Accueil
Index général
Contacter le Webmaster
Note de copyright
Particularités & fonctionnement
Vous pouvez participer
Appel aux internautes
Liens
Dernières mises à jour
Le livre d'or
Qui suis-je ?
Mon matériel (chéri)
La page des débutants
Quelques cotes
Ma galerie photographique
Ma carte blanche
Le tableau d'honneur
Historique de l'appareil photographique
La grande histoire de Pentax®
Les appareils photographiques de l'Est
Quelques modes d'emploi introuvables
Un petit « cours » de photographie
L'alphabet russe
Les logos des marques
Des bricolages pour photographes
Les mauvais plans à éviter absolument
Les théories influençant la photographie
Les fiches techniques
Mise au point sur...
Les secrets d'une photographie
Les tests approfondis
Les tests improbables
Quid du M42 ?
La photo vue par la toute jeune génération
Faire ses débuts en photo argentique
Faire ses débuts en photo numérique
Analogique | Numérique - Une alternative
Manifeste pour la lenteur en photographie
Questions & tuyaux en photo numérique
Quel objectif pour reflex Pentax numérique ?
Un fantasme devenu possible ?
Les foires à la photo - Dénicher des occaz
Un petit tour au laboratoire
Un peu de labo numérique
Choisir son appareil photographique
Quel appareil pour quelle photo ?
Choisir son (ses) objectif (s)
Choisir son statif
Quels accessoires envisager ?
Utiliser / faire revivre les filtres
Vérifier son matériel
Que penser des Kiev et de ceux qui les modifient ?
Acheter un appareil soviétique ?
Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire !
Les lois d'une nouvelle expérience photographique
De l'acte photographique
Le grand match
Prendre soin de ses appareils photographiques
Où faire réviser/réparer son appareil photo ?
Composition : erreurs fréquentes à éviter plus conseils
Techniques photographiques évoluées
Programmer sa propre évolution photographique
Retrouver l'inspiration photographique
Créer un studio « professionnel » à moindre frais
Projets d'expérimentations
Expériences de paléophotographie
Parlons matériel (pas marque !)
Mes photographes préférés
Quid de la lomographie ?
Dernière minute
Questions / Réponses
1001 trucs à connaître
Et si on essayait de comprendre les photos ?
Et si on essayait l'originalité ?
Et si on s'essayait à la macrophotographie ?
Et si on s'essayait au panoramique ?
Et si on s'essayait à la trichromie ?
Et si on s'essayait à l'autochrome ?
Et si on s'essayait au noir et blanc créatif ?
Et si on se construisait un appareil sténopé ?
Et si on s'essayait au moyen format ?
Et si on s'essayait au grand format ?
Photographier sans lumière ?
Photographier avec un smartphone/une tablette
Photographier avec un compact bas de gamme
Ces petits trucs qui changent tout
La photographie itinérante
Les styles en photographie
La petite histoire d'une photographie
Devenir meilleur photographe
Équipement logiciel de qualité à bas prix !
Que peut-on attendre des logiciels photo ?
Divagations
Peut-on protéger ses créations ?
Le coin des polémiques
Hommage à FERNAND BIGNON
Lettre ouverte aux (futurs) argentistes
Les photographes sont tous C H A R L I E

 

Dans cette page du site « www.thydelor.eu », comme dans celle dédiée à la trichromie (ici), nous allons envisager une technique ancienne, pas forcément évidente à mettre en œuvre, et essayer de l'adapter à notre monde moderne (actuel serait plus juste !).

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

L'autochrome, qu'est-ce que c'est ? L'autochrome à l'heure numérique
L'autochrome analogique ré-inventé  


L'AUTOCHROME, QU'EST-CE QUE C'EST ?

Si l'on demande à Wikipédia (ce n'est pas la meilleure des sources, mais la plus accessible !), on apprend que :
« L'autochrome est un procédé de restitution photographique des couleurs breveté le 17 décembre 1903 par les frères Auguste et Louis Lumière. C'est la première technique industrielle de photographie couleurs, elle produit des images positives sur plaques de verre. Elle fut utilisée entre 1907 et 1932 environ. On lui doit en particulier de nombreuses photos de la Première Guerre mondiale. »

Mwouhèè, cela ne nous en dit pas franchement plus... Ils ajoutent :
« À l'opposé des autres techniques de l'époque, ce procédé qui emploie la méthode additive enregistre l'image sur une seule plaque photographique, sous forme d'une image noir et blanc composite représentant le rouge, le vert et le bleu. Émulsion et filtre sont intimement liés, de la prise de vue à la projection, du fait du caractère aléatoire du filtre. La technique consiste à saupoudrer une plaque de verre avec des millions de particules microscopiques (10 à 20 micromètres) — des grains de fécule de pomme de terre — teints en rouge (orange), vert et bleu (violet), fixés par de la résine. Les interstices entre les grains sont comblés par de la poudre de carbone très fine (noir de fumée). Ce filtre est scellé par une laque qui le protège pendant les opérations de développement de la surface sensible qui a été déposée sur le tout. L'exposition se fait, plaque de verre en avant. Le développement est complexe puisqu'il faut inverser l'image : deux développements successifs avec une post-insolation. La restitution s'effectue par rétro-éclairage, source de lumière du côté de la surface sensible. Même avec une excellente émulsion, la présence du filtre réduit la sensibilité effective de 4 à 8 ISO. Du coup, cette technique demande un long temps de pose, d'où la mise en scène des personnages et le flou fréquent de la végétation. »

Là on en sait déjà beaucoup plus et on comprend immédiatement qu'il nous sera impossible de faire de même (surtout que l'explication sur la création du filtre est simplifiée ici !). Donc, oui, il nous sera quasiment impossible de faire de même aujourd'hui. Je dis bien quasiment puisqu'il existe des passionnés qui y parviennent merveilleusement !...

Ceci nous apprend donc deux choses :
- l'autochrome est l'ancêtre de la diapositive couleur, il est équivalent à un film inversible et les deux procédés nécessitent un double développement
- l'autochrome utilise le même principe que la trichromie (voir ici), et s'il n'utilise pas le Rouge - Vert - Bleu mais le Rouge-oranger - Vert - Bleu-violet, cela ne change rien (voir l'article sur la couleur ici)

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


L'AUTOCHROME À L'HEURE NUMÉRIQUE

Dans l'esprit des gens d'aujourd'hui, le numérique permet de tout faire et de tout simplifier... c'est une véritable hérésie... sauf que pour le sujet qui nous intéresse aujourd'hui, ce n'est pas tout à fait faux !... Même si l'on souhaite faire du vrai autochrome un jour, il peut être intéressant de s'essayer à faire de l'ersatz d'autochrome (autochrome numérique) dans un premier temps.

Ce sujet m'intéresse depuis longtemps, mais je ne savais jamais trop par quel bout le prendre pour le transposer au monde numérique... et de nombreux essais ont terminés dans la corbeille de Windows (et quand je dis nombreux essais, c'est un euphémisme !...).

Le but du jeu est de pouvoir créer un filtre composé d'une trame de points colorés (rouge-orangé, vert, bleu-violet) répartis de manière aléatoire sur toute la surface de la future image. Ce filtre devrait ressembler à quelque chose comme :

Oh, rien de plus simple !... Allez-y, essayez, et vous m'en direz des nouvelles !!! (au fait, n'essayez pas de récupérer simplement l'image ci-dessus, elle ne vous servira à rien du tout... vous pensez bien que j'ai essayé bien avant vous ! ).

Essayer de recréer correctement cette trame aléatoire m'a dégoûté de l'autochrome numérique pendant bien des mois... Mais, régulièrement je remets le sujet sur la table, espérant qu'une maturation inconsciente avait eu lieu...

En me promenant sur l'internet, j'ai trouvé énormément de sites traitant d'autochrome (certains étant très intéressants), mais extraordinairement peu qui traitaient de la transposition numérique du procédé. Et parmi ces sites, aucun n'a réussi à créer quelque chose d'approchant à l'autochrome (ils en sont encore tous extrêmement loin à mon avis !). Et pourtant, certains y ont investi beaucoup de temps et d'énergie, probablement du sang et des larmes aussi... pour pas grand chose !... J'ai même trouvé un forum dans lequel on nous proposait de créer un bruit numérique (via un logiciel) et reprendre manuellement les couleurs qui ne conviennent pas (!!!!) sachant qu'il faudrait corriger plusieurs dizaines de milliers de points (voire plus !), autant abandonner tout de suite et se tourner vers des presets téléchargeables pour Lightroom (qui au passage sont nuls !...).

J'ai donc entrepris des recherches personnelles diverses et variées qui ont abouties à des résultats intéressants d'un point de vue graphique, mais qui n'avait d'autochrome que le nom !... J'ai tout essayé, jusqu'à n'utiliser que des photographies argentiques scannées pour tirer profit du grain et... rien !... Pour vous donner une idée de mes résultats, voici quelques reproductions :


Il y avait de l'idée mais, le pointillisme était trop important, les couleurs trop marquées et les contrastes trop forts... Même un post traitement ne suffisait pas à améliorer les choses !...

Autre technique... sans commentaire... poubelle !...

Autre technique, un peu mieux mais TRÈS loin de l'autochrome !...

Autre technique, beaucoup mieux mais pas encore satisfaisant !...

Et puis, une nuit, réveil en sursaut... je pensais tenir la solution !... Voilà le résultat :


Et, en effet, je n'étais pas loin DU résultat escompté !...

Il ne me restait plus que des points de détail à résoudre !... En effet, lorsqu'on regarde un vrai autochrome à une distance de lecture normale, on ne visualise pas tous ces points colorés ! Ils ne deviennent apparents que si on s'approche (ou si on grossit l'image !). Ma technique semble bonne mais il fallait modifier la représentation du pointillisme hors sujet dans le cadre de l'autochrome !...

Après plusieurs essais, j'ai obtenu cela :

Ce n'est plus du tout de l'autochrome numérique me direz-vous... on ne voit plus du tout la trame colorée... Et bien, je vous propose une visualisation d'un détail à 100% avant de vous prononcer :

Oui, je pense avoir réussi à obtenir un premier résultat vraiment intéressant... Il ne me reste plus qu'à obtenir des tonalités un peu plus pastels pour véritablement relever le défi que je m'étais lancé !...

Ce résultat est tel que je vais vous livrer ma technique. Elle est très simple et très rapide, contrairement à ce que j'ai pu voir de droite et de gauche !...

MA TECHNIQUE DE L'AUTOCHROME NUMÉRIQUE

Pour créer cet effet, j'ai utilisé Photoshop, mais n'importe quel logiciel évolué de traitement d'image peut vous offrir les mêmes possibilités !...

1) Ouvrir votre image numérique
2) Créer une nouvelle image (fond blanc) aux mêmes dimensions que votre image numérique
3) Créer la trame de l'autochrome comme suit :

a)
Créer un bruit numérique monochrome gaussien (commande filtre|bruit|ajouter bruit dans Photoshop) représentant 25% de la surface de la nouvelle image créée.
b)
Faire disparaître les points gris à l'aide de la commande "Niveaux" (menu image|réglages dans Photoshop). Dans les niveaux d'entrée, déplacer le curseur des tons clairs à l'extrême droite (vers les tons sombres), on bloque à une valeur de 253.
c)
Dans la mesure où il reste encore quelques rares points gris, on va sélectionner la couleur blanche puis inverser la sélection. Ainsi, on aura sélectionné tous les points à colorer.
d)
25% est, à la louche, la proportion des points rouge-orangés dans la trame autochrome. Les points noirs (et les quelques gris) sont donc à colorer en rouge-orangé avec la commande teinte/saturation. Puis désélectionner les points rouge-orangés.
e)
Créer un nouveau calque et le remplir de blanc.
f)
Sur ce nouveau calque, créer un bruit numérique monochrome gaussien (commande filtre|bruit|ajouter bruit dans Photoshop) représentant 35% de la surface du calque.
g)
Faire disparaître les points gris à l'aide de la commande "Niveaux" (menu image|réglages dans Photoshop). Dans les niveaux d'entrée, déplacer le curseur des tons clairs à l'extrême droite (vers les tons sombres), on bloque à une valeur de 253.
h)
Dans la mesure où il reste encore quelques rares points gris, on va sélectionner la couleur blanche puis inverser la sélection. Ainsi, on aura sélectionné tous les points à colorer.
i)
35% est, à la louche, la proportion des points bleu-violets dans la trame autochrome. Les points noirs (et les quelques gris) sont donc à colorer en bleu-violet avec la commande teinte/saturation. Puis désélectionner les points bleu-violets.
j)
Créer un nouveau calque et le remplir de blanc.
k)
Sur ce nouveau calque, créer un bruit numérique monochrome gaussien (commande filtre|bruit|ajouter bruit dans Photoshop) représentant 40% de la surface du calque.
l)
Faire disparaître les points gris à l'aide de la commande "Niveaux" (menu image|réglages dans Photoshop). Dans les niveaux d'entrée, déplacer le curseur des tons clairs à l'extrême droite (vers les tons sombres), on bloque à une valeur de 253.
m)
Dans la mesure où il reste encore quelques rares points gris, on va sélectionner la couleur blanche puis inverser la sélection. Ainsi, on aura sélectionné tous les points à colorer.
n)
40% est, à la louche, la proportion des points verts dans la trame autochrome. Les points noirs (et les quelques gris) sont donc à colorer en vert avec la commande teinte/saturation. Puis désélectionner les points verts.
o)
Il va maintenant falloir donner la même force aux 3 calques. Pour cela, régler l'opacité du calque "vert" à 33%, l'opacité du calque "bleu-violet" à 50% (et, bien sûr, laisser l'arrière plan à 100%).
p)
On peut maintenant aplatir l'image (les 3 calques n'en faisant plus qu'un).
q)
Créer un flou gaussien. J'ai pris 0,3 pixel, mais il faut adapter à la taille de l'image.
q')
S'il reste des points blancs (c'est quasiment certain !) Sélectionnez la couleur blanche et la transformez-la en noir...
r)
Notre trame est prête.

4) Ajouter un calque sur la trame.
5) Coller une copie de votre image numérique sur ce nouveau calque.
6) Sélectionner le mode de fusion « lumière dure » du calque contenant la photo.
7) Éventuellement, on peu réduire légèrement l'opacité du calque contenant la photo.
8) On peut maintenant aplatir l'image (les deux calques n'en faisant plus qu'un).
9) Éventuellement, on peu réduire légèrement la vibrance et la saturation de l'image obtenue.
10) Vous avez obtenu votre autochrome numérique !...


Pour plus de vraisemblance, un petit coup de filtre « Lueur diffuse » peut être bienvenu.

Et dernier point, ajouter un petit déséquilibre des couleurs pour faire plus « ancien »...

Je pense être arrivé au bout de ma démonstration. Bien sûr, vous pouvez ajouter tous les filtres que vous souhaitez (à condition de ne pas trop exagérer !)

MAIS, en suivant la même procédure, on peut espérer beaucoup mieux, simplement en réfléchissant dès la prise de vue et en abandonnant l'ajout (pas toujours très heureux) de filtres après création ! Dans l'exemple que je vais vous proposer maintenant, j'ai choisi un simple paysage, un jour légèrement brumeux, et décidé d'appliquer une légère surexposition (+1 IL). La légère brume et la surexposition ont un effet cumulé sur la baisse drastique des contrastes. Ainsi, avant même la création de notre autochrome numérique, on dispose d'une photo ancienne qui se prètera merveilleusement à cet exercice !...


image de départ telle que souhaitée

Image finale après traitement

Avouez qu'on n'est pas très loin d'un vrai autochrome !...

Parallèlement à mes travaux, un internaute de mes amis (même si je ne l'ai jamais rencontré !) travaille sur le même sujet en empruntant une voie totalement différente et aboutissant à des résultats très intéressants... Je publierai ici son article dès qu'il sera prêt.

LA TECHNIQUE DE DOMINIQUE B.

Chose promise... Voici les techniques de Dominique. Tous les textes en italique sont signés Dominique B.

PREMIÈRE TECHNIQUE

1) obtenir des trames autochrome sur le net, les capturer et les répliquer par collage les unes aux autres (la même) pour faire un panneau qui évitera le trop fort grossissement de l’ensemble.
2) calques GIMP, extraction de grains,
3) retouches avec Lightroom pour sortir les hautes lumières etc.

Le plus corsé est d’adapter une trame au fond de couleur de la photo initiale et de veiller à la superposeition, donc au mélange, affaire délicate de dosage, mais ça vaut le coup…

Remarque personnelle, un fond flou et/ou un avant plan flou met le sujet particulièrement dans un bel écrin…

DEUXIÈME TECHNIQUE

Nous suggérons ici notre expérience, sans prétendre quoique ce soit si ce n'est retrouver un peu de Beau de ces œuvres....Techniques, oui, mais au service d'une Joie intérieure qui ne demande qu'à se manifester...

La difficulté est d'harmoniser la taille des grains de structure avec l'image. Trop petits, l'effet sera à peine marqué, et trop gros, on risque un effet de flocons de neige et si la vue est en pleine garrigue au mois d'Août... ! Cependant la sensibilité de chacun ira où elle veut, le but de cette opération n'étant pas de prétendre réaliser un autochrome tel que celui de nos aïeux, mais de rejoindre l'émotion que celui ci peut engendrer, parce que nous sommes sensibles aux impressionistes, au pointillisme, au pictorialisme et pour quiconque a pu voir de ses yeux quelques autochromes, le choc a été mémorable ! Couleurs, nuances, évanescence, présence, et c'est cela que nous recherchons peu ou prou...... Donc, revenons à notre tentative:

Deux procédés :
1- se servir de quelques filtres de « Bruit », chez GIMP, (téléchargement gratuit) et tourner autour avec les paramêtres couleurs, saturation, luminosité, puis, éventuellement d'affiner avec Lightroom ou autre éditeur. C'est mon choix, j'aime me laisser surprendre par des essais vers les logiciels de Niksoftware qui sont très sympa, mais je vous concède que c'est dense, tout cela et qu'il convient de veiller, comme en composition musicale, de ne pas trop charger : un duo, ce n'est pas forcément simple, un orchestre, c'est encore moins simple !...
2- Si nous cherchons sur le Net la rubrique « autochromes », à la rubrique « photos », sont présentes des exemples de texture d'autochromes, de teintes ou de « granularité différentes ». Superposer cette trame avec le cliché premier, celui qu'on appelle d'arrière plan », quand on parle de « calques » et là encore, tourner à sa guise avec la boîte à outils de GIMP, et finaliser ou non avec Lightroom ou autre éditeur.

Prenons une vue : la petite fille dans l'escalier.

Elle va se prêter à une interprétation plutôt pastel. Il y a des autochromes avec des couleurs beaucoup plus vives, cela dépend évidemment de la prise de vue et du traitement que l'on veut exécuter...

Cette vue en JPEG, je l'ouvre ou la fais glisser sur l'icone du GIMP sur mon bureau. Je vais dans le menu « FILTRES » et j'active « BRUIT », puis « BROUILLARD RVB ». Dosez les 3 curseurs à votre convenance, mais de façon à équilibrer sans dominante.

La granulation est apparente, mais faible, et c'est là qu'il conviendrait, soit à la prise de vue, soit en agrandissant un détail de la photo de la magnifier. Allons chercher dans les coins le petit détail qui nous plaît...

On peut dans « AMELIORATION » aller chercher « WAVELET SHARPEN ». Cherchez la combinaison qui vous semble aller...

On peut renouveler ces paramêtres, mais attention à ne pas obscurcir la luminosité... Je vais donc dans « LUMINOSITE/CONTRASTE » et à vue, j'équilibre comme j'ai envie...

Pour me faire plaisir, je vais utiliser Lightroom pour tenter de sortir les lumières et de recadrer... On fait glisser la photo dans Lightroom, on fait « Importer », elle se retrouve en « Bibliothèque », et on la fait passer dans « Développement ». Je fais glisser les curseurs « Hautes lumières » et « blancs » sur la droite et la lumière vient pour notre plus grand bonheur ! Et en faisant glisser le curseur des « noirs » sur la gauche, je contraste et assombris la rampe, et je trouve cela très chouette !

Je vais recadrer

ce qui va augmenter un poil la granularité. Bon, affaire de goût, le grain est pixellisé si on y regarde de près, mais cela a le mérite de donner une ambiance qui me satisfait...

TROISIÈME TECHNIQUE

Vous vous procurez l'image d'une texture autochrome semblable à celle ci

mais une autre peut être utilisée, selon son grain, sa couleur, et je ne préjuge pas qu'on peut la faire varier de teinte dans un éditeur comme GIMP ou autre. Prenons donc celle là.

Après avoir chargé l'image de la petite fille dans GIMP, on va faire glisser l'image de la texture, le carré, sur l'image qui est apparue dans GIMP. Elle occupe donc une petite place au centre de l'image.

Dans le menu « FENETRES », je cherche « BOITE A OUTILS » et dans ce menu, je clique sur l'icone petit carré grand carré avec une flèche en diagonale.

Puis, je vais sur le « carré rouge » (la texture) au centre de l'image, et en cliquant dessus et en maintenant, j'étire le carré, qui grandit, grandit et je recouvre ainsi l'image. On se sert des petits carrés sur les côtés du quadrillage pour étendre la texture qui ressemble à de la semoule colorée (normal, ce sont des grains de fécule de pomme de terre).

Cliquez sur « ECHELLE » dans le rectangle « Mise à l'échelle » rectangle à gauche de l'écran. (voir plus bas l'image). Dans le menu, on va chercher « FENETRES ANCRABLES », on clique sur « CALQUES » et apparaît donc la fenêtre « calques »

A présent, dans « OPACITE », glissez le curseur à gauche, progressivement, et vers 30%, vous devez avoir la trame, que vous pouvez plus ou moins faire apparaître selon vos goûts.

Le mode « EXTRACTION DE GRAIN » étant coché, une nouvelle texture redonne plus de luminosité à l'ensemble...

Maintenant, j'envoie la dernière photo vers Lightroom pour quelques aménagements. Je clique sur « importer » en bas à droite et fais passer la photo de « Bibliothèque » vers « Développement ».

Hautes lumières/blancs/noirs/cadrage.

Ce qui me gêne, c'est que la texture granuleuse est trop présente sur les bras et les jambes...On va essayer autre chose... Pour ne pas à avoir à agrandir la texture du carré sur l'image, ce qui grossit le grain, on va dupliquer le motif plusieurs fois et faire un patchwork de toutes ces pièces en les collant les une aux autres pour faire une grande couverture. J'envoie l'image sur Office ou ici dans Open Office pour Mac, et je la duplique et je mets bout à bout...

et ainsi de suite pour avoir la plus grande couverture possible... je l'emmène sur l'image en l'étirant avec le même outil que précedemment, et je n'oublie pas de cliquer sur « ECHELLE » dans le rectangle « Mise à l'échelle » à gauche de l'écran. Et puis, OPACITE et EXTRACTION DE GRAIN, et je sauvegarde.

Puis vers Lightroom, lumières, recadrage comme on veut...

En comparant les 2 types de couverture, la seconde image a une granulation plus fine, relativement plus fine... Maintenant cette photo a été prise en numérique, avec un Fuji X100T . Qu'en aurait il été avec un 6X6 ou un 6X9 argentique ?...

Pour cette image, j’ai changé de couleur de texture. Par contre, l’étirement de la texture sur l’image n’est pas la même et donc les « grains » sont étirés et pas « ronds ». Mais le résultat me plaît davantage que les autres….

Que Thierry soit remercié de m'avoir accordé un peu de place dans son site... Effectivement nous ne nous sommes jamais rencontrés, mais nos cœurs sont accordés par delà la distance... Merci à vous, Thierry.

Dominique

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES DE CE PARAGRAPHE EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE DOMINIQUE B. POUR LE SITE www.thydelor.eu

LA PROPOSITION DE TECHNIQUE DE ALAIN B.


J'ai reçu un e-mail de Alain B. qui, souhaitant aussi tester l'autochromie, s'est proposé de tester une voie pour le moins originale de création de la trame autochrome. Son idée n'est qu'un projet, tous les problèmes ne sont pas résolus, mais il faut avouer que même si sa technique ne sera pas à la portée de tout le monde, elle aura, si elle fonctionne comme espéré, le mérite de rapprocher le photographe de sa passion (et l'éloigner de son écran d'ordinateur).

Tous les textes en italique sont signés Alain B.

A mon tour j'ai essayé.

1) Premier résultat

je ne l'ai pas publié, on n'y voyait pas grand chose

2) On affine

3) Ben voilà !
Commander plein de boîtes de s...s, les placer de manière aléatoire, et photographier avec un drone ou un ballon aérostat ...

Il reste deux problèmes :
- si le drone ou le balon ne sont que des images, il faudrait trouver la distance idéale pour obtenir la trame
- il faudrait trouver un moyen de remplir les interstices avec quelque chose de noir...


Je trouve cela tellement fou et tellement logique à la fois (je sais, c'est antinomique) que c'est vraiment GENIAL... J'espère qu'Alain poursuivra ses tests pour nous montrer ses résultats.


ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES DE CE PARAGRAPHE EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE ALAIN B. POUR LE SITE www.thydelor.eu

AUTRES TECHNIQUES

Si vous aussi pensez pouvoir améliorer ou compléter le procédé, n'hésitez pas à me contacter (voir ici).

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


L'AUTOCHROME ANALOGIQUE RÉ-INVENTÉ

On peut vouloir ré-inventer le fil à couper le beurre... ce serait bien mon cas ! Refaire au XXIème siècle de l'autochrome comme au temps des frères Lumière me tenterait assez... vous aussi ?

Seulement, pour y arriver, il faudra un minimum de matériel et un minimum de connaissances à acquérir ! La possession indispensable d'une chambre grand format n'étant pas l'obstacle le plus insurmontable...

Je ne possède pas (encore) de chambre grand format... Dès que j'aurai comblé ce manque, je me mettrai à étudier sérieusement l'autochrome analogique et je compléterai cette page.

À très bientôt j'espère !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page



Flag Counter
En savoir plus