Accueil
Index général
Contacter le Webmaster
Note de copyright
Particularités & fonctionnement
Vous pouvez participer
Appel aux internautes
Liens
Dernières mises à jour
Le livre d'or
Qui suis-je ?
Mon matériel (chéri)
La page des débutants
Quelques cotes
Ma galerie photographique
Ma carte blanche
Le tableau d'honneur
Historique de l'appareil photographique
La grande histoire de Pentax®
Les appareils photographiques de l'Est
Quelques modes d'emploi introuvables
Un petit « cours » de photographie
L'alphabet russe
Les logos des marques
Des bricolages pour photographes
Les mauvais plans à éviter absolument
Les théories influençant la photographie
Les fiches techniques
Mise au point sur...
Les secrets d'une photographie
Les tests approfondis
Les tests improbables
Quid du M42 ?
La photo vue par la toute jeune génération
Faire ses débuts en photo argentique
Faire ses débuts en photo numérique
Analogique | Numérique - Une alternative
Manifeste pour la lenteur en photographie
Questions & tuyaux en photo numérique
Quel objectif pour reflex Pentax numérique ?
Un fantasme devenu possible ?
Les foires à la photo - Dénicher des occaz
Un petit tour au laboratoire
Un peu de labo numérique
Choisir son appareil photographique
Quel appareil pour quelle photo ?
Choisir son (ses) objectif (s)
Choisir son statif
Quels accessoires envisager ?
Utiliser / faire revivre les filtres
Vérifier son matériel
Que penser des Kiev et de ceux qui les modifient ?
Acheter un appareil soviétique ?
Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire !
Les lois d'une nouvelle expérience photographique
De l'acte photographique
Le grand match
Prendre soin de ses appareils photographiques
Où faire réviser/réparer son appareil photo ?
Composition : erreurs fréquentes à éviter plus conseils
Techniques photographiques évoluées
Programmer sa propre évolution photographique
Retrouver l'inspiration photographique
Créer un studio « professionnel » à moindre frais
Projets d'expérimentations
Expériences de paléophotographie
Parlons matériel (pas marque !)
Mes photographes préférés
Quid de la lomographie ?
Dernière minute
Questions / Réponses
1001 trucs à connaître
Et si on essayait de comprendre les photos ?
Et si on essayait l'originalité ?
Et si on s'essayait à la macrophotographie ?
Et si on s'essayait au panoramique ?
Et si on s'essayait à la trichromie ?
Et si on s'essayait à l'autochrome ?
Et si on s'essayait au noir et blanc créatif ?
Et si on se construisait un appareil sténopé ?
Et si on s'essayait au moyen format ?
Et si on s'essayait au grand format ?
Photographier sans lumière ?
Photographier avec un smartphone/une tablette
Photographier avec un compact bas de gamme
Ces petits trucs qui changent tout
La photographie itinérante
Les styles en photographie
La petite histoire d'une photographie
Devenir meilleur photographe
Équipement logiciel de qualité à bas prix !
Que peut-on attendre des logiciels photo ?
Divagations
Peut-on protéger ses créations ?
Le coin des polémiques
Votre labo numérique idéal
Compétences photographiques
Apprendre à voir
Tout, tout, tout, sur l'exposition...
Hommage à FERNAND BIGNON
Lettre ouverte aux (futurs) argentistes
Les photographes sont tous C H A R L I E

Un photographe n'étant pas qu'un « presse-bouton », je vous propose dans cette partie du site (www.thydelor.eu), quelques bricolages bien utiles (parfois)...

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.


ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu
Un posemètre en lumière incidente pour moins de 10€ Un déclencheur souple Pentax® numérique pour moins de 10€
Un déclencheur infrarouge (presque) gratuit Une cartouche réceptrice gratuite pour compacts soviétiques
Un pare soleil pour moins de 10€ Fabriquer un film 620 pour le prix d'un film « moderne »
Des statifs pour baroudeurs à moins de 10€ Les joies du sténopé, sans difficulté et pour moins de 10€
Un nettoyage parfait de capteur pour moins de 10€ Dépister et corriger les problèmes d'autofocus PENTAX®
Fabriquer une cuve thermostatée développement film couleur Réparer la panne classique des objectifs moyen format = 0€
Fabriquer un système de rotation de cuve de développement Calibrer gratuitement les films pour anciens Leica (ou copies)
Utiliser les très vieux appareils avec les films modernes Fabriquer un cyclo géant à petit prix
Un objectif « soft-focus » gratuit Un outil de réglage de la balance des blancs pour moins de 10€
Prévoir son alimentation électrique en voyage Augmenter la longévité d'une impression à encres colorées
Limiter les pertes d'encre si vous imprimez peu S'affranchir de la bordure des imprimantes Canon®
Sauver un appareil numérique tombé à l'eau Les "outils" des pictorialistes
Fabriquer une bague d'association d'objectifs pour la macro Connaître le nombre de déclenchements (et +) de son Canon
Connaître le nombre de déclenchements (et+ ) de son Pentax Déterminer le diaphragme le plus qualitatif d'un objectif
Créer sa propre charte Macbeth Fabriquer un manchon de chargement de film pour presque rien
Éloigner les voleurs pour presque rien Faciliter l'analyse de ses négatifs
Se fabriquer un superbe porte filtre pour 0€ Objectif M42 automatique avec adaptateur Pentax pour 0€
ZE accessoire indispensable au photographe pour < de 10€ Détermination de l'exposition du sténopé selon Ilford
Adapter un objectif Nikon sur son boîtier Pentax Fabriquer un soufflet simplement et rapidement
Une amélioration du soufflet à fabriquer... Fabriquer un soufflet : soyons sérieux...
Mesurer l'exposition idéale sans emporter d'accessoire = 0€ Calibrer un vieil objectif pour l'adapter à un boîtier moderne
Calibrer son écran avec rien et pour 0€ (ou presque) Améliorer le Lubitel 166 B
Libérer gentiment un filtre coincé Ressusciter une batterie morte pour 0€
Créez votre carte gris neutre  


LES « OUTILS » DES PICTORIALISTES

C'est souvent du côté des anciens qu'il faut se tourner pour trouver de bonnes idées de bricolage. C'est ainsi que, m'intéressant récemment au mouvement pictorialiste, j'ai trouvé auprès de nos aînés, quelques petits moyens très simples pour créer des flous artistiques. La technique du flou artistique n'est plus vraiment à la mode mais bon, on peut très bien s'y intéresser non ?

Le mouvement pictorialiste vivait de 1890 à 1910 (à peu près), c'est pourquoi toutes les images ci-dessous représentent des chambres grand format, mais il est bien sûr très possible d'adapter leurs techniques à nos appareils modernes et pourquoi pas numériques ?...

NOTA BENE : dans cet article, je n'ai rien inventé du tout ! Je n'ai fait que reprendre des techniques connues afin de nous stimuler à adapter les anciennes techniques à nos appareils actuels...

1ère technique : le sténopé :

Cela n'était pas nouveau (voir l'histoire de l'appareil photographique) mais donnait des résultats intéressants. J'ai d'ailleurs également traité du sténopé dans la rubrique bricolage (ici)

2ème technique : le bésicles :
Ce qui fait la force des objectifs "modernes" (ceux de 1890 étaient déjà "modernes") est l'association de lentilles qui se corrigent mutuellement pour fournir la netteté incroyable de l'image finale.

L'idée était de remplacer l'objectif par un simple verre de lunette... Une piste à explorer...

3ème technique : le téléobjectif :
Grâce à la très faible profondeur de champ des grands téléobjectifs, il est possible de jouer de manière intéressante sur les flous.

Là nul besoin d'adapter la technique, il suffit de trouver un téléobjectif suffisamment long pour obtenir les mêmes résultats.

4ème technique : l'objectif "d'artiste" : À cette époque on a inventé ce qu'on appelle aujourd'hui les objectifs "soft focus". J'ai déjà parlé de cette technique avec mon bricolage perso ici.

5ème technique : la vibration :
Certainement plus aléatoire comme technique, elle est très intéressante toutefois et facilement reproductible ou adaptable aux appareils modernes. Il suffisait de nouer une ficelle autour de l'objectif,

de nouer l'autre extrémité de la ficelle sur son pied (ou appuyer sur la ficelle avec son soulier)

Puis de faire vibrer l'ensemble avec...

l'archet d'un violon !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


FABRIQUER UNE BAGUE D'ASSOCIATION D'OBJECTIFS POUR LA MACROPHOTOGRAPHIE

Comme je l'ai montré dans la page traitant de la macrophotographie (ici), il est possible et pour pas cher de se "fabriquer" un objectif macro à l'aide de deux objectifs ou deux zooms "classiques". Pour ce faire il suffit de fixer un objectif "inversé" sur un objectif monté classiquement sur le boîtier.

Ce montage est très simple dans les faits mais pas si simple à mettre en œuvre. En effet, il existe dans le commerce de telles bagues d'association mais 1) elles ne sont pas facile à trouver 2) elles n'existent pas pour tous les diamètres de filtre 3) elles ne sont franchement pas données... Reste donc la solution de se la construire soi-même sans devoir investir ni trop d'argent ni trop de temps !...

On trouve toujours la même recette sur tous les sites internet traitant de photographie... acheter (ou récupérer) deux filtres, casser le verre des filtres, les coller ensembles et le tour est joué... OUI, mais NON !... si l'idée est très bonne en soi, je n'adhère vraiment pas !...

Personnellement, oh ce n'est pas de la haute technologie non plus (!!!), j'utilise le même principe mais je n'accorde aucune confiance au collage (même à l'Araldite !) de deux bagues microscopiques pour maintenir entre eux deux objectifs ou deux zooms !... Personnellement, je préfère, et de loin (!!!), utiliser des adaptateurs de porte filtre (Cokin pour ne pas citer de marque !!!). En effet, ces adaptateurs sont dotés d'une large bague toute prête à accueillir une grande quantité d'Araldite et être ainsi en mesure de supporter le poids du deuxième objectif ou du deuxième zoom... Outre la plus grande solidité de l'ensemble, notons également la plus grande facilité d'assemblage, on n'est pas obligé de travailler à la loupe pour assembler une bague d'1/10è de millimètre (!!!) et, bien sûr, un prix bien inférieur au moindre filtre, le plus mauvais soit-il... Deux adaptateurs de la série "A" (largement suffisants) valent moins qu'un seul filtre !...

(1) Pas de vis mâle pour fixation sur la lentille frontale des deux optiques
(2) Large bague pouvant porter beaucoup de colle

Après séchage vous obtenez une solide bague portant de chaque côté un pas de vis mâle pouvant ainsi fixer solidement et sécuritairement deux objectifs, un inversé sur un monté normalement !

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


CONNAÎTRE LE NOMBRE DE DÉCLENCHEMENTS (et plus) DE SON BOÎTIER CANON

Vous possédez un boîtier Canon® EOS et vous vous excitez à chercher comment connaître le nombre de déclenchements déjà effectués ? Le numéro de la photographie ne correspond pas au nombre de déclenchements, Canon ne communique pas sur le sujet... Comment faire ?

Heureux possesseurs de Canon 1000D, 1100D, 100D, 450D, 500D, 550D, 600D, 650D, 700D, 40D, 50D 60D, 7D, 5D Mark II, 5D Mark III, 1D Mark IV, 1DX, 6D et M, rendez-vous ici ou, encore plus simple, allez ici pour télécharger un tout petit programme chinois, gratuit, non infecté qui vous donnera, simplement en branchant votre boîtier sur votre PC (via le cordon USB), le nombre de déclenchements, le numéro du micrologiciel installé ainsi que le taux de charge de la batterie. Certes, c'est peu de choses MAIS vu le nombre de personnes qui cherchent à connaître ce fameux nombre de déclenchements, l'info est bonne à connaître... et tant pis pour Canon qui veut faire mystère de ces informations, probablement pour cacher à ses acheteurs le nombre ridicule de déclenchements effectués pour les tests de conformité en sortie d'usine (!!!) : moins de 10 (!!!) alors que chez Pentax (connu pour être moins sérieux ???) ce nombre étant d'environs 200 à 300 !!! C'est génial de payer très cher pour obtenir un Canon, surtout que pour du matériel pro (ou du moins très évolué), on ne se moque pas de nous !... Mais bon, on pouvait s'en douter, en voyant le prix de ses objectifs livrés sans pare soleil, sans étui de protection et sans collier de pied, mais il ne faut pas oublier de les remercier tout de même puisqu'ils fournissent des bouchons des deux côtés !!!

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


CONNAÎTRE LE NOMBRE DE DÉCLENCHEMENTS (et plus) DE SON BOÎTIER PENTAX

Vous possédez un boîtier PENTAX® et vous vous excitez à chercher comment connaître le nombre de déclenchements déjà effectués ? Le numéro de la photographie ne correspond pas au nombre de déclenchements, mais, contrairement à Canon®, Pentax® ne fait aucun mystère du nombre de déclenchements de ses boîtiers, c'est pourquoi je ne pensais pas créer cette rubrique... Mais j'ai reçu un mail donc je vais vous donner ma technique (mais il y en a beaucoup d'autres !) :

Il existe un excellent freeware qui, à partir d'une photo (en JPEG ou en PEF), vous donne toutes les informations intéressantes sur le boîtier : modèle, firmware, objectif, température du capteur, etc, etc, etc, et le nombre de déclenchements. Il s'appelle Photo ME et on peut le trouver ici. Il faut noter que ce programme est allemand mais l'interface est configurable en français.

Il y a tellement de rubriques et d'informations, que je vous ai fait une petite capture d'écran pour vous situer la zone donnant l'information sur le nombre de déclenchements (j'ai masqué le nombre de déclenchements de mon K5 !!!) :

Merci Pentax pour être, depuis toujours, aussi à l'écoute de ses clients, pas de cachotterie, pas de tarifs excessifs, une excellente qualité de matériel, beaucoup de caractéristiques pour un prix très serré... bref, ce n'est pas pour rien que j'aime tant cette marque !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


DÉTERMINER LE DIAPHRAGME LE PLUS QUALITATIF DE VOS OBJECTIFS

Je pense que tout le monde sait qu'un objectif ne fournit pas la même qualité d'image quelle que soit la valeur de diaphragme utilisée. Mais comment être sûr de tirer le meilleur d'un objectif ?

Certains disent que le diaphragme le plus qualitatif est f/8 (quelle que soit la gamme de valeurs), d'autres que c'est la valeur de diaphragme médiane (si les valeurs vont de f/1.4 à f/22, la valeur la plus qualitative sera f/5.6), d'autres encore proclament que c'est 3 valeurs de diaphragme de plus que la plus petite valeur (si l'ouverture maximale est f/2.8, la valeur la plus qualitative sera f/8)... Comment s'y retrouver ?

Je vous propose une technique infaillible : le test !

Matériel :
- une double page de journal
- deux sources lumineuses de puissance identique (ne vous formalisez pas sur la température de couleur !)
- un trépied
- un boîtier numérique (ou argentique mais dans ce cas il faudra scanner le négatif obtenu !)
- l'objectif à tester
- un ordinateur

Technique :
- Aplanissez la double page de journal (avec un fer à repasser pas trop chaud)
- Fixez la double page (bien plate) sur un mur parfaitement plat
- Placez les 2 sources lumineuses à 45° de part et d'autre du milieu de la double page
- Installez votre boîtier sur un trépied bien stable parfaitement parallèle au mur
- Réglez la mise au point manuellement (ou effectuez une mise au point automatique et une fois le point déterminé, désactivez l'autofocus sans modifier le réglage !)
- Réglez votre diaphragme à son ouverture maximale (f/1.4 ou f/2.8 par exemple) et prenez une photo
- Fermez votre diaphragme d'une valeur (ou 1/2 ou 1/3 de valeur si vous voulez être plus précis) et refaites un photo
- Continuez à fermer votre diaphragme toujours de 1/3 ou 1/2 ou 1 valeur et reprendre une photo jusqu'à arriver à l'ouverture minimale (f/22 ou f/32 par exemple)
- Visualisez tous les clichés à 100% de leur taille sur l'écran de votre ordinateur

Arrivé à une certaine valeur, vous remarquerez sans difficulté qu'une image sera plus claire et plus contrastée que toutes les autres... la valeur de diaphragme correspondant à cette image sera le diaphragme le plus qualitatif de votre objectif... CQFD.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


CRÉER SA PROPRE CHARTE MACBETH

Il se trouve toujours, dans une vie de photographe, même amateur, des cas où l'éclairage à disposition ne permet pas de tirer l'image que l'on souhaiterait... C'est pourquoi il a été créé des chartes (charte de gris et charte couleurs) qui permettent de corriger automatiquement en post traitement les dérives de couleur de la prise de vue. C'est ce que l'on appelle la calibration. Si tout le monde sait qu'il est indispensable de calibrer son écran d'ordinateur et qu'il est tout aussi indispensable de calibrer son imprimante photo, tout le monde ne sait pas qu'il est tout aussi indispensable de calibrer son scanner et son appareil photo !... Tout cela semble très compliqué, et c'est globalement le cas pour ce qui est de la calibration de l'écran et de l'imprimante puisqu'il est (quasiment) indispensable d'acheter un système de spectro-colorimètre pour y arriver. Par contre, pour ce qui est du scanner ou de l'appareil photo numérique, la procédure est beaucoup plus simple !... La seule nécessité est l'acquisition d'une charte colorée type Macbeth. Malheureusement, une simple charte coûte tout de même près de 90€ et n'a pas une durée de vie infinie !... Toute couleur étant appelée à passer à plus ou moins court terme...

C'est pourquoi j'ai décidé de vous donner ici un moyen très simple et très peu onéreux de vous créer votre propre charte Macbeth et de pouvoir la changer aussi souvent que vous le voudrez sans devoir investir des sommes "astronomiques".

Il faut toutefois noter que la procédure que je vous propose ne sera possible que si vous possédez un écran et une imprimante parfaitement calibrés (au minimum une imprimante parfaitement calibrée !)... sinon rien ne sert de calibrer en amont...
MISE À JOUR : si vous n'avez pas d'imprimante parfaitement calibrée, rendez-vous à une borne de tirage photo... pour quelques centimes d'euro, vous aurez une image 15x20cm correctement calibrée !... J'ai testé pour vous !...

Dans un premier temps, voyons à quoi ressemble une charte Macbeth :

ATTENTION : les nombres inscrits dans les cases ne font pas partie de la charte (!!!) ils ne sont là que pour vous indiquer la procédure à suivre !...

Pour créer sa propre charte Macbeth, il faut faire appel à un logiciel de dessin quelconque (personnellement j'ai utilisé Paint Shop Pro 5 -une vieillerie qui fonctionnait déjà sous Windows 3.1 !!!- et qui, bien sûr, n'existe plus depuis perpette... mais si lui peut le faire, tous les autres pourront le faire également !!!).

Il faut ensuite décider de la taille de sa charte. Cette taille n'a aucune importance, simplement, il faudra veiller à ne pas la faire trop petite sinon elle sera inutilisable !...

Dans votre logiciel de dessin, créez un nouveau fichier aux dimensions que vous aurez décidé et découpez-le en 4 lignes de 6 colonnes (comme sur l'illustration ci-dessus). Ensuite, il suffit de remplir chaque case avec les couleurs dont je vais vous livrer le secret dans le tableau ci-dessous. Le numéro de la 1ère colonne correspondra au numéro de la cellule de l'illustration. Puis vous trouverez les valeurs Lab puis RVB puis TSL et enfin le code HTML de chaque couleur.

L
a
b
R
V
B
T
S
L
HTML
1
37.986
13.555
14.059
115
82
68
13
65
92
#735244
2
65.711
18.130
17.810
194
150
130
13
88
162
#C29682
3
49.927
-4.880
-21.925
98
122
157
153
59
128
#627A9D
4
43.139
-13.095
21.905
87
108
67
64
60
88
#576C43
5
55.112
8.844
-25.399
133
128
177
174
61
153
#8580B1
6
70.719
-33.397
-0.199
103
189
170
118
101
146
#67BDAA
7
62.661
36.067
57096
214
126
44
21
172
129
#D67E2C
8
40.020
10.410
-45.964
80
91
166
165
89
123
#505BA6
9
51.124
48.239
16.248
193
90
99
251
116
142
#C15A63
10
30.325
22.976
-21.587
94
60
108
200
73
84
#5E3C6C
11
72.532
-23.709
57.255
157
188
64
53
125
126
#9DBC40
12
71.941
19.363
67.857
224
163
46
28
189
135
#E0A32E
13
28.778
14.179
-50.297
56
61
150
168
116
103
#383D96
14
55.261
-38.342
31.370
70
148
73
87
91
109
#469449
15
42.101
53.378
28.190
175
54
60
253
135
115
#AF363C
16
81.733
4.039
79.819
231
199
31
36
206
131
#E7C71F
17
51.935
49.986
-14.574
187
86
149
229
109
137
#BB5695
18
51.038
-28.631
-28.638
8
133
161
135
231
85
#0885A1
19
96.539
-0.425
1.186
243
243
242
43
10
243
#F3F3F2
20
81.257
-0.638
-0.335
200
200
200
0
0
200
#C8C8C8
21
66.766
-0.734
-0.504
160
160
160
0
0
160
#A0A0A0
22
50.867
-0.153
-0.270
122
122
121
43
1
122
#7A7A79
23
35.656
-0.421
-1.231
85
85
85
0
0
85
#555555
24
20.461
-0.079
-0.973
52
52
52
0
0
52
#343434

Je vous ai donné 4 unités colorimétriques de manière à pouvoir recréer exactement la couleur, quelle que soit l'unité reconnue par votre logiciel graphique (certains n'en utilisent qu'une, d'autres plusieurs). N'allez pas vous amuser à utiliser toutes les valeurs contenues dans chaque ligne, contentez-vous d'un type de valeurs Lab ou RVB ou TSL ou HTML...

Voilà, c'était long mais nous sommes arrivés au bout... il ne reste plus qu'à imprimer notre charte Macbeth.

Pour son utilisation dans le cadre de l'étalonnage de son appareil photographique ou de son scanner, voir ici.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


FABRIQUER UN MANCHON DE CHARGEMENT DE FILM POUR PRESQUE RIEN

Pour tous ceux qui ne possèdent pas de chambre noire et qui aimeraient faire de la photographie argentique (quitte à faire uniquement le développement chimique et le tirage numérique), et je sais qu'ils sont nombreux, le manchon de chargement de film est un accessoire incontournable !!! Ce n'est pas que cela soit particulièrement cher, mais bon, 30€ par ci et 30€ par là et on arrive rapidement à des budgets conséquents...

Je vous propose donc ici les différentes étapes du manchon de chargement que j'ai traversé dans ma « carrière » de photographe amateur. Bon, je suis un peu un renégat puisque j'ai fini par en acheter un tout fait (mais uniquement parce que j'ai horreur du contact "humide" du plastique).

Au tout début, je donnais mes films au laboratoire... donc aucun problème...

Un jour, j'ai décidé de développer moi même et là... aucune chambre 100% noire (la lumière était suffisamment faible pour le tirage mais pour ce qui était des films, ce micro éclairage était suffisant pour les voiler !). Je ne connaissais pas encore les manchons de chargement donc... système D pour système D... j'ai décidé de me plonger dans mon lit, sous les draps et autres couettes, tête première, de me rouler en boule de façon à ce qu'aucune lumière ne vienne me déranger. C'est très simple, si vous ne percevez aucune lueur après 2 minutes dans un environnement paraissant noir, c'est qu'il est réellement noir... Et bien mon lit était... 100% noir ! Investissement : 0€ !... Par contre, le chargement du film dans la cuve me coûtait beaucoup... en boisson !... Passer 10 minutes dans un lit, sans un seul millimètre de peau à l'extérieur... je ne vous raconte pas ! La solution était le strip tease, mais je ne vous dit pas le travail... Bref il fallait trouver autre chose...

Puis j'ai entendu parler du manchon de chargement et je me suis tout de suite décidé à en « inventer » un (je dis inventer car je n'avais pas la moindre idée de ce à quoi cela pouvait ressembler !). J'ai fait plusieurs tests pour finalement arriver à quelque chose de tout à fait acceptable. Bien sûr, ce prototype a disparu depuis bien longtemps mais je vous livre la recette de mémoire :

Matériel :
—1 sac de plastique épais et noir. Pas un sac pour ordures ménagères (trop fin et pas opaque !).
—1 tube de colle pour plastique
—4 élastiques (2 peuvent suffire)
—2 baguettes de bois ou de plastique (facultatif)
—2 pinces à linge (une peut suffire)
—1 paire de ciseaux
et c'est tout !... Prix de reviens : négligeable !...

Réalisation :
—Le genre de sac plastique dont je parle est tellement grand (volumineux) qu'il est possible de découper une bonne quarantaine~cinquantaine de centimètre au niveau de la gueule du sac. C'est d'ailleurs recommandé puisque laissé entier, il est tellement grand qu'il finit par nous gêner. Ce lambeau de sac doit être conservé pour la suite.

—Puis, il suffit de découper perpendiculairement cette "chute" de plastique de manière à obtenir 2 morceaux identiques (je vous rappelle qu'il s'agit d'un sac et qu'un sac est constitué de... 2 feuillets)
—Avec chacun de ces deux morceaux, on crée un "tube" en collant une extrémité sur l'autre, sur toute la longueur. Sur mon schéma, le petit côté faisait ~50cm donc les deux "tubes" mesuraient la largeur du sac.
—Avec la partie principale (le "fond" du sac) il faut découper les coins du fond du sac.
—Reste à coller les "tubes" sur les trous des coins du fond du sac.
—Voilà, le manchon est quasiment terminé : on a un grand volume dans le noir et deux "tuyaux" par lesquels on peut passer les mains (et même les bras !). Il reste à envisager l'étanchéité à la lumière.
—Pour occulter les manchons, il suffit de placer un élastique (pas trop serré, il doit pouvoir faire le tour de votre biceps sans vous couper la circulation !!!) et de l'enfermer en faisant un repli de l'extrémité de la manchette que l'on collera également de façon à ne pas perdre l'élastique lorsque le manchon sera rangé.
—Voilà, c'est quasiment terminé, restait à fermer la grande ouverture du sac. Dans un premier temps, je ne me suis pas trop cassé la tête : il suffisait de prendre la gueule du sac, de l'enrouler comme un sac poubelle et de le maintenir fermé avec une pince à linge. Très simple (trop simple) mais efficace. Par contre, à la longue, je me suis rendu compte que ce système de fermeture déplaçait le contenu du sac et, quand tous est en vrac dans le sac, on a beaucoup plus de mal à travailler (ce n'est rien de le dire !)... Donc j'ai créé une fermeture améliorée.
—Je pince la gueule du sac entre deux baguettes (de bois ou de plastique). Les 2 baguettes sont solidarisées avec un élastique à chaque extrémité.
—Ensuite, il suffit d'enrouler de quelques tours la gueule du sac autour des baguettes, de consolider le tout avec 2 pinces à linge et... le tour est joué !

—100% efficace, pratiquement gratuit et, en plus, vous pourrez le faire aussi grand (ou petit) que vous le souhaitez.
— Le mien était "tellement" grand que j'était un peu ennuyé pour travailler à l'intérieur, c'est pourquoi j'ai créé une petite structure en fil de fer (une espèce de cube mais uniquement les arrêtes) que je plaçais dans le manchon et qui m'apportait un confort d'utilisation optimal !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


ÉLOIGNER LES VOLEURS POUR PRESQUE RIEN

Dans ce monde où tout « fout le camp », il est tout de même rageant de dépenser des fortunes en matériel photographique pour se le faire voler à la première occasion... Cela fait un certain temps que ce fléau sévit, mais il me semble que le phénomène ne va pas en diminuant, et loin s'en faut !...

Comment faire ? Laisser son matériel à la maison et se contenter de faire le la photographie de studio, de la macrophotographie de studio, de la nature morte de studio ? Cette solution est envisageable mais non souveraine... si on venait à pénétrer chez vous le problème serait le même...

Il y a très longtemps déjà, des "précurseurs" de la « défense passive » proposaient de masquer la marque de son matériel avec une bande de gaffer noir. L'idée avait du bon mais les mentalités ont également évoluées... aujourd'hui, qui dit matériel photo sans marque apparente dit systématiquement matériel photo très cher... il faut s'en charger sans attendre, on découvrira la marque plus tard...

Puisque les voleurs ont compris qu'il est indispensable qu'un appareil porte une marque, avec quelques minutes de "travail" et un minimum d'application, on va leur en donner de la marque !...

APPROCHEZ M'SIEU DAM', venez admirer mon
Que pensez-vous de mon
Ne préféreriez-vous pas mon
J'ai aussi en magasin du
Et même pas mal de

désolé pour les non 100% francophones, les sous-entendus ne sont pas forcément très évocateurs pour eux

On conserve la graphie, les connaisseurs apprécieront... les voleurs probablement beaucoup moins !...

Il suffit de se procurer le logo sur internet, de l'imprimer, de découper les futures lettres, de poser le pochoir obtenu sur du gaffer, un coup de bombe de peinture blanche et le tour est joué !...

Bon, je me suis un peu amusé ici pour trouver des noms (un peu trop) proches des vrais, mais c'est tout de même mieux que la marque TARTEMPION qui ne tromperait personne...

Faites donc preuve d'un peu d'originalité et vous aurez un bel appareil d'une marque totalement inconnue...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


FACILITER L'ANALYSE DE SES NÉGATIFS

Tout photographe débutant en argentique est confronté au même problème : j'ai créé des négatifs, je les ai développés, maintenant il me faut les analyser afin de voir leur qualité et déterminer s'ils méritent un agrandissement (ou un scannage pour impression). Seulement voilà, juger une image négative n'est franchement pas simple au début !...

Si vous possédez un scanner pour film, le travail ne sera pas gigantesque pour obtenir un positif et ainsi déterminer si vous conservez le négatif ou non. Si vous ne possédez pas de scanner à film, vous pouvez utiliser les techniques décrites ici...

Si, maintenant vous n'êtes pas équipé pour la photographie numérique (appareil photo numérique et/ou scanner à document -je ne parle pas de scanner pour film-) et que vous ne souhaitez faire que de la photographie argentique, c'est à dire poursuivre votre travail de laboratoire jusqu'à l'image papier finale, il y a trois façons de juger ses négatifs :
1) si vous éclairez en lumière rasante (par le dessus) votre négatif et que vous le regardez de biais, vous le verrez en positif. Ça fonctionne très bien, mais je dois avouer que la technique est "acrobatique" et vite décourageante.

2) la meilleure technique est celle que des dizaines de générations de photographes ont utilisée : "apprendre" à juger directement l'image négative. Cela est souverain et c'est même la technique que je recommande, mais il est vrai qu'aujourd'hui on veut tout et tout de suite... donc autant oublier cette technique.

3) comme (presque) tout le monde, du moins je l'espère (sinon je n'ai rien pour vous...), vous possédez un smartphone... demandez-lui de vous montrer le positif de votre négatif... c'est simple comme "bonjour", 100% efficace et pas prise de tête pour deux sous...

Tous les smartphones possèdent des réglages permettant leur utilisation par des handicapés (c'est bien la moindre des choses !!!) et bien utilisons ces réglages pour visualiser nos négatifs en positif !!!

-> Chez Apple (testé sur iPhone 4 mais cela fonctionne certainement sur les autres modèles et probablement aussi sur les tablettes...) entrez dans l'arborescence des menus suivants :

Réglages | Général | Accessibilité | Raccourci d'accessibilité | Inverser les couleurs

Cela étant fait, il vous suffit de cliquer rapidement 3 fois sur le bouton principal (rond) pour passer d'un affichage "classique" en un affichage "négatif". Utilisez maintenant l'application "Appareil photo" ou mieux une application loupe et visez votre négatif éclairé par le dessous (à travers un dépoli OU un papier calque OU un éclairage indirect -lumière se reflétant sur une feuille de papier blanc- inspirez-vous ici) et... oh miracle, vous verrez votre négatif en positif !...
Pour revenir à un affichage "normal" il suffira de cliquer à nouveau rapidement 3 fois sur le bouton principal.

-> Chez Samsung (testé sur Galaxy S3 mais cela fonctionne certainement sur les autres modèles et probablement aussi sur les tablettes...) entrez dans l'arborescence des menus suivants :

Paramètres | Accessibilité | Couleurs négatives

et, comme pour Apple (ci-dessus), miracle, votre négatif vous apparaîtra positif... Chez Samsung c'est un peu moins pratique puisqu'aucun bouton n'est programmé pour passer de l'affichage positif à l'affichage négatif et il sera donc nécessaire de repasser par les menus... mais avouez que ce n'est tout de même pas la mer à boire !...

-> Chez les autres constructeurs je n'ai pas testé mais la procédure doit être quasiment la même !...

Maintenant, je reste psychorigide en insistant "lourdement" sur la nécessité d'apprendre à lire directement vos négatifs... et pourquoi ne pas utiliser les capacités de votre smartphone pour acquérir plus rapidement et plus facilement la "vision en négatif" ?

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


SE FABRIQUER UN SUPERBE PORTE FILTRE POUR 0€

Au moment d'essayer la photographie en pose longue à l'aide de filtres de soudure s'est posé le problème du porte filtre. Mes objectifs à lentille frontale de plus fort diamètre étant de 82mm et possédant des bagues d'adaptation pour pratiquement tous les autres je n'avais qu'à trouver un moyen de faire tenir mes plaques de verre pour un seul diamètre de 82mm. Un gros problème se trouvait déjà écarté. Cela dit, tout le monde ne souhaite pas forcément utiliser ses filtres sur plusieurs objectifs de diamètres différents et ils n'auront pas à gérer ce problème non plus...

Par contre, les filtres de soudure, de par leurs caractéristiques, posent des problèmes que les autres filtres ne posent pas... Donc si je trouve un système efficace pour les filtres de soudure, ces problèmes ne se poseront pas pour les autres filtres non plus...

Parmi les caractéristiques particulières des filtres de soudure il faut noter leur pouvoir réfléchissant presque identique à celui d'un miroir. Cela sous tend un soin tout particulier à apporter quant à la gestion des incidences lumineuses : risque de flare important d'où présence conseillée d'un pare soleil ET absence totale d'incidence lumineuse entre le filtre de soudure et la lentille frontale de l'objectif. Ces deux points interdisent donc la facilité qui consiste à placer le filtre devant l'objectif et de le faire tenir via de simples élastiques comme on peut le voir partout sur internet ! De la même manière, le détournement d'un porte filtre type Cokin ou Lee n'est pas recommandable à cause de "fuites" arrières (ce bricolage est également répandu sur internet). Il reste les bagues de fixation de ces portes filtres (Cokin ou Lee) qui peuvent être collées sur le filtre de soudure, ceci est très envisageable SAUF qu'il est nécessaire de se procurer une colle noire (type silicone) et cela ne résoud pas le problème du pare soleil... En plus, vu la taille de ces plaques de verre, donc leur poids, j'avoue ne pas être très à l'aise à l'idée de me contenter d'un cercle de silicone...

J'ai donc beaucoup réfléchi et beaucoup cherché pour finalement arrêter mon choix sur de la mousse synthétique dense et noire. Je vais créer un demi-cube vide aux dimensions de mes verres de soudure en créant une petite fente latérale pour faire coulisser le filtre de soudure à l'intérieur de ce demi-cube et suffisamment reculé pour que ce verre de soudure soit directement en contact avec le fond de ma "boite". Il ne restera plus qu'à faire un trou de ~83mm de diamètre (82mm de diamètre de lentille + ~1mm pour le corps de l'objectif ou de l'adaptateur) sur le fond pour pouvoir faire pénétrer la lentille frontale de l'objectif sur un bon centimètre dans la mousse. Puisque tous mes objectifs auront, grâce aux adaptateurs, exactement le même diamètre, il n'y aura aucune arrivée de lumière par l'arrière. Puisque le filtre de soudure sera en contact avec le fond de la "boite", toute la profondeur de la boite servira de pare soleil !!! Puisque le fond de la boite est relativement épais, le "porte filtre" sera parfaitement bloqué (sans jeu) contre l'objectif d'où aucun risque de voir le système se désadapter et donc aucun risque de casse du filtre de soudure... C'est aussi simple que cela, la mousse se trouve partout où il existe des cartons d'emballages au rebut donc, prix de revient... nul !... Outillage ? Un couteau scie pointu, un peu de colle si vous ne trouvez pas une boite déjà toute faite aux dimensions souhaitées et puis c'est tout !... Personnellement, j'ai eu la "chance" de tomber sur une boite déjà collée et aux dimensions exactes !...

Mais je parle, je parle, mais tout cela n'est peut-être pas très clair... voici donc quelques images de mon montage :

La boite en mousse synthétique dont le fond a été percé d'un trou de ~83mm

Sur un côté, tout contre le fond, j'ai percé une fente (de l'épaisseur du filtre) pour y glisser mes plaques de verre (filtres de soudure). Pour la photo j'aurais pu y placer une plaque plutôt qu'une feuille de papier, mais le vert foncé des plaques et le noir de la mousse ne permettaient pas de bien distinguer le montage...

Sur mes boîtiers (ici mon Canon EOS-3), ou plutôt sur l'objectif (ici un Canon EF 50mm f/1.4 USM) j'ai monté l'adaptateur 58->82mm

Il ne reste plus qu'a adapter ma boite de mousse jusqu'à ce que l'adaptateur soit au niveau de la face interne du fond de la boite (pour une étanchéité parfaite). Puis d'installer le filtre. Bien sûr, mon montage est gigantesque... on ne voit plus du tout l'EOS-3... mais mes plaques de verre de soudure mesurent 12x14cm (!!!). Lorsque ma plaque de verre de soudure est glissée dans la fente (montrée plus haut), elle couvre la totalité du fond de ma boite de mousse (étanchéité parfaite) et quasiment en contact avec l'adaptateur. Je n'ai pas fait d'image avec la plaque en place puisqu'elle masquerait tout... il est plus important de voir la localisation de l'adaptateur de diamètre d'objectif par rapport au fond de ma boite !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


UTILISER UN OBJECTIF M42 AUTOMATIQUE AVEC ADAPTATEUR PENTAX K POUR 0€

Vous possédez un excellent objectif M42 automatique que vous souhaitez utiliser avec un boîtier Pentax K. Facile, les Pentax sont compatibles entre eux depuis toujours... Oui mais voilà, les Pentax M42 étaient tous soit manuels soit équipés d'une molette automatique/manuel DONC l'adaptateur Pentax M42/K n'a pas été prévu pour gérer les objectifs M42 uniquement automatiques !!! Les clones (moins chers) de l'adaptateur Pentax ne proposant pas non plus de solution. Le M42 automatique fonctionnera donc sur votre Pentax K mais uniquement à pleine ouverture... dommage !... Mission impossible donc ? Pas du tout, un simple petit bricolage très simple et le problème est résolu !!!

Voici l'adaptateur Pentax :

Comme on peut le constater, rien ne viendra écraser la petite pointe permettant de fermer le diaphragme à la valeur réglée sur la bague de l'objectif !...

Il ne manque vraiment pas grand chose, donc il sera facile de modifier cette bague !

Je vous propose de vous mettre à la recherche de :
- un rouleau de bande adhésive
- un petit morceau de plastique
- une paire de ciseaux
- un cutter
- un tube de colle extra forte
- un tout petit peu de patience

Première étape :

1) Repérer le point rouge qui localise l'installation de l'adaptateur OU installer votre objectif M42 dans l'adaptateur.
2) À l'aide du ruban adhésif, protéger le pas de vis ainsi que la baïonnette au niveau de la joue opposée au point rouge OU au niveau de la joue qui se situe à côté de la pointe de l'objectif M42 automatique. Bien sûr il faudra retirer l'objectif après localisation de la bonne joue pour pouvoir protéger le pas de vis !!!

Deuxième étape :
Découper votre petit bout de plastique aux dimensions (approximatives) de la joue de la baïonnette K repérée à l'étape 1 de manière à ce qu'elle dépasse vers l'intérieur sur environs 2~4mm (elle sera retaillée au besoin)

Troisième étape :
Sur la face opposée, donc côté boîtier (ou côté baïonnette K, ou côté opposé à la notation Pentax M42), couvrir la joue (de la monture K) repérée à l'étape 1 avec de la colle extra forte. Et faites de même avec votre petit morceau de plastique.

Quatrième étape :
Placez le bout de plastique sur la joue préencollée. Laisser sécher le temps préconisé par le fabricant de la colle (ATTENTION : certaines colles extra fortes nécessitent de 12 à 24 heures pour être tout à fait efficaces... ne soyez pas trop impatient... ça ferait capoter le projet !)

Cinquième étape :
Retirer les éventuelles bavures de la colle. Retirez les morceaux de bande adhésive qui protégeaient le pas de vis ainsi que la baïonnette K. Retirer les éventuelles bavures de colle présentes sur le pas de vis ou la baïonnette, c'est peu probable que cela se produise grâce à la protection de l'étape 1, mais selon la consistance de la colle, il est préférable de vérifier...

Sixième étape :
Découpez le morceau de plastique au cutter de façon à ce que rien ne dépasse de la joue de la baïonnette, ni du bord externe de l'adaptateur. Vissez lentement et pas à fond (!!!) l'objectif M42 automatique afin de déterminer s'il est nécessaire de retailler un peu de plastique à l'intérieur. Si vous insérez l'objectif à fond sur l'adaptateur et que le morceau de plastique est trop long, vous risquez de le décoller puisque la partie centrale de l'objectif est plus longue que la zone où se situe la petite pointe à écraser avec le plastique... Découpez le plastique si nécessaire.

Septième étape :

TADA !!! C'est terminé !...

Huitième étape :
Ne faites pas comme la majorité des gens qui installent l'adaptateur au boîtier puis l'objectif dans l'adaptateur !!! Pentax prévenait bien qu'il fallait installer l'objectif dans l'adaptateur PUIS installer l'adaptateur sur le boîtier.

Maintenant, votre objectif M42 automatique réagira exactement comme un M42 manuel avec ouverture du diaphragme réelle à mesure que vous tournez la bague de réglage de la valeur du diaphragme...

Bon, vous allez me dire que ce n'est vraiment pas très joli, certes, MAIS :
1) c'est à l'intérieur du boîtier et coincé entre l'objectif et le boîtier donc on ne verra rien.
2) le bricolage est simple, même avec deux mains gauches, tout le monde pourra le faire.
3) la modification est efficace.

Maintenant, il y a d'autres moyens plus sophistiqués d'obtenir la même chose, avec de la soudure ou autre... c'est probablement plus joli mais plus compliqué et ça demande du matériel. Il y a également la possibilité d'acheter des adaptateurs chinois qui proposent le même genre de service, mais à 30~60€, déjà c'est bien plus cher et, en plus, j'ai pu lire que ces adaptateurs ne sont franchement pas très bien usinés et soit ils n'entrent pas dans la baïonnette du boîtier, soit ils frottent tellement qu'il risquent carrément de fausser la baïonnette... Personnellement, je trouve que la laideur de mon résultat a du bon !!!

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


 


 


Flag Counter

En savoir plus