse à l'autre, comme s'il assistait à un combat de catch ou de boxe juste avant l'assaut...

Certes, ce n'est pas une histoire spectaculaire ou extraordinaire qui est racontée ici, mais il n'est certainement pas nécessaire de raconter une grand histoire pour créer une bonne image !...

Il existe théoriquement d'autres histoires à raconter avec cette photo et qui nécessiteraient d'autres cadrages, mais vous avez compris le but de cet article...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page
ATTENTION AUX ÉLÉMENTS PERTURBATEURS !

Vous savez déjà qu'il suffit d'un rien pour tuer une photographie... Parfois, dans le but de replacer une action dans son contexte, on choisit une composition assez complexe et, tellement polarisé sur la composition et les autres paramètres, vous finissez par laisser passer un petit détail qui gâchera tout !... Pour bien illustrer le problème, je vous ai créé de toute pièce un exemple à ne pas reproduire :

Vacances en bord de mer, une photo d'un photographe qui photographie son chien, le sujet peut être sympa. Les reflets sur le sable mouillé peuvent être intéressants mais ne représentent pas trop la mer... Vous avez bien pensé à créer une profondeur dans l'image, vous avez appliqué avec bonheur la règle des tiers, vous avez bien joué avec l'espace négatif, vous avez su jouer des contrastes grâce à une sous exposition modérée et cette belle tache rouge MAIS vous avez voulu intégrer un peu de mer, pour faire souvenir de vacances je suppose... Erreur fatale ! Ce petit bout de mer a :
- coupé la photo en deux (pas bien !)
- créé une diagonale qui prend toute l'importance dans l'image (pas bien !)
- crée un horizon pentu (coin supérieur gauche) (pas bien !)
- crée une frontière tangentielle aux deux personnages induisant une accroche de l'œil totalement hors de propos. (pas bien !)

Eh oui, une simple petite vaguelette a totalement tué une image potentiellement agréable !...

Le plus catastrophique de l'image finale est l'horizon de biais. Il est possible de recadrer l'image pour corriger ce problème. Vient ensuite l'énorme problème de la limite eau/sable. Cette ligne n'était évitable qu'en changeant de point de vue, s'avancer un peu et utiliser un cadrage en plongée, et encore, sans certitude de réussite... C'est malheureux à dire mais cette photo qui peut être un bon souvenir de vacances n'aurait jamais dû être créée !... Les conditions environnementales jouaient contre vous. Cela casserait la spontanéité, mais il aurait été préférable de recréer artificiellement la scène un peu plus loin de l'eau et intégrer les deux personnages dans un espace négatif constitué exclusivement du reflet des nuages... cela aurait créé une ambiance onirique des plus intéressantes... Dommage !...

Penser aux règles de composition c'est bien... mais ne vous polarisez pas sur ces règles !... Envisagez la totalité du contenu de votre viseur avant de déclencher... et, si vous n'êtes pas totalement satisfait de ce que vous voyez, ne déclenchez pas !... Cherchez un autre point de vue si possible, sinon, abandonnez l'idée, il vous en viendra d'autres...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


 


Flag Counter

En savoir plus