Accueil
Index général
Contacter le Webmaster
Note de copyright
Particularités & fonctionnement
Vous pouvez participer
Appel aux internautes
Liens
Dernières mises à jour
Le livre d'or
Qui suis-je ?
Mon matériel (chéri)
La page des débutants
Quelques cotes
Ma galerie photographique
Ma carte blanche
Le tableau d'honneur
Historique de l'appareil photographique
La grande histoire de Pentax®
Les appareils photographiques de l'Est
Quelques modes d'emploi introuvables
Un petit « cours » de photographie
L'alphabet russe
Les logos des marques
Des bricolages pour photographes
Les mauvais plans à éviter absolument
Les théories influençant la photographie
Les fiches techniques
Mise au point sur...
Les secrets d'une photographie
Les tests approfondis
Les tests improbables
Quid du M42 ?
La photo vue par la toute jeune génération
Faire ses débuts en photo argentique
Faire ses débuts en photo numérique
Analogique | Numérique - Une alternative
Manifeste pour la lenteur en photographie
Questions & tuyaux en photo numérique
Quel objectif pour reflex Pentax numérique ?
Un fantasme devenu possible ?
Les foires à la photo - Dénicher des occaz
Un petit tour au laboratoire
Un peu de labo numérique
Choisir son appareil photographique
Quel appareil pour quelle photo ?
Choisir son (ses) objectif (s)
Choisir son statif
Quels accessoires envisager ?
Utiliser / faire revivre les filtres
Vérifier son matériel
Que penser des Kiev et de ceux qui les modifient ?
Acheter un appareil soviétique ?
Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire !
Les lois d'une nouvelle expérience photographique
De l'acte photographique
Le grand match
Prendre soin de ses appareils photographiques
Où faire réviser/réparer son appareil photo ?
Composition : erreurs fréquentes à éviter plus conseils
Techniques photographiques évoluées
Programmer sa propre évolution photographique
Retrouver l'inspiration photographique
Créer un studio « professionnel » à moindre frais
Projets d'expérimentations
Expériences de paléophotographie
Parlons matériel (pas marque !)
Mes photographes préférés
Quid de la lomographie ?
Dernière minute
Questions / Réponses
1001 trucs à connaître
Et si on essayait de comprendre les photos ?
Et si on essayait l'originalité ?
Et si on s'essayait à la macrophotographie ?
Et si on s'essayait au panoramique ?
Et si on s'essayait à la trichromie ?
Et si on s'essayait à l'autochrome ?
Et si on s'essayait au noir et blanc créatif ?
Et si on se construisait un appareil sténopé ?
Et si on s'essayait au moyen format ?
Et si on s'essayait au grand format ?
Photographier sans lumière ?
Photographier avec un smartphone/une tablette
Photographier avec un compact bas de gamme
Ces petits trucs qui changent tout
La photographie itinérante
Les styles en photographie
La petite histoire d'une photographie
Devenir meilleur photographe
Équipement logiciel de qualité à bas prix !
Que peut-on attendre des logiciels photo ?
Divagations
Peut-on protéger ses créations ?
Le coin des polémiques
Hommage à FERNAND BIGNON
Lettre ouverte aux (futurs) argentistes
Les photographes sont tous C H A R L I E

 

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

J'ai envisagé, dans une autre page de mon site www.thydelor.eu, le choix de votre boîtier, j'ai complété cette page par l'analyse des avantages/inconvénients des types de boîtiers en fonction du type de photographie, il me restait à envisager quelques pistes (indispensables) pour le choix de ses objectifs... En fin d'article, j'ai ajouté quelques notions capitales (surtout pour les débutants), afin de permettre à tous de ne pas se tromper...

Si vous appréciez cette pagee, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Contrairement au choix du boîtier, le choix de l'objectif est plus délicat, en effet, outre le prix -parfois fantaisiste-, ce choix vous engagera pour longtemps, longtemps... longtemps... et une erreur aura longtemps un goût amer !!!

Pour envisager le plus simplement possible ce choix, je vais essayer de partir d'un type de photographie et essayer de voir quel objectif serait le mieux adapté à ce type de photographie...

Dans cette page, il n'est pas question de faire de différence entre le monde argentique et le monde numérique, les paramètres à prendre en compte sont strictement identiques. Il n'est pas non plus question de faire une différence en fonction du format utilisé (grand format/moyen format/petit format argentique OU moyen format/petit format/APS/mini format numérique). Pour mettre les choses au point, quand je parlerai de focale, je parlerai de valeur pour un film 35mm (24x36) ou pour un capteur numérique plein format (24x36). A vous de corriger si vous envisagez un format différent sachant que :
- 50mm (24x36) = 35mm (APS-C Pentax/Nikon/Sony)
- 50mm (24x36) = 31mm (APS-C Canon)
- 50mm (24x36) = 38mm (APS-H Canon)
- 50mm (24x36) = 75mm (moyen format 45x60)
- 50mm (24x36) = 80mm (moyen format 60x60)
- 50mm (24x36) = 103mm (moyen format 60x70)
- 50mm (24x36) = 109mm (moyen format 60x80)
- 50mm (24x36) = 119mm (moyen format 60x90)
- etc...

Ce petit programme Windows ici pourrait vous aider. Et si vous ne souhaitez pas utiliser un exécutable ou si vous travaillez sous environnement autre que Windows (Linux, Mac OS, etc...) vous pouvez utiliser cette feuille de calcul Excel ici.

Attention : ce programme et cette feuille de calcul sont protégés par un copyright de Thierry Delorraine, vous pouvez les utiliser à loisir, gratuitement, mais merci de respecter les droits de l'auteur en ne les distribuant pas (gratuitement ou contre rétribution !!!) mais en distribuant l'adresse de mon site (www.thydelor.eu/)

J'ai dit plus haut que je ne ferai pas de différence entre l'argentique et le numérique. Ce n'est pas tout à fait vrai... dans la mesure où les capteurs numériques possèdent des particularités qu'aucun film n'aura jamais à déplorer alors le choix de l'objectif devra impérativement tenir compte de ces différences. De la même manière j'ai dit que je ne ferai pas de différence entre formats, ce n'est pas tout à fait vrai non plus... dans la mesure où certains formats ont des particularités que d'autres n'ont pas !!! Mais ne vous inquiétez pas, je ne créerai aucune sous rubrique imbriquée qui vous perdra en route, ..., simplement une parenthèse dans chaque paragraphe...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Caractéristiques générales L'objectif « universel »
Quand le type photographique « impose » le choix Autres éléments à considérer
Quid des diaphragmes variables ? Caractéristiques typiques pour une utilisation spécifique
Votre objectif de prédilection Et maintenant ?
Mise au point sur les focales ("réservé" aux débutants)  

CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES À PRENDRE EN COMPTE AU MOMENT DU CHOIX

Le rapport qualité de fabrication / qualité optique / prix

Quelle que soit la marque de l'objectif qu'il "vous faut", même s'il est tentant de s'orienter systématiquement vers la finition "luxueuse" de la marque, cela ne garantit pas pour autant de meilleurs résultats... Bien sûr, la finition sera au top, le fût sera métallique mais arrivé à l'heure des tests, très souvent, les résultats ne seront pas meilleurs (ils pourront même être pires dans certains cas !) que leur équivalent de la gamme "classique", bien sûr en finition moins soignée, avec un fût en plastique (très solide, soyez en sûr... j'ai testé !!!) et la différence de prix peut aller du simple au double !!!

Bon, je ne critiquerai pas ceux qui préfèrent arborer un objectif * ou Limited plutôt qu'un L de Pentax (le L de Pentax signifie Léger et pas Luxe !!!) ou un L de Canon plutôt qu'un simple USM (chez Canon c'est le contraire, le L signifie Luxe et pas Léger !!!) mais posez-vous systématiquement la question de savoir si l'aspect extérieur a tant de valeur que cela à vos yeux ou si c'est le résultat final qui compte... avec cette simple différence, vous pourriez vous créer un véritable parc d'objectif de haute qualité pour le prix d'un seul objectif "haut de gamme"... Là je n'ai pas de réponse toute prête, chacun doit voir midi à sa porte !...

La marque de l'optique

Même s'il est de notoriété publique qu'un objectif Canon soit une véritable perle (c'est également le cas de Pentax ou Nikon !!!) faut-il absolument se détourner des fabrications de marques tiers telles Sigma Tamron et autre ? Si vous tenez compte de la remarque précédente, il se peut très bien qu'un objectif de "seconde monte" soit plus intéressant et moins cher que l'équivalent de "première monte". Attention, ce n'est pas systématiquement le cas... vous risquez de trouver moins bien et plus cher chez les concurrents indépendants, il faut donc toujours analyser les propositions commerciales avant de vous "lancer"...

ATTENTION... il existe des marques de "deuxième monte" qui proposent du matériel bien supérieur aux marques de "première monte". Ils sont bien plus chers mais bien meilleurs (souvent)... Je pense à des marques comme Zeiss, Schneider etc... N'allez pas essayer de comparer des optiques Zeiss ou Schneider à des Tamron ou des Sigma !!! Elles ont toutes droit de cité mais ne jouent vraiment pas dans la même cour !...

La mécanique de l'optique

Certains objectifs proposent une mise au point interne ce qui fait que les dimensions de l'objectif ne varies pas lors de la mise au point alors que d'autres continuent à s'allonger. Cela peut être un avantage de conserver une longueur fixe (pour la macrophotographie par exemple) mais ce n'est pas systématiquement obligatoire donc il faut analyser ses besoins et la différence de prix entre les deux systèmes.

Certains objectifs présentent une lentille frontale qui tourne lors de la mise au point alors que d'autres présentent une lentille frontale fixe. Si vous achetez le premier type d'objectif, sachez que vous vous priverez à jamais de l'utilisation de pas mal d'accessoires qui se fixent sur la face avant de l'optique. Mais la majorité d'entre nous n'utilisera jamais le moindre accessoire à fixer sur l'extrémité distale de l'objectif... Cette caractéristique entraînant également une différence de prix, il est important de prédéfinir ce que vous allez faire avec votre nouvel objectif dans l'avenir...

Certains zooms s'allongent lors du changement de focale, d'autres non... Cette différence présente également des différences de tarif... Posez-vous la question de savoir si l'allongement vous pose un problème ou non. Et il y a la question du transport : un objectif qui s'allonge au changement de focale sera beaucoup plus compact (en position courte) qu'un objectif de taille fixe et occupera beaucoup moins de place dans votre sac photo.

L'aspect général de l'objectif

Cette remarque est surtout valable pour les objectifs Canon : avez-vous systématiquement besoin d'un objectif blanc ou à bague rouge ? Il existe d'autres cailloux qui font aussi bien que les "blancs" tout en étant "noir", sans bague rouge et... moins chers...

Le poids de l'objectif

Ce paramètre rarement pris en compte est pourtant très important ! Si « ça fait bien » de posséder un gros objectif, « ça » oblige à promener un objectif très lourd !!! Bien sûr, selon la luminosité de l'objectif (taille des lentilles), il y a toujours un poids minimum au dessous duquel il est impossible de descendre mais il faut insister sur le fait qu'à qualité égale il est toujours préférable de choisir l'optique la plus légère ou d'accepter de "traîner" un objectif d'une tonne PLUS un trépied d'une tonne... La stabilisation optique de l'objectif [chez Canon ou Nikon] (ou la stabilisation assurée par le boîtier [chez Pentax ou Sony]) ne suffisant pas à compenser vos tremblements, surtout s'il s'agit d'une longue focale !...

La stabilisation de l'objectif

Canon et Nikon ont confié à leurs objectifs le soin de gérer les tremblements du photographe, Pentax et Sony demandent cet effort au boîtier. Les deux philosophies ont leurs avantages et leurs inconvénients. Les propriétaires de Pentax ou de Sony ne sont pas concernés par la stabilisation optique des objectifs, pour les autres, il va falloir choisir entre un objectif stabilisé, plus lourd et plus cher ou un objectif non stabilisé et moins cher et ce à qualité optique équivalente !...

On s'accorde tous à dire qu'il faut utiliser une vitesse d'obturation égale à l'inverse de la focale d'un objectif ou d'utiliser un statif (mono ou tripode), soit 1/100ème de seconde pour un objectif de 100mm. Avec la stabilisation, on peut gagner généralement entre 2 et 4 diaph', cela veut dire qu'avec un objectif de 100mm, on peut se permettre d'utiliser une vitesse comprise entre 1/25ème et 1/8ème de seconde (attention, le gain de 4 diaph' est souvent indiqué sur l'étiquette mais rarement atteint !!!)

Sachant cela, si votre style photographique s'accommode sans souci de l'utilisation d'un statif, avec la différence de prix d'un objectif stabilisé (par rapport à un non stabilisé) vous pourrez vous offrir un statif et économiser sur les autres objectifs non stabilisés de votre parc... Si vous comptez faire de la macrophotographie, sachez que cette "spécialité" n'est que rarement ouverte à la prise de vue à main levée puisqu'aux rapports de reproduction élevés la stabilisation ne pourra plus rien pour vous !... Donc macro = objectif non stabilisé (moins cher) en privilégiant une qualité supérieure pour atteindre le même prix qu'un objectif de moins bonne qualité mais stabilisé...

Encore un tuyau : si vous achetez un objectif « compatible Full Frame » stabilisé et que vous le montez sur un boîtier APS-C, sa focale sera multipliée par 1.5 ou 1.6 MAIS sa stabilisation sera toujours en rapport avec sa focale "Full Frame" !... Je m'explique : Supposons que vous possédiez un boîtier principal Full Frame et un boîtier secondaire APS-C qui peuvent accepter tous les deux les optiques "Full Frame". Si vous utilisez (par exemple) un 100mm stabilisé sur votre full frame et que vous constatez que vous disposez d'une marge de 3 diaphragmes (par exemple), à la seconde où vous montez cet objectif sur votre APS, il deviendra un 150mm ou un 160mm (selon la marque) mais les capacités de la stabilisation ne changeant pas, vous ne pourrez certainement plus espérer gagner 3 diaphragmes !!! Même si le boîtier APS est plus léger que le boîtier Full Frame et qu'il vous fera moins trembler, pensez systématiquement que le multiplicateur de focale baissera les capacités de stabilisation de manière drastique !... L'idéal étant de faire des tests, il faudra tester chaque optique stabilisée sur les deux boîtiers pour "découvrir" les capacités de la stabilisation selon la focale apparente de l'objectif (et non la focale réelle !)...

La luminosité de l'objectif

Tout le monde sait, sans avoir besoin de lire mon site, que plus un objectif est lumineux et plus il vous ouvre des horizons. Mais attention, la course au grand diaphragme peut vous pousser à commettre bien des erreurs...

À focale et marque et gamme identique, un objectif qui "ouvre" à f/1.2 vaudra facilement le double de celui qui "ouvre" à f/1.4 alors que vous ne gagnez qu'1/3 de diaph (!!!) ainsi, vous faut-il absolument l'objectif le plus lumineux ?

Saviez-vous qu'en numérique, plus l'objectif est lumineux et plus il est frappé d'un défaut qu'on nomme aberration chromatique transversale (qui n'a rien à voir avec l'aberration chromatique latérale) qu'il est quasiment impossible à corriger en post traitement (contrairement aux aberrations chromatiques latérales). Ainsi, vous faut-il absolument l'objectif le plus lumineux ? Le même objectif ouvrant à f/2.8 et qui coûtera peanuts (comme disent les anglophones) par rapport au f/1.2 et qui vous gratifiera de l'absence de telles aberrations chromatiques ne serait-il pas plus adapté, même s'il vous fait "perdre" 2 diaph 1/3 ? Puisque le f/1.2 perdra ses aberrations chromatiques à f/2.8 en moyenne, vous vous retrouverez au même point... Bon, d'accord, le caillou f/1.2 atteindra son summum de qualité à f/3.5~f/4 alors que votre f2.8 ne l'atteindra qu'à f/8~f/9... tout n'est que question de compromis en photographie...

Vous savez que la profondeur de champ est fonction du diaphragme. Mais saviez-vous qu'à f/1.4, pour peu que vous soyez assez proche de votre sujet, vous aurez un flou d'arrière plan extraordinaire mais qu'il vous sera impossible de faire une mise au point idéale ?... Si vous voulez mettre au point un portrait (par exemple), pour peu que le modèle ne soit pas strictement perpendiculaire à l'axe optique de l'objectif vous aurez un œil net et l'autre flou tellement la profondeur de champ est courte... Je ne vous parlerai donc pas d'un objectif plus lumineux que f/1.4 !... Avec un objectif f/2.8, en vous approchant de quelques centimètres, vous auriez le même genre de flou d'arrière plan mais avec une profondeur de champ permettant d'obtenir le portrait ci-dessus parfaitement net et expressif !...

Reste la photographie en basse lumière... il est évident que plus l'objectif est lumineux et plus on peut se permettre de limiter la sensibilité du film/capteur et le temps d'exposition... reste à faire le choix raisonné entre luminosité et prix. L'idéal étant de se construire un parc d'objectifs ouvrant tous à plus de f/1.4 mais, à moins de gagner au loto, ce parc d'objectif sera très limité !...

Sachez également que les boîtiers numériques ont des capacités de sensibilité ISO élevées et que le bruit de hauts ISO apparaît relativement loin dans la gamme de sensibilité, même pour les boîtiers en entrée de gamme !... Ainsi, un objectif "ouvrant" à f/2.8 doit déjà être considéré comme un objectif "rapide", qu'un objectif à f/4 voire même f/5.6 n'a rien de péjoratif en numérique sauf cas particulier de sujets se déplaçant rapidement dans une atmosphère sombre (chasse photo par exemple).

Il existe un paramètre moins bien connu : plus un objectif est lumineux et plus la mise au point sera facile ! Si vous possédez un reflex (numérique ou argentique) équipé d'un système autofocus, vous trouverez systématiquement dans le mode d'emploi un paragraphe expliquant les qualités de mise au point en fonction de la luminosité de l'optique... Certains systèmes autofocus sont dans les choux dès que la luminosité de l'objectif "tombe" sous les f/5.6, d'autres supportent encore les f/8. Mais il en va de même en mise au point manuelle et encore plus si votre dépoli est équipé d'un stigmomètre à champs coupés où, dès que la luminosité de l'objectif tombe sous une certaine valeur, vous aurez un assombrissement de la moitié du stigmomètre...

La formule optique de l'objectif

Sans vouloir se lancer dans des études d'optique (ce n'est vraiment pas nécessaire ! lire les tests sur des sites "autorisés" suffit grandement !) il faut être très attentif aux capacités d'un objectif à couvrir la totalité du support (film/capteur). Si les formats APS ne sont pas très demandeurs, du fait à leur petite surface, les capteurs plein format (full frame) ou les films sont beaucoup plus sensibles aux problèmes de vignetage à pleine ouverture ! Un "bon" objectif est un objectif qui n'entraîne pas ou peu de vignetage à pleine ouverture !!! Je rappelle que le vignetage est l'assombrissement dans les coins de l'image.

Le traitement des lentilles de l'objectif

Un "bon" objectif devra être en mesure d'empêcher ou de bien réduire les problèmes de "flare" (reflets). Aucun objectif n'est totalement épargné, c'est pourquoi l'utilisation du pare-soleil est encore indispensable... mais les plus mauvais objectifs en sont victimes malgré le pare-soleil...

La résolution de l'objectif

Si, dans le monde de l'argentique, ce paramètre n'est pas capital (hormis les "culs de bouteille" tous les objectifs ont une résolution suffisante pour les films), dans le monde numérique, avec l'augmentation du nombre de pixels, ce paramètre est capital au moment du choix ! Paramètre d'autant plus capital que les traitements d'image intégrés aux boîtiers diminuent la résolution finale, autant partir d'emblée avec des optiques les plus "piquées" possibles. Lire les tests des sites "autorisés" pour connaître la résolution de tout objectif avant achat...

La forme et le nombre d'ailettes du diaphragme

La qualité de l'image finale se détermine en grande partie avec le bokeh (mot japonais voulant dire "qualité du flou d'arrière plan"). Ce bokeh dépend beaucoup du nombre de lamelles composant le diaphragme (ainsi que leur forme). Si vous hésitez entre deux objectifs, choisissez toujours celui qui vous offre le meilleur bokeh (tous les sites de test "autorisés" vous donneront des pistes à ce sujet).

Le système de mise au point

Il existe des objectifs à mise au point manuelle, d'autres dits "autofocus" (mise au point automatique). Cette mise au point automatique se fait via des moteurs qui peuvent être mécaniques (lents et bruyants) ou des moteurs ultrasoniques (rapides et silencieux). La différence de prix est énorme entre ces deux types de moteurs et la différence est encore plus importante entre les moteurs ultrasoniques et les objectifs à mise au point manuelle !... Posez-vous la question de savoir si vous avez réellement besoin d'un système ultrasonique ou non. Sachez qu'une mise au point manuelle est plus longue mais bien plus précise. Certains objectifs permettent de rectifier manuellement la mise au point automatique simplement en faisant tourner la bague de mise au point, d'autres non. Cette caractéristique est intéressante mais influence le prix également, à vous de voir si cet accessoire est indispensable dans votre pratique de la photo.

Le prix de l'objectif

Cette notion est sous entendue depuis le début de la page ! J'ai systématiquement précisé qu'il fallait se poser la question mais il faut toujours garder présent à l'esprit qu'en matière d'optique (ailleurs aussi, mais là plus particulièrement !) vous obtenez ce pour quoi vous payez ! Courir les prix bas n'est pas forcément un bon calcul ! Il est, et de loin, préférable de limiter son parc d'objectif et se limiter à des objectifs de qualité (d'un point de vue résultat) que de collectionner des centaines d'optiques de qualité médiocre !...

Retour en haut de la page.

L'OBJECTIF « UNIVERSEL »

Je ne vais pas reprendre ici le fantasme de l'objectif universel sous la forme d'un zoom 1~1000mm f/1.0, qui, bien "qu'universel" serait sinon infaisable, au moins intransportable et hors de portée de Crésus lui-même... Mais, disons-le tout net, l'objectif universel existe, il est utilisable dans tous les domaines de la photographie, il est d'une qualité supérieure, n'engendre aucune déformation, est très lumineux, très léger et très peu cher !... Eh oui, réunir toutes ces qualités en un seul caillou est possible, et pour peu qu'il possède un excellent traitement des lentilles, même avec les appareils numériques exigeants, n'entraînera ni aberration chromatique (ou très peu) ni vignetage (ou très peu), je ne vais pas vous faire languir plus longtemps... laissez moi vous présenter : l'objectif normal !...

Et oui, le 50mm (ou l'équivalent pour les autres formats) est tout cela à lui tout seul ! Ce n'est pas pour rien qu'à l'époque (bénie) de l'argentique c'était l'objectif de première monte... avant que n'apparaisse le zoom trans standard de qualité très moyenne qui équipe d'origine tout appareil photo numérique...

Si vous ne devez acheter qu'un seul objectif, n'hésitez pas une seule seconde ! Votre plus fidèle compagnon photographique sera le 50mm lumineux (f/1.4 est idéal, plus lumineux c'est beaucoup plus cher et n'apporte pas beaucoup plus que des aberrations chromatiques longitudinales)... Toujours avec vous, prêt à tous les exploits, dans toutes les situations même les plus difficiles de faible luminosité, sans nécessiter de stabilisation puisqu'à champ "normal"... Ce n'est pas un hasard si tous les grands photographes de l'histoire se sont toujours limités au 50mm... ce n'était pas par avarice !...

Retour en haut de la page.

QUAND LE TYPE DE PHOTOGRAPHIE « IMPOSE » UN CHOIX D'OBJECTIF

Avant d'aller plus avant, il faut que je signale que si j'ai placé le mot impose entre guillemets c'est qu'il ne s'agit pas d'une règle absolue ! En photographie rien ne peut et ne doit être pris pour parole d'Évangile !... J'ai dit plus haut que le 50mm s'accordait parfaitement à tous les types de photographies, mais cela peut également être le cas de toutes les autres focales à condition de connaître les points forts et les limites de chaque focale !!! Vous pouvez laisser libre cours à vos tests et volontairement utiliser un objectif à priori inapproprié à la photo que vous êtes en train de faire et obtenir d'excellents résultats !... Ce qui suit n'est qu'une liste des objectifs les plus appropriés à un type de photographie et pas la liste exhaustive de ce qui peut être (ou doit être) utilisé !!!

La macrophotographie

La macrophotographie se définit comme une photographie prise de très près du sujet de façon à reproduire le monde réel au moins à un rapport de grossissement de 1:1. En deçà du rapport 1:1 on parlera de proxiphotographie, au delà de 5:1 on parlera de microphotographie. Mais qu'est-ce donc que ce rapport de grossissement de 1:1 ? C'est très simple, un objet mesurant (par exemple) 10mm dans la vraie vie occupera une longueur de 10mm sur votre film ou votre capteur. Un rapport 1:2 signifie qu'un objet de 10mm dans la vraie vie occupera 5mm sur votre film ou votre capteur et un rapport 5:1 signifie qu'un objet de 10mm dans la vraie vie sera représenté par 50mm sur votre film ou votre capteur.

Cet article n'étant pas un cours sur la macrophotographie, je ne poursuivrai pas, j'ai juste précisé ce point pour vous permettre de comprendre la suite !...

Il est possible de faire de la proxiphotographie avec n'importe quel objectif courant. Il est également possible de faire de la macrophotographie avec n'importe quel objectif courant pour peu qu'on utilise des "astuces" techniques à type de bonnettes, de tube allonge, d'inverseur d'objectif ou autre... Ces différents moyens permettant même, sous certaines conditions, de faire de la microphotographie... MAIS cet article traitant des objectifs (pas des accessoires) je ne parlerai que des objectifs macro.

Première chose importante : ce n'est pas parce que vous pouvez lire le mot "macro" gravé sur le fût d'un objectif qu'il s'agit d'un objectif macro !!! Certains fabricants estimant que leur objectif est capable de faire la mise au point à très courte distance estiment (commercialement !!!) judicieux de les appeler "macro" ce qui est loin d'être systématiquement le cas !!! D'où l'importance des explications en début de chapitre : si vous ne trouvez nulle part sur votre objectif (ne serait-ce que sur la bague de mise au point) l'indication 1:1 (ou plus, c'est à dire 2:1, 3:1 etc.) vous n'êtes pas en présence d'un objectif macro !!!

Je pense que vous avez déjà compris ce que je veux vous dire : si vous souhaitez faire de la macro, il ne faut pas hésiter une seconde... il vous faut un objectif macro, tous les autres systèmes sont des pis-aller présentant plus d'inconvénients que d'avantages...

Le cahier des charges (d'un point de vue optique) impose des traitements et des formules particulières pour permettre une reproduction à 1:1 (ou plus). C'est pourquoi, un objectif macro est plus cher qu'un objectif "classique" (non macro). Mais pour ces mêmes raisons, un objectif macro sera toujours beaucoup plus piqué qu'un objectif "classique", si piqué que certains puristes refusent d'utiliser un objectif macro pour faire autre chose que de la macro, même si, techniquement, rien ne les en empêchent...

Les objectifs macro sont, dans 99,99% des cas, des objectifs "universels", c'est à dire qu'ils peuvent aussi bien faire de la macrophotographie que de la photographie "classique" avec mise au point possible à l'infini. Ces objectifs permettent une reproduction 1:1 mais pas plus. Il existe toutefois une exception : Canon propose à la vente un objectif "macro stricte" : le MP-E 65mm f/2.8 qui permet une reproduction de 1:1 à 5:1 mais qui est incapable de faire une mise au point à "longue" distance, ne serait-ce que par l'absence de bague de mise au point !!!. Cet objectif est un fantasme pour tout non canoniste mais son prix et son champ d'utilisation "restreint" ne font pas de lui un best seller !!!

On trouve sur le marché des objectifs macro de toute focale, aussi, comment choisir ? Quelle que soit sa focale, tous les objectifs macro auront la même qualité (dans une même gamme !!!) la seule chose qui les différencie est la distance qui sépare la lentille frontale de l'objectif du sujet à photographier. Plus la focale sera longue et plus cette distance sera importante. Si, pour vous, la macro consiste à photographier au rapport 1:1 des objets inanimés, la question de la focale ne se pose pas, si, par contre, vous souhaitez photographier des insectes vifs et craintifs, il faudra vous tourner vers des focales plus longues (et donc plus lourdes et plus chères). Le meilleur compromis, à mon avis, est de choisir un objectif de 100mm (90 à 105mm selon les marques).

Il existe sur le marché des objectifs à mécanique de mise au point interne. Ce système permet de conserver la longueur de l'objectif constante même en tournant la bague de mise au point. Ce système est très intéressant mais malheureusement il ne s'est pas généralisé !... Dans la mesure du possible, surtout en macro, si vous hésitez entre deux objectifs, choisissez toujours celui qui conservera une longueur fixe... cela vous facilitera grandement la vie.

De même il existe encore sur le marché des objectifs dont la lentille frontale tourne en même temps que la bague de mise au point... Dans la mesure du possible, évitez ce genre d'objectif au design antédiluvien...

Optique stabilisée ou non ? Voilà un autre débat qui n'a pas fini de faire couler de l'encre !!! À mon avis, puisque l'utilisation d'un statif est quasi obligatoire en macro et qu'à un rapport de grossissement 1:1 aucun système de stabilisation ne sera efficace, autant choisir un objectif non stabilisé. On me répondra (avec raison) qu'en cas d'utilisation de son objectif macro en dehors de la macrophotographie, cette stabilisation pourra être utile... Mais, qu'il s'agisse d'un 50mm ou d'un 100mm, aucun d'entre eux ne devrait poser de problème à la visée (à 180mm ce n'est plus vrai !). Donc disons que si vous avez les moyens de vous offrir un macro stabilisé, allez-y, sinon économisez 50% du prix. Si vous envisagez un 180mm macro, pas de question à se poser... stabilisation de rigueur. Si vous utilisez un 100mm ou plus que vous montez sur un APS, stabilisation (puisque 100mm en APS-C = 150mm chez Pentax, Nikon et Sony et 130mm ou 160mm chez Canon).

Le portrait

L'élément principal à prendre en compte pour ce type de photographie est l'absence totale de déformation... si on souhaite éviter les caricatures !... De ce fait, il est important de se limiter aux objectifs à focale allant de modérément longue à longue. Un autre point capital est la profondeur de champ qui doit être la plus faible possible (jusqu'à une certaine limite !).

Et nous avons là toutes les caractéristiques d'un téléobjectif lumineux (puisque plus l'ouverture du diaphragme est grande et plus la profondeur de champ est limitée ! Plus la focale est longue -mais pas trop- et moins on observe de déformation -à une certaine grande valeur de focale les déformations réapparaissent-).

Le choix de la focale est déterminé par ce que le photographe et le modèle considèrent comme l'espace vital minimum qui doit exister entre eux : Un 50mm (qui n'est pas un téléobjectif mais qui trouve bien sa place ici aussi !) obligera à diminuer la distance modèle/ photographe... d'où une certaine "intimité", alors qu'un 200mm augmentera énormément cette distance... avec peut-être un éloignement excessif. L'objectif considéré comme "idéal" dans ce cadre se situera entre 75 et 150mm. Pour ce qui est de la profondeur de champ, si on trouve des 85mm qui ouvrent à f/1.2 ou f/1.4 (hors de prix) on préférera probablement un 85mm f/1.8 à f/2.8 beaucoup plus accessible. Pour les focales plus longues, on sera obligé de se "limiter" à f/2.8, ce qui sera déjà très bien...

Le choix du zoom peut être judicieux mais uniquement s'il propose une large ouverture constante. Dans ce cas de figure, il faudra se limiter aux focales > à 50mm. Un zoom 70~200mm f/2.8 serait un excellent choix à condition d'en avoir les moyens !...

Bien sûr, pour peu que l'on joue sur la focale (longue) et la distance modèle/photographe (courte), un diaphragme à f/4 est tout à fait envisageable, rendant l'investissement très raisonnable...

On trouve également sur le marché des objectifs "soft focus" (très chers) qui permettent d'obtenir un "flou artistique" variable du meilleur effet en portrait surtout que ce flou induit ne touche pas les contours du visage et montre bien que la mise au point était tout à fait convenable !... Mais si on recherche le "flou artistique" et qu'on n'est pas disposé à acheter un "soft focus", si l'on n'est pas trop regardant sur la profondeur de champ, utiliser un diaphragme de f/16 (en fait de f/11 à f/22), de par l'effet de diffraction qu'il induit, vous donnera des portraits "bien doux"...

Objectif stabilisé ou non ? Tout est question de focale et de poids du matériel ! Avec une focale inférieure à 150mm, pour peu que l'objectif ne soit pas trop lourd (et qu'on ne travaille pas en APS), la stabilisation n'est pas indispensable, dans les autres cas, il ne faut pas négliger l'apport non négligeable de cette fonction.

Il existe encore sur le marché des objectifs dont la lentille frontale tourne en même temps que la bague de mise au point... Dans la mesure du possible, évitez ce genre d'objectif au design antédiluvien... le portrait s'accommode très bien de l'usage de certains filtres...

J'ai dit qu'il fallait utiliser des téléobjectifs (courts) mais rien ni personne ne pourra vous interdire d'essayer le portrait au grand angle... mais attention (!!!) si vous ne souhaitez pas vous fâcher avec votre modèle, pensez à ne pas placer le visage ailleurs qu'au milieu du cadre et à bonne distance sans quoi votre portrait sera trop caricatural !... J'estime que le portrait au grand angle doit être réservé au photographe aguerri, mais si votre modèle est disposé à faire des tests, avec un peu d'entraînement, il sera possible de tirer de superbes portraits en grand angle avec champ large.

La photo de rue

Les grands maîtres de la "photographie de rue" travaillaient au 50mm puis au 35mm et enfin au 28mm. Avec ces focales il est nécessaire de s'approcher assez près du sujet, ce qui n'est pas forcément à la portée du photographe amateur (toujours un peu timide !). Dans ces conditions, un petit téléobjectif fera parfaitement l'affaire : un 85mm ou un 100mm seront de très bons choix... On pourrait éventuellement envisager des focales plus longues mais dans ce style photographique, la taille (physique) de l'objectif sera un gage de réussite tout aussi important que la qualité du photographe ! Un 85mm est très compact, il sera parfait. Un 100mm est déjà relativement volumineux, il sera tout juste limite. Au delà, l'objectif sera tellement visible que soit vous vous enfermerez dans le rôle du paparazzi soit vous perdrez la spontanéité de vos sujets... À éviter absolument les gros objectifs et donc aussi les zooms !!!

Pour bien faire ressortir le sujet de votre image, il faut également privilégier une grande ouverture ! Un f/2.8 sera parfait (plus lumineux c'est possible mais demandera trop de temps pour une mise au point idéale !)

La photo de rue au grand angle n'a d'intérêt que pour les images de foule puisque ces objectifs entraînent une profondeur de champ très longue, ce n'est pas le type d'objectif à conseiller de prime abord.

La stabilisation optique peut être intéressante même si non indispensable aux focales préconisées.

La photographie de paysage


Ce style photographique est très paradoxal ! Parent pauvre de la photographie, c'est lui qui demandera le plus gros investissement ! En effet, s'il est un sujet qui ne pourra pas être traité avec un seul objectif, c'est bien lui. Pour envisager le paysage, il faut utiliser au moins un objectif grand angle et au moins un téléobjectif... voire un super téléobjectif en plus !... Il faut pouvoir jouer sur la profondeur de champ dans ses deux limites (très grande profondeur de champ f/8~f/11 -plus petit uniquement si objectif de belle facture car risque de diffraction- ou très faible profondeur de champ f/2.8 ou moins).

Les zooms sont envisageables mais, puisque les prises de vues se font à grande distance, il sera nécessaire de prévoir une grande ouverture fixe (f/2.8) donc un gros zoom, lourd et très cher.

À mon humble avis, un 24mm f/2.8 à f/4 plus un 50mm f/1.4 à f/2.8 plus un 100mm f/2.8 plus un 400mm f/2.8 à f/4 représentent un minimum pour bien embrasser toutes les particularités de ce type de photographie. Mais ce n'est pas une loi non plus, la preuve ? je ne possède pas de 400mm, ni à f/2.8 ni à f/4 mais seulement un 300mm à f/5.6 et cela ne m'empêche ni de dormir ni de faire de la photo de paysage au téléobjectif !!!

La stabilisation est toujours un plus ici, sauf pour les focales "courtes" (je considère le 100mm comme étant la limite de la focale "courte" pouvant se passer de stabilisateur).

De même il existe encore sur le marché des objectifs dont la lentille frontale tourne en même temps que la bague de mise au point... Dans la mesure du possible, évitez ce genre d'objectif au design antédiluvien... Surtout qu'en paysage l'emploi de filtres est fréquent. Essayez d'utiliser un filtre polarisant ou dégradé avec une lentille frontale rotative !!!!....

Le reportage

Ce type de photographie requiert soit une focale courte (28mm à 50mm) avec entrée du photographe sur la scène de l'action (à très courte distance des protagonistes) soit une focale "moyenne" (100mm à 200mm) pour se tenir un peu en retrait. Pour les focales plus longues, le photographe se trouve "hors jeu" et ses images risquent de manquer de peps !!!

Comme pour le chapitre précédent, il faut considérer une bonne ouverture pour isoler son sujet grâce à la profondeur de champ et, comme précédemment, la stabilisation est toujours un plus ici, sauf pour les focales "courtes".

La photo animalière

Globalement, hors cadre du zoo municipal, il n'y a qu'une seule règle qui prévale : une très longue focale et une très grande ouverture !... Autant dire qu'avant de se lancer dans le safari photo, il faudra prévoir le casse de la banque !... Le safari, en soi, n'est déjà pas donné, l'objectif de 600mm ou 800mm f/4 doublera voire triplera le prix du safari et sera encore un peu court !... Un 1000mm f/5.6 à f/8 serait le bienvenu !...

Plus modestement, si vous ne voulez pas courir les grands fauves, un 300mm assez lumineux (< f/5.6) sera le minimum à envisager, même dans un zoo...

La photographie de voyage

Dans ce cas de figure, il faut envisager un objectif qui sache tout faire tout seul ou en associer au maximum deux pour couvrir tous ses besoins puisque le poids est devenu le facteur limitant !!!

Ici, le zoom trouve plus de place que dans les autres rubriques... Un zoom 27~ 200mm (qui forcément ne sera pas exceptionnellement lumineux) serait un excellent choix surtout si on le seconde avec un 50mm f/1.4 (très lumineux et très petit et très léger).

Les zooms de meilleure facture, plus lumineux, proposent une gamme de focale plus étroite et donc augmentent le volume et le poids des bagages, mais restent envisageables pour beaucoup plus cher : un 24~70mm f/2.8 (ou f/4) plus un 70~200mm f/2.8 (ou f/4) mais là il va falloir, en plus, être très vigilant car vous allez stimuler les envies de vol à la tire !...

Retour en haut de la page.

AUTRES ÉLÉMENTS À CONSIDÉRER

Critique des zooms

J'ai beaucoup plus parlé ici d'objectifs à focale fixe. En effet, bien que cela fasse polémique aujourd'hui, je suis encore de ceux qui pensent que les objectifs à focale fixe sont supérieurs aux zooms. Si vous regardez mon "profil", vous pourrez constater que je ne suis pas enfermé dans un dogme puisque je possède pas mal de zooms (surtout en Pentax d'ailleurs !)... Aussi, il me faut maintenant donner un avis un peu plus nuancé sur la question du choix zoom/focales fixes.

Il existe un tas de choses dans les livres et sur le net qui nous prouvent que les zooms ne valent rien comparés aux objectifs à focale fixe... Cela a certainement été vrai, cela reste très souvent vrai, mais il ne faut pas créer de mythe non plus.

Décortiquons ce que l'on reproche souvent aux zooms :

1) Les zooms ne sont pas aussi "piqués" que les objectifs à focale fixe. Cela était évident au premier coup d'œil pour les zooms du temps de l'argentique (et encore, pas tous). Les progrès en matière de conception et de fabrication des lentilles ainsi que la révision des formules optiques ont bien fait diminuer la différence. Cette critique reste, à mon avis, tout à fait justifiée, surtout pour les focales extrêmes du zoom. Il faut, encore aujourd'hui, "taper" dans le super haut de gamme de zoom pour espérer concurrencer un objectif à focale fixe, mais on s'approche vraiment de l'équilibre... Bien sûr, il faut considérer ma remarque comme une comparaison à l'intérieur d'une même gamme qualitative, puisqu'il est certain qu'un excellent zoom proposera une bien meilleure qualité d'image qu'un objectif à focale fixe de moyenne ou mauvaise qualité...

2) Les zooms sont beaucoup plus victimes d'aberrations chromatiques que les objectifs à focale fixe. La remarque est la même que dans le point n°1. L'amélioration de la fabrication des zooms a permis une diminution des différences même si elles existent toujours. Avec les zooms haut de gamme, ce défaut ne devrait pas poser trop de problème dans la vraie vie (hors laboratoire de test). Mais avec l'arrivée du numérique, il a été démontré qu'au-delà d'une certaine valeur de diaphragme il apparaît des aberrations chromatiques longitudinales. Or, les zooms, même très lumineux n'atteignant pas ces valeurs de diaphragme, il est impossible de discerner ce genre de défaut sur un zoom alors qu'il est facile de le retrouver sur un objectif à focale fixe très lumineux...

3) Les zooms présentent beaucoup plus de "flare" que les objectifs à focale fixe. En fait, le problème du "flare" dépend du nombre de lentilles qui entre dans la formule optique d'un objectif. Puisque certains zooms contiennent bien moins de lentilles que certains objectifs à focale fixe, fort logiquement, ces zooms seront moins sujets au problème... Et après tout, quel que soit l'objectif que vous utilisez, il est préférable de l'équiper systématiquement de son pare soleil pour limiter ou éviter le problème !... (Merci Canon pour ne -presque- jamais fournir de pare soleil d'origine !)

4) Les zooms sont plus lourds que les objectifs à focale fixe. Ça c'est indéniable !!! Surtout s'ils proposent une large gamme de focale et encore plus s'ils sont lumineux ! Mais on peut relativiser également, si vous utilisez un zoom type 24~105 par exemple, cela revient à posséder un objectif fixe de 24mm + un de 28mm + un de 35mm + un de 50mm + un de 85mm + un de 105mm... Bien sûr, dans ce cas le gain de poids ne penchera plus systématiquement du même côté même si on considère les objectifs fixes avec la même "faible" luminosité que le zoom (donc des fixes très légers)... Un 24~105mm est lourd, certes, est-il plus lourd que 6 objectifs à focale fixe ? Il faudrait voir...

5) On dit (et je l'ai également fait sur une autre page de mon site) qu'il n'est pas nécessaire d'utiliser un zoom puisqu'on peut obtenir la même chose avec un objectif à focale fixe, simplement en se déplaçant un peu et, éventuellement, compléter en utilisant la technique du "crop" en numérique... Cette façon de penser est tout à fait légitime dans l'immense majorité des cas mais, pour le reste, c'est oublier bien vite la capacité que présente un téléobjectif à compresser les différents plans et à proposer une profondeur de champ bien plus courte, capacité que ne proposera jamais une focale plus courte. Dans ce cas il est évident qu'il vaut mieux posséder 2 objectifs à focale fixe ou... un zoom... puisque ni le déplacement dans l'espace ni le crop ne donnera jamais "l'effet téléobjectif" avec un grand angle...

6) Les zooms sont plus responsables de l'envahissement des boîtiers par la poussière que les objectifs à focale fixe. C'est indéniable, et encore plus s'il s'agit de zoom dits "à pompe".

Retour en haut de la page.

QUID DES DIAPHRAGMES VARIABLES ?

Très souvent, on trouve sur les zooms des inscriptions du type «18~55mm f/3.5~5.6», qu'est-ce que cela veut dire ? Que nous sommes en présence d'un zoom qui couvre les focales allant du 18mm au 55mm. C'est parfait. Mais c'est la deuxième partie de l'inscription qui est beaucoup plus problématique ! En effet, sur le zoom pris en exemple on voit qu'à 18mm votre zoom "ouvre" à un diaphragme de f/3.5 alors qu'à 55mm, il n'ouvre plus qu'à f/5.6. Puisque la perte de luminosité n'est pas linéaire, on peut très rapidement passer de 3.5 à 5.6 !

Ce que ça change ? tout simplement qu'en fonction de la focale utilisée, votre zoom sera plus ou moins lumineux et que les effets de profondeur de champ seront très variables selon la focale...

C'est pourquoi, selon vos moyens, en plus de choisir un zoom lumineux, préférez un zoom à ouverture fixe qui ne vous causera aucune mauvaise surprise... Les zooms à ouverture fixe sont gravés 18~55mm f/4 (par exemple). MAIS, en contre partie, sachez qu'un zoom à ouverture variable, bien moins cher, qui est bien connu par son utilisateur ne sera pas franchement pénalisant ! Testez vos zooms et vous serez en mesure d'en tirer le meilleur et de contourner les "faiblesses" apparentes...

Bon, je n'ai pas la prétention de vous avoir tout dit ! Vous ai-je au moins donné quelques clés pour vous retrouver dans la jungle de l'offre commerciale ?

Retour en haut de la page.

CARACTÉRISTIQUES TYPIQUES DES OBJECTIFS POUR UNE UTILISATION SPÉCIFIQUE

— Voyage et "photo de famille" :

Lorsque vous voyagez ou vivez des événements familiaux, les possibilités de prise de vue sont assez larges à l'intérieur comme à l'extérieur : paysages, portraits, photos de groupe, close-up, et les exigences en terme de champ de vision sont très larges, allant du grand-angle au long téléobjectif. Pour ce type d'utilisation, les photographes recherchent généralement un zoom de forte puissance avec un bon compromis entre tous les paramètres de qualité d'image.

Les critères de qualité à considérer sont :
* au moins un zoom 2,9x (24~300mm équivalent 24x36)
* une ouverture supérieure (ou égale) à f/4 [faut pas rêver : sur un 24~300mm elle sera presque systématiquement supérieure ou égale à f/5.6 à 300mm et rarement supérieur à f/4 à 24mm]
* une aberration chromatique latérale raisonnable [mais sur les très longs zooms, c'est rarement le cas]
* un bon piqué [mais sur les très longs zooms, c'est rarement le cas]
* une distorsion limitée sur toute la gamme de focale [mais sur les très longs zooms, c'est rarement le cas]
* un vignetage limité sur toute la gamme de focale [mais sur les très longs zooms, c'est rarement le cas]
DONC il est préférable de considérer les exigences de qualités mais en laissant de côté le zoom à plage focale trop large et préférer, dans la mesure du possible, deux zooms à gamme focale plus modeste qui permettront mieux de répondre aux exigences de qualité.

— Paysage et architecture :

Ces sujets requièrent généralement des courtes focales avec souvent l'addition d'une longue focale mais moins indispensable.

Les critères de qualité à considérer sont :
* focale inférieure ou égale à 35mm (plus éventuellement un 100mm ou plus)
* une grande ouverture n'est pas nécessaire, bien au contraire... il est préférable de choisir un objectif de f/5.6 maxi si ce dernier permet une bonne qualité à f/11-f/16 pour bénéficier d'une profondeur de champ maximale
* comme juste précisé, une très faible diffraction
* pas ou très peu de distorsion
* pas ou très peu d'aberrations chromatiques latérales
* pas ou très peu de vignetage

— Portrait/Studio :

Cette catégorie englobe tous les usages photographiques où la lumière et les sujets sont généralement sous le contrôle du photographe. L'éclairage est le plus souvent artificiel (tungstène, lumière fluorescente, jour, xénon, flash) et rarement naturel, sauf si de grandes baies vitrées sont disponibles. Donc, pour la plupart des environnements de studio, le niveau de lumière n'est pas un problème et la température de couleur peut être contrôlée avec des techniques de filtration ou via la balance des blancs du boîtier.

Les critères de qualité à considérer sont :
* le sujet est généralement situé à distance raisonnable de l'objectif (1 à 5m). Dans ces conditions, on privilégiera un objectif de focale moyenne (50 à 150mm)
* piqué optimum
* aberrations chromatiques latérales faibles
* objectif "rapide" pour contrôler la profondeur de champ (supérieur ou égal à f/2.8)
* le vignetage est moins important, il est même des cas où il est souhaitable
* la distorsion (modérée !!!) est acceptable)

— Sport et nature :

Les événements sportifs nécessitent des focales longues à très longues (au strict minimum 120mm) relativement rapides (au moins f/4) mais cela est théorique puisque pour imiter un professionnel, il faudrait acheter au moins un 400mm f/2.8 qui n'est pas à la porté de toutes les bourses !!! Pour les photos de nature, qui sous tend d'arrêter des animaux en mouvement, placés assez loin du photographe (d'où l'association des deux types de photographie dans la même rubrique) il faudra considérer le même matériel.
L'isolation du sujet sur fond flou ainsi que l'augmentation de la vitesse pour arrêter le mouvement expliquent la nécessité d'une grande ouverture.

Les critères de qualité à considérer sont :
* un téléobjectif (150mm au strict minimum et c'est encore trop peu !)
* un piqué au top
* des aberrations chromatiques latérales minimales
* objectif rapide (supérieur ou égal à f/4)
* vignetage limité

— Reportage :

Le reportage inclut toutes les formes de photographie qui racontent l'histoire de ses contemporains, de la naissance au mariage jusqu'à la mort, en passant par la guerre, l'inauguration d'un bâtiment, l'histoire simple de la rue etc.

En reportage on souhaite généralement un zoom de large plage focale de l'ordre de 2,5x qui va du grand angle jusqu'au télé objectif, mais je préfère -et de loin- un ou deux objectifs à focale fixe.

Les critères de qualité à considérer sont :
* au moins un zoom 2,5x type 28~200mm ou mieux, un 28mm et un 50mm, même si un 80 ou un 100mm apporteraient également pas mal d'avantages
* au moins une ouverture à f/4 et encore mieux à f/2.8 ou moins
* un excellent piqué
* une aberration chromatique latérale limitée
* une distorsion limité sur toute la plage focale (si zoom)
* un vignetage contenu

Bien sûr, tout cela est dans "l'idéal", je ne connais pas un photographe amateur possédant un compte bancaire assez solide pour se payer une collection d'objectifs respectant ces recommandations et, en plus, parmi tous ces photographes amateurs il n'en est pas un qui ne réussisse de supers images de toutes ces catégories avec le matériel dont il dispose...

Retour en haut de la page.

VOTRE OBJECTIF DE PRÉDILECTION

Je vous ai déjà donné beaucoup d'éléments, mais il serait grand temps de s'attarder sur ce qui est probablement le plus important : votre vision du monde, votre sensibilité propre...

Certes, tout ce que je vous ai livré jusque là est incontestable mais un peu théorique... En effet, de la même manière que tous les photographes ne se retrouvent pas dans le même format de l'image (certains préfèrent le format carré, ou un format plus ou moins rectangulaire -ce n'est pas le choix qui manque !), tous les photographes ne pourront jamais se retrouver dans la même focale idéale pour chacun !...

J'ai dit plus haut, et je confirme, qu'il existe une focale universelle, le 50mm (équivalent 24x36), mais s'il s'agit effectivement d'une focale qui peut tout faire, elle peut très bien être trop longue ou trop courte pour vous !... Et ce n'est pas une tare de ne pas se retrouver dans cette focale !... Mais alors, comment connaître sa focale de prédilection ? C'est ce que je vais tenter de vous expliquer ici...

Si vous débuter en photographie aujourd'hui, il y a 99,99% de chance que vous débutiez en photographie numérique. Si vous débutez en photographie numérique, il y a 99,99% que vous débutiez en format APS-C. Cela peut être en reflex ou en COI (à l'exclusion de tout autre puisque si votre boîtier ne propose pas d'objectif interchangeable, votre choix sera plus que limité ). Et puisque vous débutez en APS-C, quelle que soit la marque de votre boîtier, il y a 99,99% de chance qu'il soit équipé d'origine d'un petit zoom à tout faire, généralement 18~55mm f/3.5~5.6 (27~83mm en équivalent 24x36)...

J'ai déjà dit par ailleurs que ce type de zoom de kit (j'allais dire standard mais cela ne voudrait plus rien dire !), s'il n'est généralement pas extraordinaire, il est très suffisant pour débuter mais surtout, il est super intéressant pour vous permettre de choisir votre focale de prédilection...

Ne vous mortifiez pas, ne perdez pas le sommeil, faites des photos, des tas de photos, épuisez (si vous le pouvez !!!) toutes les possibilités de ce petit zoom à tout faire... Un jour viendra, généralement au bout de 6 mois à un an, où vous poserez la question de changer d'objectif ou de le compléter... Et c'est ce jour que vous vous féliciterez d'avoir utilisé votre petit 18~55 !...

Dans un premier temps, je vous propose de reprendre toutes les photos que vous avez gardées (vous en avez jeté plein et c'est tant mieux !). Regardez le contenu des exifs de ces photos et reportez sur une feuille la focale utilisée pour chacune de vos images. Si vous avez un esprit scientifique, personne ne pourra vous empêcher de faire un graphique, mais ce n'est pas obligatoire. J'ai même entendu parler d'un petit logiciel gratuit qui fonctionne sous Windows, je ne l'ai jamais testé, mais si le cœur vous en dit, vous pourrez le trouver ici : http://www.vandel.nl/exposureplot.html. Il devrait pouvoir vous aider à vous faire une idée sans perdre trop de temps... mais n'est franchement pas indispensable...

Grâce à vos relevés, vous pourrez déjà apprendre beaucoup sur vous et votre façon de photographier :

1) votre courbe (globalement gaussienne) montrera un pic (autorisez-vous une marge de +/- 10mm) dans la gamme de 18~55mm : vous aurez votre focale idéale
2) votre courbe montrera 2 ou plusieurs pics dans la gamme de 18~55mm : vous saurez que vous aurez besoin de 2 (ou plus) focales fixes ou un zoom couvrant ces focales... Dans ce cas, pourquoi ne pas conserver votre zoom actuel ?
3) votre courbe montrera un pic sur une des extrémités de la gamme 18~55mm : vous pourrez décider de sélectionner une focale fixe correspondant à la focale du pic ou décider d'acquérir un zoom proposant cette focale en milieu de gamme.

Mais cela ne représente que la première étape ! Il est indispensable de passer à la deuxième étape qui est aussi, voire plus importante : votre vision personnelle ! Vous aimez donner de l'importance aux détails, aux textures ou aux couleurs des objets ou des éléments qui vous entourent ? Vous préférez sans doute une focale plus longue, comme un 85 ou un 100mm (équivalent 24x36) et pourquoi pas macro, ou encore un 70-200mm ou 70~300mm (équivalent 24x36). Vous préférez les grands espaces ? une focale plus courte est faite pour vous... un 24mm ou un zoom 15~30mm (équivalent 24x36) mais attention au 15mm qui déforme déjà beaucoup.

Maintenant que le problème de la focale est résolu, il conviendra de se poser la question de la rapidité de votre objectif de prédilection.

Pour cela il existe deux moyens de se faire une idée objective :
— reprendre la même procédure que ci-dessus mais en relevant la valeur de diaphragme utilisée pour chacune des photos de votre stock actuel.
— rechercher une éventuelle frustration dans votre pratique actuelle : vous aimeriez une profondeur de champ plus courte que ce que vous autorisait votre petit 18~55 ? Il faudra alors vous tourner vers un objectif (ou un zoom) beaucoup plus rapide... Je dis bien "beaucoup" puisque si les f/3.5 de votre zoom ne vous suffisent pas, l'achat d'un objectif qui ouvre à f/2.8 ne vous apportera pas vraiment plus !!! Si, au contraire, vous adorez les profondeurs de champ très vastes (et je connais beaucoup de photographes dans ce cas), vous aurez la chance de dépenser moins en choisissant un objectif ouvrant beaucoup moins et permettant une fermeture beaucoup plus importante (de f/32 à f/64, oui, ça existe !) mais attention à la perte de qualité lorsque vous créez de la diffraction sur les petites ouvertures...

Retour en haut de la page.

ET MAINTENANT ?

Je ne saurais trop vous conseiller de lire cet article ici.

Et, tant que j'y suis, vous donner un petit conseil en passant : que vous achetiez un appareil Full Frame ou APS-C, si la différence de prix ne vous rebute pas, si vous ne souhaitez pas faire de la photographie en très grand angle, quitte à acheter un objectif, autant en choisir un qui soit à la fois compatible avec un boîtier APS et avec un boîtier Full Frame... L'article ici vous a expliqué pourquoi... et en plus, si vous avez acquis un APS-C, si un jour vous sautez le pas et achetez un full frame, nul besoin de racheter tout votre parc optique !!! C'est tout bénéfice !!!

Vous pouvez également lire cela... et cela... et cela... Et tant qu'à faire, un aspect important à connaître ici.

Retour en haut de la page.

MISE AU POINT SUR LES FOCALES

"Réservé" aux débutants.

J'ai parlé de focale tout au long de cet article sans penser à ceux qui n'avaient pas encore "imprimé" ce à quoi cela correspondait dans la vraie vie ! Je vais donc vous donner quelques faits pour vous aider à vous y retrouver !

Au bon vieux temps de l'argentique où les amateurs n'avaient pas accès au moyen format (ou alors aux compacts moyen format à objectif fixe), on n'avait pas trop à se "casser la tête" au sujet de la focale d'un objectif... un 50mm était un 50mm, un 100mm était un 100mm, un point c'était tout. La seule chose qu'il était intéressant de savoir était de situer chaque focale en ultra grand angle - grand angle - normal - télé objectif - super télé objectif. Et tout le monde a réussi à se faire une idée précise de ce à quoi correspondait chaque focale. Malheureusement, aujourd'hui qu'il existe une multitude de tailles de capteurs numériques, il devient très difficile de se faire une idée de ce que représente la focale d'un objectif et, accessoirement, de ce que représentes les particularités des objectifs. Je vais donc vous donner quelques clés pour vous y retrouver...

— La focale qu'est-ce que cela représente ? Allez lire ce (long) article de mon site (ici) et vous saurez tout !... Pour résumer, disons que la focale (en fait, distance focale) est la distance qui sépare le centre du système optique du point de netteté de l'image constituée. Cela ne représente aucun intérêt en soi, il est préférable de se représenter une focale comme un angle de champ, c'est beaucoup plus intéressant pour celui qui veut faire de la photographie et pas de la physique !...

Pour se faire une (vague) idée, il suffit de se représenter un triangle dont la base représente la taille du négatif (ou du capteur en numérique). Sur mon schéma j'ai choisi 35mm qui est la taille d'un négatif petit format ou d'un capteur full frame soit 35mm. Si vous tracez, en partant du centre de cette base, une ligne perpendiculaire d'une longueur égale à la focale de l'objectif considéré, vous vous ferez une idée de l'angle de champ couvert par la focale de votre objectif.

Le schéma montre bien que plus la focale est longue et plus l'angle de champ est étroit !... d'où le vocable de "grand angle" que l'on ne retrouve malheureusement pas dans le cas contraire (où on parle de télé et pas de "petit angle" !)...

Une fois que l'on aura réussi à se faire une idée de cet angle de champ, il suffira de réduire ses calculs en réfléchissant au facteur de correction de votre capteur numérique ! Un capteur full frame (24x36) a la même taille qu'un négatif petit format : 35mm. On va dire que ce format est le format "normal" ou le "format de base" pour le calcul. Ainsi, on "réduira" la focale en "équivalent 24x36". Sachant que le mode d'emploi de votre boîtier vous donnera systématiquement la correction à effectuer, il vous sera facile de transformer ce qui est gravé sur votre objectif en valeur "réelle" pour la taille de votre capteur. Ainsi, prenons un capteur APS-C (Pentax, Nikon, Sony,...) dont le facteur de correction (de ce capteur plus petit que le full frame) sera de 1,5. Cela veut dire que si votre objectif est gravé 10mm, c'est à dire 10mm "réel", une fois monté sur votre boîtier, cet objectif sera un 10 x 1,5 = 15mm "équivalent 24x36". C'est aussi simple que ça, c'est clair non ? Si on prend maintenant un capteur APS-C de Canon (qui n'est pas le même APS-C que celui des autres marques), on aura un facteur de correction de 1,6 (vu la différence, monsieur Canon aurait pu faire un effort et agrandir un tout petit peu ses capteurs APS-C !) donc votre objectif 10 mm "réel" sera un objectif 10 x 1,6 soit 16mm "équivalent 24x36" ...

Mais pourquoi un capteur plus petit oblige à multiplier la focale ? Tout simplement parce qu'un plus petit capteur ne va récupérer qu'une portion de la surface de l'image d'un full frame à focale identique. Puisque nous ne récupérons qu'une portion de l'image, cela revient au même que de découper un bout d'image... on a l'impression d'avoir effectué un "coup de zoom" sur l'image... Essayez, prenez une photo, découpez un bout d'image pour en faire une image recadrée, votre sujet principal paraîtra plus gros... vous n'avez pas zoomé, vous avez "cropé" (comme on dit)... mais le résultat est le même... C'est pourquoi le facteur de conversion s'appel le "facteur de crop" ou "crop factor" en anglais...

Cette différence de taille de capteur est un facteur important en photographie numérique ! En effet, si vous possédez un boîtier full frame ET un boîtier avec un capteur au facteur de correction de, disons 2, de la même marque et que ces deux boîtiers acceptent les mêmes objectifs, vous avez la possibilité de jouer sur deux tableaux : le full frame sera idéal pour avoir des objectifs "grand angle" mais sera handicapé pour les longues focales alors que l'APS-C sera exactement dans la situation opposée, il sera handicapé pour le "grand angle" à cause de son facteur de correction mais sera, pour la même raison, idéal pour les longues focales !... Achetez-vous un zoom 18~200 (je dis n'importe quoi, c'est pour l'exemple) : vous possèderez donc un objectif qui proposera des focales "réelles" allant de 18mm à 200mm. Vous montez cet objectif sur votre full frame et vous obtenez un objectif de ... 18~200mm c'est à dire depuis un "très" grand angle jusqu'à un téléobjectif "moyen". Si, maintenant, vous montez ce même objectif sur votre boîtier à plus petit capteur, vous aurez un objectif de 36~400mm (équivalent 24x36) soit un "simple" grand angle mais un "long" téléobjectif... Imaginons maintenant le cas d'un zoom 35~70mm avec ces deux même boîtiers, en full frame vous aurez un zoom qui couvrira le petit grand angle jusqu'au petit téléobjectif et, sur le petit capteur, vous aurez un 70~140mm (équivalent 24x36) soit un télé-zoom, vous perdrez le grand angle et même la focale "normale"...

— Les objectifs sont "arbitrairement" séparés en 3 classes, selon leur focale ET leur angle de champ. Je vais maintenant parler uniquement en focales "équivalent 24x36". On considère un objectif "grand angle" comme étant de focale inférieure ou égale à 35mm. L'objectif "normal", qui présente un angle de vision équivalent à l'œil humain, et qui se situe (en gros) entre 40 et 60mm (mais on s'arrête généralement à la valeur moyenne de 50mm). Les téléobjectifs sont ceux qui présentent une focale globalement supérieure à 70mm. Vous voyez que les limites sont assez floues, mais il est vrai que selon sa position dans la gamme des focales, du moins en milieu d'échelle, 20mm ne représentent rien !... Les limites extrêmes ne sont pas fixées elles... on peut considérer un grand angle comme s'étalant de 1mm à 40mm (mais 1mm ça n'existe pas) et le téléobjectif comme s'étalant de 70mm à 1000mm, 1200mm voire plus. Mais dans la pratique photographique "classique", en dessous de 20mm les déformations son tellement importantes que ces focales n'ont qu'un intérêt limité et, de l'autre côté de l'échelle, un 300mm ou un 400mm représente quasiment le maximum, au delà, la taille, le poids, le prix et la difficulté d'utilisation limitent également leur intérêt...

— Il existe sur le marché des objectifs dont on ne précise pas franchement la focale mais que l'on désigne en un nombre de fois (X). Ces objectifs sont généralement réservés aux appareils compacts à objectif fixe ou aux bridges (également à objectif fixe). On trouve de tout, 2X, 3X, 10X, 50X... Cela ne représente pas grand chose, si ce n'est la différence qu'il existe entre la focale la plus courte et la focale la plus longue d'un zoom... Par exemple, un zoom 3X peut correspondre à un zoom 35~105mm, mais il pourrait tout aussi bien représenter un zoom 100~300mm, ce qui n'est franchement pas la même chose. Personnellement je suis contre cette désignation ! Sous le prétexte de ne pas effrayer le néophyte, on finit par l'embrouiller encore plus !... Il faudrait créer une norme visant à graver systématiquement les focales en "équivalent 24x36", ce serait beaucoup plus clair et en plus cela permettrait l'évolution "sans douleur" des néophytes... qu'importe de connaître le coefficient multiplicateur d'un zoom, qu'importe de connaître la focale "réelle" d'un objectif, c'est déjà très dommage de proposer quasiment autant de taille de capteur que de boîtier, cela devient quasiment criminel d'utiliser 36 échelles différentes pour désigner les objectifs !... Comment voulez-vous comparer (1)un full frame équipé d'un zoom 35~105mm avec (2)un capteur 2/3" équipé d'un zoom 8.2~25.8mm ou avec (3)un bridge 3X ou avec (4)un APS-C équipé d'un zoom 35-105mm ? (1) et (2) ont exactement le même choix de focale (!!!) mais avec des tailles de capteurs différents, (1), (2) et (3) ont peut-être le même choix de focale mais ce n'est pas sûr (!!!) alors que (1) et (4) ont les mêmes zooms mais avec des focales "équivalent 24x36" totalement différentes !!!

Dans la mesure où mon parc d'objectif est assez large, je vais vous donner un aperçu des résultats d'une large plage de focale (en équivalent 24x36) d'un seul et même sujet. Cela au moins sera pratique, pour ne pas dire didactique !..

Donc j'ai choisi une tour perdue entre champs et forêts comme sujet. Sur les focales les plus courtes, bien sûr vous ne verrez pas la tour, elle est trop lointaine et sa taille est encore réduite par la petite focale !... La distance sujet/photographe est, bien évidemment, constante. Dans la mesure où il ne s'agit que d'exemples, je n'ai pris aucune précaution, ni à la prise de vue pendant laquelle je me suis contenté de mettre au point ni en post traitement puisque je n'en ai fait aucun... Vous excuserez la piètre qualité des photos, on parle de focale ici et pas d'art photographique !...

15mm (équivalent 24x36)
22mm (équivalent 24x36)
24mm (équivalent 24x36)
30mm (équivalent 24x36)
35mm (équivalent 24x36)
38mm (équivalent 24x36)
50mm (équivalent 24x36)
focale « normale »
Angle de champ de l'œil
56mm (équivalent 24x36)
70mm (équivalent 24x36)
80mm (équivalent 24*36)
105mm (équivalent 24x36)
112mm (équivalent 24x36)
135mm (équivalent 24x36)
168mm (équivalent 24x36)
200mm (équivalent 24x36)
216mm (équivalent 24x36)
300mm (équivalent 24x36)
320mm (équivalent 24x36)
480mm (équivalent 24x36)
650mm (équivalent 24x36)
800mm (équivalent 24x36)
900mm (équivalent 24x36)
975mm (équivalent 24x36)
1000mm (équivalent 24x36)
1040mm (équivalent 24x36)
1100mm (équivalent 24x36)
1200mm (équivalent 24x36)
1280mm (équivalent 24x36)
1300mm (équivalent 24x36)
1350mm (équivalent 24x36)
1440mm (équivalent 24x36)
1500mm (équivalent 24x36)
1600mm (équivalent 24x36)
1650mm (équivalent 24x36)
1760mm (équivalent 24x36)
1800mm (équivalent 24x36)
1920mm (équivalent 24x36)
1950mm (équivalent 24x36)
2000mm (équivalent 24x36)
2080mm (équivalent 24x36)
2200mm (équivalent 24x36)
2400mm (équivalent 24x36)
2560mm (équivalent 24x36)
2600mm (équivalent 24x36)
2700mm (équivalent 24x36)
2880mm (équivalent 24x36)
3000mm (équivalent 24x36)
3200mm (équivalent 24x36)
3300mm (équivalent 24x36)
3520mm (équivalent 24x36)
3600mm (équivalent 24x36)
3840mm (équivalent 24x36)
3900mm (équivalent 24x36)
4160mm (équivalent 24x36)

Voilà, c'est tout ce que je puis faire pour vous... je n'ai rien de focale inférieure à 15mm et rien de focale supérieure à 4160mm... mais avouez que ce n'est déjà pas si mal !... Je n'ai pas représenté toutes les focales intermédiaires (même si techniquement c'était envisageable !) puisque quelques millimètres de focale en plus ou en moins ne changent pas grand chose ! Voyez simplement pour les focales extrêmes la différence n'est pas extraordinaire alors qu'on a une augmentation de focale conséquente !!!... Cela confirme ce que j'affirmais par ailleurs, avoir des « trous » dans son parc d'objectifs n'est franchement pas un problème.

Quel autre enseignement peut-on tirer de cette galerie photographique ? Que toutes les focales ne sont pas indispensables !... En très gros, les focales les plus appropriées à la photographie « générale » (amateur et professionnelle) s'étendrait de 24 à 100mm avec éventuellement un pic à 300mm. En-deçà et au-delà les focales seraient plutôt utiles pour des cas particuliers comme la « chasse photographique » (grand téléobjectif), la « photographie astronomique » (grand téléobjectif), certaines photos de paysage (grand téléobjectif ou très grand angle) ou pour des effets spéciaux (très grand angle).

— Certains objectifs sont appelés focale fixe, ils portent bien leur nom, un objectif = une seule focale. D'autres sont appelés des zooms, ce sont des objectifs à focale variable, c'est à dire qu'un même objectif couvre une plage de focale plus ou moins large. Parmi les zooms, certains font encore une distinction entre "zoom grand angle" qui proposent plusieurs focales mais toutes avec un angle de champ large, "zoom trans standard" (ou "zoom normal") qui proposent des focales allant du grand angle (plus ou moins large) jusqu'au téléobjectif (à angle plus ou moins étroit) et "télézoom" qui proposent plusieurs focales mais toutes avec un angle de champ étroit. Sont apparus récemment ce qu'on appelle des "zoom extrêmes" qui couvrent des focales allant du très grand angle jusqu'au long télé, comme des 27~200mm voire des 30~300mm. Sachez simplement une chose très importante : les défauts d'un objectif à focale fixe seront moins importants que ceux d'un zoom (à qualité identique) et, parmi les zooms, plus leur plage de focale est large et plus ils présenteront des défauts importants (malgré leur prix élevé !)

— Mais parler d'objectif ne se limite pas à parler de focale au sens strict !!! En effet, comme vous pouvez déjà le voir dans d'autres de mes pages de ce site, la focale d'un objectif influe également plus ou moins énormément sur d'autres caractéristiques :
* Plus la focale d'un objectif est longue et plus la profondeur de champ (la profondeur de la zone de netteté en avant et en arrière du sujet mis au point) est courte. Si l'ouverture du diaphragme influence la profondeur de champ, il faut savoir qu'à ouverture de diaphragme identique, plus la focale sera longue et plus la profondeur de champ sera courte et inversement, à diaphragme identique, plus la focale sera courte et plus la profondeur de champ sera importante !
* Plus la focale sera longue et plus les différents plans de l'image seront "tassés". En d'autres termes, si vous utilisez un grand angle, votre photo aura un "aspect" (un aspect seulement !) 3D alors qu'avec un téléobjectif, l'image sera désespérément "plate" (2D).
* Plus la focale sera longue et plus la netteté de l'image sera problématique si utilisation à main levée. En effet, plus la focale sera longue et plus il y aura amplification apparente des micro mouvements. En plus, plus la focale sera longue et plus l'objectif sera long et lourd, ce qui engendrera toujours plus de micro-tremblements, ce qui aggrave encore le problème. C'est pourquoi on recommande généralement d'utiliser une vitesse d'obturation au minimum égale à l'inverse de la focale : 500mm = 1/500ème de seconde (ou plus rapide), 20mm = 1/20ème de seconde (ou plus rapide).

— Mais attention, la focale ne fait pas tout ! À focale identique, il y a des caractéristiques qui peuvent tout changer. Par exemple, si vous prenez deux objectifs de 100mm, si un est étudié pour être un objectif "macro" et l'autre non, vous aurez entre les mains deux objectifs totalement différents, même à focale identique !... L'un, le "macro", permettra une reproduction au rapport 1:1 de la réalité, il permettra une mise au point très proche du sujet, il sera beaucoup plus piqué, présentera moins de défauts d'aberrations chromatiques, moins de défauts de vignetage et moins de déformation que son cousin non macro !...

Bon, j'espère que maintenant vous en saurez suffisamment pour bien choisir vos objectifs...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page



Flag Counter
En savoir plus